posté le 12-10-2013 à 11:40:51

Faute de moyens, il s’ampute lui-même

Vente saly

Illustration © thinkstock.

Un Chinois a pris la douloureuse décision de s’amputer lui-même la jambe droite se voyant dans l’incapacité de payer la facture d’hôpital.

Zheng Yanliang, un homme de 47 ans qui réside à Baoding dans la province de Hefei en Chine, a commencé à ressentir de fortes douleurs au niveau de sa jambe droite en janvier 2012. Après plusieurs visites à l’hôpital, les médecins lui ont diagnostiqué une embolie artérielle. En l’absence de traitement, Zheng n’avait d’autre choix que de se faire amputer de son membre inférieur.

Mais les différentes consultations hospitalières avaient déjà eu raison des maigres économies de sa famille. N’ayant pas les moyens de payer l’opération, Zheng a été renvoyé chez lui. Selon les médecins son espérance de vie ne dépassait pas les trois mois.

La douleur devenant de plus en plus insupportable, Zheng a finalement pris la décision d’en finir une fois pour toute avec sa jambe droite. Après avoir enroulé un chiffon autour d’un gros morceau de bois qu’il a placé entre ses dents, celui-ci s’est amputé lui-même à l’aide d’une scie à métaux et d’un petit couteau. La douleur était tellement intense qu’il s’est cassé trois dents, indique son épouse.

La plaie a fini par cicatriser mais c’est la jambe gauche qui a alors été infectée par la maladie. La famille Yankiang a donc lancé un appel à l’aide dans les médias. Et ça a fonctionné. En entendant, la terrible souffrance endurée par Zheng, un médecin de Shanghai a décidé de lui venir en aide. Celui-ci a déclaré qu’il était prêt à lui prodiguer gratuitement les soins médicaux adéquats et à couvrir tous les coûts liés au traitement.

Par: Céline Bayet
11/10/13 – 13h27

Liens
Site

 


 
 
posté le 12-10-2013 à 11:36:33

Inde : 440.000 personnes évacuées avant l’arrivée du cyclone

 

Vente saly


 

AFP | 12/10/2013 | 11h33

Quelque 440.000 personnes ont été évacuées de deux Etats de la côte orientale de l’Inde menacés par un puissant cyclone, a annoncé samedi un responsable de l’agence de gestion des catastrophes.Le cyclone Phailin, accompagnés de vents pouvant atteindre 240 km/h, menace de toucher samedi soir les deux Etats de l’Orissa et de l’Andra Pradesh avec des conséquences dévastatrices.

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-10-2013 à 16:23:00

Macky Sall veut des « mesures fortes » pour soutenir le tourisme

Vente saly

Dakar, 10 oct (APS) –
Le chef de l’Etat, Macky Sall, a prôné, jeudi, « des mesures fortes », pour faire du tourisme « un des piliers du développement économique et social national ».

Le communiqué du Conseil des ministres, qui en fait l’annonce, indique qu’il ‘’a, à cet effet, demandé au gouvernement de redoubler de réactivité, dans le volet promotion de la destination Sénégal, comme instrument majeur de relance du secteur’’.

‘’Il (le président Sall) a engagé le gouvernement à assainir, en urgence, la situation foncière et financière de la Société d’aménagement et de promotion des sites et zones touristiques (SAPCO)’’, poursuit le texte.

Il précise qu’il s’agit de faire en sorte que ‘’cette structure puisse assurer convenablement ses missions, parmi lesquelles, celle de servir de levier pour l’intensification des investissements et des partenariats public-privé’’.

Il souligne également qu’il a ‘’invité le Premier ministre à maintenir un dialogue permanent avec le patronat du tourisme, les syndicats d’initiative et les travailleurs du secteur’’.

‘’En vue d’assurer la sécurité nécessaire pour rassurer les touristes qui visitent notre pays, le président de la République a exigé du gouvernement l’opérationnalisation de la Police touristique’’, note encore le communiqué.

Le texte souligne que, pour le chef de l’Etat, ‘’la relance du secteur touristique passera également par une politique plus efficace et plus cohérente de la promotion de l’artisanat national, auprès des touristes et par la mise en place d’une politique fiscale plus adaptée’’.

‘’Il a, en outre, indiqué au Conseil qu’il va présider à Saly Portudal, le lancement de la saison touristique, pour marquer et encourager le renouveau de la politique initiée dans le secteur’’, conclut le communiqué.

ASG/SAB

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-10-2013 à 11:53:00

Mamadou Lamine Kéita accuse : « comme si le Sénégal était toujours une colonie française »

Vente saly

par Xibaaru le 11 Oct 2013 • 07:38

Se prononçant sur le report des locales, Mamadou Lamine Keita, le Maire de Bignona et ancien ministre,  parle de « farce » et déplore le fait qu’une décision qui concerne le Sénégal soit annoncée « aussi maladroitement » sur les ondes de RFI, comme si le Sénégal était toujours une colonie française…

Selon le Maire libéral de Bignona, Mamadou Lamine Keita, le prétexte avancé par le gouvernement pour vouloir reporter les élections locales de 2014 est « un alibi pas du tout sérieux ». La vérité, selon
toujours l’ex Ministre de la jeunesse sous Wade c’est  que le parti au pouvoir et ses alliés ne sont pas prêts et ils ne seront jamais prêts». Et il en appelle au respect du calendrier républicain. Le Maire de
Bignona qui ne semble pas craindre de perdre son fauteuil ne comprend pas comment « un gouvernement sérieux » dans une démocratie comme le Sénégal peut-il prendre une décision aussi importante sans consulter au préalable la classe politique dans sa globalité et toutes les autres parties concernées. En plus il déplore le fait qu’une décision qui concerne le Sénégal soit annoncée « aussi maladroitement » sur les ondes de RFI comme si le Sénégal était toujours une colonie française”.

Mamadou Lamine Badiane/Bignona.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-10-2013 à 11:49:35

Dakar : après la pénurie d’eau, une rentrée des classes difficile et une Tabaski hors de portée

Vente saly

par Xibaaru le 11 Oct 2013 • 07:36

Quand ceux qui donnaient, tendent la main, c’est parce qu’ils n’ont plus rien à distribuer. La quasi-totalité de la population sénégalaise vit de dette, de gage et d’emprunt tellement la vie est dure et que la couleur de l’argent n’apparaît plus.
Les hommes sont envahis par des dettes et rasent les murs tard le soir pour ne pas rencontrer leurs créanciers.
Les femmes sont obligées de vendre leurs bijoux pour subvenir aux besoins familiaux.
Les sénégalais sont fauchés à cause de la cherté des denrées de premières nécessités.
Les citoyens  sont à bout de souffle car terrassés et submergés par les inondations.
Avec cette pénurie d’eau criarde qui a frappé Dakar, les sénégalais dans leur majorité y ont laissé leur force et leur argent pour pouvoir survivre. Cette situation a d’ailleurs failli plonger le pays dans le chaos. Avec la défaillance de la conduite de Keur Momar Sarr, les populations étaient restées  préoccupées pendant trois semaines par le liquide vital qui ne coulait plus de leurs robinets. Cette situation leur avait causé de graves et énormes soucis qui hantaient  leur sommeil et les empêchait de fermer l’œil.
Délestés à longueur de journée par la société ” coupélec ” (Sénélec), les “goorgolou”  sont dans les ténèbres et ont du mal à respecter leurs engagements professionnels. Les coupures de courants empêchent les tailleurs et couturiers de se faire des sous pour les préparatifs de la fête de la Tabaski.
La rentrée des classes ressemble à une rentrée de sauve-qui-peut.
Beaucoup d’écoles sont encore sous les eaux où occupées par les sinistrés des inondations.
Le bout du tunnel est loin d’être atteint.
Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions