posté le 18-12-2013 à 13:29:22

COMMERCE EN VENTE SALY

Vente saly

IMMEUBLE A VENDRE SALY SENEGAL
Ensemble de 17 appartements. Très bon rapport locatif. Activité tranquille car peu de gestion. Faibles charges

11 studios de 40 m²
1 appartement de 50 m²
2 appartements de 60 m²
2 appartements de 70 m²

Référence 75

Nous consulter

www.immocap-senegal.com

immocapsenegal@gmail.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-12-2013 à 13:26:53

Des noix tous les jours pour vivre plus longtemps

Vente saly

Par Dr Philippe Presles | E-sante |  Mercredi 18 décembre, 2013 04:28

Nous savions que les fruits à coques étaient riches en éléments bons pour la santé. Grâce à une nouvelle étude, nous savons que plus nous en mangeons, plus longtemps nous vivons.

 

C’est bon à savoir…

 

Les fruits à coques ou fruits secs oléagineux – amandes, pistaches, pignons, noisettes et noix (pécan, Brésil, macadamia…) – sont

 

* riches en acides gras, en fibres, en minéraux et en antioxydants.

* réputés bons pour la santé et l’huile de noix peut être utilisée dans les salades pour sa richesse en oméga 3.

Bien entendu, les fruits à coques transformés, grillés, salés, caramélisés ne sont pas à prendre en considération, car seuls les fruits frais sont potentiellement bons pour la santé.

 

Quant aux cacahuètes, elles ne font pas partie de cette liste, simplement parce qu’elles sont souvent mises en cause dans des allergies.


Fruits à coques et santé : des études sérieuses

Avoir bonne réputation est une chose, mais démontrer une vraie efficacité en est une autre. C’est ce que vient de faire le Pr Ying Bao, avec son équipe de recherche. Ils ont dans ce but suivi les consommations de fruits à coques des 76.464 infirmières de la Nurses’ Health Study de 1980 à 2010, et celle des 42.498 professionnels de santé masculins de la Health Professionnals Follow-up Study de 1986 à 2010, soit plus de 130.000 personnes pendant 30 ans.

 

Ces études mises en place chez les professionnels de santé sont particulièrement importantes et sérieuses. C’est ainsi chez les médecins anglais que fut démontrée la relation entre la consommation de cigarettes et la survenue du cancer du poumon.

 

Plus on mange de fruits à coques, moins on est malade

En l’occurrence, il s’agit ici d’une bonne nouvelle : plus on mange de fruits à coques, plus on vit longtemps, par rapport à ceux qui n’en mangent jamais.

 

Le risque de mortalité toute cause confondue baisse en fonction du niveau de consommation, soit :

 

* 7 % pour ceux qui en mangent moins d’une fois par semaine ;

* 11 % pour ceux qui en mangent une fois par semaine ;

* 13 % pour deux fois par semaine ;

* 15 % pour 5 à 6 fois par semaine ;

* et 20 % pour ceux qui en mangent plus de 7 fois par semaine…

Cette étude a ainsi pu cumuler le suivi de plus de 3 millions d’années de vies humaines et démontrer que cette consommation de fruits oléagineux diminuait tant les risques de cancers, que les risques cardiovasculaires ou respiratoires.

 

Multiplier les occasions d’en manger

Cette information peut être très pratique et voici quelques suggestions :

 

* Remplacer le café gourmand par un café amandes, noix ;

* Mettre des pignons de pin ou des noix dans ses salades ;

* Prendre le matin une tartine avec une pâte bio amande ou noix de cajou ;

* Offrir des fruits secs non transformés en apéritifs ;

* Remplacer une envie de dessert par quelques amandes et noisettes ;

etc.

Bien entendu, il convient de prendre en compte les calories ainsi ajoutées, car les fruits secs sont très riches en huile, donc caloriques.

Une amande par exemple, c’est 10 calories. Si vous en prenez 5 par jour, cela fait donc 50 calories, et sur 1 mois 1.500 calories soit un très bon repas.

 

Les fruits secs doivent donc idéalement être pris en prenant moins d’autres choses.

 

Source : Bao Y . N Engl J Med. 2013 Nov 21;369(21):2001-11

Liens
Site

Tags: #santé
 


 
 
posté le 18-12-2013 à 13:25:01

Fatick : Aminata Mbengue Ndiaye inaugure une fromagerie

Vente saly

Par APS | APS |  Mercredi 18 décembre, 2013 01:13

Le ministre de l’Elevage et des productions animales, Aminata Mbengue Ndiaye, a procédé mardi à l’inauguration d’une unité de fromagerie dans la communauté rurale de Colobane, dans le département de Gossas, a constaté l’APS.

L’ouverture de cette fromagerie illustre la façon dont la région de Fatick et ses partenaires de la coopération belge et la région Poitou-Charentes ont su se mobiliser pour apporter aux habitants de Colobane et des villages environnants une activité génératrice de revenus, a souligné Mme Ndiaye, lors de la cérémonie d’inauguration.

« Elle va sans nul doute améliorer les conditions de travail et la qualité de vie à laquelle aspirent les populations locales’’, a-t-elle ajouté.

Elle a estimé que sa construction vient à son heure et s’inscrit en droite ligne de la politique nationale en matière de développement laitier, de création d’emplois et de lutte contre la pauvreté en milieu rural.

Cependant, il va de soi que cette fromagerie ne pourra fonctionner sans une équipe de professionnels compétents, disponibles et accessibles.

‘’Pour être efficace, elle doit être solidement formée pour assurer une gestion financière saine de votre outil de travail’’, a-t-elle ajouté, en présence des partenaires de la région Poitou-Charentes dont la délégation est conduite par sa vice-présidente Reine-Marie Wasza

Troisième unité du genre dans la région, la fromagerie a vu le jour grâce à l’appui de la coopération belge pour un coût global de 14 millions de francs CFA dont 9 millions sont financés par le Programme de développement intégré de Fatick (PDIF).

Aminata Mbengue Ndiaye a relevé que, depuis plus d’une décennie, les importations de lait au Sénégal ne cessent d’augmenter. Aujourd’hui, le pays importe 2/3 de ses besoins en lait pour une valeur de plus de 57 milliards de FCFA.

 »Et paradoxalement, malgré la malnutrition et la pauvreté, dans beaucoup de zones du pays, on continue de jeter du lait en hivernage, d’où la nécessité de développer la filière caprine », a-t-elle fait remarquer.

Liens
Site

Tags: #artisanat
 


 
 
posté le 18-12-2013 à 13:23:14

Poursuite de la tendance baissière du trafic de passagers à l’aéroport de Dakar

Vente saly

La tendance baissière du trafic de passagers enregistrée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor entamée durant les neuf premiers mois de l’année 2013, s’est poursuivie durant les dix premiers mois de cette année, a appris mardi APA auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) basée à Dakar.

 

Le total de passagers est passé de 1.449.521 au 31 octobre 2012 à 797.128 au 31 octobre 2013, soit un important repli de 45%. Durant les neufs derniers mois de l’année sous revue, cette baisse se situait à 38,8%.

 

Le nombre de départs de passagers s’est établi à 747.553 contre 697.680 en 2012 (plus 7,1%). Quant aux arrivées de passagers, elles progressent de 6,2% (contre 8,1% au mois de septembre) à 687.103. Concernant le nombre de passagers en transit, il a augmenté de 31,8%, passant de 104.917 en 2012 à 138.270 en 2013.

 

Les mouvements d’aéronefs enregistrés par l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) ont connu aussi connu une progression de 9,8% à 29.057. Ils sont en repli toutefois de 3,4 points par rapport aux neuf premiers mois de l’année 2013 où ils se situaient 26.497 avions en 2013.

 

Concernant le tonnage de fret de marchandises répertorié au niveau de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, il a progressé de 4% à 22.480 tonnes contre 21.609 tonnes en 2012. Il est essentiellement dominé par le fret enregistré au départ de Dakar avec 12.764 tonnes là où celui à l’arrivée n’est que de 9.716 tonnes.

 

Au niveau du trafic maritime, on enregistre une hausse de 15,3 (contre 17,8% précédemment) des débarquements de marchandises à 3,267 millions de tonnes contre 2,833 millions de tonnes durant les dix premiers mois de l’année 2012. Ces embarquements sont dominés par les marchandises diverses avec 2,790 millions de tonnes et les phosphates avec 288.000 tonnes. Quant aux produits de la mer, ils se situent à 147.000 tonnes.

 

Concernant les débarquements, la DPEE signale une progression de 12% (contre 12,8% précédemment) à 8,919 millions de tonnes. Là aussi ce tonnage est dominé par les marchandises diverses (7,434 millions de tonnes), suivies du pétrole brut (694.000 tonnes), des hydrocarbures raffinées (638 millions de tonnes) et des produits de la mer (153.100 tonnes).

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-12-2013 à 13:21:31

Magal de Touba – Déjà 25 enfants ramassés dont 3 nourrissons abandonnés par leurs parents

Vente saly

Par SenewebNews | Seneweb.com |  Mardi 17 décembre, 2013 19:15

Le magal de Touba est-il en passe de devenir le moment idéal pour certains parents démunis ou irresponsables d’abandonner leur progéniture sans risquer d’être inquiétés par les forces de l’ordre ? Tout porte à le croire parce que des nourrissons de moins de 6 moins qui se ramassent dans la rue aux abords des cantines, cela n’arrive pas tous les jours.

Dans le cadre des activités qu’elle mène, l’association « Al Khidma » qui gère la garderie « Keur Mame Diarra » a déjà récupéré 25 bouts de bois de Dieu, tous âgés de moins de 10 ans. Le plus terrible dans cela, c’est qu au moins 3 d’entre eux sont des nourrissons dont les parents sont encore introuvables. Selon le responsable de l’orphelinat, Serigne Fallou Ndiaye Guédé, la situation est terrible au vu de l’état de santé fragile de certains d’entre eux et au vu aussi des moyens modestes dont lui et ses collaborateurs disposent. L’année dernière, plus de 400 enfants égarés ont été ramassés dans les rues de Touba.

Liens
Site

Tags: #religion
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions