posté le 27-08-2013 à 15:39:36

Trafic d’organes: un enfant subit l’ablation des deux globes oculaires

Vente saly

Par: rédaction
27/08/13 – 13h34  Source: AFP

© afp.

Un enfant chinois de six ans a été drogué et a subi l’ablation des deux globes oculaires pour un trafic d’organes présumé, a rapporté mardi la presse chinoise, un acte barbare qui a suscité un choc sur les réseaux sociaux.

Le garçonnet désormais aveugle a été montré sur son lit d’hôpital, ses orbites oculaires recouvertes de bandages, dans un reportage de la télévision de la province septentrionale du Shanxi.

Cet acte particulièrement odieux vient une nouvelle fois illustrer le problème de la carence d’organes en Chine, qui alimente tout un trafic criminel. Dans le sujet télévisé apparaissent les parents de l’enfant, issus d’un milieu pauvre et rural. Ils ont relaté avoir dans un premier temps cru que leur enfant s’était grièvement blessé en tombant samedi, avant d’apprendre par l’hôpital qu’il avait subi une double énucléation.

« En voyant le sang sur son visage, nous avons d’abord pensé qu’il était tombé. Nous n’aurions jamais imaginé une chose pareille », a relaté un membre de la famille. La police a retrouvé les deux globes oculaires, sur lesquels avaient été prélevée la cornée, a précisé la télévision d’Etat CCTV.

L’enfant présentait un bec-de-lièvre, une malformation congénitale qui pourrait expliquer pourquoi il a été choisi par les trafiquants qui lui ont prélevé ses yeux. La majorité des opérations de greffe en Chine sont faites avec des organes prélevés sur les condamnés à mort ou les prisonniers après leur décès – souvent sans l’accord des familles, selon les organisations de défense des droits de l’Homme, ce que nient les autorités.

La tradition chinoise veut qu’un mort soit enterré sans mutilation, et très rares sont les Chinois qui acceptent le prélèvement d’organes lorsqu’un membre de leur famille décède.

Liens
Site

 


 
 
posté le 27-08-2013 à 10:45:38

Le Sénégal et la Namibie signent des accords sur le tourisme, l’industrie et l’environnement

par Xibaaru le 26 Aug 2013 • 18:10

Hifikepunye Pohamba, président de la Namibie désormais partenaire avec le Sénégal.Le chef de l’Etat, Macky Sall, est en visite en Namibie depuis vendredi.Le Sénégal et ce pays ont signé des accords dans le domaine de l’agriculture, de la santé, du tourisme et de l’environnement.Le peuple et les autorités namibiennes n’ont pas oublié les actes de solidarité du Sénégal durant leur lutte de libération contre la colonisation sanctionnée par leur indépendance, le 21 mars 1990.Depuis leur arrivée à Oshakati, capitale de la région Nord du pays, samedi 24 août à 11 heures, le chef de l’Etat, Macky Sall, et la délégation qui l’accompagne, sont au centre de toutes les attentions de leurs hôtes namibiens. Le président de la République a salué l’action de ses prédécesseurs, Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. Il a exprimé sa reconnaissance au peuple namibien pour tous ces honneurs. «Nous avons mené de front cette lutte pour la libération. Nous devons mener celle d’aujourd’hui, en raffermissant nos liens de coopération et de soutien mutuel dans les domaines économiques», a-t-il indiqué, au cours de la première séance de travail qui a réuni les deux délégations. Les échanges ont été marqués du sceau du pragmatisme. Des accords ont été signés dans les domaines de la santé (la Namibie a un déficit de personnel d’encadrement), de l’agriculture, de l’environnement, du tourisme et de l’industrie. La Namibie qui abrite l’un des plus grands déserts du monde a un territoire quatre fois plus grand que le Sénégal pour une population moins nombreuse que celle de Dakar. Ce pays est confronté surtout à des problèmes d’eau. La Journée des Héros de la lutte de libération, célébrée aujourd’hui, sera un grand moment d’hommage et de reconnaissance du peuple namibien au peuple sénégalais. «Le Sénégal fait partie de l’histoire de la Namibie», a témoigné le président Hifikepunye Pohamba, lors du banquet offert en l’honneur du président Macky Sall, premier chef d’Etat étranger reçu avec tant d’honneurs en cette partie rurale de la Namibie d’où est partie la lutte de libération menée par la Swapo et son chef charismatique, Dr Sam Nujoma. Un banquet exceptionnel, vingt-et-un coups de canon, l’hymne du Sénégal exécuté par deux fois en chaque occasion, en présence de tout le gratin des autorités namibiennes, dont le vice-président, le président de l’Assemblée nationale, le président de la Commission nationale, etc. La cérémonie est rehaussée par la présence de Sam Nujoma, leader de la lutte de libération, élevé par l’Assemblée nationale au rang de Père de la Nation. L’évènement s’est déroulé à 900 km de Windhoek, la capitale, dans un paysage qui rappelle le Ferlo par sa sécheresse et sa faible démographie. Le président Pohamba a rappelé que lui-même et Sam Nujoma, ainsi que d’autres figures de la lutte pour l’indépendance, se déplaçaient dans le monde avec le passeport diplomatique sénégalais. Le Sénégal, a-t-il ajouté, multipliait les initiatives diplomatiques à l’Onu et à l’Oua pour la Namibie. Dès 1973, notre pays avait autorisé l’ouverture, à Dakar, du bureau de la Swapo en Afrique de l’Ouest. Des bourses avaient été accordées aux exilés namibiens qui bénéficiaient également du statut diplomatique. Le 26 août était consacré, par le Sénégal, comme la Journée de solidarité à la lutte du peuple namibien. Des religieux namibiens qui officiaient à Mbour, Fatick et Gandiaye ont pris part au banquet. Les membres de la délégation présidentielle sont perçus ici comme des vétérans de la guerre de libération de la Namibie. «Nous sommes fiers du Sénégal pour son soutien à la Namibie, nous sommes fiers de ce peuple frère africain pour sa stabilité et sa tolérance religieuse», a déclaré le président Pohamba. Le Sénégal et la Namibie sont décidés à faire front face aux nouveaux défis, après la vaillante victoire contre le colonisateur. Les deux délégations poursuivront leurs séances de travail à Windhoek.

(Le Soleil 26/08/2013)

Liens
Site

 


 
 
posté le 27-08-2013 à 10:44:48

Pendant ce temps là à Saint Louis du Sénégal, la Langue de Barbarie en disparition.

Vente saly

Depuis mon départ du Bangladesh, la fin de mes études et le début de ma mission au Sénégal, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Et pas seulement sous les ponts. En ce moment même, le parc National de La Langue de Barbarie disparait anormalement sous le coup d’une érosion rapide par l’océan.Cette disparition constitue un désastre écologique d’une rare ampleur, et est le fruit d’une action anthropique où l’homme n’a pas suffisamment réfléchi ou n’a pas su anticiper les conséquences de ses actes. C’est aussi l’occasion de présenter un exemple où une action humaine destinée à résoudre un problème provoque par réaction des dommages collatéraux désastreux et parfois inexorables, nous amenant à réfléchir sur les manières appropriées de réduire les risques ou d’éviter ce type d’action à l’avenir.

 

Pour comprendre la situation, il est utile de présenter le contexte pour ceux qui ne sont pas familiers avec cet espace qui est aujourd’hui mon lieu de vie. Au nord du Sénégal, à l’embouchure du fleuve qui a donné son nom au pays se trouve la ville historique de Saint Louis (Ndar en Wolof), trois fois centenaire, dont l’ile est classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

 

C’est là que je suis actuellement pour passer près d’un an en tant que Chargé de Mission dans une ONG afin de mener la coordination des projets de son pôle Développement Durable.

 

La situation géographique de Saint Louis est très originale, voire exceptionnelle. L’eau fait partie du paysage urbain alors même que cette région est des plus sèches du pays, cela grâce à la présence salvatrice du fleuve Sénégal et de nappes phréatiques abondamment chargées d’eau douce. Le tissu urbain s’étale de part et d’autre du site, et le centre ville est situé sur une ile du fleuve, séparé de l’océan par une fine bande de sable, la Langue de Barbarie.

 

Le fleuve longe en effet l’Océan Atlantique sur près de 30 km avant de se déverser dans l’Océan, constituant un paysage hors du commun et un lieu d’interface pour les hommes (activités de pêche ou de loisir) et pour la faune, notamment les oiseaux. Enfin je devrais parler au passé, car cet environnement exceptionnel à de nombreux points de vue mais à l’équilibre fragile subit actuellement une profonde modification, disparaissant peu à peu sous les eaux.

 

Pourquoi,comment ? En raison d’une relative récurrence des inondations à Saint Louis pendant l’hivernage (la saison des pluies, de juillet à septembre environs), il a été pris en 2003 la décision d’ouvrir un « canal d’évacuation », c’est-à-dire creuser une petite brèche à travers la Langue de Barbarie afin que l’eau du fleuve s’évacue plus facilement dans l’Océan quelques kilomètres en aval de l’Ile St Louis.

 

C’était, bien sûr sans imaginer que cette décision prise de « légèrement modifier » cet environnement et barrière naturelle allait provoquer une énorme catastrophe écologique, avec tous les effets sur l’environnement et l’économie que cela entraine. De quelques mètres de large au début, la brèche fait aujourd’hui plus de 5 kilomètres de large et s’agrandit de plus de 300 mètres par an en moyenne

 

Catastrophe écologique puisque l’intégralité de la Langue de Barbarie située au Sud de la brèche est amené à disparaitre, rongé par l’érosion (on peut imaginer la disparition de St Louis si la brèche avait été creusée au Nord de la ville), et provoque la transformation de cette ouverture en nouvelle embouchure.

 

En effet l’ancienne embouchure presque 20 km plus au sud s’est refermée « naturellement », et l’eau du fleuve s’écoule et se mélange avec l’océan dorénavant à ce niveau là. L’aspect écologique ne peut bien sûr (et ne doit pas) être séparé de l’aspect humain et même économique.

 

Les villages comme celui de Gandiole sont encore protégés par la langue de Barbarie mais cela ne va pas durer et ils seront bientôt exposés de plein fouet à la houle océanique et au vent marin. Déjà un établissement hôtelier situé sur la Langue a été englouti sous les eaux, et le second vient d’être abandonné à son sort qui ne peut être différent, une future ruine sous marine

 

Il faut comprendre que la décision de creuser le canal a été prise une année où les inondations étaient particulièrement fortes et où la population demandait une action rapide, d’où la décision prise trop en hâte par les dirigeants. Cependant elle n’aurait pas du être prise et encore moins de cette manière.

 

De vastes travaux de remblaiement de la brèche destinés à la reboucher auraient pu être entrepris dès que l’on s’est aperçu qu’elle s’élargissait, cependant plus l’attente a été longue plus les travaux devenait onéreux et aujourd’hui l’ouverture est si large qu’il semble complètement impossible de faire machine arrière pour stopper cette dynamique néfaste.

 

Une fois encore le manque de concertation et d’études préalable, associés à des enjeux politiques puis à un manque de moyens financiers ont été les facteurs principaux résultant à cette situation dommageable. Espérons que cela aura au moins permis de mobiliser davantage de gens, y compris les décideurs, autour de l’importance des enjeux liés à l’environnement, et que les leçon en seront bien tirées.

 

Avec Pleinsud.youphil.com

- See more at: http://dakar-echo.com/index.php/societe/item/2809-avanc%C3%A9e-de-la-mer-%C3%A0-saint-louis.html#sthash.XhgGd9Hd.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 27-08-2013 à 10:43:20

Mike Tyson: Je suis sur le point de mourir

Vente saly

L’ancien champion du monde des poids-lourds Mike Tyson a évoqué ses addictions dans un long entretien accordé à ESPN.

 Mike Tyson a-t-il voulu faire sa propre publicité ou va-t-il aussi mal qu’il le prétend? A l’occasion de ces grands débuts comme promoteur de combats de boxe ce week-end, l’ancien champion du monde des lourds a confié que ses problèmes de drogue et d’alcool n’étaient toujours pas résolus.

 

«Je veux vivre une vie sobre. Je ne veux pas mourir. Je suis sur le point de mourir, parce que je suis un alcoolique vicieux, mais je me soigne», a lâché l’Américain au micro d’ESPN vendredi soir.

 

Aujourd’hui âgé de 47 ans, Mike Tyson a confessé vouloir tourner le dos au passé. «Je suis, parfois, un mauvais gars», a-t-il reconnu avant de demander pardon au public. «J’ai fait beaucoup de mauvaises choses et je veux me faire pardonner. Je veux changer ma vie. Je ne veux pas mourir.»

 

Sobre depuis six jours

Selon lui, le chemin de la rédemption aurait déjà été entamé. «Je n’ai pas bu ni pris de drogue en six jours et, pour moi, c’est un miracle.

 

J’ai menti à tout le monde qui pensait que j’étais sobre. Je ne vais plus jamais toucher à ça», a-t-il ajouté face aux journalistes.

 

Mike Tyson a renoué avec le monde de la boxe via sa société de promotion, Iron Mike Productions, qui organisait à Verona (New York) sa première réunion. Le combat entre le Dominicain Argenis Mendez et le Canadien Arash Usmanee dans la catégorie super-plume, a été le point d’orgue de la soirée.

 

Mike Tyson, qui a raccroché ses gants en 2005, s’est ensuite consacré à des rencontres d’exhibition pour payer ses dettes. En 2012, il est monté sur les planches pour présenter un one-man-show, mis en scène par Spike Lee, où il raconte sa carrière d’icône de la boxe, mais aussi sa vie agitée hors du ring.

- See more at: http://dakar-echo.com/index.php/sport/item/2806-mike-tyson-addict-confession.html#sthash.LDFhG4gN.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 27-08-2013 à 10:42:04

Elle refuse de choisir entre deux hommes: elle épouse les deux

 

Vente saly

L’histoire se déroule au Kénya. Deux hommes kenyans ont signé un contrat écrit stipulant qu’ils “épousent” tous deux la même femme, après que cette dernière a refusé de choisir l’un des deux.

 

 

Sylvester Mwendwa et Elie Kimani deux kenyans ont accepté d’épouser légalement la même femme. Les deux hommes ont passé cet accord après s’être rendu compte que, depuis plus de quatre ans, ils avaient tous deux une liaison avec la femme dans le comté de Mombasa, selon le journal Daily Nation locales.

 

Cependant, mise en face de la situation cette dernière aurait refusé de choisir entre eux, aussi les deux hommes se sont entendus pour l’épouser.

 

Les avocats ont déclaré que leur “mariage” serait reconnu légalement si les époux arrivent à prouver que la polyandrie fait partie de leur coutume.

 

Car au Kenya la polyandrie n’est pas explicitement interdite à condition que cette union soit reconnue sur le plan coutumier.

 

L’accord prévoit une rotation pour les hommes dans leur maison, ils devront aussi tous deux aider à élever Les enfants qu’elle portera.

 

“Chacun respectera le jour arrangé pour lui. Nous nous engageons à nous aimer et à vivre en paix. Personne ne nous a forcé à signer cet accord”, a affirmé Sylvester Mwendwa.

 

Les parents de Mwendwa auraient donné leur accord pour cette union, la femme en question serait veuve avec deux enfants.

 

Une histoire qui s’est passée en Inde il y a quelques mous, où une femme a épousé les 5 frères d’une même famille et elle dit jouir de plus d’amour et d’attention

 

Elle épouse cinq frères

 

La polyandrie est souvent l’apanage des sociétés matrilinéaires. Seule la maternité est fiable quand les partenaires sexuels sont multiples. Le lignage par la mère confère à la femme une liberté sexuelle, et donc un statut élevé, puisque c’est elle qui transmet le nom et les biens.

 

 

Rajo Verma, 21 ans, vit en Inde avec ses 5 maris, 5 frères. Ils dorment tous ensemble et elle couche avec un mari différent chaque soir. La polyandrie, le fait pour une femme d’avoir plusieurs époux, serait de coutume dans le village de Dehradun.

 

 

Rajo ne sait pas lequel des 5 frères est le père de son enfant de 18 mois. Elle s’est mariée lors d’un mariage arrangé avec le premier des frères, Guddu, 4 ans plus tôt. Depuis elle a aussi épousé Baiju, 32 ans, Sant Ram, 28 ans, Gopal, 26 ans, Dinesh, 19 ans.

 

 

« Nous avons tous des rapports sexuels avec elle mais nous ne sommes pas jaloux (…) Nous sommes une grande et heureuse famille », a dit le premier mari, Guddu.

 

 

La tradition de la polyandrie en Inde était très pratiquée à une époque. Elle ne l’est plus que dans de rares villages. Cette tradition dans la région veut que la femme marie tous les frères d’une famille.

 

 

On retrouve généralement ce type de famille atypique dans les montagnes du Tibet ou aux alentours de l’Himalaya. La tradition, qui est dorénavant vue comme archaïque, se maintient grâce à quelques femmes indiennes et chinoises qui aident ainsi de jeunes hommes ne parvenant pas à trouver de femme.

 

 

Bien plus d’amour et d’attention

 

Rajo a ajouté qu’elle a ainsi bien plus d’amour et d’attention que la majorité des femmes. Ils n’ont pas de lits, ils dorment tous à même le sol. Sa mère elle-même avait marié trois frères.

 

 

En vidéo ci-dessous une histoire similaire, en Inde, une femme mariée à deux frères depuis 25 ans. L’un de leurs garçons est sûr que ce système est bon et assure une grande stabilité. Il veut suivre la tradition et partager une femme avec son frère. Dans leur village, presque tout le monde a des liens de parenté.

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 26 août 2013 22:22 – See more at: http://dakar-echo.com/index.php/societe/item/2811-elle-%C3%A9pouse-ses-deux-hommes.html#sthash.Qpn7MVVP.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions