posté le 23-09-2013 à 11:23:42

Attaque des chebabs au Kenya : au moins 42 morts et plus de 150 blessés

Vente saly

L’attaque meurtrière menée par un commando armé dans un centre commercial huppé de Nairobi, la capitale du Kenya, a été revendiquée par les combattants islamistes somaliens al-chebab sur leur compte Twitter.Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a déclaré que les terroristes «ont tué 39 innocents». Le nombre de blessés est estimé, provisoirement, à 150.

 

Dimanche aux première heures, alors que l’attaque avait débuté plus de 12 heures plus tôt, le Centre national des opérations du Kenya pour les catastrophes indiquait que le nombre de commerçants et d’employés détenus par les hommes armés était incertain, alors qu’une opération massive de l’armée et de la police est entrée en action. Toutefois, cinq otages avaient pu être libérés par les forces de sécurité.

 

«Les opérations se poursuivent», indiquait un responsable de la sécurité kenyane présent sur les lieux, armé et en civil.

 

Le compte Twitter des chebabs suspendu

En début de nuit, Twitter a annoncé sur le site de langue anglaise @HSM_Press que le compte Twitter des assaillants islamistes chebab était suspendu. Le réseau social a précisé que c’était la troisième fois depuis le début de l’année qu’il agissait ainsi sur ce compte.

 

Durant la journée, alors que la sanglante opération du commando islamiste n’était pas terminée, @HSMPress1 avait publié ainsi plusieurs communiqués concernant cette attaque, messages n’apparaissant plus, depuis la suspension du compte, sous la forme de twitts sur les sites sur lesquels ils ont été repris, comme ci-dessous.

 

Le bureau de presse de l’organisation terroriste soulignait ainsi que «HSM (NDLR : Harakat al-Shabaab al-Mujahideen) a averti à plusieurs reprises le gouvernement kenyan que le maintien de ses troupes en Somalie aurait des conséquences graves».

 

«Seuls les infidèles ont été tués», se sont félicités les shebab : «tous les musulmans présents sur place» ont été «escortés hors du centre par nos moujahidines».

 

– Proche du siège local des Nations unies, ce centre commercial était régulièrement cité par les sociétés de sécurité comme une cible possible de groupes liés à Al-Qaïda, tels les insurgés somaliens al-chebab, qui ont souvent menacé de mener des attaques sur le territoire kényan à cause du soutien militaire de Nairobi au gouvernement somalien.

 

L’armée kényane est entrée en Somalie en 2011 et se maintient depuis dans le sud du pays, dans le cadre d’une force africaine soutenant le gouvernement somalien qui a infligé de nombreuses défaites aux islamistes.

 

Sur place, dans le centre commercial, les forces de sécurité kényanes affirment être sur le point de venir à bout des terroristes. «Les assaillants ont été isolés et encerclés dans un secteur de l’un des étages. Le reste du centre commercial semble sécurisé», a indiqué une source sécuritaire, alors que l’opération se poursuivait dans la soirée ce samedi.

 

Le président kenyan a déclaré, sur un ton martial : «Nous allons traquer les auteurs, nous allons les chercher, et nous allons les punir pour ce crime odieux.»

 

Mais de son côté, le responsable de la communication des insurgés indiquait sur le compte Twitter de l’organisation, à 20h32, que les Moudjahidins à l’intérieur de #Westgate Mall sont toujours en train de combattre et sont toujours forts».

 

Huit à dix hommes masqués, vêtus de noir, armés de grenades et de fusils d’assaut AK-47, ont ouvert le feu ce samedi midi sur les clients et le personnel du centre commercial de luxe à Nairobi, tuant au moins 39 personnes, en blessant des dizaines d’autres et prenant sept otages.

 

Un nombre indéterminé de ressortissants des Etats-Unis ont été blessés dans l’attaque a annoncé le département d’Etat américain, qui a condamné un «acte de violence insensé». L’ambassade américaine au Kenya, qui a été mobilisée pour leur venir en aide, est «également en contact avec les autorités locales et a offert son assistance», précise le département d’Etat.

 

Des Britanniques figurent «sans aucun doute» parmi les victimes de l’attentat selon le chef de la diplomatie du Royaume-Uni, William Hague.

 

Un suspect blessé et arrêté

La police a indiqué qu’un suspect blessé dans la fusillade a été arrêté et évacué à l’hôpital sous escorte armée. «C’est un suspect et il est traité comme tel. Il a été emmené à l’hôpital et restera sous surveillance pour être interrogé», a dit une source policière. Mais l’homme ne pourra rien révéler. Selon la chaîne de télévision NTV Kenya, «le combattant a succombé à ses blessures par balles».

 

Des soldats kényans et des unités d’élite sont venus soutenir la police dans les premières heures de l’assaut. Des soldats étaient visibles autour du bâtiment de quatre étages, survolé par des hélicoptères de la police et de l’armée. «Nous sommes dans le processus de sécurisation du bâtiment, magasin après magasin, et d’évacuation des personnes» piégées à l’intérieur depuis le début de l’attaque, a expliqué une source sécuritaire.

 

Une scène de guerre

Selon un témoin, les assaillants ont «exécuté» des clients et parlent une langue étrangère, peut-être l’arabe ou le somali. Mais, a-t-il ajouté, «je n’en suis pas sûr car je ne parle pas ces langues».

 

Des hommes et des femmes terrifiés, certains tenant des enfants dans les bras, fuyaient la zone en courant, certains étaient blessés. D’autres rampaient le long de murs pour éviter les balles perdues. Plusieurs voitures constellées d’impacts de balles étaient abandonnées çà et là.

 

De nombreux véhicules de police et des ambulances encerclaient le «Westgate Mall», fréquenté par les riches Kényans et les expatriés. Ce centre commercial, ouvert en 2007, compte des restaurants, des cafés, des banques, un grand supermarché et un cinéma multiplexe qui attirent des milliers de personnes chaque jour.

 

«Les hommes armés ont tenté de me tirer dans la tête»

Sudjar Singh, qui travaille dans le centre, a réchappé de justesse aux agresseurs. «Les hommes armés ont tenté de me tirer dans la tête mais ils m’ont manqué.

 

Au moins 50 personnes ont été touchées» par des balles, a-t-il déclaré. «J’ai vu un petit garçon évacué sur un caddie, il devait avoir cinq ou six ans. Il avait l’air mort», a-t-il ajouté. Annette, une autre survivante, raconte avoir «vu trois des attaquants vêtus de noir, les visages masqués, et ils avaient de gros fusils».

 

Kenneth Kerich faisait ses courses lorsque l’attaque a commencé. «Soudain j’ai entendu des coups de feu et tout le monde s’est mis à courir. Je me suis allongé au sol. J’ai vu deux personnes tomber et saigner, je pense qu’elles ont été touchées par des balles, a-t-il dit.

 

Au départ nous pensions que c’était la police qui affrontait des voleurs. Mais nous n’avons pas pu nous enfuir avant que les policiers n’entrent (dans le centre commercial), tirent en l’air et nous disent de sortir».

 

Une cliente sortie du centre a indiqué y avoir passé six heures à se cacher avant d’être secourue. «J’étais dans un café lorsque j’ai entendu des coups de feu et des explosions. Ensuite j’ai couru pour me cacher dans un magasin. J’ai passé six heures là-dedans», a raconté cette femme.

- See more at: http://dakar-echo.com/international/item/3164-attaque-islamiste-au-kenya-au-moins-39-morts-et-150-bless%C3%A9s.html#sthash.vSobaC05.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans International dimanche, 22 septembre 2013 12:10 -

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-09-2013 à 12:12:28

Alex Corenthin: il y a un monopole de l’internet au Sénégal

Vente saly

Internet society au Sénégal, (ISOC), une plate forme de communication autour des enjeux de l’internet, par la voix de son président, Alex Corenthin, a lancé, jeudi, à Dakar, un plaidoyer envers l’Etat du Sénégal pour une utilisation correcte, juste et durable des technologies de l’information et de la communication (TIC).

 

M. Corenthin intervenait, à l’occasion d’un forum national sur la gouvernance de l’internet, avec comme sous-thème ‘’ le Sénégal dans l’économie numérique : forces et faiblesses’’.

 

‘’ISOC œuvre aussi à aider la communauté à mieux s’approprier l’internet, en aidant à son développement pour le bien de l’utilisateur final’’, a-t- il souligné avant de préciser que le forum en est à sa troisième édition.

 

Il s’agit, selon lui, de rassembler tous ceux qui sont intéressés par cela, pour discuter sur tous les problèmes que rencontrent les Sénégalais vis-à-vis de l’internet et proposer ainsi des solutions pour les résoudre.

 

‘’A l’issue des discussions, nous allons produire un document que nous allons mettre à la disposition de l’Etat du Sénégal’’, a dit le président d’ISOC, avant de s’interroger sur la cible et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs.

 

L’ensemble des informations seront collectées et mises à la disposition du public, avec à la clé la publication d’un document sur le Web.

‘’Partant de là, les autorités sauront qu’il existe des gens qui sont habilités à mettre en œuvre la politique numérique, et c’est à eux de prendre des décisions’’, a expliqué Alex Corenthin.

 

Néanmoins, après avoir reconnu que le pays dispose d’un potentiel infrastructurel et de ressources humaines de qualité en la matière, ainsi que d’un secteur de télécommunications très dynamique, le président de l’ISOC a relevé des faiblesses, notamment l’apport de valeur ajoutée dans l’économie nationale.

 

‘’Pourquoi nous ne possédons pas de richesses, créer de la valeur ajoutée dans notre économie nationale alors que nous sommes les meilleurs au niveau africain ?’’, s’est demandé M. Corenthin.

 

D’après lui, la contrainte fondamentale se situe au niveau de la réglementation du secteur. ‘’Nous sommes dans une situation de monopole, car il existe un seul opérateur en internet’’, a-t-il déploré.

 

Il a également relevé un manque de stratégies de la part de l’Etat pour créer réellement cette économie numérique, car il est le premier investisseur. ‘’L’Etat doit créer des sociétés, de la valeur ajoutée pour que les autres viennent le rejoindre’’, a-t-il suggéré.

 

Pour ce faire, il l’a invité à se concerter avec les acteurs, parce qu’il ne peut décider pour les autres.

 

‘’Si l’Etat compte mettre en place des lois concernant l’économie numérique, il doit associer tout le monde comme la presse en ligne, qui est un acteur, les développeurs de services en valeur ajoutée, les jeux en ligne, entre autres’’, a encore suggéré le président d’ISOC/Sénégal.

 

Selon lui, il doit être à l’écoute des acteurs, les doter de ressources nécessaires afin qu’ils puissent démarrer leurs activités. ‘’L’Etat doit prendre des risques pour créer de la valeur ajoutée dans l’économie nationale’’, a insisté Alex Corenthin.

 

Plusieurs sociétés du secteur des télécommunications étaient représentées à ce forum dont la clôture est prévue dans l’après-midi.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/3147-nous-sommes-les-meilleurs-en-afrique.html#sthash.R5uNIyO8.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier jeudi, 19 septembre 2013 16:17

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-09-2013 à 12:11:15

Le premier mariage homosexuel congolais célébré en…Belgique

Vente saly

La Belgique a célébré le premier mariage d’un couple homosexuel originaire de la République Démocratique du Congo, le week-end dernier.

 Un couple d’homosexuel originaire de la République Démocratique du Congo a créé le buzz sur le net en officialisant leur union devant leurs amis et proches en Belgique le week-end dernier.

 

Ce couple devient ainsi le premier couple homosexuel Congolais à se marier.

 

En RDC comme dans beaucoup de pays Africains, l’homosexualité est passible de sanctions, un texte de loi a même été déposé qui stipule que les relations entre personnes de même sexe consentantes seront passibles de cinq ans de prison et d’une amende de 500 000 francs congolais et toute activité associative tournée vers les gays et lesbiennes sera aussi interdite et pénalisée.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/3148-le-premier-mariage-homosexuel-congolais-c%C3%A9l%C3%A9br%C3%A9-en-belgique.html#sthash.Si6pLjEs.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier jeudi, 19 septembre 2013 18:45

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-09-2013 à 12:09:48

Arène Nationale: Enda, Wetlands et IUCN

Vente saly

Écrit par  Jean Louis Verdier jeudi, 19 septembre 2013 16:11

Les organisations de défense de l’environnement, Enda Tiers-monde, UICN et Wetlands International, disent ‘’non’’ à la construction de l’arène nationale sur le site du Technopole qu’elles considèrent comme l’un des derniers ‘’poumons verts’’ de la capitale sénégalaise.
‘’La décision prise par le gouvernement du Sénégal, de construire une arène nationale sur le site du Technopole dédié à la recherche scientifique et à la technologie, si indispensable au développement, suscite une réelle inquiétude chez tous ceux qui sont soucieux de la préservation de l’environnement et d’un développement urbain harmonieux’’, écrivent ces organisations dans un communiqué reçu à DakarEcho.

 

Pire, estiment-elles, cet édifice sportif va définitivement anéantir la seule dépression interdunaire de la Grande Niaye de Pikine, indispensable au captage des eaux de ruissellement et aux échanges hydriques souterrains entre diverses zones habitées de la ville de Dakar’’.

 

Pour ces organisation, ‘’la construction d’une arène de lutte sur le site du Technopole est techniquement inopportune et moralement condamnable du fait de l’absence de vision qui la caractérise’’.

 

Elles ‘’estiment qu’un site, autre que le Technopole, doit être trouvé pour la construction de l’arène nationale’’ et affirment leur attachement ‘’aux principes de dialogue’’ avec les autorités publiques du Sénégal et les autres partenaires, pour ‘’trouver une solution idoine, dans l’intérêt des hommes et de l’environnement’’.

 

Le ministère des Sports et le Comité national de gestion (CNG) de lutte ont choisi, au mois d’août dernier, le site du Technopole (banlieue de Dakar) pour y ériger la future arène nationale, dont ils ont, de concert avec des experts chinois, fixé le nombre de places à 20 mille.

 

Récemment l’ONG Jamra et l’Observatoire de veille « Mbañ Gacce » avaient attiré l’attention de l’Etat sénégalais sur « la nécessité vitale de sauvegarder’’ le site du Technopole, retenu pour abriter cette arène que promet de construire la Chine.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/3146-les-ong-disent-non-%C3%A0-l-ar%C3%A8ne-nationale.html#sthash.zfpv1H5i.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-09-2013 à 11:35:26

Le Sénégal et la Banque Mondiale veulent régler le conflit casamançais par…

Vente saly

par Xibaaru le 20 Sep 2013 • 07:32

En réponse à la longue crise casamançaise et pour accompagner la dynamique de paix enclenchée, l’état du Sénégal vient de mettre sur pied un projet d’initiatives communautaires pour la construction de la paix qui va intervenir dans toutes les communautés rurales de la région de Ziguinchor. Ce projet est soutenu et financé par la Banque Mondiale et sera exécuté par l’ARD de Ziguinchor à qui les fonds et la gestion sont confiés. Chacune des communautés rurales de la région va bénéficier d’un montant de 25 millions de FCFA pour financer ses projets d’initiatives communautaires. Des réunions de sensibilisation et d’information sont prévues dans chaque collectivité locale ensuite suivront des foras. De ces concertations, sortiront des idées de projet et des thèmes de formation pour les élus locaux, les membres des cadres de concertation et les personnes coptées pour accompagner le processus. Les projets à financer seront choisis sur la base des priorités de la communauté rurale en rapport avec son plan annuel d’investissement. Il faut noter également que les projets qui seront élus doivent impérativement être des projets d’intérêt communautaire, des projets fédérateurs et non des projets sources de conflit ou susceptibles de diviser les populations d’une même collectivité locale.
Pour un meilleur accompagnement des 25 communautés rurales de la région dans ce projet, l’ARD de Ziguinchor a choisi 5 dynamiques présentes dans la région. Chacune d’elles va accompagner 5 communautés rurales. Par exemple, l’Association des Jeunes Agriculteurs et Eleveurs du Département d’Oussouye (AJAEDO) va être présente dans les 4 communautés rurales d’Oussouye et dans celle de Tenghori dans le département de Bignona. L’AJAEDO a d’ailleurs tenue sa première réunion d’information dans la communauté rurale de Tenghori ce Jeudi.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions