posté le 20-08-2013 à 11:59:11

Un Homme riche surpris entrain de faire l’amour avec un cadavre dans un hôpital de Yaoundé

Vente saly

Mballa Etoundi Bernard, riche homme d’affaire de la ville de Yaoundé, capitale politique du Cameroun, s’est présenté jeudi dernier dans la soirée à la morgue de l’hôpital central au prétexte de vérifier que le corps de sa sœur cadette, Ngo Bikoum Hortense s’y trouvait bien.

En compagnie d’un employé de la morgue, il a fini par trouver le corps en question parmi les casiers de l’établissement. Ensuite au motif de vouloir rendre un dernier hommage à sa sœur, il a demandé à l’employé de la morgue de le laisser seul avec le corps.Cependant au bout de plusieurs minutes, ne voyant pas l’homme ressortir, l’employé de la morgue a eu la surprise de sa vie en découvrant ce dernier nu comme un ver en train faire l’amour au cadavre de la jeune femme d’une vingtaine d’années.

 

La surprise passée, l’homme d‘affaire a proposé cinquante mille francs CFA, au commis de la morgue afin qu’il le laisse continuer sa morbide besogne. Ce sont finalement les gémissements émis depuis la salle qui auraient attiré les autres employés qui ont fini par mettre Mballa Etoundi dehors.

Ces actes qui peuvent paraître morbides ne sont pourtant pas isolés au Cameroun, ils sont rendus possible par des réseaux bien huilés qui assouvissent tous les désirs jusqu’à l’impensable à des clients à la recherche de la richesse et de pouvoirs surnaturels

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-08-2013 à 11:57:16

Un saoudien obèse de 610 kg hospitalisé sur ordre du roi

Vente saly

Un chariot élévateur a été utilisé pour sortir Khaled Mohsen Chaïri de sa maison.

Un Saoudien a atteint le poids de 610 kg et perdu la mobilité, ce qui a amené le roi Abdallah à ordonner son hospitalisation, rapportait lundi 19 août la presse saoudienne.

Khaled Mohsen Chaïri a été transporté de Jizane, dans le sud de l’Arabie saoudite, à Ryad où il a été admis à l’hôpital Roi Fahd, ont indiqué des témoins, précisant qu’un chariot élévateur avait été utilisé pour le sortir de sa maison.

Une équipe médicale s’était rendue à Jizane pour organiser son transport vers Ryad, selon le ministre de la Santé, Abdallah al-Rabia, cité par le quotidien Arab News.

La nature du traitement n’a pas été précisée mais une équipe médicale du même hôpital a récemment opéré un autre obèse saoudien de 27 ans, lui enlevant 80 kg de graisse de l’estomac, selon le journal anglophone.

par Xibaaru le 20 Aug 2013 • 08:30

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-08-2013 à 11:55:50

Des salaires liés à la fréquence des rapports sexuels?

Vente saly

Selon une étude menée par des chercheurs de l’université Anglia Ruskin…

Nos salaires ont-ils un lien avec notre vie sexuelle? Une étude menée par des chercheurs de l’université Anglia Ruskin, aux Etats-Unis, a analysé les courbes de salaire et celles de la fréquence des rapports sexuels.Et, après avoir analysé près de 8.000 dossiers de sujets âgés de 26 à 50 ans, le Dr Nick Drydakis et ses collègues sont parvenus à démontrer un certain lien de cause à effet entre le nombre de relations sexuelles hebdomadaires et le salaire moyen de sujets, selon le huffingtonpost.ca.

 

Deux écoles de pensée

Les chercheurs ont conclu que ceux qui ont quatre relations sexuelles et plus par semaine gagnent en moyenne 5% de plus que les autres.

 

De plus, ceux qui n’ont aucune vie sexuelle gagneraient en moyenne 3% de moins que ceux qui ont des activités intimes, même sporadiques.

 

L’analyse de ces résultats divise la communauté scientifique en deux écoles. Certains estiment que les personnes qui ont une vie sexuelle épanouie atteignent plus facilement le succès, d’autres pensent que c’est le succès dans le travail qui provoque l’attirance des partenaires et donc l’augmentation du nombre de relations sexuelles.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2701-des-salaires-li%C3%A9s-%C3%A0-la-fr%C3%A9quence-des-rapports-sexuels.html#sthash.y2qGPVNv.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 19 août 2013 14:37

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-08-2013 à 11:54:24

Réforme pénale: Karim and Co risquent gros

Vente saly

La réforme prévue du Code pénal, pour rendre inéligibles aux mandats électifs les personnes condamnées pour détournement de deniers publics, est « une question de bonne gouvernance », a déclaré lundi à Dakar la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Aminata Touré.

Un projet de loi sera soumis en octobre prochain à l’Assemblée nationale, dans le but d’empêcher les personnes condamnées pour détournement de deniers publics de briguer des mandats électifs pendant 10 ans, a annoncé Mme Touré, dimanche à Saly-Portudal (Ouest).

 

S’entretenant lundi avec des journalistes en marge d’une réunion d’experts de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), elle a confirmé l’existence de ce projet de loi.

 

Cette réforme à venir est « une invite aux politiciens, pour qu’ils sachent qu’il y a des conséquences pénales mais aussi des conséquences en termes de perte de la possibilité d’être réélu » ou élu, a dit Mme Touré.

 

La réforme projetée du Code pénal veut corser davantage les sanctions contre les personnes coupables de détournement de deniers publics.

 »Quand on est élu ou porté à un poste de responsabilité, on a un budget qu’on gère comme on veut.

 

Donc, quand on a affaire à la Justice, il est impensable de vouloir ensuite utiliser ces mêmes deniers publics pour demander les suffrages des citoyens », a fait valoir Mme Touré.

 

« Dans toutes les démocraties modernes comme la France et les Etats-Unis, cela (le détournement de biens publics) est sanctionné », a-t-elle dit. 

Aminata Touré soutien que le projet de loi en question « n’a rien à voir avec la politique ».

 

« C’est une question de bonne gouvernance », a-t-elle argué. 

 »Quand on parle de politique chaque fois qu’on soulève un projet de réforme ou autre chose pour faire avancer le pays, il sera difficile de se développer », a-t-elle ajouté.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2702-la-r%C3%A9forme-p%C3%A9nale-sur-les-deniers-publics-et-les-mandats-%C3%A9lectifs-rel%C3%A8ve-de-la-bonne-gouvernance.html#sthash.YDkm1t7G.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-08-2013 à 11:53:07

Dans l’enfer des paradis fiscaux

Vente saly

Naguère méconnus, les paradis fiscaux font désormais partie des discussions quotidiennes des Sénégalais. La traque des biens mal acquis, lancée depuis la chute du Président Wade, est passée par là.Nous avons essayé d’en savoir plus sur les liaisons dangereuses, les passerelles financières et les motivations qui peuvent amener des citoyens d’un pays pauvre très endetté comme le Sénégal à titiller les paradis fiscaux du monde qui pèsent, selon des chiffres d’Oxfam, au moins 18.500 milliards de dollars. Difficile à décliner en Cfa…

 

Que peut bien signifier un paradis fiscal pour un pays pauvre très endetté comme le Sénégal ? La preuve par les faits. Au moment où nous étions en train de creuser cette matière complexe, on apprend de bonne source que le Procureur spécial de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Alioune Ndao, se trouve dans la Principauté de Monaco, en France.

 

Une délégation judiciaire émise par l’Etat du Sénégal avait permis de mettre la main sur un compte bancaire de deux millions d’euros, soit 1,4 milliard de francs Cfa environ. Mais ce n’était visiblement là que l’arbre qui cache la forêt, car c’est une bonne dizaine de milliards de francs Cfa qui ont été dénichés de divers comptes ouverts dans la principauté de Monaco.

 

Karim Wade n’en est pas le seul bénéficiaire. Plusieurs noms sont avancés dont certains ont eu à exercer des responsabilités publiques. La Principauté de Monaco n’est décidément plus une citadelle imprenable.

 

En effet, ces dernières années, la procédure pour contourner le secret bancaire et avoir des informations sur les comptes de personnes supposées être des délinquants à col blanc a beaucoup évolué.

 

Avec la montée de la menace terroriste, la lutte contre le trafic international de drogue et la crise financière mondiale, focus a été mis sur les paradis fiscaux d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Les pays qui les hébergent sont aujourd’hui obligés de collaborer pour éviter des représailles pouvant surtout venir des Etats-Unis.

 

Dans les méandres des délégations judiciaires

Depuis un an, le Sénégal a instruit plusieurs délégations judiciaires en direction de pays hébergeant des comptes offshore. Selon la procédure consacrée, c’est le ministère de la Justice qui saisit ses homologues dans les pays visés.

 

Le courrier passe par le ministère des Affaires étrangères pour atterrir dans le même service du pays concerné, qui le répercute aux services assermentés, généralement de Police. Pour la France, c’est le Quai d’Orsay qui réceptionne la demande pour le transférer au ministère de l’Intérieur.

 

A ce stade, la collecte des informations n’est plus l’apanage de l’Etat demandeur qui attend que les renseignements collectés lui soient transmis selon le même canal. D’une façon ou d’une autre, c’est la confidentialité qui est la règle.

 

Les autorités judiciaires qui réceptionnent les dossiers sont tenues d’en faire un usage exclusivement judiciaire », renseigne une source autorisée. La moindre fuite peut occasionner des mesures de rétorsion comme par exemple  »le refus de collaborer pour d’autres dossiers ».

 

Mais ce cadrage général pour avoir des informations apparaît plus complexe lorsque l’information demandée concerne un paradis fiscal. L’une des raisons tient à la définition même de ces îlots financiers au fonctionnement complexe. L’opacité et la rétention de renseignements font partie des critères qui singularisent un paradis fiscal.

 

C’est la loi du silence qui crée l’attraction du fait de la sécurité assurée aux transactions que cela implique.

 

Malgré tout, les renseignements financiers, même s’ils ne sont pas complets, tombent toujours. Surtout venant des Etats-Unis où des mouvements de comptes appartenant à l’ancien conseiller spécial en Télécommunications, Thierno Ousmane Sy, placé sous mandat de dépôt le 27 février 2013 pour “détournement de deniers publics“, corruption et blanchiment de capitaux portant sur la somme de 3,5 milliards”, ont pu être dénichés et portés à l’attention de l’Etat du Sénégal…

 

C’est une délégation qui aurait permis de remonter la filière des mouvements de New-Jersey aux Etats-Unis à…la Principauté de Monaco, très prisée par les Sénégalais.

 

Cette affaire précise intéresse la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) qui veut circonscrire, à travers les mouvements de fonds via des comptes off shore, l’identité des personnalités de l’ancien régime qui ont bénéficié de transferts massifs de fonds. Selon nos sources, d’ici peu, des informations supplémentaires devraient être disponibles, venant de Monaco.

 

Du  »paradis fiscal » à l’enfer opaque

Mais selon un fonctionnaire du ministère de l’Economie et des Finances ayant requis l’anonymat, ce n’est pas parce que c’est un paradis fiscal que c’est illégal. Le terme a été galvaudé, explique-t-il. Spécialiste de la question, il définit un paradis fiscal comme  »un lieu où la fiscalité est réduite ou à la limite nulle ».

 

Plusieurs critères sont avancés dont le plus important est la facilité fiscale. Le taux d’imposition qui est dans certains pays à 40 ou 50% des revenus, est tellement faible dans les paradis fiscaux que des personnes physiques ayant des moyens financiers n’hésitent pas à taper aux portes.

 

Le fonctionnaire fait d’ailleurs la différence entre  »Monaco n’est pas un paradis fiscal », mais plutôt un  »paradis bancaire ». La différence tient au fait qu’on peut déclarer une société dans n’importe quel paradis fiscal, les Îles Britanniques par exemple et ouvrir le compte affilié à…Monaco. Dans tous les cas, le mécanisme de mise en place de ces comptes est toujours rapide, par rapport à la norme bancaire.

 

Dans certains paradis, un compte, avec toutes les caractéristiques d’anonymat, peut être ouvert en seulement une heure de temps.

 

La confidentialité bien supérieure à la norme bancaire et l’opacité sont aussi des signes distinctifs. Dubaï Ports World Dakar, épinglé dès le début de la traque des biens mal acquis est sans doute un trompe-l’œil. Plusieurs sociétés, bien souvent filiales de multinationales, ont ouvert des comptes off-shore dans des paradis fiscaux, tout en maintenant des opérations financières sur la place dakaroise.  »Dans la plupart des cas, c’est pour contourner certaines rigidités fiscales que ces pratiques ont cours », explique-t-on.

 

Il faut sans doute faire remarquer que si Dubaï Port World Dakar a été mise en valeur du fait du contexte de la traque des biens mal acquis, une société comme GTI, qui a fourni de l’électricité à la Société nationale d’électricité (Senelec), avait un compte off-shore dans un paradis fiscal bien identifié, avant même l’arrivée de Wade au pouvoir. Une société comme Total dispose de comptes dans les paradis fiscaux. Et bien d’autres qui s’activent dans les Télécommunications.

 

Mais il y a aussi une autre facette de la nébuleuse des paradis fiscaux qui explique leur puissance de feu. Dans l’univers des affaires, c’est en effet un secret de Polichinelle que certaines opérations se passent sous le nez et la barbe des citoyens et organismes de contrôle.

 

Lorsqu’une société veut par exemple verser des commissions à des personnalités de l’Etat qui l’ont aidée à gagner de façon nébuleuse un marché, elle peut passer par les paradis fiscaux.  »Ce canal est plus sécurisé parce qu’il ne laisse que peu de traces. Pour les retracer, il faut vraiment disposer d’un bon réseau d’informateurs financiers de haut niveau parce qu’il arrive que les virements se fassent à travers plusieurs comptes écrans dont la fonction est justement de brouiller les pistes », renseigne-t-on. Le modus operandi a-t-il été utilisé dans le cas de Dubaï Port World Dakar, société offshore établi aux Îles Britanniques ?

 

Avec EnquêtePlus

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2698-traque-des-biens-mal-acquis.html#sthash.h2O7Nssf.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions