posté le 16-12-2013 à 12:08:59

France-Afrique sur le Franc CFA : à quand le REVEIL ? Publié le 16 décembre 2013

Vente saly

par Xibaaru le 16 Dec 2013 • 08:32

Lors du dernier sommet France-Afrique, la France, qui a perdu la moitié de ses parts de marché en Afrique au profit de pays émergents comme la Chine, a manifesté sa volonté de doubler sur cinq ans ses échanges commerciaux avec le continent. Mais une question cruciale pour la souveraineté économique africaine n’a pas fait échos sur l’avenir du Franc CFA : à quand un sommet Afrique-France contre cette léthargie ?

Léthargie sur les accords monétaires

Entamée au lendemain de la deuxième guerre mondiale, la Zone Franc a donné naissance au franc CFA en 1945. En fournissant les devises nécessaires à la convertibilité du Franc CFA, le trésor public français assure la garantie illimitée des monnaies émises par les deux banques centrales africaines. Ni la signature du traité de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) en 1962, ni la révision des accords monétaires en 1972 et 1973, ne remettent en cause l’assistance et l’influence françaises. Les africains semblent confortés par cette situation de dépendance.

S’il faut reconnaître que la France a permis à ses ex-colonies d’Afrique d’avoir une unicité monétaire, cela ne justifie pas le refus des Etats africains de s’émanciper de son protectorat monétaire.

Au lendemain des indépendances, la zone Franc a été maintenue grâce aux pressions politiques qu’exerçait la France sur ses anciennes colonies d’Afrique noire. En effet, elle subordonnait l’octroi de l’indépendance à la signature par ces colonies de conventions de coopération. La prolifération de ces accords a assuré à la France le maintien de ses avantages économiques et de son influence géopolitique sur le continent. Certains y voient même une prolongation de la servitude coloniale. Aujourd’hui, il appartient aux africains de rompre les jougs dès cette dépendance monétaire.

Déséquilibre contractuel et immixtion irrégulière de l’Union européenne dans la Zone Franc

La contrepartie la plus significative des avances du trésor français est l’obligation pour les Etats africains de déposer une partie de leurs réserves de change dans leurs comptes d’opérations tenus par la France. Cette centralisation des réserves au profit de la France  est jugée abusive, dans la mesure où la garantie française n’est nécessaire que si les comptes d’opérations africaines sont débiteurs. Lorsque les banques centrales africaines disposent suffisamment de réserves de change, la garantie de convertibilité du franc CFA reste théorique et inutile. De même, le paiement d’intérêts pour le débit des comptes courants d’opérations crée un déséquilibre au profit de la France.

La dévaluation du franc CFA en 1994 et la disparition du franc français suite à l’avènement de l’Euro ont suscité des interrogations sur l’opportunité de maintenir la Zone Franc. Dorénavant, l’Union Européenne participe par ricochet à la gestion monétaire des Etats africains. Le Système Européen des Banques Centrales, qui définit et met en œuvre la politique monétaire de l’Europe, s’invite dans l’économie des accords monétaires franco-africains auxquels il n’était pas partie. Cette immixtion remet en cause la validité de ces accords et justifie leur résiliation.

Nos dirigeants doivent arrêter de s’infantiliser en préférant se faire assister et guider ad vitam aeternam. On ne peut plus utiliser les dégâts causés par la colonisation pour justifier l’inertie face à la problématique du Franc CFA. Les gaulois ont subi la colonisation romaine faite par les épées et le sang. Durant cette domination, ils ont beaucoup appris de la science romaine et ce sont modernisés avec. Aujourd’hui, les descendants de Jules César et de Vercingétorix se sont mis sur le même piédestal pour créer une monnaie commune, l’Euro. Alors, à quand l’Afro ?

Faut-il attendre un crash économique européen pour assumer la souveraineté monétaire africaine ?

La force de l’Euro ne reflète pas celle de toutes les économies de la zone. De grosses sommes ont été injectées dans les économies défaillantes pour sauver la face de l’Euro. Après la Grèce, le Portugal, l’Italie et l’Espagne, la France, qui garantit le franc CFA, est inquiétée par le poids de sa dette publique. En deux ans la note de sa dette souveraine a été dégradée à trois reprises par les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s. La France a du mal à maintenir son taux de chômage en dessous de 10% ; à redresser ses comptes publics sans dépouiller ses contribuables ;   à mettre en œuvre les réformes et assurer une stabilité fiscale nécessaires à une croissance durable. Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, vient de dénoncer en demi-teinte le défaut de stabilité fiscale de la France (Interview au Journal du Dimanche du 15 décembre 2013).

Pour résoudre la perte de compétitivité que traversent les économies européennes, l’idée de revoir à la baisse la parité de l’Euro face au Dollar américain fait son chemin. Cela entrainerait de facto une dévaluation du Franc CFA qui est arrimé à l’euro, avec de trompeuses conséquences sur les chiffres de la croissance.

Il y  a vingt ans, les crises du Franc français avaient provoqué la dévaluation du Franc CFA. Aujourd’hui, le poids de la dette  française pourrait provoquer des crashs obligataires, susceptibles d’impacter  négativement la santé économique de la zone CFA, dans les années qui viennent. Devons-nous attendre de subir les dégâts pour construire notre souveraineté monétaire ? Si nos dirigeants ne s’activent  pas, une autre dévaluation du franc CFA, conventionnelle ou factuelle, serait prévisible. Gouverner c’est prévenir : un sommet Afrique-France sur l’avenir du Franc CFA est souhaitable.

Aliou TALL
Président du RADUCC (Réseau Africain de Défense des Usagers, des Consommateurs et du Citoyen)
Email : raducc@hotmail.fr

Liens
Site

Tags: #economie
 


 
 
posté le 16-12-2013 à 11:48:17

Cheikh Sidiya Diop : ‘’le Sénégal est un pays au bord du gouffre’’

par Xibaaru le 16 Dec 2013 • 08:36

Le Secrétariat Politique de la Ligue des Masses s’est réuni le samedi 14 décembre 2013 sous la présidence de son Secrétaire général, le camarade Cheikh Sidiya Diop (photo).

Le Secrétariat Politique de la Ligue des Masses  a rendu un vibrant hommage au Président Nelson Mandela. Son décès constitue une très grande perte pour le continent africain et pour l’humanité entière. La Ligue des Masses salue la mémoire d’un très grand serviteur des masses qui a voué une énergie inépuisable et  un engagement exclusif au service du continent noir. La Ligue des Masses invite les générations futures à s’inspirer du parcours élogieux de ce digne et illustre patriote africain.||

Au chapitre de la vie politique, la Ligue des Masses dénonce toutes les dérives autoritaires du Président Macky Sall qui constitue l’obstruction majeure pour l’Etat de droit,  la démocratie et le respect des libertés collectives et individuelles. La Ligue des Masses s’indigne vivement de la situation actuelle du Sénégal qui est devenu un pays au bord du gouffre qui sombre dans le chaos le plus total.

Concernant la candidature déclarée du Président Macky Sall en 2017, la Ligue des Masses se désole que notre pays soit basculé dans une campagne électorale prématurée. Par ailleurs, Pour la Ligue des Masses, le blocage du pays, le bilan médiocre du Président Macky Sall et son impopularité record jamais égalé  devaient lui ôter toute prétention de vouloir briguer un mandat de trop. Mais au contraire, cela devait l’inciter à chercher à quitter le pouvoir pendant qu’il est encore temps et en beauté.

Au chapitre de la vie socio-économique marquée par le fiasco de la campagne agricole, la Ligue des Masses, s’interroge sur les réelles motivations qui conduisent le gouvernement apériste de mettre à genou le monde rural, par la mise en œuvre de politiques affairistes, incohérentes, inadaptées et irréfléchies.

Au chapitre de la vie du Parti, la

Ligue des Masses réaffirme son ancrage indéfectible auprès de peuple sénégalais, de l’opposition sénégalaise et dans la Coalition Boolo Taxawu Askanwi qui est devenue la seule alternative crédible et porteuse d’espoir.

Pour la Ligue des Masses

Le Secrétaire général

Cheikh Sidiya DIOP

Liens
Site

Tags: #politique
 


 
 
posté le 16-12-2013 à 11:46:42

Parc des oiseaux de Djoudj : le conservateur préconise le marquage des pélicans blancs

Vente saly

Par APS | APS |  Dimanche 15 décembre, 2013 23:30

Le conservateur du Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD), le colonel Ibrahima Diop, a insisté sur la nécessité de marquer les pélicans blancs fréquentant ce site pour mieux les protéger.

‘’L’année dernière au Mozambique, on nous a signalés la présence de 50 pélicans blancs. Au même moment au Mali, on nous informait que ces derniers commencaient à se faire rare’’, a déclaré le colonel Diop qui s’exprimait à l’occasion de l’ouverture, dimanche, d’un atelier régional de formation des gestionnaires des sites clés le long de la côte ouest-africaine.

Pour parvenir à réaliser une telle chose, il en a appelé à la collaboration de tous les spécialistes dans ce domaine et au soutien des bailleurs de fonds comme Wetlands International, à l’initiative de cette rencontre. Il a signalé qu’un pas a été fait en cette direction mais n’a pas été suivi par d’autres.

Selon lui, ‘’ces oiseaux sont d’origine européenne mais ont trouvé les conditions idéales pour s’implanter au PNOD principalement où ils sont des milliers à séjourner durant leur période de nidification’’.

Le colonel Diop a aussi invité ses collègues  »à collaborer pour réussir cette activité qui permet une maitrise sans laquelle aucune décision ne peut être prise par les autorités dans le sens de la conservation des espèces ».

‘’A Djoudj, en plus du dénombrement annuel fait tous les 15 décembre, nous procédons à des dénombrements mensuels’’, a dit le colonel Diop, appelant ses collègues à  »un surplus d’efforts » pour la réalisation d’une telle chose.

 »Le PNOD connait beaucoup de difficultés avec la présence des plantes envahissantes qui ont sensiblement réduit l’espace du site », a déclaré son conservateur, espérant pour bientôt l’aboutissement d’un projet de doublement des 16 000 ha sur 450 000 ha dont une bonne partie réservée à l’agriculture.

A l’initiative de Wetlands International, Birdlife et Waden Sea, cet atelier régional de quatre jours est l’occasion de plancher sur les voies de migration des oiseaux. Il servira d’occasion pour faciliter des échanges entre gestionnaires des différents parcs et sites de la côte ouest-africaine.

Liens
Site

 


 
 
posté le 16-12-2013 à 11:44:58

Fin de la grève du nettoiement, mais Dakar n’est pas encore propre

Vente saly

Par SenewebNews | Seneweb.com |  Dimanche 15 décembre, 2013 21:16

Le syndicat des professionnels du nettoiement a levé le mot d’ordre ce samedi, tard dans la soirée, après une grève de quatre jours, pour réclamer un mois de salaire. Leur décision a été prise, selon des informations de la TFM, après une rencontre avec le responsable de l’Entente Cadak Car. Cependant, Dakar n’est pas encore débarrassée des tas d’ordures qui jonchent ses rues depuis quelques jours. Les ordures dans les rues de Dakar sont estimése à 5 tonnes. Selon Madany Sy, responsable du syndicat, la situation ne reviendra à la normale que dans une dizaine de jours.

Liens
Site

 


 
 
posté le 14-12-2013 à 14:33:51

Youssou finance son concert avec les Fonds de promotion touristique

Vente saly

par Xibaaru le 13 Dec 2013 • 10:34

Il doit se faire du souci dans l’affaire du décaissement de 50 millions de francs CFA, par le Fonds de promotion touristique (FPT) en faveur de son concert de Bercy en octobre dernier. Pour le comité de gestion du FPT, cette affaire se présente de plus en plus comme un détournement de deniers publics. L’opération été diligentée à l’insu du comité  de gestion, qui fait office de conseil d’administration pour le FPT. Il se trouve que le comité n’a jamais été saisi pour autoriser le décaissement de cette somme devant aller dans le cadre d’un « partenariat » avec l’organisation du concert Bercy 2013. Pour des observateurs bien avertis, « Bercy 2013» étant un évènement privé qui génère de l’argent pour un privé, le FPT ne peut apporter son soutien comme s’il s’agissait d’un salon de tourisme. Le patronat a adressé une lettre à la Directrice générale pour lui demander des explications. C’est la rupture version ‘Fekke ma ci Bolé’

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

Tags: #tourisme
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions