posté le 19-12-2013 à 13:09:12

Les révélations de Wade : « J’ai commis certaines erreurs pendant 12 ans de pouvoir…Je vis à Dubaï où j’ai créé…»

Vente saly

par Xibaaru le 18 Dec 2013 • 18:25

Wade dit tout depuis Abidjan. Il raconte son parcours depuis le 02 avril où il a remis le pouvoir à son successeur Macky Sall.

Parrain du 2ème congrès ordinaire de la Fédération Africaine des Associations et Unions des Jeunes Avocats (FA-UJA), Me Abdoulaye Wade, ex-président de la République du Sénégal a dévoilé sa ‘’ nouvelle vie’’ à Dubaï en Arabie Saoudite, après son départ du pouvoir sénégalais en avril 2012.

Lundi 2 avril 2012, après douze longues années (2000-2012) passées au Palais de l’Avenue Roume de Dakar, Me Abdoulaye Wade passe le témoin à Macky Sall, son successeur à la présidence de la République, au terme du deuxième tour de l’élection présidentielle du 25 mars 2012.

Ce jour-là, debout dans une rutilante 4X4, le Président Wade, ovationné par ses partisans et hué par ses opposants, salue la foule massée devant les grilles du palais présidentiel qu’il quitte après la passation de pouvoir avec Macky Sall, le président élu. Rideau.

Depuis, celui que bon nombre de ses compatriotes s’accordent à dire qu’il est le ‘’père” de la démocratie sénégalaise s’est retiré dans le Moyen-Orient.

‘’Après mon départ de la présidence, je suis resté à Dakar. Je ne voulais pas sortir de sitôt du pays. Sauf quand le Roi du Maroc, Mohamed VI, m’a demandé de venir me reposer dans le royaume chérifien”, raconte-t-il à l’ouverture du 2ème congrès de la FA-UJA dont il est le parrain.

Après un ‘’ repos réparateur” au Maroc dont il n’a pas révélé la durée, le Président Wade s’est envolé pour le Moyen-Orient, plus précisément, à Dubaï, en Arabie Saoudite, où il a établi ‘’ désormais ses quartiers”, selon lui.

‘’ Je vis à Dubaï. J’ai créé un cabinet de consultance que je dirige là-bas. C’est Wade International Consulting (WIC)” indique l’ex-président sénégalais, soulignant ‘’qu’ayant commis certaines erreurs pendant ces douze années de pouvoir”, il entend par le biais de WIC ‘’conseiller ceux des chefs d’Etat” qui le consulteraient afin d’éviter les ‘’ mêmes” erreurs.

Parallèlement à ce cabinet de consultance, le père du slogan de campagne ‘’ Sopi” (changement en langue Wolof), avec son associé Patrick Rambaud (présent également à Abidjan) sont sur le point de doter ‘’ dans un premier temps” selon M. Rambaud, 25 capitales africaines de House Club pour servir de ‘’ centre de formation ou de perfectionnement” aux avocats locaux.

‘’ Ces House Club qui seront gérés par un Avocat du pays, peuvent servir d’hôtels aux confrères qui sillonnent le continent dans le cadre professionnel” a expliqué Patrick Rambaud. Un projet bien accueilli, dans l’ensemble, par les congressistes d’Abidjan.

Outre ces deux occupations, Me Abdoulaye Wade continue d’écrire tout ce qui lui ‘’passe” à la tête. Après de nombreuses publications politiques sur le Sénégal et l’Afrique du temps où il était dans l’opposition et des ouvrages économiques, verra-t-on un jour l’ex-président en librairie pour des Mémoires sur son passage à la tête de l’Etat sénégalais ? ‘’ On verra..”, répond-t-il dans un entretien, entre des éclats de rires.

En attendant, Me Wade se prépare à aller ‘’récupérer” son argent qu’il a ‘’gardé” dans une banque à Monaco et pour lequel il a intenté un procès.

Xibaaru & APA

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-12-2013 à 13:07:11

Sénégal sous Macky: l’an II sera social

Vente saly

Vingt mois. Un laps de temps évidemment trop court pour dresser un bilan de l’action de Macky Sall à la présidence du Sénégal, mais cependant révélateur du cap franchi par le pays.

Passé l’euphorie suscitée par l’élection triomphale de Macky (65,80 % au second tour) le 25 mars 2012, les Sénégalais attendent encore que les services de base s’améliorent concrètement et que le coût de la vie leur soit enfin moins lourd.

 

Sur les marchés de Tilène, de Castore ou des HLM, à Dakar, le prix du kilo de riz brisé ou celui de l’huile – deux ingrédients indispensables à la confection du tiéboudienne national – n’a pas baissé. Pas plus que le montant des factures d’eau, d’électricité ou le prix du litre d’essence, qui grèvent toujours les maigres budgets des ménages.

 

Et, même s’ils sont devenus moins fréquents et durent moins longtemps, les délestages continuent d’indisposer la population et les industriels.
Au-delà de cette conjoncture difficile, la gouvernance des vingt premiers mois du mandat de Macky Sall n’a pas toujours été celle que promettait l’alternance – la rupture avec le système Wade.

 

Des nominations dans la haute fonction publique et à des postes diplomatiques prestigieux ont suscité des interrogations, de même que la gestion calamiteuse de la révolte des partisans de Cheikh Béthio Thioune (chef religieux poursuivi pour homicide) en octobre 2012 – et de la casse qu’elle a entraînée dans la capitale -, ou encore la discrétion des autorités lors de la mort tragique de neuf talibés (élèves), en mars, dans l’incendie de leur dara (école coranique).
Le président Sall a pris acte de ce bilan mitigé en congédiant, début septembre, le Premier ministre Abdoul Mbaye et son équipe pour nommer Aminata Touré à la tête du gouvernement.

 

Deuxième Sénégalaise à accéder à cette fonction, Mme Touré bénéficiait dès le départ d’un a priori favorable, justifié par les résultats qu’elle a obtenus en sa qualité de ministre de la Justice (traque des biens mal acquis, progrès dans l’affaire Hissène Habré, etc.).

 

Mais c’est surtout la teneur de sa déclaration de politique générale, le 28 octobre, devant l’Assemblée nationale, qui a conforté l’idée qu’un premier tournant important s’opérait dans le cours du septennat, avec l’accélération de programmes majeurs, notamment sur le plan social.
L’espoir suscité par l’ère Macky II est d’autant plus permis que celle-ci devrait également être marquée par la mise en oeuvre de réformes économiques majeures, celles qui n’ont justement pas pu prendre corps en début de mandat.

 

Le secteur agricole devient le pilier de la relance économique, grâce à la mécanisation et à l’irrigation, et un levier pour la création d’emplois. Autre secteur phare longtemps négligé, la pêche devrait enfin être modernisée, avec la création d’un fonds de garantie des investissements prioritaires axé sur l’aide aux petits exploitants.
Dans cette quête de changements concrets, le tandem Macky Sall-Aminata Touré pourra manifestement compter sur la coalition Benno Siggil Sénégal, dont la solidité et la cohérence semblent résister à l’épreuve du pouvoir.

 

Exception faite de la défection du Rewmi d’Idrissa Seck, qui a toutefois vu ses deux ministres conserver leurs sièges dans le gouvernement.
Mais le chef de l’État et son nouveau Premier ministre le savent, vaccinés contre les promesses et engagements non tenus, les hommes et les femmes du pays de la Teranga ne croient désormais plus qu’aux actes et aux résultats.

 

Et leur appréciation se traduira dans les urnes, lors des élections régionales, locales et municipales prévues au premier semestre 2014.

 

A bon entendeur…

 

Avec JA

Dernier de Jean Louis Verdier

- See more at: http://dakar-echo.com/component/k2/item/4277-macky-%C3%A0-la-recherche-d-un-second-souffle.html#sthash.V4NZRK9A.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 18 décembre 2013 14:34

Liens
Site

Tags: #president
 


 
 
posté le 19-12-2013 à 13:05:29

Walo Sénégal fait son marché de Noël pour se faire connaître

 

Vente saly

A l’invitation de la nouvelle association alciaquoise Walo Sénégal et de la municipalité, une quarantaine de stands ont investi ce week-end le complexe sportif. L’association organisatrice proposait de l’artisanat du pays.

 

 

Si les marchés de Noël sont l’occasion pour les exposants de proposer de l’artisanat, des décorations… en prévision des fêtes de fin d’année, c’est pour d’autres l’occasion de faire connaître une association.

 

Jeannine Cordier, la présidente de Walo Sénégal, rappelle l’objectif de son association qui a vu le jour en juin 2012 : Notre projet est la construction d’un centre culturel sanitaire et social destiné aux enfants défavorisés et leurs familles.

 

Nous possédons déjà le terrain où sera construite l’école par les habitants du village et nous récupérons aussi du matériel scolaire. Pour le financement nous organisons et participons à des manifestations : brocante, marché de Noël… »

 

Pour l’instant, les moyens de l’association semblent limités mais ce qui est illimité, c’est la volonté assurée de la responsable de faire évoluer les choses dans le sens du bien-être des enfants en donnant la priorité à la scolarisation.
Une deuxième association profitait également de l’occasion pour vendre de l’artisanat burkinabé pour mettre en place des partenariats avec le Burkina Faso. Marion, ingénieur agronome de Vermelles, s’est fixé comme objectif avec son association « Manej » d’aider les enfants défavorisés du Burkina en développant des formations artistiques et artisanales.

 

Sur son stand on trouvait également de l’artisanat de l’ancienne Haute-Volta.
Contact : Walo Sénégal Jeannine Cordier, 03 21 02 50 20 ou 06 62 59 64 23.

 

Manej : www.associationmanej.sitew.fr

- See more at: http://dakar-echo.com/la-diaspora/item/4280-walo-s%C3%A9n%C3%A9gal-fait-son-march%C3%A9-de-no%C3%ABl-pour-se-faire-conna%C3%AEtre.html#sthash.m37BQMva.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 18 décembre 2013 18:28

Liens
Site

Tags: #artisanat
 


 
 
posté le 19-12-2013 à 13:03:45

Ahoune Sané, un héros de la Casamance oublié : 100 ans après sa mort !

Vente saly

par Xibaaru le 19 Dec 2013 • 08:34

1913-2013, voilà cent ans qu’Ahoune Sané a quitté ce bas monde. Le lycée Ahoune Sané de Bignona célèbre le centenaire de la mort de son parrain. En prélude à la célébration du centième anniversaire de la mort de cet illustre fils du Fogny prévue le 25 Décembre prochain dans le village de Koundioughore, le lycée qui porte son nom a décidé de lui rendre un hommage. L’occasion a été saisie pour faire connaître aux élèves celui qui a donné son nom à leur lycée. L’histoire a été revisitée et l’on s’est rendu compte qu’Ahoune ne méritait pas cette méconnaissance du grand public.

Mais qui est Ahoune Sané ?

Ahoune Sané est né vers les années 1820 à Kampoulène, fils de Koulali Sané (son père) et de Djibanlisse Badji (sa mère)  était un résistant armée diola méconnu des jeunes générations parce que personne n’avait écrit son histoire auparavant. Par la tradition orale et les témoignages de ceux qui ont connu l’homme ou qui ont entendu parler de cette figure emblématique, des gens ont écrit aujourd’hui l’histoire du héros du Fogny. La vie, l’œuvre, le parcours et l’héritage du roi du Fogny (il a refusé ce titre de roi), bref sa vie a été revisitée. L’exposé fait de l’homme par l’inspecteur de l’éducation Yaya Diatta, a permis de comprendre qu’Ahoune Sané était un homme multidimensionnel. Un homme de paix, défenseur des valeurs du terroir, défenseur des droits de la femme et surtout un grand patriote qui a tout donné pour protéger son peuple face à l’envahisseur étranger. Il s’est battu contre Fodé Kaba Doumbouya, le roi manding mais il a aussi défendu le territoire de son peuple contre les blancs. Ahoune Sané était attaché à sa culture et  à sa langue qui constituaient pour lui une identité légendaire. Après la guerre, Ahoune avait pardonné à ceux qui n’étaient pas avec lui, même quand il avait la possibilité de les punir.

Ahoune Sané a laissé un héritage pour la postérité, l’offrir en exemple c’est demander à la jeune génération d’adopter les valeurs enseignées par ce roi diola. Parmi ces vertus, on peut citer le patriotisme, la paix, l’amour le pardon, le dialogue, la justice ou encore la protection des couches vulnérables comme la femme.

Des effets de Ahoune Sané ont été gardé par un conservateur qui a bien voulu les montrer au public et tout le monde était ébahi de voir des instruments de ce héros utilisés dans les années 1800. Le public a pu voir les menottes qu’il se servait pour maîtriser ses prisonniers, son pistolet et même son instrument de communication appelé en diola « émombolay » avec quoi il avait la possibilité de transmettre un message à son peuple car à l’époque il n’avait pas encore le téléphone.
Ahoune Sané était, nous vous l’avons dit un peu plus haut, un homme de culture, attaché aux valeurs de ces ancêtres. C’est pourquoi le lycée et la fondation Ahoune Sané (en gestation) ont fait appel à des troupes de masques qui ont fait des démonstrations à vous couper le souffle. Photos ci dessous des effets de Ahoune Sané.

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-12-2013 à 13:02:13

L’Etat invité à racheter les 9% d’actions SONATEL cédés à France Télécom en 1998

Vente saly

par Xibaaru le 18 Dec 2013 • 17:57

Le Syndicat des travailleurs de la SONATEL (SYTS) a appelé mercredi, à Dakar, l’Etat du Sénégal à racheter les 9 % d’actifs de la société de téléphonie “vendus en catimini” en 1998 à France Telecom.
“Nous demandons à l’Etat le rachat de 9 % d’actifs vendus en catimini en 1998 à France Telecom. Ce qui lui a permis aujourd’hui de contrôler 42, 33 % des actions du groupe SONATEL”, opérateur historique des télécoms au Sénégal, a déclaré Babacar Sarr, secrétaire général du SYTS, lors d’une conférence de presse.
Parlant des projets d’externalisation du réseau annoncés par la direction générale, il a soutenu que cette décision va consacrer “la perte de souveraineté de l’Etat sur l’exploitation des réseaux de SONATEL, en plus des risques sur la protection des données personnelles et celles très sensibles de l’Etat”.

APS

Liens
Site

Tags: #economie
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions