posté le 18-09-2013 à 12:21:06

La chasse

Vente saly

La chasse au Sénégal, lorsqu'elle se pratique sur des zones bien gérées, se caractérise depuis toujours par une exceptionelle densité de gibier à plume, bien que le phacochère y soit présent en très bonne densité selon les zones.

Au Nord, l'amateur de gibier d'eau trouvera en abondance : les sarcelles, souchets, pilets, dendrocygnes, chevaliers, bécassines, oies de gambie et autres anatidae.

Au Sénégal oriental, l'amateur de perdreaux traquera le francolin, ainsi que les pigeons verts, roniers, gangas, poules de roche, pintades et des myriades de tourterelles au vol rapide.

L'amateur éclairé devra privilégier le beau coup de fusil tant la densité est ahurissante lors des passées.

Perdrix chassées au SénégalQuand au chasseur qui pratiquera la chasse devant soi, accompagné de son pisteur, véritable artiste sachant démèler les fils invisibles de l'histoire de la nature, l'envolée soudaine d'un francolin ou la fuite furtive d'un lièvre d'Afrique lui fera connaitre à nouveau cette délicieuse décharge d'adrénaline des premiers permis de chasser.

Mais la chasse au Sénégal reste avant tout une rencontre avec des hommes et des femmes de la nature avec qui des rapports humains authentiques se nouent dans des régions qui ont su garder leur authenticité.

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-09-2013 à 12:19:17

Quad et karting

Vente saly

Les passionnés de sports mécaniques ne feront vraisemblablement pas le Paris-Dakar mais pourront tout de même se faire plaisir sur les pistes de karting du pays et en pratiquant le quad sur les centaines de kilomètres de plages désertes que compte ce pays. Saly, en raison de la densité de réceptifs hôteliers et résidentiels est effectivement le mieux loti. Mais Dakar, Cap Skirring et Saint-Louis commencent également à proposer à leurs citadins ainsi qu'aux touristes amateurs de sensations fortes  des pistes de karts ainsi que des locations de quads.
Liens
Site

 


 
 
posté le 18-09-2013 à 12:16:55

La plongée

Vente saly

La plongée sous-marine est une des activités les plus intéressantes que vous pourrez pratiquer à Dakar. En effet, il n'y a guère que sur la rocheuse et volcanique presqu'île du Cap Vert que les fonds sont assez riches pour être explorés. Si vous n'avez ni guide, ni connaissance, ni matériel, plusieurs clubs vous accueilleront à Dakar.

C'est principalement à Ngor et Ouakam ainsi qu'autour des îles de la presqu'île (îles de Gorée, de Yoff, de Ngor et parc de la Madeleine) que les fonds marins sont les plus intéressants. Plusieurs belles épaves abritent une riche faune marine. C'est le cas notamment des deux épaves à moitié immergées et visibles y compris à marée haute depuis la Pointe des Almadies. De magnifiques poissons tropicaux ainsi qu'une flore colorée font le plaisir des amateurs.

Il semblerait en outre que quelques sites intéressants soient également visités sur la Petite Côte et notamment à La Somone. Une aubaine pour les nombreux touristes de Saly et ses alentours qui souhaitent pratiquer la plongée durant leur séjour. Rien à voir cependant avec les spots de Dakar même si les débutants s'initieront sans danger dans les eaux claires de la lagune de la Somone.

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-09-2013 à 12:14:52

La Pêche

Vente saly

Le Sénégal est l'une des destinations "pêche" les plus prisées au monde. Mais ici, on ne taquine pas le goujon et il ne faut pas être équipé "léger" pour prendre la mer à l'attaque de certains monstres marins. C'est la diversité des milieux aquatiques sénégalais qui fait la diversité des espèces de poissons : les eaux froides de la Grande Côte, les fonds rocheux volcaniques de la presqu'île du Cap Vert, les eaux chaudes de Casamance, les bolongs du Sine-Saloum, etc... accueillent en grand nombre des requins, carangues, coryphènes, carpes rouges, marlins, espadons, truites de mer, thons, bars, barracudas, mérous, capitaines, etc..

Trois milieux de pêche différents sont proposés aux pêcheurs sportifs venant du monde entier : la pêche en mer, la pêche en mangrove et la pêche en rivière. Ils sont également exploités pour la pêche artisanale (photo à droite) : les Sénégalais sont un peuple de pêcheurs. Les milliers de pirogues bigarrées qui colorent les plages témoignent de l'importance de cette activité.

La vocation sportive de la pêche sénégalaise est favorisée par de nombreuses infrastructures, de très bons clubs de pêche bien équipés et d'excellents guides de pêche. Le Sénégal est règuilièrement en tête des championnats internationaux de pêche sportive. Il a plusieurs fois remporté le trophée. En outre, plusieurs records de prise ont pu être homologué sur les côtes du pays.

 

La pêche en mer :

A Dakar, sur la Petite Côte et dans une moindre mesure à Saint-Louis, dans le Sine-Saloum et en Casamance, c'est principalement pour le "gros" et le "demi-gros" que vous pêcherez en mer au Sénégal. Plusieurs centres de pêche avec ou sans hébergement sont hyper-équipés pour vous emmener harnarché comme un parachustiste à la conquête du marlin bleu, du requin ou de l'espadon voilier. Dans la zone nord du pays (de la Petite Côte à Saint-Louis) les différences de température de l'eau entre les saisons sont très importantes contrairement à la Casamance ou au Sine-Saloum. Ainsi, il vous faudra choisir le bon moment pour partir en fonction des poissons que vous désirez pêcher. Concernant le marlin bleu, c'est pendant les périodes péri-hivernales qu'ils sont les plus susceptibles d'être pris dans les eaux sénégalaises (mai-juin et octobre-novembre). Il est commun d'en sortir des spécimens de 150kg. Pour le magnifique espadon voilier, c'est tout le contraire et c'est tant mieux car ça rend sa pêche complémentaire à celle du marlin. C'est en effet en pleine saison des pluies qu'ils abondent (de fin juin à fin septembre). Les plus beaux souvenirs et les plus belles photos de pleine mer seront accompagnées de ce d'Artagnan océanique. Le reste de l'année, et notamment la saison "froide", apporte elle aussi son lot de belles prises, mais en demi-gros. A la palangrotte ou à la traîne vous attraperez de très très nombreux thons (ils sont innombrables particulièrement à Dakar), des mérous, des truites de mer, des carangues, des carpes rouges (délicieuses !), des courbines, des impressionnants coryphènes (photo à gauche un coryphène et une morue), etc....

Surf casting au Cap Skirring SénégalLe surf casting est particulièrement pratiqué sur la Petite Côte (de Rufisque à Joal en passant par Saly). Néanmoins, les baigneurs et plus généralement les nombreux passants marchant sur la plage rendent ce type de pêche peu pratiqué (contrairement aux très paisibles plages de Nouadibou en Mauritanie). La pêche au lancer sera elle idéale dans la zone rocheuse de la presqu'île du Cap Vert (Ngor, Ouakam, Yoff) et de très nombreuses truites de mer attaqueront votre Rapala. C'est également sur ces fonds tortueux jonchés d'épaves en tous genres que vous pourrez pratiquer la pêche sous-marine. Poissons-perroquets, mérous ou badèches abondent entre les rochers. Photo à droite (surf casting au Cap Skirring).

 

La pêche en mangrove:

Dans le Sine-Saloum et en Casamance exclusivement, c'est la grande spécialité du Sénégal tant est rare cet écosystème d'eau saumâtre fait d'îles de palétuviers entrecroisées de milliers d'îlots de mangrove. Les espèces peuplant ces eaux sont innombrables et variées et, contrairement à la pêche en mer, il n'y a pas de saison pour la pêche en mangrove bien que la densité de poissons soit plus importante pendant la saison des pluies. La plupart des hôtels du Sine-Saloum et quelques hôtels de Casamance proposent à leurs clients des sorties de pêche à la traîne, à la palangrotte ou au lancer à travers les bolongs. La plupart de ces journées halieutiques se déroulent à bord de grandes pirogues sénégalaises motorisées mais certains hôteliers vraiment spécialisés sont dotés de véritables bateaux modernes équipés pour cette activité. Les guides vous emmèneront à travers les dédales de mangrove pour accéder aux sites les plus propices aux belles prises. Bref, c'est un émerveillement permanent que d'allier les délices des poissons de mer au calme et au silence des étendues vertes des bolongs de Casamance et du Sine-Saloum. Vos plus beaux combats et vos plus impressionnants trophées seront bien-sûr les recherchées carangues (photo droite : une sortie de pêche dans la mangrove au Katakalousse), les barracudas et les carpes rouges. 

 

La pêche en rivière:

Anecdotique et non-organisée au Sénégal elle pourra néanmoins vous procurer quelques belles sensations au Sénégal oriental (rivières Gambie, Niokolo et Falémé) et dans la vallée du fleuve Sénégal. Très peu d'espèces sont intéressantes à approcher et 80% des prises sont des espèces de petites perches immangeables car bourrées d'arêtes. Les afficionados de la pêche en eau douce seront néanmoins ceux qui évolueront dans les paysages les plus sauvages et les moins touristiques du pays. Vous vous équiperez de votre matériel carnassier européen habituel car vous n'attraperez pas ici la gigantesque et mythique perche du Nil. Mais de belles bagarres seront au rendez-vous avec les hydrocyons (genre de brochet local) et de beaux silures (très appréciés grillés). Attention à ne pas confondre ces derniers avec le malaptérure qui peuple également les rivières du coin et ressemble lui aussi à un gros poisson-chat. La grosse différence est que le sympathique malaptérure vous enverra grâce à ses plaques électrogènes une bonne décharge de 500 volts histoire de vous recharger le pacemaker et de vous renvoyer Villeneuve-sur-Lot dans une boîte. Prenez donc garde à ne pas confondre. Dans le doute, laissez filer tout ce qui ressemble à un poisson-chat. A part si vous décidiez de pêcher à l'intérieur du Parc du Niokolo Koba, vous n'avez pas besoin de permis de pêche pour la rivière. La pêche n'étant pas pratiquée dans la région, les poissons sont répartis de manière uniforme. Il n'y a donc pas de "mauvais coin". Autant d'ailleurs ne pas aller trop loin des localités habitées car un accident est toujours possible (crocodiles, serpents et même hippos ne sont que très rarement amicaux). 

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-09-2013 à 11:12:02

Cybercrime : huit pays africains fichés parmi les plus risqués de la planète

Vente saly

D’abord partie du Nigeria, qui s’est fait un nom dans le domaine de l’escroquerie en ligne grâce à la légendaire « fraude 419 », la cybercriminalité n’en finit pas de faire des adeptes sur le continent, particulièrement en Afrique de l’Ouest, et à un degré moindre en Afrique centrale.

Bien qu’elle reste souvent assimilée à un désert numérique, l’Afrique s’est forgé une sinistre réputation de sanctuaire de la cybercriminalité. Dans un rapport publié en décembre 2012, la société américaine spécialisée dans la sécurité des échanges numériques Trend Micro Incorporated a classé les cybercrimes en provenance de l’Afrique parmi les dix principales menaces qui pèseront sur les entreprises et le grand public en 2013. « L’Afrique est en voie de devenir une nouvelle scène de la cybercriminalité internationale. En 2013, ce continent sera le paradis des cybercriminels », avait souligné ce rapport intitulé Security Threats to Business, the Digital Lifestyle, and the Cloud. Les experts de Trend Micro ont également fait remarquer que « les cybercrimes Made in Africa deviennent plus sophistiqués ».

 

En 2010, la division du crime informatique du Bureau fédéral américain d’investigation (FBI) a placé trois pays africains parmi les dix premières sources de cyberarnaques : le Nigeria (3ème), le Ghana (7ème) et le Cameroun (9ème). Peu avant la publication de ce classement, l’Inde avait aussi mis en garde ses ressortissants et ses entreprises contre les cyberescrocs africains. « Plusieurs cas d’Indiens roulés par des escrocs africains ont été signalés. Les victimes ont perdu de l’argent, subi des souffrances physiques et parfois la mort », a affirmé le gouvernement indien, précisant que les escrocs agissent à partir de pays de l’Afrique de l’Ouest tels que le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Sénégal, le Bénin, le Togo ou le Burkina Faso.

 

Le Nigeria tient le haut du pavé

 

Pays constamment présent dans les listes noires établies par les organismes de lutte contre la cybercriminalité, le Nigeria concentre 7,5% des cybercriminels à l’échelle mondiale, selon un récent rapport de l’Onu contre la drogue et le crime (UNODC). Ce pays a gagné la réputation de havre des cybercriminels grâce à la « fraude 419 », un chiffre qui correspond à l’article du Code pénal nigérian qui condamne les crimes informatiques. Cette escroquerie en ligne, appelée aussi « scam 419 » ou arnaque nigériane, se présente généralement sous la forme d’un courriel dans lequel une personne affirme posséder une somme d’argent mirobolante provenant d’un héritage ou de fonds à placer à l’étranger à la suite d’un changement de contexte politique. L’arnaqueur demande alors de l’aide pour effectuer un transfert d’argent, en contrepartie d’un pourcentage sur la somme en question. Si la victime accepte, on lui demande d’avancer des sommes d’argent destinées à couvrir des frais imaginaires de notaire ou de pots-de-vin avant que le transfert ne soit effectif. Bien entendu, ce transfert n’aura jamais lieu. Née au Nigeria à la fin des années 90, l’arnaque nigériane a par la suite essaimé dans les pays voisins. Et les truands du web nigérians ont été rapidement concurrencés par leurs élèves.

 

« Robins des Bois » de l’ère du web 2.0

 

Dans les cybercafés d’Abidjan, les « brouteurs », surnom local des cyberescrocs, ont même dépassé leurs maîtres en inventant une escroquerie basée sur le chantage à la webcam. Le mode opératoire est très rodé : ces aigrefins s’infiltrent dans des sites de rencontres sous un profil fictif. Mots doux, déclarations d’amour enflammées et quelques photos truquées de bombasses aguicheuses suffisent souvent à ferrer la proie. Aveuglée par son amour, la victime, surnommée localement le « mugu », ou le « pigeon », est poussée à s’exhiber devant une webcam. La scène enregistrée, le chantage commence…

 

Le business est très lucratif. A Abidjan, les « brouteurs » ont accumulé de belles fortunes au point de devenir la deuxième proie des femmes, après les footballeurs ivoiriens expatriés mais avant les ministres et les hauts fonctionnaires. Et d’inspirer une danse, le célèbre « Couper décaler » (escroquer et s’évaporer). Certains cyberescrocs se considèrent par ailleurs comme étant des Robins des Bois de l’ère du web 2.0, puisqu’ils font « payer aux Blancs leur dette pour la colonisation et la traite négrière ». « Chaque semaine, nous recevons environ 70 plaintes pour escroquerie, déposées essentiellement par des Européens », indique le directeur de l’informatique et des traces technologiques au Ministère ivoirien de l’intérieur, Stéphane Konan.

 

Une liste noire de 200 cybercriminels béninois

 

Au Ghana, les cybercriminels utilisent les mêmes pièges du « Love chat », de l’héritage à transférer ou encore de la loterie bidon. Ces larrons, appelés localement les Sakawa Boys, affirment toutefois recourir à des rituels ancestraux de magie noire pour gagner la confiance de leurs victimes.

 

Spécialité redoutable des cyberescrocs béninois surnommés les « gai-men », l’arnaque de la petite annonce (un faux vendeur en ligne encaisse le paiement d’un objet de valeur, mais ne le livre jamais) cible notamment les Américains appâtés par la réalisation de bonnes affaires. L’ampleur de cette escroquerie a d’ailleurs poussé l’Agence américaine de lutte contre les fraudes en ligne, Internet Fraud Complaint Center, à publier une liste noire de 200 présumés cybercriminels béninois en novembre 2012.

 

De façon générale, ce sont les escroqueries en ligne qui prédominent en Afrique. Les cybercriminels ayant des motifs politiques ou religieux tels que les hakers marocains « Moroccan Ghosts », qui s’attaquent aux sites de jeux de hasard, restent une exception sur le continent. Fait nouveau, toutefois : des cybercriminels étrangers fuyant des poursuites plus efficaces commencent à s’installer en Afrique, où les infrastructures Internet continuent de progresser…

SOURCE : agence ecofin AUTEUR :
Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions