posté le 02-10-2013 à 11:12:22

Méthodes chinoises et désindustrialisation de l’Afrique : Comment tenir tête à la Chine ?

Vente saly

par Xibaaru le 2 Oct 2013 • 07:37

MONOPOLE CHINOIS

Lassés de voir Pékin exploiter leurs richesses pétrolières et minières sans que leurs pays en retirent des bénéfices substantiels, les gouvernements africains – du Gabon au Tchad en passant par le Niger – tentent de rééquilibrer les échanges. Au prix de quelques frictions. C’est arrivé coup sur coup. En décembre 2012, les Chinois ont perdu le champ pétrolier d’Obangue, au Gabon. En avril 2013, ils ont été conspués par des chômeurs près des puits de Diffa, dans le sud-est du Niger. En août, sur ordre du gouvernement, ils ont dû fermer un site d’extraction très polluant au Tchad. “La romance entre la Chine et nous, c’est fini”, s’exclame Sanusi Lamido dans une tribune retentissante parue en mars dans le Financial Times. Le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria lance même cette phrase assassine : “La Chine s’empare de nos matières premières et nous vend des biens manufacturés. C’est l’essence du colonialisme.”

 

Comment tenir tête à la Chine ?

 

Le Ghana et le Nigeria ont peut-être trouvé la parade. À Accra, le gouvernement ne se contente pas d’expulser quelque cent cinquante mineurs chinois clandestins. Dans le secteur pétrolier, il impose à ses partenaires de Shanghai la création d’un heritage fund – un fonds pour les générations futures. À Abuja, les autorités pratiquent depuis trois ans la politique du local content. Pour l’essentiel, l’activité liée aux hydrocarbures doit être assurée par des entreprises à capitaux nigérians et une main-d’oeuvre locale. “Jusqu’à présent, affirme le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, la politique commerciale des Chinois contribuait à notre désindustrialisation et à notre sous-développement. Il faut mettre fin à ces méthodes impérialistes.”

Les Chinois vont-ils partir du continent aussi vite qu’ils y sont arrivés ? “Non, répond l’essayiste sénégalais Adama Gaye, auteur du Dragon et l’Autruche (éd. L’Harmattan, 2006). Dans la construction d’infrastructures, ils sont imbattables. Et ils ont des capacités financières que n’ont plus les Occidentaux.” Frank Timis, un homme d’affaires australo-roumain très actif en Afrique de l’Ouest, ajoute : “L’avenir du secteur minier passe par les entreprises chinoises. Je connais leurs capacités à faire du high-tech low cost.”

En Zambie, le candidat Michael Sata a fait campagne à la présidentielle de 2011 sur la promesse d’éjecter les Chinois des mines de cuivre. Une fois élu, il a modéré son langage et renégocié pied à pied avec eux. En mars dernier, Zhai Jun, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, a lancé : “En Afrique, nos entreprises doivent respecter les lois locales et placer les bénéfices à long terme avant les gains à court terme.” C’était une semaine après le coup de colère du banquier nigérian… Visiblement, le message est passé.

Liens
Site

 


 
 
posté le 02-10-2013 à 11:10:52

Plus d’un terrien sur trois habitera probablement l’Afrique en 2100

Vente saly

par Xibaaru le 2 Oct 2013 • 07:36

Plus d’un tiers des habitants du globe vivra probablement en Afrique à l’horizon 2100, contre un sur sept actuellement, selon l’Institut national d’études démographiques (Ined) qui publie mercredi une étude “revoyant à la hausse les projections” pour ce continent.

La population de l’Afrique pourrait être multipliée par cinq et passer de 800 millions d’habitants en 2000 à 4,2 milliards en 2100, selon l’Ined.

En 2011, l’institut prédisait une population de 3,6 milliards d’individus en 2100.

“La fécondité baisse, mais plus lentement qu’on l’imaginait, d’où les nouveaux chiffres qui revoient à la hausse les projections de population pour l’Afrique”, a expliqué Gilles Pison, auteur de l’étude.

En 2050 l’Afrique devrait compter 2,4 milliards d’individus, deux fois plus que le 1,1 milliard d’habitants en 2013.

La population mondiale — 7,14 milliards d’habitants en 2013 — s’établirait quant à elle à 9,73 milliards en 2050 selon l’Ined, avant d’atteindre 10 à 11 milliards d’individus à la fin du siècle.

“En 2100, 4,2 milliards d’Africains sur 10 à 11 milliards d’habitants, ça signifie qu’entre un individu sur deux et un sur trois” vivra sur le continent noir, dit M. Pison.

Ce fort accroissement démographique prévu en Afrique est imputable en partie au taux de fécondité du continent, qui s’établit à 4,8 enfants par femme contre 2,5 à l’échelle mondiale.

Actuellement, le nombre d’enfants par femme et de 7,6 au Niger, 6,8 en Somalie, 6,3 en République Démocratique du Congo, 6,0 au Burkina Faso ou 5,7 au Nigeria.

Le Nigeria dans le top 3 des pays les plus peuplés en 2050

Le Nigeria (174,9 millions d’habitants) pourrait ravir aux États-Unis leur position de troisième pays le plus peuplé du monde en 2050.

Selon l’Ined, le pays le plus peuplé d’Afrique atteindra un niveau de 444 millions d’habitants en 2050, devant les États-Unis (400 millions).

La Chine (1,36 milliard d’habitants) est aujourd’hui le pays le plus peuplé du monde devant l’Inde (1,28 milliard) et les États-Unis (316,2 millions).

En 2050, l’Inde (1,65 milliard) prendra la tête du classement devant la Chine (1,31) et le Nigeria (444 millions) selon l’Ined.

“Il n’est pas exclu que le Nigeria prenne la deuxième place derrière l’Inde et devant la Chine” en 2100, a avancé le chercheur qui prévoit une population de 900 millions d’habitants à la fin du siècle dans ce pays.

“C’est sur la base des naissances d’aujourd’hui, que l’on peut imaginer les populations de demain”, a justifié M. Pison.

Or, l’indice de fécondité est de 1,5 enfants par femme en Chine, contre 2,4 en Inde et 5,7 au Nigeria.

En nombre de naissances annuelles, le Nigeria figure actuellement en troisième position (6,9 millions), derrière l’Inde (27,8 millions) et la Chine (16,5 millions).

En Afrique un taux de mortalité infantile record mais des naissances dynamiques

L’accroissement de la population africaine se fera en dépit d’un taux de mortalité infantile qui reste le plus élevé du monde, à 68 décès d’enfants avant un an pour mille naissances, contre 40 pour mille en moyenne dans le monde, et du sida.

3,7% des 15-49 ans étaient infectés par le VIH en 2011 en Afrique, contre 0,8% de la même tranche d’âge en moyenne dans le monde.

Le taux de contamination des 15-49 ans atteint des sommets en Afrique australe (16,5%), notamment au Swaziland (26%), Botswana (23,4%) ou Lesotho (23,2%).

“Le sida a entraîné une augmentation temporaire de la mortalité”, a dit M. Pison, “mais étant donné le dynamisme des naissances, elles restent plus fortes que les décès”.

Le taux de mortalité africain est actuellement de 11 pour mille, pour un taux de natalité de 36 pour mille.

Liens
Site

 


 
 
posté le 02-10-2013 à 11:09:24

Cameroun : Il dormait avec le corps de sa femme décédée depuis 7 mois

Vente saly

par Xibaaru le 1 Oct 2013 • 20:18

INSOLITE

Un camerounais fidèle d’une église évangélique dormait dans le lit conjugal avec le corps de sa femme décédée depuis le mois de mars dans l’espoir qu’elle ressusciterait bientôt.

Décédée depuis le 31 mars, le corps de Clarisse Wandji a été conservé dans la maison par son époux Clément Ndalet à leur domicile dans le quartier de Bonaberi à Douala au Cameroun.

Adepte de l’église évangélique le bon berger, l’homme gardait le corps de sa femme dans leur lit conjugal où il s’enfermait régulièrement avec ses enfants pour prier en attendant la résurrection de cette dernière. Découvert le 26 septembre dernier, après que la famille de la dame a signalé sa disparition, les gendarmes de la Compagnie de Bonaberi, ont transféré les restes à la morgue de l’Hôpital de Bonassama.

La fille aînée de la famille Clarisse âgée de 20 ans, témoigne : ” C’est l’Eternel qui nous a dit de garder le corps. Il a dit que si cette œuvre est de lui, elle va se réveiller. On l’aurait perdu pour toujours si on avait dit aux gens qu’on avait un problème ”

La défunte adepte de la même église évangélique avait coupé les ponts avec sa famille qu’elle accusait d’être possédée par les démons.

Pour le père, cet acte est légitime : ” Nous avons continué de vivre ici avec le corps. C’était extrêmement difficile au début parce qu’il y avait des odeurs et des mouches, mais le Seigneur nous a donné la force, les enfants et moi, de tenir. Il nous entretenait et je n’ai fait qu’exécuter sa volonté. Je n’ai aucun regret “.

Le veuf a été déféré au parquet de Bonanjo en attendant la signature de son transfert pour la prison de New-Bell.

Liens
Site

 


 
 
posté le 01-10-2013 à 10:59:57

Un voleur arrêté alors qu’il fuyait par la Manche en kayak

Vente saly

Par: rédaction
30/09/13 – 17h59  Source: AFP

INSOLITE

Son imprudente tentative de refaire sa vie en France lui aura coûté cher : un cambrioleur britannique a été condamné lundi à de la prison, après avoir été secouru pendant qu’il tentait de traverser la Manche en kayak.

Paul Redford, un sans domicile fixe âgé de 46 ans qui avait commis des cambriolages en 2011, s’est introduit en août par effraction dans un bungalow à Camber, ville côtière du sud-est de l’Angleterre.

Selon le récit fait par le Parquet au cours d’une audience lundi devant la Teesside Crown Court (nord-est), il a mangé et dormi dans la maison de vacances, avant de voler un kayak trouvé sur place.

A bord de la frêle embarcation, équipé d’un gilet de sauvetage pour enfant, il a alors entrepris de traverser la Manche. Mais un témoin de la scène a averti la police, et les services de sauvetage en mer sont intervenus pour secourir le fugitif, qui se trouvait à 1,8 km des côtes anglaises.

Un thé et une brioche
« Il a dit à l’équipe (de sauvetage) qu’il était recherché par la police depuis un certain nombre d’années et qu’il se dirigeait vers la France », a expliqué la représentante du Parquet, Rachel Masters.

L’avocat du prévenu, James Fenny, a indiqué que son client, visé par 27 condamnations pour 83 délits, venait de quitter Londres, et tentait de se défaire de ses problèmes de drogue.

« Il était tout à fait docile quand nous l’avons ramené sur le rivage, a indiqué un porte-parole des secouristes. Nous lui avons donné une tasse de thé et une brioche, puis la police l’a emmené ». Le tribunal l’a condamné à deux ans et cinq mois de prison pour vols.

Liens
Site

 


 
 
posté le 01-10-2013 à 10:58:10

La Banque mondiale approuve l’octroi de fonds pour stimuler l' agricole, les emplois et améliorer les routes en Casamance

Vente saly

CASAMANCE

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui un crédit de l’IDA* d’un montant de 40 millions de dollars (20 milliards de FCFA) pour soutenir les efforts déployés par le Sénégal pour accroître la production de riz, de mangues et d’autres cultures, créer des emplois pour les jeunes et les femmes agriculteurs et remettre en état les routes reliant les communautés rurales isolées aux marchés en Casamance, une région du pays déchirée par la guerre.

 

« Le gouvernement nouvellement élu du Sénégal attache une grande importance au règlement du conflit qui sévit depuis longtemps en Casamance », a déclaré Vera Songwe, la directrice pays de la Banque mondiale pour le Sénégal.

 

« Le projet qui a été approuvé aujourd’hui contribuera grandement au retour de la paix dans la région en stimulant l’économie locale, en créant des emplois essentiels pour les jeunes et les femmes vulnérables et en améliorant l’accès aux marchés agricoles ».

 

Les ressources allouées contribuent au financement du Projet Pôle de développement de la Casamance élaboré par le Sénégal afin de créer des débouchés économiques et aider à la réintégration des ex-combattants dans la région de la Casamance.

 

Le premier volet du projet consistera à financer la construction d’infrastructures et l’achat de matériels pour permettre aux cultivateurs et autres producteurs d’assurer le ramassage, le traitement, la transformation et le transport des produits locaux.

 

Il soutiendra la Plateforme économique intégrée de Bignona, un programme en cours qui aide à améliorer la capacité de la région à fabriquer et exporter des produits à valeur ajoutée tels que les confitures et les fruits séchés, à partir de produits locaux.

 

« La faible pluviométrie et le manque d’accès aux engrais et semences ont ralenti la croissance du secteur agricole sénégalais et provoqué une grave crise alimentaire en 2011 », a fait remarquer Jamal Saghir, le directeur de la Banque mondiale chargé du développement durable pour la région Afrique.

 

« Le projet approuvé aujourd’hui aidera à accroître la production de riz et d’autres denrées qui constituent la base de l’alimentation des Sénégalais. Il facilitera également l’exportation des produits de la Casamance vers les autres régions du pays et procurera des revenus essentiels aux familles agricoles ».

 

Le deuxième volet du projet reliera les communautés rurales isolées aux marchés, aux centres de production et aux villes. Le projet financera en particulier des travaux d’amélioration ponctuels sur près de 350 km de routes non classées ainsi que la remise en état et l’entretien d’environ 200 km de routes rurales.

 

Le troisième volet de ce financement contribuera au renforcement des capacités des parties prenantes clés, notamment l’Agence nationale pour la relance des activités économiques et sociales en Casamance (ANRAC), et à améliorer leur capacité à mener à bien des processus et programmes de consolidation de la paix axés sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants.

 

« Au cours des trente dernières années, la région de la Casamance a connu le conflit de faible intensité le plus long en Afrique, qui a freiné le développement de l’agriculture, du commerce et du tourisme et fait des centaines de morts et de blessés », a déploré Demba Balde, le chef de l’équipe de projet de la Banque mondiale. « Je suis heureux de pouvoir aider le gouvernement sénégalais à mettre en œuvre le projet approuvé aujourd’hui ».

 

*L’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque mondiale fondée en 1960 et chargée d’aider les pays les plus pauvres du monde en leur accordant des dons et des crédits ne portant pas intérêt pour la mise en œuvre de programmes de nature à stimuler la croissance économique, à atténuer les inégalités et à améliorer les conditions de vie des populations.

 

L’IDA est l’un des principaux bailleurs d’aide aux 81 pays les plus déshérités de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Les ressources de l’IDA apportent un changement positif dans la vie de 2,5 milliards de personnes vivant avec moins de deux dollars par jour.

 

Depuis sa création, l’IDA a soutenu des activités dans 108 pays. Le volume annuel de ses engagements est en constante augmentation et a représenté en moyenne 15 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 50 % de ce montant environ étant destiné à l’Afrique.

 

FA

 

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/3304-la-banque-mondiale-approuve-l%E2%80%99octroi-de-fonds-pour-stimuler-la-production-agricole,-cr%C3%A9er-des-emplois-et-am%C3%A9liorer-les-routes-rurales-en-casamance.html#sthash.J3zQMd2W.dpuf

Écrit par  Penda Diop lundi, 30 septembre 2013 22:13

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions