posté le 20-08-2013 à 11:51:25

CCBM: Serigne MBOUP regrette Wade

 

Vente saly

Ce dernier lance un appel aux autorités sénégalaises face aux difficultés d’écoulement de la production de véhicules que sa filiale, CCBM Automobiles, monte dans ses usines de Rufisque.En effet, CCBM Automobiles peine à commercialiser les 1 000 véhicules qu’elle a fabriqués en trois ans de fonctionnement, alors que l’ambition était de sortir de l’usine 4 500 unités par an puis de partir à la conquête du marché ouest-africain.

 

 

Elle est finalement très loin de ces prévisions. « Nous devrions produire entre 12 000 et 15 000 unités, afin que les voitures soient accessibles à la population sénégalaise », confesse Serigne Mboup qui a fait visiter l’usine, mercredi dernier, au ministre des Infrastructures et des Transports.

 

On gagnait des marchés sous Wade

Les choses ne marchent pas bien et Serigne Mboup a une explication. D’abord, il accuse l’attitude des nouvelles autorités en place. Le groupe CCBM, sous le régime de l’ex-président Abdoulaye Wade, gagnait des marchés de l’État.

 

Aujourd’hui, il en appelle à un soutien du régime de Macky Sall à son entreprise pour faire triompher le « consommer sénégalais ».

 

« L’entreprise est un bien social et l’autorité a une obligation de la soutenir. Cet appui doit continuer, comme ce fut le cas sous Abdoulaye Wade. Aujourd’hui, de la même manière que le président Wade dirigeait le pays en achetant des voitures de chez nous, de la même manière le président Macky Sall doit le faire », juge Serigne Mboup.

 

Qualité de la production locale

Ses critiques s’adressent aussi aux consommateurs sénégalais qui doutent de la qualité de la production locale. « Beaucoup de nos compatriotes ont dans l’esprit que les produits fabriqués au Sénégal ne sont pas fiables. Les industriels comme Samsung et Great Wall, qui ont confié leurs marques, ne cessent de réaliser des contrôles parce qu’ils ne veulent pas que leur image soit détériorée », dit-il.

 

« L’absence d’un système facilitant l’accès au crédit automobile constitue aussi un frein à la commercialisation des produits de CCBM automobiles », explique son patron.

 

Le ministre des Infrastructures et des Transports, Thierno Alassane Sall, a rassuré Serigne Mboup lors de sa visite, et lui a signifié que la volonté de l’État est de « vous accompagner et d’accompagner l’ensemble du secteur industriel ».

 

CCBM Automobiles, une entreprise familiale, est notamment dépositaire des marques chinoises Great Wall et Chery. Il assemble des utilitaires, des camions et même des tracteurs.

 

L’usine est également équipée pour faire des tests de réglages de la vitesse, du freinage et des émissions de C02. CCBM produit aussi des véhicules deux roues de la marque « Dayang », des téléviseurs à écran plat de marque Samsung, des cuisinières, etc.

 

Avec JeuneAfrique Economie

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2703-ccbm-en-tr%C3%A8s-grande-difficult%C3%A9,-lance-un-appel-%C3%A0-macky.html#sthash.WzL9dTSh.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-08-2013 à 11:49:51

“Krokodil”, la nouvelle drogue dévastatrice

 

Vente saly

Ce fléau touche de nombreux pays européens. Il arrive au seuil de la Belgique

 

BRUXELLES Une nouvelle drogue destructrice déferle sur une partie de l’Europe.

Son nom, la Krokodil, fait référence aux effets ravageurs, tels des morsures de crocodile, qu’elle provoque sur et sous la peau.

Cette drogue est apparue en 2002 dans l’est de la Russie et la Sibérie. Elle s’est répandue de plus en plus auprès des jeunes russes, surtout ceux issus de classes défavorisées, qui trouvent en cette drogue le moyen d’échapper à leur quotidien.

Seulement, la Krokodil a des effets dix fois supérieurs à ceux de l’héroïne à un coût trois fois moindre. Elle détruit et pourrit littéralement l’épiderme. Elle arrive même à trouer les os. À n’en pas douter lorsqu’on analyse ses composants : iode, héroïne, essence, dissolvant à peinture, phosphore rouge (partie rouge des allumettes) et codéine (contenu dans le somnifère).

La Krokodil a un aspect pâteux, obtenu après combustion, et provoque des dégâts incurables. Le membre où est administrée la drogue se gangrène et doit souvent être amputé. Pire, les spécialistes ne donnent qu’une espérance de vie de un à trois ans pour tous les consommateurs, qui meurent soit d’un empoisonnement du sang, d’une méningite, d’une pneumonie ou de pourrissement.

La Krokodil peut même être fatale après la première injection.

Face à ce fléau, le gouvernement russe se montre impuissant et les centres de désintoxication sont peu nombreux. Actuellement, environ un million de Russes en sont devenus dépendants.

Malheureusement, ce poison gagne du terrain et commence à toucher d’autres pays européens. C’est le cas de l’Allemagne où à Bochum, quatre sans-abri présentent les dangereux symptômes de la Krokodil. Elle est aussi aux portes des Pays-Bas… et de la Belgique.

Chez nous , cette drogue est encore peu connue des médecins et psychiatres. Les jeunes, quant à eux, semblent plus informés. “C’est un mélange de nombreux ingrédients toxiques, dix fois plus dangereux que l’héroïne”, affirme Nicolas. “La peau se décompose et on peut en mourir en trois ans”, rétorque Saki. “Je ne comprends pas comment des gens peuvent consommer un tel poison”, confie Valon.

À bon entendeur…Javier Nunez Prestamo Publié le mardi 18 octobre 2011 à 06h53 – Mis à jour le lundi 19 août 2013 à 12h37

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-08-2013 à 11:58:15

Viviane NDOUR new look

Vente saly

Viviane Chidid a décidé de tout mettre en œuvre pour réussir le nouveau pari qu’elle s’est fixée. La reine du Jolof Band a annoncé la couleur au cours d’une séance d’écoute organisée en l’honneur des journalistes.

C’était mardi dernier au niveau des studios de Prince Arts situés à la Sodida. A cette occasion, la grande et craquante chanteuse a partagé le « ndogou », c’est-à-dire le repas de rupture du jeûne, avec les journalistes qui en ont bien évidemment profité pour lui poser toutes sortes de questions. Pour une fois, cette diva qui fait fantasmer tous les mâles du pays a décidé de ne pas se contenter de chanter l’amour.

 

Elle a franchi le pas en acceptant de parler de la situation actuelle du pays.

 

C’est une Viviane sûre d’elle, plus mature et qui a vraiment changé qui a fait face aux journalistes. Coachée et entourée par Baba Hamdy, l’auteur des paroles du titre « Yakaar » (Espoir, Ndlr), la chanteuse a répondu avec aisance aux questions de ses invités.

 

Pour une fois, l’ex-épouse de Bouba Ndour n’était pas sur la défensive et il faut reconnaitre qu’elle s’est relativement bien sortie de ce face à face avec la presse.

 

Sans ambages, elle reconnait d’ailleurs qu’elle a décidé d’opérer une rupture aussi bien au niveau des thématiques qu’à celui du contenu de ses chansons.

 

« Je ne cherche à critiquer personne. Je chante tout juste ce que je vis. Et, de ce point de vue, force est de reconnaître que la situation est très difficile. Ce single ne raconte que ce que je vis, ce que vit mon vigile ou ma bonne.

 

Encore une fois, ce n’est pas pour critiquer le gouvernement. Mais c’est pour donner de l’espoir à tout le monde. Dieu a fait que j’ai signé avec une maison de production, Wonder music, qui est basée aux Etats-Unis et nous sommes en train de préparer un album international.

 

C’est vrai qu’il y a un changement, parce que ceux qui gèrent maintenant Viviane sont des Américains et nous sommes sur un autre niveau.

 

N’ayant plus rien à prouver au Sénégal, je veux vraiment découvrir autre chose pour mieux transporter notre musique vers d’autres cieux, par nos instruments nationaux comme le ‘xalam’, le ‘tabala’, les percussions, et intégrer tout ça au Rnb international » a notamment déclaré une Viviane décidément très à l’aise.

 

Avec la sortie de ce titre programmée justement pour coïncider avec la dernière Korité, Viviane entendait offrir un cadeau à ses fans qui l’ont toujours soutenue quelles que soient les épreuves et ont communié avec elle lors de ses succès.

 

Viviane est aussi revenue sur son départ du label Prince Arts en affirmant que cela découle de la volonté divine. En effet, a-t-elle expliqué, même si elle continue de travailler avec cette structure, il lui faut viser le marché international. C’est ce qui l‘a poussée à signer avec un label américain.

 

« Je tiens à remercier le label Prince Art qui a beaucoup contribué à l’impulsion de ma carrière. Cela dit, c’est la volonté divine qui a fait que je sois divorcée avec Bouba (Ndour), mais Dieu sait que son souhait était me voir évoluer sous ce label.

 

Hélas… Je ne vais quand même pas baisser les bras parce que je ne travaille plus avec Bouba Ndour. Non, je continue mon travail. La musique, c’est mon métier et ma passion. Il faut que je continue mon chemin » a martelé la reine du Jolof band.

 

Viviane a aussi profité de cette rencontre avec la presse pour évoquer les liens forts qui l’unissaient à feu Serigne Saliou Mbacké. Selon elle, c’est ce dernier qui l’a convertie à l’Islam et lui a donné le nom de Mame Diarra.

 

Avec ce single, la chanteuse native de Mbour semble franchir un nouveau palier dans sa carrière musicale. Elle a décidé de repartir sur de nouvelles bases et de prendre son destin en mains.

 

Pour ce faire, elle a travaillé pour les besoins de son nouvel album avec des artistes comme Habib Faye pour la conception musicale et Baba Hamdy pour les paroles. Le disque, qui comportera 17 titres, va paraître à la fin de cette année. Inutile de dire que le public l’attend avec impatience !

- See more at: http://dakar-echo.com/people/item/2691-la-nouvelle-viviane-ndour-est-arriv%C3%A9e.html#sthash.qJEerFZn.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans People dimanche, 18 août 2013 19:09

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-08-2013 à 11:56:30

La nouvelle formule pornographique Sénégalaise

Vente saly

 

Le Sénégal est à l’heure d’une explosion sexuelle avec des dérives de tous genres. Si ce ne sont pas des copines qui flirtent entre elles, c’est un couple qui fait l’amour ou encore des séances de tam-tam, diurnes comme nocturne, en public comme en privé et qui sont filmés à l’aide des nouvelles technologies. Des séquences qui n’ont rien à envier aux films pornographiques, sauf qu’elles ne sont pas disponibles sur le marché.

 

L’érotique est au centre de la vie actuelle sénégalaise. Nous ne sommes plus à l’époque du sexy, plutôt du sexuel. Pratiquement tout tourne autour de la chose sexe. Et l’on ne se prive pas. Surtout que quelques uns veulent immortaliser certaines scènes : d’où une pornographie déguisée.

 

Séance de tam-tam avec un vibromasseur

Les Sénégalais ont encore en mémoire cette fameuse séance de tam-tam organisée par des femmes, pour la plupart des mariées, sur une terrasse d’un immeuble. Les dames qui avaient convoqué quelques batteurs, avaient tout planifié. Il fallait venir sans slip, avec des petits pagnes exquis. L’organisatrice avait son vibromasseur pour compléter la danse.

 

Rien que l’ambiance était érotique, et cela se sentait avec le batteur titulaire, qui était le seul habileté à s’approcher des dames et donner des coups de rein à la danseuse du moment (sans se dévêtir tout de même), et qui s’était retrouvé avec un troisième pied sous le pantalon. Ce contact des femmes avec le batteur avait pour effet d’exciter la danseuse qui finit par s’écrouler, les jambes écartées.

 

Elle était alors prête à recevoir quelques coups de vibromasseur. Le tout, copieusement filmé à l’aide de téléphones portables. Manifestation privée certes, mais les images feront par la suite le tour du Sénégal.

 

Concours de « leumbeul » à Saly

Pour ceux qui ne connaissent pas, le « leumbeul » est un dérivé de la danse du tam-tam. Sauf qu’ici, pas de gestuel, à part les fesses qu’on fait tourner et qui sont bien entendu exposées au public. A Saly Portudal, le ton est donné depuis fort longtemps. Les week-ends sont hot dans les boîtes de nuit. Il suffit pour un client d’avoir beaucoup de billets de banque à distribuer pour offrir un spectacle d’enfer.

 

Sur un même plateau, il est possible de réunir une vingtaine de « grosses cylindrées ». Comprenez par là des femmes au postérieur bien développé et prêtes à faire tourner les fesses comme une …toupie. Sans slip s’il vous plaît, avec un léger tissu, genre voile, qui laisse tout transparaître. jusqu’à la plus petite pilosité.

 

Certains spectateurs, surtout l’organisateur de ce concours, peuvent se permettre souvent de tâter pour constater la douceur de la chair. Et ces scènes sont immortalisées à l’aide des téléphones portables. Il n’est pas rare de voir un homme faire un tour dans les toilettes pour se soulager après plus d’un demi-heure contact visuel trop intense.

 

La suite de ces soirées chaudes reste dans le secret des dieux.

A côté de ces séances de tam-tam, des ébats entre couple sont souvent filmés et souvent se retrouvent sur le net, parfois posté par une connaissance qui a eu l’idée de dérober les images envoyées via bluetooth ou infrarouge.

 

Il est même arrivé que certains se servent de pareilles images pour faire du chantage. Sans compter les filles qui se font filmer à leur insu par un petit-ami vicieux et qui se déambule avec des images dont l’usage est parfois incontrôlé. Ce ne sont pas les exemples qui manquent actuellement au Sénégal.

 

Ces genres de scènes, même si elles sont réprimées par la justice, se font de plus en plus fréquentes. Elles se pratiquent pour la plupart du temps dans des endroits privés, loin de tout soupçon. Seulement, la nouvelle technologie a tendance à trahir et à dévoiler au grand jour tout ce qui se fait la nuit. Une pornographie nouvelle formule made in Sénégal.

 

Avec Afrik.com

- See more at: http://dakar-echo.com/people/item/2692-pornographie-s%C3%A9n%C3%A9galaise.html#sthash.UhZ4V9EQ.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-08-2013 à 11:54:00

10 ans d’interdiction aux fonctions électives des condamnés pour détournement de deniers publics

Vente saly

«Toute personne reconnue de détournement de deniers publics sera inéligible aux fonctions de maire et député pendant au moins 10 ans», donne le ton Aminata Touré, ministre de la Justice, devant les magistrats sénégalais réunis en Assemblée générale ce week-end.

 

Selon elle, cette disposition figure dans la réforme du code pénal. «Il y a, dit-elle, plusieurs dispositions du code pénal qui vont être renforcées ou rajoutées, notamment des sanctions plus sévères contre le vol de bétail, contre le viol des mineurs, nous avons également rajouté dans ce cadre-là, en plus des sanctions pénales à l’encontre des détourneurs de deniers publics une interdiction d’exercer toute fonction élective pour au moins dix ans».
Pour Mimi Touré, cette sanction existe dans plusieurs pays et est motivée par le fait qu’on ne peut pas comprendre que l’argent détourné puisse être utilisé au terme de la peine de la condamnation pour se faire réélire et se mettre dans des conditions pour rééditer des délits pour lesquels ils ont été sanctionnés.
Même si la loi est impersonnelle et que ces réformes s’inscrivent dans la durée, elles sont bien chargées en cette période de traque des biens mal acquis qui touchent pour l’essentiel des adversaires politiques du régime actuel.

 

Ainsi tous les hommes politiques, les libéraux notamment, potentiels adversaires de Macky Sall, qui seront reconnus coupables de détournement de deniers publics dans le cadre de ces traques, vont mettre leur ambition politique en berne le temps de la fin du mandat du président Sall qui est de dix ans.

 

Le parti démocratique sénégalais (Pds, opposition) n’a pas attendu longtemps pour réagir sur cette réforme annoncée du Code pénal. Pour le responsable libéral, Me El Hadji Amadou Sall, le régime de Macky Sall veut liquider ses potentiels adversaires de 2017, notamment Karim Wade (en prison pour enrichissement illicite présumé).

 

«Manifestement le gouvernement cherche à liquider les adversaires potentiels pour l’élection de 2017, mais c’est peine perdue parce que chez nous, nous avons géré par la vertu. Par contre ceux qui n’ont pas géré par la vertu, et qui ont un patrimoine qu’ils sont incapables de justifier, c’est les responsables de l’Etat et de l’APR (Alliance pour la République, parti du président Macky Sall)», dit-il.

 

Selon l’ancien ministre de la Justice, le Président Macky Sall doit d’abord commencer par balayer devant sa propre porte. «Il faut, estime-t-il, qu’il nous explique l’origine licite de son patrimoine. Et également l’ensemble de ses ministres, sans exception doivent non seulement faire la déclaration de leur patrimoine mais justifier l’origine licite de tout de leur patrimoine».
Ndiack FAYE

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/2688-10-ans-d%E2%80%99interdiction-aux-fonctions-%C3%A9lectives-des-condamn%C3%A9s-pour-d%C3%A9tournement-de-deniers-publics.html#sthash.0sLiUtWm.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier dimanche, 18 août 2013 18:06 – See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/2688-10-ans-d%E2%80%99interdiction-aux-fonctions-%C3%A9lectives-des-condamn%C3%A9s-pour-d%C3%A9tournement-de-deniers-publics.html#sthash.0sLiUtWm.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions