posté le 08-01-2014 à 13:12:25

Rallye Dakar : 35 ans… ça suffit !

Vente saly

Comme chaque début d’année, France Télévision fera une place disproportionnée au rallye Dakar. A grands coups de directs, reportages, interviews, cet évènement sportif fera ainsi l’objet d’un traitement particulier qui ne peut qu’interroger au regard de son impact écologique.

 

15 000 TONNES DE C02

En quinze jours à peine, quelques 575 véhicules vont ainsi sillonner les routes, pistes et déserts de l’Argentine, de la Bolivie et du Chili. Avec une étonnante mansuétude, le groupe audiovisuel public érigera en modèle de vertu un rallye qui aura provoqué le décès de plus de 60 personnes, détruit en trois ans 184 sites archéologiques au Chili et qui banalise la vitesse là où il serait nécessaire de rappeler la dangerosité de cette conduite à risque.

 

Automobiles, quads, motos et camions d’une dizaine de tonnes chacun vont ainsi traverser des sites exceptionnels, contribuant à détruire des espèces menacées. En parcourant au total plus de 4 millions de kilomètres, les concurrents vont gaspiller l’équivalent d’un million de litres de carburant et rejeter directement 15 000 tonnes de CO2.

 

Alors même que l’industrie automobile traverse une crise sans précédent faute d’avoir su adapter l’automobile à la demande de consommateurs plus sensibles aux économies réalisées grâce à la sobriété énergétique, que le gouvernement se fixe pour ambition de réduire la consommation des véhicules particuliers à moins de 2 litres/100 km, n’y-a-t-il pas quelque incongruité à diffuser à des heures de large écoute, un rallye faisant la part belle à des monstres de puissance détruisant tout sur leur passage ?

 

Un groupe public responsable ne peut s’affranchir de la nécessaire réflexion sur l’imaginaire véhiculé par ce type de rallye. En effet, à l’heure des crises écologiques, la mise en scène de véhicules énergivores et climaticides en vue de produire un spectacle télévisuel va induire subrepticement un modèle dans lequel la vitesse et la puissance seront la norme et la sobriété l’exception.

 

De fait, alors même que le groupe France Télévision n’a que très peu suivi le débat national sur la transition énergétique, France 2 et France 3 vont largement diffuser une invite implicite à rouler vite et gaspiller fort !

 

LA DOMINATION DU NORD

Enfin, la couverture médiatique d’un tel événement laisse perplexe. Depuis 35 ans, cette course choisit des sites magnifiques pour accueillir un rallye destructeur. Il semble évident que les téléspectateurs de France 2 & 3 se révolteraient si on leur annonçait que le rallye Dakar a lieu dans le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse ou à proximité de la grotte de Lascaux. Pourquoi accepter là-bas ce qu’on refuserait ici ? La domination des pays du Nord sur les pays du Sud est inscrite à l’encre invisible. Elle n’en reste pas moins évidente.

 

Alors que le groupe France Télévision s’apprête une nouvelle fois à accueillir un véritable publi-reportage à la gloire de véhicules puissants, il est plus que temps de rompre avec le complexe du « spermato ». Arriver le premier pour donner la vie est une chose magnifique. Etre le premier après avoir détruit les écosystèmes sur son passage ne peut tenir lieu de modèle à promouvoir à des heures de grande écoute.

 

Après 35 ans à promouvoir un spectacle télévisuel à la gloire du cynisme et du gaspillage, il est grand temps, pour France Télévision de tourner la page. L’avenir n’est plus à la promotion de fous du volant se comportant en Mad Max du désert. Gageons que France Télévision saura renoncer aux vieilles ficelles de spectacles sportifs anachroniques.

 

En ce début d’année, formulons le vœu qu’une télévision publique de qualité trouvera la moyen d’intéresser les téléspectateurs en lui proposant de la découverte et de l’engagement sans pour autant céder aux facilités d’un rallye qui a fait son temps.

 

Par Stéphen Kerckhove (Délégué général d’Agir pour l’Environnement)

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/4576-rallye-dakar-35-ans%E2%80%A6-%C3%A7a-suffit.html#sthash.lwpKPfur.dpuf

Écrit par  Penda Diop mardi, 07 janvier 2014 21:44

Liens
Site

 


 
 
posté le 08-01-2014 à 13:08:12

Atteinte aux droits de l’homme et à la démocratie: Le livre d’alarme du PDS France

Vente saly

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 06 janvier 2014 21:43 -

A peine remis de son ivresse consécutive au réveillon, le Pds France annonce la couleur de ce que sera la nouvelle année : un marquage à la culotte du régime, un combat sans merci.

 

Les protégés d’Abdoulaye Wade ont en effet rendu public, avant-hier à Paris, un «livre bleu» dans lequel ils ont dressé un tableau sombre du bilan de Macky Sall.

 

C’est un véritable signal que la fédération du parti démocratique sénégalais (Pds) en France vient de lancer depuis Paris. A travers un «livre bleu» rendu public samedi soir lors d’un dîner-débat, les «Libéraux» disent en effet toute leur inquiétude quant à l’état des droits au Sénégal depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir en mars 2012.

 

Cependant, notent-ils, «ce livre ne se veut pas une déclaration de guerre, mais il a comme seul et unique but d’attirer l’attention des Sénégalais et de la communauté internationale sur les dangers qui guettent notre cher pays et par ricochet la sous-région».

 

Qu’à cela ne tienne, le décor de ce pamphlet de 35 pages est campé par un titre évocateur et très alarmiste: «Un climat économique et social morose, des droits fondamentaux confisqués : un soulèvement populaire en gestation».

 

Par ce procédé, les auteurs du livret décliné en trois parties, se sont surtout attelés, au fil des pages, à remettre au goût du jour la thèse défensive servie ça et là par le PDS ces 21 derniers mois. Le travail scientifique rebondit d’abord sur le débat sur une supposée justice «à deux vitesses». «Nous assistons à une justice à géométrie variable, à une véritable atteinte aux droits de l’Homme et aux libertés fondamentales.

 

Pour illustrer notre constat, nous vous parlerons de l’affaire (…) Barthélémy Dias, un temps incarcéré puis libéré et investi sur la liste soutenue par le Président Macky Sall lors des élections législatives de juillet 2012. Nous ferons un parallèle avec l’affaire du guide religieux Cheikh Béthio Thioune, souteneur de l’ancien Président Me Abdoulaye Wade», peut-on lire à l’entame de la première partie intitulée : «Macky Sall : un régime avec une justice à géométrie variable».

 

Sur la trame de fond du «livre bleu», c’est-à-dire l’affaire Karim Wade, les auteurs retracent dans un premier temps l’historique de la création de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), avant de décliner les véritables objectifs de celle-ci, à leurs yeux.

 

Le secrétaire général Meïssa Touré et ses camarades signalent qu’«aujourd’hui, l’histoire semble donc bégayer, avec Macky Sall qui se sert de la Crei pour régler des comptes politiques et plus directement, essayer d’éliminer un concurrent sérieux, Karim Wade, de la course présidentielle pour 2017».

 

Avant de résumer en conclusion : «La réactivation de la Crei est une tâche sombre et indélébile portée à notre Etat de droit. L’ambition affichée du Président Macky Sall est de détruire le premier parti politique du Sénégal, le Pds, notamment par une justice ciblée et téléguidée depuis la présidence de la République».

 

Par cette initiative inédite, les Libéraux de France, au-delà du fait d’avoir attaqué 2014 pied au plancher, ont en tout cas exploré une nouvelle manière de mener un combat politique, un combat d’opposants, qui tranche avec la réputation de parti violent et «kamikazaique» qui a toujours caractérisé le Pds, qu’il soit dans l’opposition ou au pouvoir.

 

THIERNO DIALLO

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/4569-atteinte-aux-droits-de-l-homme-et-%C3%A0-la-d%C3%A9mocratie-le-livre-d%E2%80%99alarme-du-pds-france.html#sthash.lqnkHYVP.dpuf

Liens
Site

Tags: #wade
 


 
 
posté le 08-01-2014 à 12:40:02

Economie et diplomatie : Dakar et Rome signent deux accords

Vente saly

SENEGAL-ITALIE-COOPERATION

 

 2014-01-07 20:57:48 GMT

Dakar, 7 jan (APS) – Les gouvernements sénégalais et italien ont signé mardi à Dakar deux accords, le premier portant sur un prêt concessionnel (comprenant un don) d’un montant global de 30 milliards de francs CFA, tandis que le second exempte de visa les détenteurs du passeport diplomatique des deux pays.

Les accords ont été signés par la ministre italienne des Affaires étrangères, Emma Bonino, son homologue sénégalais Mankeur Ndiaye, et le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ.

« Avec l’Italie, nous avons un programme économique triennal. Un programme vient de s’achever. Un autre va commencer, pour la période 2014-2016. Il s’agit d’un accord de 30 milliards de francs CFA : 20 milliards de francs CFA pour le prêt, et 10 milliards en don », a expliqué Amadou Bâ.

En vertu du second accord, les Italiens et les Sénégalais détenteurs du passeport diplomatique de leur pays seront exemptés de visa s’ils veulent se rendre dans l’un ou l’autre des deux pays.

Selon Amadou Bâ, le programme de coopération économique liant le Sénégal à l’Italie comprend plusieurs volets dont le développement local, la gouvernance et l’agriculture. L’Italie apportera « un soutien extrêmement important » au Sénégal, dans le domaine de l’agriculture, a-t-il dit.

« Il s’agit d’un accord-cadre (accord relatif aux marchés publics), mais notre coopération avec l’Italie ne s’arrête pas à cet accord-là. Nous avons des accords en matière de protection des investissements. Il y a aussi un accord de double imposition » sur des produits commercialisés entre les deux pays, a expliqué M. Bâ.

« Il s’agit d’un accord satisfaisant, d’autant plus que le Sénégal est considéré comme un pays prioritaire dans la coopération internationale italienne en Afrique », a ajouté Amadou Bâ.

 »Cet accord concerne des secteurs prioritaires », a dit Emma Bonino, sans autre précision.

Mankeur Ndiaye a expliqué que l’accord sur les visas, profitable aux détenteurs des passeports diplomatiques de l’Italie et du Sénégal, visait « la fluidité » de la circulation des officiels des deux pays.

L’Italie est la troisième destination des émigrés sénégalais, après la Gambie et la France. Environ 100.000 Sénégalais sont recensés en Italie, selon Emma Bonino.

BHC/ESF/AD

Liens
Site

Tags: #diaspora
 


 
 
posté le 08-01-2014 à 12:09:33

CINEMA – Redynamisation du secteur : Série de propositions pour la réouverture des salles

  •  

    Vente saly

    Le constat est là : il n’y a plus de salle de cinéma fonctionnelle au Sénégal. Cette situation étouffante pour l’avenir du cinéma sénégalais, en particulier, ne manque pas de susciter l’inquiétude des cinéastes, critiques de cinéma et autres producteurs qui ont organisé une conférence qui a pour objectif d’apporter des solutions visant à relancer cette industrie en baisse.

     

    Les avancées technologiques effectuées ces dernières années ont eu un impact négatif sur les projections en salle. Bon nombre de propriétaires ont été obligés de mettre la clef sous le verrou face aux nouveautés comme le Dvd, l’Internet et la télévision, cause pour laquelle, le cinéma s’est avéré être démodé voire inutile pour beaucoup.
    Selon Cyril Thurlston, distributeur suisse, le cinéma est sur une phase où le public a d’autres aspirations et requiert un cinéma avec un certain standing. «Je pense que ce qu’il faut viser avant tout, c’est la qualité. Parce que les gens veulent avoir un surplus par rapport à ce qu’ils ont chez eux. Il y avait eu des projections à Sorano, mais qui ont fait le plein. Donc, le problème ce n’est pas l’argent», a déclaré M. Thurlston.
    Divers cinéastes et producteurs de films ont pris part à cette conférence, qui avait pour objectif d’apporter des solutions visant à relancer une industrie cinématographique en baisse. Le but essentiel étant de trouver les moyens d’une redynamisation de l’industrie cinématographique et des salles de cinéma.
    Boubacar Diop, professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), a pris part à cette rencontre. Il soutient que le problème ne se  situe pas dans une absence de public, mais surtout dans les techniques et coopérations pour le développement du secteur. «Le public est là ! Il y a une possibilité d’échange, il y a beaucoup de jeunes Africains qui produisent des films. Alors, il serait temps qu’ils s’associent tous pour pouvoir constituer une force et s’affirmer en tant que producteurs», a déclaré Pr Diop.

    Un outil de socialisation
    Outre l’aspect économique et financier de la réouverture des salles de cinéma, il y a un enjeu de socialisation qui sous-tend la projection en salle. En effet, certains ont besoin d’aller au cinéma pour se détendre et, cet aspect n’est pas pris en compte dans la configuration actuelle qui ne prévoit pas de salle de cinéma. Selon Baba Diop, critique de cinéma et professeur de radio, il faut aussi passer par une réactualisation du cinéma et du matériel de projection. «Aujour­d’hui, il faut anticiper pour voir quelle est la bonne méthode de distribution et voir comment créer un espace de diffusion moderne. Le cinéma est quelque chose de sociologiquement important. Donc, la distribution des salles de cinéma doit être réactualisée et adaptée aux nouvelles technologies», a affirmé M. Diop.
    Cependant, Cyril Thurlston a préconisé la création de salles avec un matériel de production digitalisé pour assurer une projection de qualité au public. Il sollicite par ailleurs l’appui de l’Etat pour un investissement dans la production de films. «Il faut créer des salles avec un équipement numérique moderne. Je pense que la distribution sera plus facile comme cela et la digitalisation est importante aussi dans ce domaine pour qu’il y ait de la qualité. C‘est pour cela que l’Etat sénégalais devrait aider pour qu’il y ait du nouveau. Moi, je serai là pour apporter mon aide, si je peux», a encore fait savoir le distributeur suisse, M. Thurlston.
    StagiaireÉcrit par  Par Gogo THIELLO

  • mardi 7 janvier 2014 12:34
Liens
Site

Tags: #culture
 


 
 
posté le 08-01-2014 à 12:05:19

VILLA EN VENTE EN RESIDENCE SALY SENEGAL

Vente saly

VILLA EN VENTE EN RESIDENCE SALY SENEGAL

Coquette villa de 101 m2 sur terrain de 369 m2 en résidence standing bord de mer.

2 chambres + 2 salles de bain
1 mezzanine avec 2 couchages
coin repas et salon donnant sur une belle terrasse ombragée.
Cuisine, buanderie et WC visiteurs.
Terrain arboré
Entrée voiture privée
A deux pas de la plage

En résidence
75 500 000 Fcfa (≈115 091 €)

Référence 121

www.immocap-senegal.com

immocapsenegal@gmail.com

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions