posté le 28-09-2013 à 11:56:46

Dimanche: Encore des orages et des pluies intermittentes (ANACIM)

Vente saly

Par APS | APS |  Samedi 28 septembre, 2013 03:56

METEO . L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) a annoncé pour les prochaines 24 heures encore des orages et des pluies intermittentes entre Dakar, Thiès, Mbour et Ziguinchor.

« Des orages et des pluies continueront de se manifester par intermittence au cours de la nuit du vendredi au samedi sur la moitié ouest du pays (Dakar, Thiès, Mbour et Ziguinchor) et probablement aussi sur l’extrême Nord (Podor et Saint-Louis) », indique un communiqué reçu vendredi soir à l’APS.

L’ANACIM signale également que « la situation restera instable durant la journée du samedi sur le Sud et le Centre-ouest » du Sénégal.

« La sensation de chaleur sera moins intense par endroits sur le pays, néanmoins les températures diurnes avoisineront les 38°C sur le Nord-est et varieront entre 30 et 36°C ailleurs », poursuit-elle.

Selon la météo, « les visibilités seront généralement bonnes », ainsi que des « les vents seront majoritairement de secteur Sud et d’intensités faibles à modérées ».

En mer, les marées hautes sont attendues samedi à 3h02 avec 1,36 mètres et à 15h52 avec 1,25 m, tandis que les marées basses seront pour 9h27 à 0,88 m et 21h38 à 0,89 m.

Liens
Site

 


 
 
posté le 28-09-2013 à 11:55:41

Paris : Un enfant mordu aux parties génitales par un chien dans le Val-de-Marne

<cite>

Vente saly

Par 20minutes.fr </cite>

FAITS DIVERS – L’enfant de 11 ans s’est fait mordre par un chien d’un agent de sécurité pendant une fête foraine jeudi soir…

Un garçon de 11 ans a été grièvement mordu aux parties génitales par le chien d’un agent de sécurité, qui a pris la fuite, jeudi soir à Villeneuve-le-Roi (Val-de-Marne), a-t-on appris vendredi auprès de la police.

Pronostic vital plus engagé

Les faits se sont produits vers 18h30 aux abords d’une fête foraine. L’enfant a été admis à l’hôpital dans un état grave mais à sa sortie de la salle d’opération vers 1h30 du matin, son pronostic vital n’était plus engagé. La race du chien n’a pas été précisée, mais selon le journal le Parisien, il s’agit d’un Malinois, un chien de berger souvent utilisé par les forces de l’ordre et les agents de sécurité.

Le maître a pris la fuite

Le maître-chien, «qui avait visiblement quelque chose à se reprocher» selon une source policière, a pris la fuite, en abandonnant sur place le chien, un véhicule et un sac. L’enquête a été confiée au commissariat de Villeneuve-Saint-Georges.

Liens
Site

 


 
 
posté le 28-09-2013 à 11:54:28

Dounia Bouzar: La France doit remplacer deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd

Vente saly

FETES MUSULMANES
Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 27 septembre 2013 17:17

Nommée dimanche à l’observatoire de la laïcité par le Premier ministre, Dounia Bouzar, anthropologue spécialiste du fait religieux, estime que la France doit continuer à montrer l’exemple d’un Etat assumant son credo laïc.

 

Vous avez beaucoup écrit sur le problème de la laïcité dans le monde de l’entreprise. Jugez-vous que les employeurs doivent s’impliquer en la matière. Et si oui comment ?

Les employeurs doivent connaître les critères légaux qui permettent de gérer des revendications d’ordre religieux et notamment savoir réagir de façon adéquate quand cela engage le ‘travailler ensemble’.

 

Aujourd’hui le problème n’est pas lié à un vide juridique. Les lois existent, mais les managers ne les connaissent pas. Et lorsqu’ils se retrouvent face à un ou plusieurs salariés qui mettent en avant leur religion, ils se retrouvent seuls et réagissent souvent en fonction de leur propre idéologie ou conviction.

 

Dans l’état des lieux que j’ai été amené à réaliser en 2009 pour écrire « Allah a-t-il sa place dans l’entreprise« , j’ai pu constater que de nombreuses entreprises n’avaient pas de lignes cohérentes en la matière.

 

On pouvait observer tel type de réaction au 3e étage et une réaction diamétralement opposée au 5e d’un même siège social. Depuis, bien du chemin a été parcouru. J’ai travaillé sur ce sujet avec de nombreuses entreprises. D’abord des grandes comme Vinci, Total, L’Oréal… Avec EDF, nous avons étudié la jurisprudence française et établi 6 critères permettant à un manager de dire « non ». Un guide a été publié et il a inspiré la RATP et La Poste.

 

Quels sont ces 6 critères ?

D’abord la demande religieuse du salarié ne doit pas perturber sa mission et ses aptitudes ainsi que l’intérêt commercial de l’entreprise. Elle ne doit pas non plus aller à l’encontre du respect des règles de sécurité et d’hygiène ni contrevenir à l’interdiction de toute forme de prosélytisme.

 

Concrètement qu’est-ce que cela signifie ?

Eh bien par exemple lorsque quelqu’un répond à une candidature pour être barman, il ne peut pas, ensuite, refuser de servir de l’alcool. De même qu’un cuisinier ne peut pas exiger de ne pas toucher de la viande de porc. Cela veut aussi dire qu’un manager doit savoir se montrer neutre dans ses relations aux autres.

 

Donc, dans ces conditions, une femme qui porte le foulard ne peut pas être cadre selon vous ?

Non, ce devoir de neutralité implique à un manager de ne porter aucun signe religieux. Sur la question du voile en tant que tel, les réponses varient en fonction des métiers. Si une musulmane travaille dans une banque et gère des dossiers, il n’y a pas de raison de lui interdire le port du voile, mais si elle est couturière elle prend des risques pour sa santé et si elle infirmière, elle en fait courir aux patients. L’application des 6 critères facilitent grandement l’analyse de chaque situation.

 

La question de l’intérêt commercial d’une entreprise n’est-elle pas compliquée à gérer quand des salariées exigent de pouvoir porter le voile ?

Il y a une jurisprudence en la matière. Ainsi un grand centre commercial avait voulu interdire le foulard a toutes ses caissières arguant de l’intérêt économique de l’entreprise. La justice a tranché : c’est à l’employeur d’apporter la preuve d’un préjudice commercial. A défaut il n’a pas le droit d’interdire.

 

Autre cas, une femme s’était faite embauchée par un magasin vendant des dessous féminins et vêtements branchés. Au début elle venait avec un bandana puis elle a fini par adopter le look « bonne sœur ». Elle a été licenciée et cette décision a été jugée légitime car cela impactait l’intérêt économique du magasin.

 

La question du hallal dans la restauration collective est-elle un sujet qui doit être débattu ?

Non. Dans les restaurants d’entreprises il y a toujours du poisson ou des oeufs. Mais quand les salariés demandent qu’un panneau indique la présence de porc ou d’alcool dans les plats, je pense que la réponse la mieux adaptée est d’indiquer des informations sur la composition des plats qui ne se limitent pas aux interdits religieux.

 

Ainsi une personne allergique aux arachides sera satisfaite de pouvoir éviter un plat qui en comporte. Si chacun tire parti de ces informations, on évite un débat autour de la question de la liberté religieuse et, donc, du communautarisme. Il en va de même pour la gestion du temps de travail pendant le ramadan.

 

Quand un manager accorde à un salarié d’arriver plus tard ou de partir plus tôt pour qu’il puisse mieux gérer son jeûne, il risque de frustrer la mère de famille qui élève seule ses enfants et aimerait elle aussi bénéficier de telles facilités. Mieux vaut donc instaurer des facilités qui profitent à tous. On peut par exemple avoir des horaires fixes sur 32 heures et 3 heures de plages variables. Ainsi chacun y trouve son compte.

 

Un Etat laïc comme la France peut-il continuer à prendre en compte les fêtes catholiques en négligeant celles des juifs ou des musulmans ?

Je pense que la France a montré l’exemple de la laïcité au monde en instaurant la première la liberté de conscience, d’avoir la religion de son choix ou de ne pas croire en dieu. Elle doit donc continuer à montrer la voie. Aujourd’hui tous les Français fêtent Noël et je pense qu’il faudrait également qu’un de nos jours fériés soit celui d’une fête juive et d’une fête musulmane.

 

Deux jours en plus ?

Non, on doit remplacer deux fêtes chrétiennes par Yom Kippour et l’Aïd. Le clergé y a longtemps été opposé mais il a évolué et n’y est plus hostile car il y a beaucoup de fêtes chrétiennes.

 

Qu’une fête juive et une fête musulmane devienne une fête pour tous les Français permettrait de combattre le communautarisme et de faire avancer la cause de la laïcité. Aujourd’hui, les français de confession juive ou musulmane sont très mal à l’aise quand ils demandent un jour de congé pour célébrer ces deux fêtes très importantes. On peut le leur refuser pour nécessité de service.

 

Avec Challenges

Vente saly

Liens
Site

 


 
 
posté le 28-09-2013 à 11:52:46

Un film d’enquête policière initié par un Sénégalais

Vente saly

CINEMA

Tournage d’un premier film d’enquête policière initié par un Sénégalais – Le sénégalais Laye Bamba Seck, est le scénariste d’une série d’enquêtes policières dont le tournage a commencé ce jeudi en collaboration avec une équipe de réalisation espagnole ‘Love the From’ à Dakar.
Intitulé ‘Les cents missions de l’inspecteur Rahn Diop’, il s’agit d’un tout premier film sénégalais réalisé en langue française. Il s’inscrit dans une perspective de relance du cinéma sénégalais qui rencontre depuis quelques années des blocages qui sont dus à l’absence d’un espace permettant aux cinéastes de faire la promotion de leurs produits ( l’absence des salles de cinéma), à l’absence d’un soutien de la part des autorités, et à un manque de diffusion de la part des télévisions sénégalaises.

L’acteur principal de ce film réalisé par une équipe de techniciens espagnols,est incarné par Abdoulaye Pène Seck, fils du scénariste. Il est également le producteur actuel du film, le metteur en scène et le costumier.

‘J’ai voulu tourné ce film parce que c’est un œuvre de mon père Laye Bamba qui a été écrit il y a de cela 30 ans et j’ai eu à grandir et à mieux comprendre l’histoire de ‘l’inspecteur Rahn Diop’ donc j’ai décidé d’être moi même le producteur’, a expliqué Abdoulaye Pène Seck.

Ce film long-métrage tourne autour d’un personnage nommé ‘ l’Inspecteur Rahn Diop’, un policier hors du commun, marginal, mal éduqué, avec un manque de respect aux principes de la vie mais considéré comme étant le meilleur policier sénégalais et africain à travers ses stratégies d’enquête et de travail.

‘Nous voulons montrer aux Sénégalais et au monde que nous avons un bon produit moderne qui est différent de ce qu’on a l’habitude de voir au Sénégal. Ce film est plein d’actions, plein d’enquête, de fiction, et de la culture africaine montrant en exemple l’acteur Djimé Moussa dans le rôle d’un ravisseur qui a le pouvoir de disparaître en portant son chapeau’, a déclaré Abdoulaye Pène Seck, le producteur du film.

Le tournage de cette première saison,’l’Inspecteur Rahne contre Djiné Moussa, le sorcier noir’, va coûter près de 15 millions de FCFA. Les séances de tournage ont débuté depuis le dimanche 22 septembre à Dakar. Le tournage final est prévu le 29 septembre 2013. Les 100 épisodes du film sont budgétisés à plus de 4 milliards de FCFA. Le tout sera tourné en cinq ans.

- See more at: http://dakar-echo.com/culture/item/3262-cin%C3%A9ma-un-film-d-enqu%C3%AAte-polici%C3%A8re-initi%C3%A9-par-un-s%C3%A9n%C3%A9galais.html#sthash.zBiOLLyW.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye vendredi, 27 septembre 2013 18:40

Liens
Site

 


 
 
posté le 28-09-2013 à 11:51:03

Un imam sur la pénurie d’eau : « Dieu nous punit…C’est une sanction divine »

Vente saly

par Xibaaru le 27 Sep 2013 • 19:55

MESSAGE DIVIN

Imam Saliou Ndiaye de la mosquée des HLM Shelter Grand-Yoff troisième tranche B a invité, vendredi à Dakar, les Sénégalais à réfléchir sur la portée de la grande pénurie d’eau qui sévit à Dakar, une situation que l’érudit n’est pas loin de présenter comme ‘’une sanction divine’’.

”Comment ne pas penser à une sanction divine, quand une capitale comme Dakar vient à manquer bientôt 15 jours durant d’eau, une ressource des plus vitales sur terre, mais également la plus facile à avoir ?’’, s’est interrogé l’imam dans un sermon prononcé peu avant la prière.

‘’Si on regarde bien, a-t-il souligné, ce sont nous les hommes qui sommes en manque d’eau actuellement et non la nature et les animaux, lesquels n’ont jamais autant profité de la manne tombée du ciel en cet hivernage très pluvieux’’.

Insistant sur la bonne saison des pluies et ses conséquences, il a affirmé qu’on est en face d’une situation qui prête presque à sourire, quand les gens qui se lamentent des inondations sont les mêmes à envahir, matin et soir, les rues de la capitale à la recherche d’eau à boire.

‘’Si on est arrivé jusqu’à cette extrémité, c’est qu’il y a quelque chose d’anormal quelque part, mais surtout en nous’’, estime l’imam, indexant à ce propos la duplicité des gens, leurs mauvais comportements et manque d’unité et de solidarité.

L’une des meilleures manières de bénéficier à nouveau de la Miséricorde divine est d’opérer un retour vers Dieu et, pour ce faire, de faire preuve de droiture et de contribuer à ce que notre entourage en fasse autant, a préconisé l’imam.

La droiture est l’arme la plus efficace pour le musulman qui, a-t-il souligné, ne doit pas céder à la peur et à l’inquiétude ni se répandre en jérémiades, à la moindre difficulté. ‘’Si c’est le cas, c’est parce qu’il ne vit pas sincèrement sa foi’’, a dit l’imam avant de rappeler que dans ses cinq prières quotidiennes le musulman fait, à chaque fois qu’il récite la Fatiha, un appel à Dieu pour qu’il mette sur le Droit chemin.

‘’Faisons juste sur nous-mêmes l’effort d’atteindre cet idéal pour que Dieu nous entende’’, a-t-il indiqué.

Partant de là, a souligné imam Saliou Ndiaye, ‘’il faut savoir que notre salut est en nous et éviter à chaque fois qu’il y a un problème de s’en prendre à des individus et à des institutions sous prétexte qu’ils sont la cause de nos malheurs’’.

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions