posté le 04-09-2013 à 13:25:51

Youssou Ndour: J’ai créé des opportunités pour le développement du tourisme

Vente saly

Le chanteur Youssou Ndour n’est plus ministre du Tourisme et des Loisirs. Il a été remplacé par Oumar Guèye qui cumule ce poste avec celui des Transports aériens. Lui qui dit avoir réussi à augmenter le budget de ce département ministériel.

La star planétaire devient ministre-conseiller du chef de l’Etat. Levant toute équivoque, Youssou Ndour précise qu’il n’a pas été limogé, mais c’est lui même qui a demandé à être déchargé de ses fonctions de ministre du Tourisme pour pouvoir continuer ses activités privées.

Sur le nouveau gouvernement, il donne son avis

Je pense que c’est un bon gouvernement, un gouvernement qui veut et qui peut réussir, vu sa composition. Et la personne qui est à la tête, qui est une sœur peut réussir, je sais qu’elle va réussir”, déclare l’ex ministre sur la Rfm.

Cependant, avant de quitter l’attelage gouvernemental, il a expliqué avoir remis au chef de l’Etat un plan de relance du secteur du tourisme au Sénégal. Sur l’affaire King Fahad Palace, (ex-Méridien Président), M. Ndour n’a pas manqué de faire des révélations.

Les révélations de Youssou Ndour

“Dès que nous sommes venus, nous avons eu une position qui était d’éclaircir toute la situation. Et, effectivement, nous avons eu à recevoir des offres de l’actuel locataire même et des offres d’autres gens intéressés. Je pense que c’est un dossier qui sera bouclé le plus rapidement possible”, a-il soutenu. Et d’ajouter : “On peut aller même plus loin. Quand je suis arrivé au département, le budget faisait 640 millions. Je me suis battu en faisant des plaidoyers.

En 2014, nous arriverons à un budget de 2,1 milliards. Pour vous dire que celui qui va me succéder aura une autoroute avec des moyens pour relancer le Tourisme. Ça m’a vraiment marqué, car depuis belle lurette, le tourisme n’avait même pas 20 millions de budget”, a déclaré M. Ndour.

Source : Le Populaire

Liens
Site

 


 
 
posté le 04-09-2013 à 13:24:08

Scandale au ministère de l’Environnement : Où sont passés les 275 millions ?

Vente saly

DAKARACTU.COM  Le ministère de l’Environnement cédé par Aly Haïdar à l’ancien Directeur de Cabinet du président de la République, Mor N’gom est secoué actuellement par un scandale d’une rare gravité. Il s’agit d’un micmac financier de 275 millions F Cfa dans le Programme de renforcement et de consolidation des acquis (Prca). La somme serait décaissée du fonds de 400 millions tirés du financement octroyé en novembre 2012, par le royaume des Pays-Bas au gouvernement du Sénégal. Selon La Tribune, le mode opératoire d’Ali Haïdar consiste à octroyer à son entreprise, Océanium, des parts de marché découlant de son ancien département ministériel. Les 275 millions F Cfa en question, ont donc été transférés vers un compte de l’Océanium. Interpellé sur la question, Ali Haïdar dégage en touche : « je ne m’exprimerais pas là-dessus! »
Liens
Site

 


 
 
posté le 04-09-2013 à 10:35:28

9 choses à savoir sur Le Premier Ministre: Aminata Touré

Vente saly

Aminata Touré, ancienne Garde des Sceaux, a été désignée, le 1er septembre, Première ministre du gouvernement sénégalais, en remplacement d’Abdoul Mbaye.

 A 50 ans, « Mimi » Touré devient ainsi la deuxième femme à occuper cette fonction au pays de la « Teranga ».

L’occasion de vous faire découvrir son riche parcours, ses passions et loisirs, son militantisme, son combat contre la corruption, sa réputation…Rien ne l’arrête. Rentrée au pays en 2010 pour rejoindre le camp Macky Sall face au président sortant Abdoulaye Wade, Aminata Touré, ancienne fonctionnaire des Nations unies, n’a pas chômé.

 

Très vite, elle prend la direction de la campagne de son champion jusqu’à la victoire finale. À la formation du premier gouvernement de l’ère Sall, « Mimi » hérite alors du ministère de la Justice.

 

La militante des droits humains en profite pour faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Et des têtes tombent…
Le 1er septembre, lorsqu’il remercie son chef du gouvernement, Abdoul Mbaye, c’est vers elle que Macky Sall se tourne pour lui demander de former la nouvelle équipe.

 

Le lendemain, elle formait déjà son gouvernement. Qui est donc cette femme de confiance du président du Sénégal ?

 

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/2930-9-choses-%C3%A0-savoir-sur-aminata-tour%C3%A9.html#sthash.INT8ieq3.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye mardi, 03 septembre 2013 21:45

Liens
Site

 


 
 
posté le 04-09-2013 à 10:33:49

La honte ne tue point au Sénégal

Vente saly

Comment un Sénégalais, qui de surcroît est un fonctionnaire, aujourd’hui à la retraite, depuis décembre 2011, n’ayant exercé aucune activité privée généra- trice de ressources financières, et dont le cumul des gains légaux (salaire, primes, avantages) depuis son entrée dans la Fonction publique n’est que de 446 millions de francs Cfa, a pu se retrouver à la tête d’un patrimoine d’un montant de 7,9 milliards de francs Cfa ? Telle est la question qui taraude les esprits dans l’affaire Tahibou Ndiaye.
Un patrimoine évalué à près de huit milliards (7 934 325 617 FCfa) constitué comme suit :
Un empire immobilier lourd de 61 406 m2 éparpillés entre Dakar, Rufisque et… Fès, au Maroc, dont les 58 409 sont constitués de dix terrains nus.
Sur le reste – 2 997 m2 – sont édifiés un appartement (à Fès au Maroc), deux immeubles (R+5 et R+1), et cinq villas de très grand standing. Le tout évalué à plus de quatre milliards (4 202 201 815 FCfa).
Des avoirs financiers d’un montant total de 443 248 513 FCfa dont un peu plus de la moitié seulement sont nominativement liés à l’intéressé : 237 809 152 FCfa retracés dans deux banques sénégalaises et une marocaine. 101 141 606 FCfa à la Société générale de banque au Sénégal (Sgbs), 57 653 392 FCfa à la Banque de l’habitat du Sénégal (Bhs). 1 362 313 dirhams (79 014 154 FCfa) à la Banque marocaine du commerce extérieur (Bmce).

 

Le reste, à savoir 205 439 361 FCfa, routé vers les comptes bancaires de proches parents logés à la Compagnie bancaire de l’Afrique de l’Ouest (Cbao), à Ecobank et à la Sgbs.
Last but not least, un parc automobile estimé à 94 500 000 FCfa, avec deux Mercedes haut de gamme, une Renault Laguna et une Peugeot.

 

Il ne reconnaît seulement que… 2,1 milliards

Quel Sénégalais peut se targuer d’être le propriétaire d’autant de biens ? Un ancien Chef d’État ? Un capitaine d’industrie ? Un émigré travaillant dans les mines d’or des pays d’Afrique australe ? Un trafiquant de stupéfiants ? Non ! Non ! Non ! Non ! L’homme présumé être le propriétaire de cette fortune qui donne le tournis est… un fonctionnaire des Impôts et Domaines, du moins, l’était, avant de faire valoir ses droits à une pension de retraite, en décembre 2011.

 

Et donc le cumul des gains légaux (salaire, primes, avantages) tout au long de sa carrière monte à 446 188 562 FCfa. Au sommet de sa carrière, il ne fut pas Directeur général des Impôts et Domaines, mais, seulement aux commandes de l’une des trois Directions (Impôts, Domaines, Cadastre) dépendant de ce dernier. Nous voulons naturellement parlé de Tahibou Ndiaye, arrêté, samedi dernier.

 

Son épouse avec seulement 1,4 milliard…

Son dossier relève sans nul doute de l’enquête la plus poussée et la mieux conduite par diverses entités étatiques (gendarmerie, police, Renseignements) sous la conduite de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), durant plusieurs mois. Sans tambours, ni trompettes.
Mais, c’est peu de dire que les enquêteurs ont sué avant de se retrouver dans ce qu’ils présument être le labyrinthe qui aurait permis à Tahibou Ndiaye de s’enrichir de manière indécente avec le bien public. L’ancien Directeur du Cadastre redoutait-il devoir rendre compte un jour, pour bâtir une stratégie de camouflage ?

 

Tout porte à le croire ! En effet, sur les trente et une possessions – dix terrains nus, cinq villas, trois immeubles, un appartement, quatre véhicules, et sept comptes bancaires – constitutives de son patrimoine présumé de 7 934 325 617 FCfa, son nom n’apparaît que… seize fois.
En effet, Tahibou Ndiaye ne revendique que moins du tiers de ce patrimoine, soit 2 149 485 967 FCfa. Dans le détail, la propriété de l’imposant immeuble (R+5) de la cité Keur Gorgui évalué à 938 200 000 FCfa ; un appartement à Fès, au Maroc ; deux terrains nus de 500 m2 chacun sur la Bande verte de la Vdn et au niveau du Batrain, un de 300 m2 à Yoff ; deux villas de 270 m2 chacune à Sotrac Mermoz ; deux terrains nus de 25 040 et 31 000 m2 à Rufisque ; trois comptes bancaires (Sgbs, Bhs, Bmce Maroc) mouvementés à hauteur de 237 809 152 FCfa ; deux Mercedes, une Peugeot et une Renault.

 

…884 millions à N.R. Thiam, A. Thiam et M.F. Thiam, ses trois filles adoptives

Quid du reste ? Ce sont les noms de N.A. Diongue, N.R. Thiam, A. Thiam et M.F. Thiam, qui apparaissent. La première est son épouse, les trois autres sont les nièces de cette dernière. Et filles… adoptives de Tahibou Ndiaye, selon ses mots. Filles biologiques de la sœur de N.A. Diongue, elles ont été «récupérées» par l’ancien Directeur du Cadastre à la mort de leur père, qui fut agent des Impôts et Domaines.
Pour l’épouse, les biens inscrits à son nom montent à 1 422 875 000 FCfa : trois villas d’une superficie globale de 2 027 m2 aux Almadies, à Hann Maristes et à Sotrac Mermoz évaluées à 1 274 325 000 FCfa ; un terrain nu de 200 m2 d’une valeur de 55 000 000 FCfa à Sotrac Mermoz.
Mais, alors que les enquêteurs n’ont tracé aucun bien au nom des enfants biologiques de Tahibou Ndiaye – même si des sources de Libération annoncent d’autres rebondissements dans ce dossier –, N.R. Thiam, A. Thiam et M.F. Thiam, les filles adoptives du mis en cause, sont particulièrement gâtées. En effet, du jour au lendemain, elles se sont retrouvées à la tête d’un patrimoine de près d’un milliard de francs Cfa.

 

Précisément 884 394 844 FCfa qui renvoient à la valeur de deux immeubles de 734 m2 à Yoff et Mermoz Pyrotechnique, quatre terrains nus de 969 m2 dont trois au niveau de l’aéroport de Dakar et un à Sotrac Mermoz. Sans compter des avoirs financiers d’un montant de 205 894 844 FCfa.

 

Cinq mille cent quatre vingt dix sept (5 197) m2
Keur Gorgui, Mermoz, Bande Verte, aéroport : l’épicentre d’une razzia foncière présumée
La razzia foncière présumée de l’ancien Directeur du Cadastre s’est focalisée sur une zone homogène et particulièrement spéculative où les prédateurs des terres de l’ancien régime ont fait beaucoup de dégâts. Des deux bordures de la Voie de dégagement nord (Vdn), en prolongeant vers l’aéroport et ses environs yoffois, et Almadies, Tahibou Ndiaye a fait main basse sur pas moins de cinq mille cent quatre vingt dix-sept (5 197) mètres carrés.
Mis à part deux vergers de 56 040 m2 d’une valeur de 121 620 000 FCfa, et une villa évaluée à 96 625 000 FCfa bâtie sur 297 m2 à Hann Maristes, c’est entre la cité Keur Gorgui et Mermoz, qui bordent la Voie de dégagement nord (Vdn) de Dakar, que l’ancien Directeur du Cadastre a érigé son patrimoine immobilier, à son nom et à ceux de son épouse et de ses trois filles adoptives.
Rien qu’à Sotrac Mermoz, 969 m2 de terrains nus d’une valeur de 203 800 000 FCfa sont identifiés. Toujours, dans la même cité, la famille Ndiaye dispose d’un immeuble R+1 de 170m2, trois villas de 609,7 m2 d’une valeur 417 700 000 FCfa.
Un peu plus loin, en enjambant la Vdn, on tombe, à la cité Keur Gorgui, sur le deuxième joyau de la couronne, après le palace de 1 200 m2 des Almadies : c’est un impressionnant immeuble de cinq étages d’une valeur de 938 200 000 FCfa.
Quelques centaines de mètres en avant, en remontant la Vdn, Tahibou Ndiaye déroule : 455 000 000 FCfa de biens fonciers dont trois terrains nus de 600 m2 à l’aéroport, un de 300 m2 à Yoff et 500 m2 dans la Bande Verte.
Last but not least, comme pour dire cerise sur le gâteau, aux Almadies, sur 1 200 m2, l’ancien Directeur du Cadastre a édifié un palace d’une valeur de plus d’un milliard (1 105 000 000 FCfa).

Des aveux de ses filles adoptives, présumées couvertures, au renoncement à transiger
Les brèches et erreurs fatales d’une stratégie de défense
En l’état actuel des choses et au regard de la tournure des événements, deux erreurs semblent avoir provoqué d’énormes brèches dans la ligne de défense de l’ancien Directeur du Cadastre : son ignorance du caractère pointu des éléments en possession des enquêteurs ; sa suffisance et le trop d’assurance qu’il a semblés placer en ses trois filles adoptives, pour ne pas dire ses couvertures.

 

Résultats des courses ? Tahibou Ndiaye en est revenu au point de départ : négocier, pour éviter, dans les prochaines heures, d’être expédié à Rebeuss.
De sources autorisées, nous sommes en mesure de dire que, soumises au feu roulant des questions des enquêteurs, les trois filles adoptives de Tahibou Ndiaye ont fini par craquer. En avouant tout méconnaître de l’historique des biens (six titres de propriétés) supposés leur appartenir. Elles n’ont participé à aucune transaction foncière, n’ont payé aucune taxe fiscale, encore moins construit un quelconque édifice sur un terrain.
Selon nos interlocuteurs, M.F. Thiam, N.R. Thiam et A. Thiam ont indiqué aux enquêteurs avoir simplement signé des documents qu’on leur a demandé de signer.
 Qu’en est-il des mouvements financiers feu roulant des questions des enconsidérables retracés dans leurs comptes bancaires ? Là aussi, elles ont indiqué avoir provisionné ces comptes avec de l’argent donné par… leurs parents.
Par ailleurs, la mauvaise passe subie par la traque des biens présumés mal acquis, ces dernières semaines, avec l’accumulation de couacs, qui, contrairement aux apparences, n’ont pas entamé le moral de ses conducteurs, a-t-elle requinqué Tahibou Ndiaye, poussant l’ancien Directeur du Cadastre à choisir de ferrailler, abandonnant la voie de la négociation ? Tout porte à le croire ! Car, sa décision d’abandonner la voie de la transaction avec les autorités judiciaires a été une stratégie de dernière minute.
En effet, libération est en mesure de dire que l’ancien Directeur du Cadastre, mis en demeure par la Cour de répression de l’enrichissement (Crei) de prouver l’origine li- cite de sa colossale fortune présumée, avait été loin dans des négociations avec des autorités de la Crei, aux fins de transiger. Mieux, cette volonté, Tahibou Ndiaye l’avait exprimé par écrit.
Ainsi, renseignent des sources dignes de foi et généralement bien informées, à plu- sieurs reprises, le mis en cause a eu des discussions poussées avec les interlocuteurs précités. Rechignant d’abord à lâcher certaines perles (surtout l’appartement de Fès et le palace des Almadies) de son énorme patrimoine immobilier, mais confronté à des interlocuteurs particulièrement intransigeants, qui, cependant, privilégiaient le recouvrement des biens publics supposés l’avoir enrichi illicitement, Tahibou Ndiaye finit par faire montre de bonnes dispositions.
Puis, il fit volte-face ! Au moment même où la Crei, qui se signalait par une série de bourdes dans la conduite d’autres affaires, concentrait sur elle des tirs médiatico-politiques.
Seulement, aujourd’hui, au regard de la tournure des événements, sans nul doute ce changement de stratégie a été manifestement contre-productif. En effet, au-delà de la surcharge de travail des juges de la Commission d’instruction (Ci) de la Crei, qui n’ont pu l’entendre, hier, d’où son Retour de Parquet, des sources autorisées renseignent que Tahibou Ndiaye a fait montre de nouvelles bonnes dispositions pour revenir aux négociations. Une réussite de ces dernières lui éviterait la mise sous écrou.

 

Avec Libération Yakham Mbaye

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2815-les-d%C3%A9tails-ahurissants-du-dossier-d%E2%80%99accusation-de-la-crei-contre-tahibou-ndiaye,-ancien-directeur-du-cadastre.html#sthash.H2mocw3X.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 04-09-2013 à 10:31:48

Beaucoup d’or découvert à Madina Bafé par Stratex

v

Stratex International Plc a annoncé, le 2 septembre, la mise en évidence d’une minéralisation d’or dans la concession Madina Bafé comprise dans sa licence d’exploration exclusive Dalafin de 636 km2 dans le sud-est du Sénégal.
Les meilleurs résultats montrent 10g/t d’or sur 2 m, 4,71 g/t d’or sur 4 m et 2,93 g/t d’or sur 7 m.
Il s’agit du dernier de cinq objectifs inscrits au programme de forage RAB et AC de 33 000 m qui a intercepté d’importantes minéralisations dont les zones d’identification feront objet de forage dans les deux ou trois prochains mois.
« Nous sommes ravis de la découverte de nombreux gisements de plusieurs millions onces d’or dans cette partie de l’Afrique et sommes impatients d’avoir les résultats de la prochaine phase de forage », a commenté Bob Foster, CEO de Stratex International.
Stratex International Plc listée sur AIM détient à 75% le projet Dalafin en joint-venture avec la compagnie sénégalaise EMC.

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2928-stratex-sur-une-nouvelle-piste-d%E2%80%99or-%C3%A0-madina-baf%C3%A9.html#sthash.wM2vQrTz.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions