posté le 15-03-2013 à 10:59:54

Les vertus des graines: le sésame

VENTE SALY

Le deuxième épisode des effets bénéfiques des graines, aujourd'hui, je vais vous parler des graines de sésame.  
Le sésame est probablement une des premières graines oléagineuses cultivées par l'hommes. 
Certains auteurs attribuent la formule magique "sésame s'ouvre toi" au fait observé depuis des millénaires, que la consommation du sésame agit favorablement sur la mémoire et la clarté de l'esprit. 
Elle a la réputation de conserver ou de restaurer la vitalité, d'être un fortifiant et d'aider à combattre la fatigue et le stress. 
Il existe différentes variétés de sésame. Elles peuvent être de couleur marron, noire ou blanches.  
La variété noire est la plus pauvre en huile mais plus riche en olégo-éléments que la variété marron. 
Lorsque le sésame est blanc il est décortiqué. Il est préférable de consommer le sésame entier, parce que son enveloppe est séparée par un processus chimique qui réduit sa valeur nutritive. Les graines de sésame vendues dans le commerce traditionnel ont généralement été traitées chimiquement lors de la culture, il est donc important de ne consommer que des graines de culture biologique. 
Les graines de sésame sont riches en protéines de bonne qualité (22%) contenant tous les acides aminés essentiels. Elles sont également riches en minéraux organiques assimilables (magnésium, potassium, cuivre, fer), en vitamines B et E. 
Elles contiennent 52% de matières grasses, dont 85% d'acides gras insaturés.  
Un des constituants de la graine de sésame est la sésamine: un lignnane (Cf article sur les graines de lin).

Comment les consommer ?
L'emploi le plus simple du sésame consiste à mettre les graines sur les crudités, salades, les céréales, dans les potages, comme garniture sur les pâtisseries et les biscuits. 
Il existe également certains produits très nutritifs à base de sésame:

- Le tahin ou tahini : Il s'agit d'un beurre de sésame obtenu par broyage de la graine de sésame légèrement grillée. Il peut-être additionné d'une petite quantité de sel (marin de préférence).

- Le gomasio : C'est un sel de sésame. Le sésame dont l'huile est riche en acides gras non saturés, en acides aminés essentiels et en lécithine, fortifie le système nerveux et neutralise l'acidité, tandis que le sel marin favorise la sécrétion des sucs digestifs et stimule tout le métabolisme. On utilisera le gomasio pour assaisonner les plats. C'est un excellent substitut au sel de table traditionnel.

 

- Le halvah du Moyen-Orient préparé à base de graines de sésame broyées et du miel. 

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-03-2013 à 10:39:35

La visite d'Alioune Sarr au BMN décalée à 16 heures

VENTE SALY

 

Dakar, 12 mars (APS) - La visite qu'effectue mercredi le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel , Alioune Sarr, au Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises est reportée à 16 heures, annonce un communiqué reçu à l’APS.

 

Cette visite était initialement prévue à 10 heures, selon le Directeur du MBN, Ibrahima Diouf, qui explique que la visite à Dakar du président libanais Michel Sleiman est à l'origine du report. 

Cette visite de M. Sarr rentre dans le cadre de ses activités de prise de contact avec les structures et services relevant de son département, selon la même source. Elle précise que le BMN se trouve à Sotrac Mermoz.

 

ESF 

Liens
Site

 


 
 
posté le 12-03-2013 à 10:52:31

Visite du président Michel SLEIMAN : Le Sénégal et le Liban veulent relancer leur coopération

VENTE SALY

 

Le général Michel Sleiman, président de la République du Liban, sera l’hôte du Sénégal à partir d’aujourd’hui. Le couple présidentiel libanais sera accueilli, en fin d’après-midi, à 18 heures, à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor par Macky Sall et son épouse.  Ce sera la première visite officielle, au Sénégal, du président de la République Libanaise. Pendant trois jours, du 12 au 14 mars 2013, le chef de l’Etat libanais et son épouse auront, dans leur programme, diverses activités. Dans la soirée d’aujourd’hui, à 20 heures, le général Sleiman recevra les ambassadeurs arabes à l’hôtel Radisson-blu sur la corniche. Demain, mercredi 13 mars, à 10 heures,  le général Sleiman présidera une rencontre entre hommes d’affaires sénégalais et libanais à l’hôtel Radisson. A 11 heures 45, le général Sleiman sera reçu au palais de la République par le président Macky Sall. Ce face à face sera suivi d’échange de décorations entre les deux hommes d’Etat. Des entretiens élargis aux membres des deux délégations, suivis d’un tête-à-tête entre les deux chefs d’Etat auront lieu au palais de la République et une conférence de presse conjointe. A 13 heures, un déjeuner sera offert par Macky Sall, en l’honneur de M. Sleiman, toujours au palais de la République. Dans l’après-midi, à 16 heures, ce sera le départ à destination de l’Ile du souvenir, Gorée. Dans la soirée, à 20 heures, une rencontre avec la communauté libanaise du Sénégal aura lieu au Grand Théâtre. La visite du président libanais prend fin jeudi. Le décollage de l’avion présidentiel libanais est prévu à 10 heures.

Une commission mixte pour renforcer la coopération entre les deux pays

Lors d’une visite à Beyrouth, en fin octobre 2011, le  ministre des Affaires étrangères, avait indiqué, dans un communiqué, la création d’une commission mixte de coopération entre le Sénégal et le Liban.
Le ministre avait proposé à son collègue du Liban la réactualisation du cadre juridique qui régit la coopération entre nos deux pays, notamment par  la signature d’un accord sur le développement du tourisme, sur le transport aérien et d’un accord-cadre qui prend  en compte les secteurs de la Culture, de l’Education, des Sports, des Technologies de l’Information et de la Communication.
Il a été également soumis, à l’appréciation de la partie libanaise, la signature d’un accord portant création d’une commission mixte de coopération entre les deux pays. A l’époque, il a été exprimé le souhait de voir les relations entre les secteurs privés se renforcer et se concrétiser davantage, notamment à travers la mise en œuvre de la Convention sur la non double imposition et la prévention de l’évasion fiscale, signée le 19 octobre 2002 et ratifiée le 06 février 2004. Avec la rencontre entre opérateurs économiques des deux délégations, ces questions seront évoquées.
Le Sénégal avait aussi proposé l’établissement d’une coopération entre l’Apix et les organismes libanais de promotion des investissements, par la signature d’un accord de promotion et de protection des investissements, ainsi que la tenue d’une semaine culturelle et économique dans chacun des deux pays en vue de renforcer la coopération culturelle et économique.
En réponse aux vœux du Sénégal, le ministre libanais des Affaires étrangères, avait dit toute sa disponibilité à œuvrer pour la redynamisation de la coopération entre les deux pays, à l’image des liens de fraternité et de communion qui unissent nos deux peuples. Au cours d’une audience avec le président de la République libanaise, la délégation du Sénégal s’était félicitée de la parfaite convergence de vues entre les deux pays sur les questions de politique internationale, notamment sur la question palestinienne. Les deux parties avaient évoqué la nécessité d’œuvrer pour un règlement définitif du conflit israélo-arabe et la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem pour capitale.  Le président Michel  Sleimane avait félicité le Sénégal  pour  son  engagement sans relâche dans la défense de la cause palestinienne qui s’est traduit par  sa prise de position affichée en faveur de l’admission de la Palestine comme Etat membre de l’Onu.Il avait aussi  rappelé  la longue tradition de coopération qui existe entre le Sénégal et le Liban dans le domaine militaire. Il avait remercié le Sénégal d’avoir régulièrement envoyé des forces de maintien de la paix durant les crises qu’a connues son pays, dans le cadre de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (Finul).
Confirmant l’excellence des relations entre nos deux pays, l’ambassadeur du Liban au Sénégal et ancien doyen du Corps diplomatique, dans une réception à l’occasion de la fête nationale de son pays,  avait loué les relations d’amitié et de coopération qu’entretiennent le Liban et le Sénégal. Au-delà des affinités historiques et socioculturelles séculaires de leurs peuples frères, les excellentes relations d’amitié et de coopération entre Beyrouth et Dakar trouvent leur fondement dans la volonté politique des hauts dirigeants des deux pays de les dynamiser et de les densifier aux plans bilatéral et multilatéral, avait déclaré l’ambassadeur Michel Haddad. Il s’était aussi appesanti sur « les relations empreintes de confiance mutuelle existant entre le Sénégal et le Liban, ainsi que les liens solides d’amitié et de coopération ayant marqué les 12 ans » qu’il a passés au Sénégal.
Le président du Liban, général Michel Sleiman qui est attendu aujourd’hui, à Dakar, a une riche carrière militaire. L’hôte du peuple sénégalais est titulaire d’une Licence en Sciences politiques et administratives de l’Université du Liban.
Pendant sa carrière militaire, il suivit divers cours et formations avant d’accéder au grade de Sous-lieutenant, à l’École militaire du Liban, en 1970.
Par la suite, il s’était rendu en Belgique pour une formation dite avancée, de janvier 1971 à avril de la même année. Puis, ce sera l’étape française où il réussit un diplôme en techniques d’état-major de février 1981 à juillet 1981.  De retour dans son pays, il suit, à nouveau, un cours de Commandement et d’état-major, à l’école de Commandement et d’état-major, du Liban pendant douze mois. Après cette étape, il se rendit aux Etats-Unis d’Amérique en 1995 pour y décrocher un diplôme en gestion des ressources défensives. Dans sa carrière militaire, Michel Sleiman a occupé plusieurs postes de commandement. Il fut chef de section, commandant de bataillon, entraîneur à l’école militaire et à l’école des sous-officiers avant d’occuper l’important poste de chef des services de renseignements de la région du Mont-Liban, du 4 décembre 1990 jusqu’au 24 août 1991.
Il fut aussi secrétaire de l’état-major du 25 août 1991 jusqu’au 10 juin 1993. Il dirigea la 11e brigade d’infanterie du 11 juin 1993 jusqu’au 15 janvier 1996 lors des confrontations sur les fronts du Sud et de la Békaa-Ouest. C’est le 15 janvier 1996 qu’il fut nommé commandant de la 6e brigade d’infanterie jusqu’au 21 décembre 1998, date à laquelle il est nommé commandant en chef de l’armée libanaise.
Élu à la présidence de la République des différents partis politiques libanais qui le présentèrent comme le candidat de compromis pour succéder à Émile Lahoud, dont le mandat était arrivé à expiration le 23 novembre 2007. Mais son élection sera reportée maintes fois à cause de profonds désaccords politiques entre la majorité parlementaire et l’opposition. En application de l’accord survenu à la conférence du dialogue interlibanais à Doha, au Qatar, le président du Parlement Nabih Berri convoqua une nouvelle séance parlementaire le 25 mai 2008, la vingtième, pour élire le nouveau président de la République. C’est le 25 mai 2008 que le parlement, revenant sur l’interprétation jusque là admise de la Constitution, considéra que ses fonctions immédiatement précédentes de commandant en chef de l’Armée n’interdisaient pas à Michel Sleiman de devenir président de la République. Il sera élu par 118 voix sur 127. Il fut investi par le président du Parlement et l’Emir de Qatar, en sa qualité de garant de l’accord de Doha, mettant ainsi fin à six mois de vacance de la présidence de la République libanaise.
Michel Sleiman est ainsi le troisième commandant en chef de l’armée à accéder à la présidence, après Fouad Chéhab en 1958 et Émile Lahoud en 1998.   Le président libanais qui  maîtrise deux langues étrangères, l’anglais et le français, est titulaire de la distinction de Grand-croix de la Légion d’honneur depuis 2009.
Les Sénégalais d’origine libanaise sont fiers de la visite du président Sleiman à Dakar, aujourd’hui. Pour la plupart d’entre eux, cette visite lui permettra de constater la belle intégration de la communauté libanaise au Sénégal. Elle contribuera également à  consolider les relations entre Dakar et Beyrouth. Le président libanais, le général Sleiman, est attendu à Dakar aujourd’hui, où vit une forte communauté libanaise. Elle est  estimée à environ 25.000 âmes et est présente au Sénégal depuis plusieurs décennies. Les Libanais sont très actifs dans le négoce et dans l’industrie. Certains d’entre eux, rencontrés au centre ville livrent leurs opinions sur cette visite du président de leur pays d’origine à Dakar.
M. Khalil est commerçant sur l’avenue Blaise Diagne. Il pense que cette visite du président libanais est une bonne chose. «  Cette visite contribuera à conforter les relations déjà solides entre le Sénégal et le Liban », a-t-il dit, avant de poursuivre : « c’est un pays où il existe une forte concentration de Libano-Sénégalais, et cette présence ne date pas d’aujourd’hui. Moi qui vous parle, j’ai aujourd’hui plus de 60 ans et suis né au Sénégal ». Pour M. Khalil, le Sénégal est devenu sa patrie, même s’il est d’origine  libanaise.
A quelques mètres de chez lui, dans la même avenue, Assane tient sa cantine. Il vend des tapis et des moquettes. Le vieux Libano-Sénégalais se dit être ravi de la visite du président Sleiman à Dakar. « Le Sénégal et le Liban sont deux pays frères. Moi,  je suis né au Sénégal et parle le Wolof comme toi où même mieux que toi », a-t-il taquiné avec un brin de sourire. Mais Assane aurait souhaité que le président libanais vienne au Sénégal le plus souvent possible pour constater que les Libano-Sénégalais sont bien traités dans ce pays. « Nous sommes bien intégrés dans la communauté Sénégalaise », a-t-il insisté, les yeux rivés sur la machine à calcul.
Zeynab, commerçante aussi de son état, a abondé dans le même sens. « C’est un plaisir pour nous Sénégalais d’origine libanaise d’accueillir notre président même si aujourd’hui nous sommes des Sénégalais à part entière », a-t-elle estimé. Pour elle, malgré la différence épidermique, les Libano-Sénégalais sont bien intégrés dans la société sénégalaise. Un peut plus loin, sur la rue Ngalandou Diouf, Osman, semble lui, être désintéressé par la question. Pour lui, même s’il est content que le président libanais soit à Dakar, cela ne change rien sur ses activités. « Moi je suis commerçant et je  ne crois qu’au travail. Je n’attends rien de cette visite ».

 

Michel Sleiman, une riche carrière militaire

El H. A. THIAM

La communauté Libano-sénégalaise exprime sa fierté

Ndiol Maka SECK 

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-03-2013 à 12:43:14

Côut de la vie : la baisse de l’inflation valide les efforts du gouvernement, selon le PM

VENTE SALY

Dakar, 11 mars (APS) - Les efforts du gouvernement visant à réduire le coût de la vie se mesurent à l’aune de l’inflation dont le taux a été ramené à 1,6 pour cent en 2012 contre 4 pour cent l’année précédente, a indiqué le Premier ministre, Abdoul Mbaye.

‘’Quand le président de la République dit qu’on va baisser les prix, il ne va pas prendre l’engagement de diviser par deux le prix du pain. Ce n’est pas possible. Il a promis d’agir sur les prix, il faut reconnaître qu’en 2012, le taux d’inflation est retombé à 1,6 %, alors qu’il était à 4 % l’année précédente. Donc, il y a quand même des efforts’’, a-t-il déclaré, dans une interview parue dans l’édition de lundi du quotidien L’Observateur.

‘’Sur le plan alimentaire, nous souffrons. Nous importons énormément. A la limite, ce que l’Etat peut faire lorsqu’un produit est importé, c’est de limiter la taxation et peut-être même parfois d’y renoncer totalement’’, a souligné le chef du gouvernement sénégalais.

‘’Nous avons reçu du président de la République qu’il y ait une étude systématique de l’ensemble des structures de prix. Car malheureusement, notre économie s’est habituée à des prix imposés par les importateurs à des industriels, au détriment de la grande masse de la population’’, a noté Abdoul Mbaye.

‘’Donc, nous allons étudier l’ensemble des structures de prix, avec l’objectif de trouver à chaque fois de bons compromis permettant de maintenir l’industrie, et aux citoyens de bénéficier de prix abordables’’, a-t-il dit, avant d’ajouter : ‘’Il faut savoir également que nous avons des prix qui sont liés au marché international’’.

Interrogé sur son bilan personnel à la Primature, le Premier ministre a répondu : ‘’J’ai le sentiment que je me débrouille pas trop mal. Peut-être pas sur la foi de mon seul sentiment, mais en écoutant autour de moi, mes collaborateurs’’.

‘’Il faut reconnaître que la tâche est difficile, les difficultés sont nombreuses et il faudra probablement du temps pour atteindre les objectifs qui restent ceux du président de la République. Puisque le Premier ministre est là pour mettre en œuvre la politique de la nation, telle que définie par le chef de l’Etat’’, a-t-il ajouté.

‘’Nous devons trouver des réponses immédiates, mais nous devons également faire vivre l’espoir et ne pas décevoir, tout en sachant qu’il faudra du temps pour réaliser les objectifs.
Il faudra du temps pour trouver des réponses adéquates aux attentes des Sénégalais’’, a-t-il relevé.

BK/AD/DND 

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-03-2013 à 11:18:54

Vidéo Saly Sud

 

 http://youtu.be/Lg6tmU3fNXY

 

 

 

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions