posté le 25-09-2013 à 11:51:20

Racisme en Italie : 17 pays européens soutiennent Cecile Kyenge cible d’insultes racistes

Vente saly

Soutien anti-racisme
Victime de multiples attaques racistes, Cécile Kyenge, ministre de l’Intégration italienne, d’origine congolaise a bénéficié, ce lundi, du soutien de dix-sept pays européens. Vice-Premier ministre belge à l’origine de l’initiative, Joëlle Milquet et ses camarades, ont estimé qu’il fallait faire quelque chose pour stopper les insultes racistes dont Mme Kyenge est la cible. « Je suis très choquée, en tant que femme et démocrate, de voir qu’en 2013 on peut encore insulter une ministre », a tonné Mme Milquet dont le slogan de lutte est « Stop au racisme, il faut réaffirmer les valeurs européennes. »

Balthazar xibaaru.com

par Xibaaru le 24 Sep 2013 • 16:26

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-09-2013 à 11:49:54

Un industriel marocain invite ses compatriotes à investir au Sénégal

Vente saly

par Xibaaru le 24 Sep 2013 • 20:09

Appel de Réda Kadiri

Les investisseurs marocains doivent saisir les opportunités d’affaires offertes par le Sénégal, un pays avec qui le Maroc partage beaucoup de valeurs culturelles et religieuses, a plaidé mardi à Dakar, Réda Kadiri, un investisseur marocain.”Aujourd’hui j’invite mes frères marocains à venir investir au Sénégal pour saisir les opportunités offertes par le pays. Notre rôle c’est de travailler ensemble entre Marocains et Sénégalais. Il n’y a pas beaucoup de sociétés marocaines au Sénégal. Il est temps qu’on investisse au Sénégal”, a dit M. Kadiri.

S’exprimant dans un entretien avec APA, M. Kadiri, directeur général de la société Arya &Co Développement, a souligné que son souhait est de voir le Sénégal devenir un hub des affaires marocaines pour l’Afrique de l’Ouest.

‘’Le Sénégal est complètement sur la voie de l’émergence. Il a une ressource humaine qualifiée. En NTIC, par exemple, il est très avancé. Ce qui fait qu’il est une priorité pour nous. Nous sommes très satisfaits des compétences des Sénégalais”, a ajouté Réda Kadiri.

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-09-2013 à 11:48:33

La nounou estime avoir été exploitée chez les Noah

Vente saly

Condamnation People.

Une ancienne nounou qui s’est occupée du fils de Yannick Noah et de Isabelle Camus raconte comment elle a été abusée pendant plusieurs mois.

Rabra Bendjebbour est décidée à en découdre. Selon le Figaro.fr, une audience de conciliation a lieu ce mardi au tribunal des prud’hommes de Bobigny entre cette femme d’une cinquantaine d’années et le couple Yannick Noah-Isabelle Camus.

Motif? L’ancienne nounou de Joalukas, qui pourrait porter l’affaire au pénal pour «esclavage» et «abus de confiance», prétend avoir été sous-payée et licenciée abusivement en 2004.

Alors que le couple cherche quelqu’un pour garder le petit, Rabra Bendjebbour débarque dans leur vie. «Je suis arrivée chez eux dès la naissance du bébé, et dès lors je me suis retrouvée prise dans un tourbillon. Je les ai suivis pendant trois mois, en tournée, puis en vacances, et je me suis occupée de Joalukas nuit et jour, du lundi au dimanche, pour 950 euros par mois», explique-t-elle.

«Dans ce cas là, dégage»

A l’automne 2004, la collaboration entre les deux parties s’achève après une dispute. «J’expliquais juste à Isabelle Camus que je n’étais plus prête à travailler jour et nuit! Elle m’a dit ‘dans ce cas là, dégage’», poursuit celle qui affirme avoir vécu des moments difficiles suite à ce licenciement.

Au Figaro, Rabra Bendjebbour dresse un portrait très peu flatteur de la façon de vivre du couple. «Yannick venait embrasser son fils une seule fois par jour, le soir, avant de le laisser dormir dans ma chambre et de me laisser m’occuper de lui comme si j’étais sa mère», explique t-elle.

 

Concernant Isabelle Camus, elle ajoute qu’«elle ne prenait son fils dans ses bras que pour sortir dehors, devant les gens».

- See more at: http://dakar-echo.com/people/item/3190-elle-estime-avoir-%C3%A9t%C3%A9-exploit%C3%A9e-chez-les-noah.html#sthash.SejTRcCh.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans People mardi, 24 septembre 2013 14:03

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-09-2013 à 11:45:35

Mame Diarra expose à l’Institut Français de Dakar

Vente saly

Exposition photographie.

L’espace Pavillon de l’Institut français de Dakar accueille les œuvres photographiques de Mame Diarra Niang.Le vernissage de l’exposition intitulé «Sahel gris» est prévu le mardi 1er octobre à 19 heures. Et l’expo se prolonge jusqu’au samedi 26 octobre prochain.

«La photographie de Mame-Diarra Niang relève autant d’une interrogation sur sa technique, comme capture de la lumière, que d’un hommage à l’Afrique, comme continent solaire.

Renversant les clichés et déjouant les attentes, la photographe use de son outil à contre-emploi, cherchant moins à reproduire l’intensité chromatique des paysages dakarois qu’à moduler la perception de son éclat, et à montrer le Sénégal sous un nouveau jour» note-t-on dans le texte de présentation.

L’artiste propose dans sa série Sahel Gris une circulation sur des frontières se représentant en axes courant vers un ailleurs comme sur des lignes de fuites.

Elle pose dans cette situation une ambiance entre chien et loup, un entre-deux qui offre une idée forte du mouvement par l’errance qui s’opposerait à une colonisation urbaine en chantier sur l’ancienne piste de l’aéroport de Dakar, aménagée en nouvelle « cité dortoir ».

Ce paysage en érection renvoie à un dialogue entre horizontalité et verticalité et à une destinée commune tant par la géométrie des immeubles en constructions que par l’absence de l’homme.

 

Dans ses photographies, Mame-Diarra Niang interroge avec constance la plasticité de ces paysages anonymes. Elle perçoit l’étendue en construction, en ruine ou à l’abandon comme une installation plastique et contemporaine qui impose un effort contemplatif.

 

L’état transitoire entre la permanence de la terre et son occupation fait de plus en plus référence, dans l’architecture en blocs de bétons installés sur un « no man’s land », aux banlieues occidentales érigées comme un étalement humain, résultat d’un débordement de la ville au-delà de ses murs et témoignant de nouveaux modes de vie.

 

La solidité du fer, la vie inhérente à l’eau et la rouille, savante réaction chimique entre les deux, jonchent ce Sahel gris qui fait place à une idée de « vies entassées ». Il n’est alors plus question de « vies à coté » traditionnellement connues à Dakar.

 

L’expansion est de plus en plus présente dans la ligne d’horizon, tel le point de basculement entre une vision radicale de l’avenir et du vivre ensemble. Il y a donc deux choix qui se font face dans les clichés de Sahel Gris autant par le rapport au sol qu’au territoire : fouler le sable et circuler, ou le bâtir en brique et se fixer.

 

Sahel gris est une nature morte qui donne à voir en une sensation neuve la sédentarisation, la possession et la quotidienneté que fabrique la société sénégalaise. Ci-gît dans Sahel Gris, la notion de bonheur d’un Dakar anxieux de se perdre dans l’étendue abstraite du temps et l’occupation concrète de l’espace. »

 

M-D. N. avec Baobab

- See more at: http://dakar-echo.com/culture/item/3198-mame-diarra-expose-%C3%A0-l%E2%80%99institut-fran%C3%A7ais-de-dakar.html#sthash.mFdURg9F.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 25 septembre 2013 08:05

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-09-2013 à 11:43:45

Pénurie d’eau persistante à Dakar, le gouvernement menace de sanctions et Macky rentre

 

Vente saly

Plusieurs quartiers de Dakar sont privés d’eau potable depuis plus de treize jours maintenant à la suite d’une panne sur des conduites alimentant la capitale sénégalaise, situation qualifiée mardi d »inadmissible’ par le gouvernement, qui a menacé la société distributrice de sanctions.
Depuis le 12 septembre, l’eau manque dans de nombreuses zone de l’agglomération de Dakar, alimentée à partir du lac de Guiers (200 km au nord de la capitale) par la Sénégalaise des Eaux (SDE), société chargée de sa production et de sa distribution.
La SDE a attribué cette pénurie à la rupture de la principale conduite d’eau, un énorme tuyau mesurant, d’après la télévision publique sénégalaise RTS, 85 mètres de long et 1,20 mètre de diamètre.
‘Il est extrêmement désolant qu’on se retrouve dans une telle situation. Je devrais même dire que c’est inadmissible, et je pèse mes mots’, a déclaré Mme Aminata Touré, Premier ministre, lors d’une visite sur le site de l’usine de traitement des eaux où la conduite défectueuse est en réparation.
‘Evidemment, il y a plusieurs explications techniques qui ont été données, mais à l’arrivée, il n’y a pas d’eau à Dakar et ce n’est pas acceptable, c’est inadmissible!’, a dit Mme Touré à l’antenne de la RTS, visiblement en colère.
D’après l’Agence sénégalaise de presse (APS, officielle), la chef du gouvernement a affirmé que l’Etat procèdera à un ‘audit complet’ de la société distributrice, ajoutant: ‘Les responsabilités seront situées et des sanctions seront prises’.
‘Il faudrait que dans ce pays, chaque fois que les gens prennent les engagements, ils les respectent. Et s’ils ne les respectent pas, qu’il y ait les sanctions qu’il faut’, a-t-elle dit sur la RTS.
Un contrat de concession lie depuis le milieu des années 1990 l’Etat du Sénégal et la SDE, filiale de Finagestion, une holding basée à Paris. Son capital est partagé entre Finagestion, les collaborateurs de l’entreprise, des privés sénégalais et l’Etat du Sénégal.
Le tuyau dégradé est toujours en réparation, après une première soudure qui n’a pas tenu, mais actuellement ‘toutes les chances ne sont pas réunies pour que cette conduite résiste. (…) On essaie d’aller prudemment’, a expliqué sur la RTS le directeur général de la SDE, Mamadou Dia, qui faisait partie de la délégation accompagnant le Premier ministre.
En attendant le retour à la normale, des points de distribution d’eau ont été ouverts. Cependant, de nombreux habitants relient quotidiennement leurs domiciles et les zones épargnées par la pénurie, munis de barriques, bassines, seaux et bouteilles pour s’approvisionner en eau.

 

 

Macky écourte son séjour à New York

Macky Sall va écourter son séjour à New York dans le cadre de la 68ème Assemblée générale des Nations Unies, pour rentrer à Dakar, et certainement des têtes vont tomber à l’issue du Conseil des Ministres qu’il va présider demain jeudi 26 septembre 2013

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/3196-p%C3%A9nurie-d%E2%80%99eau-persistante-%C3%A0-dakar,-le-gouvernement-menace-de-sanctions.html#sthash.x6IzHx9V.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions