posté le 03-02-2014 à 12:53:04

Scandale ! Une décharge de déchets prévue vers le nouvel aéroport

Vente saly

par Xibaaru le 2 Feb 2014 • 12:45

Imaginez-vous le risque réel que cela peut entraîner si un centre d’enfouissement technique (CET) est réalisé aux abords du nouvel Aéroport International Blaise Diagne de Diass.

Un centre d’enfouissement technique (CET) est une décharge conçue pour le stockage de déchets.

« Un centre d’enfouissement technique (CET) n’a pas sa place à Diass (ouest), surtout avec l’érection de l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) dans la zone, avec tous les risques que cela peut entrainer. La présence d’oiseaux dans la zone aéroportuaire sera inévitable si le CET est érigé à Diass. Et tout le monde sait que les oiseaux peuvent créer des problèmes aux avions. C’est pourquoi nous ne voulons pas de cette infrastructure de traitement des ordures dans notre localité. Je suis sûr que si on parvient à donner la bonne information au président de la République sur ce dossier, il tranchera en faveur des préoccupations des populations. Parce que tout ce qu’il fait, il le fait pour les populations sénégalaises », a déclaré le responsable local de l’APR de Diass, Mamadou Ndione, membre de la Convergence des cadres républicains (CCR).
Le dossier concernant ce centre d’enfouissement technique est un projet conçu par l’ancien régime de Wade. Après plusieurs manifestations de dénonciations des associations et ONG à l’époque, la Banque mondiale s’y était opposée. Et le projet, élaboré, planifié et financé n’a pas encore fait l’objet d’une modification de lieu d’implantation. Sauf changement de dernière minute, la décharge devra être implantée à quelques encablures de la zone aéroportuaire de Diass.

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 03-02-2014 à 12:51:00

Revoilà Bictogo, l’homme des visas du Sénégal qui gagne 3 milliards en 6 mois

Vente saly

par Xibaaru le 3 Feb 2014 • 09:05

C’est Adama Bictogo, le patron de la société SNEDAI qui confectionne les visas sénégalais. Il est homme d’affaires, ancien ministre de la côte d’Ivoire emporté par un scandale et député-maire. Dans un bilan récent, le patron du SNEDAI avait annoncé un bénéfice net de 3 milliards pour le Sénégal sur la confection des visas. Mais quand le Sénégal gagne 3 milliards, lui aussi gagne 3 milliards. C’est le partage kif kif des bénéfices. C’est un brillant patron d’entreprise qui est aussi à l’honneur dans son pays. Le député d’Agboville-commune (79 km d’Abidjan), Adama Bictogo, élevé fin janvier au rang de commandeur de l’Ordre national de Côte d’Ivoire, a célébré samedi dernier, cette distinction avec les populations, cadres et la chefferie d’Agboville.
« Je suis venu vous présenter cette médaille qui honore tout Agboville », a déclaré l’ex-ministre de l’Intégration Africaine, Adama Bictogo, qui a remercié le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, pour cette distinction qui rejaillit sur l’ensemble des cadres de la région.

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 01-02-2014 à 15:09:26

Au Sénégal, premières victoires décisives dans la lutte contre les mouches tsé-tsé

Vente saly

Par Claire Arsenault | RFI |  Samedi 01 février, 2014 01:49

La mouche tsé-tsé est un redoutable parasite qui ruine les efforts des éleveurs de bovins africains. Au Sénégal, dans la région des Niayes, une campagne musclée porte déjà ses fruits. Le nombre de mouches y a nettement diminué, un résultat obtenu grâce à un programme de stérilisation à grande échelle des mouches mâles.

 

La lutte contre la mouche tsé-tsé est un long combat de plus d’un siècle qui, dans la plupart des cas, laissait l’avantage à cet insecte, la glossine. Cette mouche parasite transmet à l’homme et au bétail une maladie qui signe la ruine des éleveurs : en Afrique, elle emporte ainsi 3 millions de bovins chaque année. Au Sénégal, face à ce fléau, une riposte a été organisée dans la région des Niayes située près de la capitale, un secteur particulièrement adapté à l’élevage si ce n’était la présence de cette maudite mouche tsé-tsé.

 

Stériliser les mâles

 

Il s’agit pour venir à bout de cette glossine qui transmet la trypanosomiase, encore appelée maladie du sommeil, d’utiliser la « technique de l’insecte stérile ». Cela consiste à fabriquer de grandes quantités de mouches mâles dans des laboratoires spécialisés comme le Centre international de recherche-développement sur l’élevage en zone subhumide du Burkino Faso. Les insectes sont ensuite stérilisés grâce à des radiations ionisantes, puis relâchés dans la nature par voie aérienne au-dessus des zones infestées. Tout naturellement, les mâles stériles vont s’accoupler avec des femelles sauvages, sans engendrer de descendance ce qui aboutit, à l’issue d’opérations répétées, à l’anéantissement des mouches qui transmettent la maladie souvent mortelle.

 

Les autorités sénégalaises, avec le concours financier des Etats-Unis et l’appui du Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), ont mis en place un programme pluriannuel de démoustication par la technique de l’insecte stérile (TIS). Soutenu par la FAO à travers sa division mixte avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à Vienne, ce programme est en passe de venir à bout de la mouche tsé-tsé.

 

L’utilisation de la TIS gagne en efficacité si dans un premier temps, on a déjà réduit la population de mouches à un niveau très bas. Cela s’obtient en mettant en œuvre les techniques plus conventionnelles que sont l’application d’insecticides directement sur les membres inférieurs du bétail et l’utilisation de pièges à mouches et de filets insecticides autour des enclos à porcs.

 

L’éradication à portée de main

 

« Depuis le démarrage du projet, la maladie est déjà moins diffuse. Il a réduit non seulement la population de mouches, mais aussi celle de tiques qui est à l’origine de nombreuses autres maladies. Nous avons constaté d’une façon générale la meilleure santé des troupeaux », se réjouit Baba Sall, responsable du projet et chef de la santé animale au Ministère sénégalais de l’élevage.

 

Cette avancée permet d’espérer à moyen terme la réalisation du plan ambitieux que projette le gouvernement sénégalais pour la région des Niayes, d’autant plus que le programme en cours cible d’autres parasites tels que les mouches des fruits, les teignes, la lucilie bouchère et les moustiques. Le secteur côtier des Niayes jouit en effet d’un micro-climat adapté à des races de bétail exotiques qui donnent plus de lait et de viande que les races indigènes. L’éradication de la mouche tsé-tsé permettrait donc la création d’unités modernes de production carnée et laitière, avec à la clé, le développement d’une région dont les agriculteurs perdent actuellement 1,2 million d’euros chaque année.

 

Au Sénégal le lâcher de mouches stériles a commencé en 2012 par voie terrestre, et en 2013, par voie aérienne. Au bout de six mois, le taux d’élimination de la population des mouches était supérieur à 99 %. « Nous comptons pouvoir annoncer l’éradication de la mouche tsé-tsé dans la première zone à la mi-2014. Nous n’avons capturé aucune mouche sauvage dans nos pièges depuis mars 2012, ce qui prouve qu’elles ont pratiquement disparu », a déclaré M. Sall. « Deux autres zones viendront s’ajouter au programme pour poursuivre le travail d’éradication de la mouche tsé-tsé et de la trypanosomiase au Sénégal », a-t-il encore ajouté.

 

Dans le monde, la division mixte FAO/AIEA soutient quelque 35 programmes qui appliquent la technique de l’insecte stérile. C’est d’ailleurs grâce à la TIS que l’insecte a été éradiqué de l’île de Zanzibar à la fin des années 1990. Au total, quelque 37 pays africains sont concernés par la mouche tsé-tsé et le programme FAO/AIEA aide 14 nations africaines dans leurs efforts d’éradication de la mouche tsé-tsé.

Liens
Site

Tags: #santé
 


 
 
posté le 01-02-2014 à 15:06:06

Communiqué sur la rencontre à Addis Abéba entre les Ministres des Affaires Etrangères du Sénégal et de Portugal en vue de la relan

Vente saly

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi
_______
MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES
ET DES SENEGALAIS DE L’EXTERIEUR
      ———————————                           Dakar, le 31 janvier 2014
Cellule de Communication et de Documentation

Communiqué de presse

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a eu une séance de travail avec son homologue Portugais, ce vendredi 31janvier 2014, à Addis Abéba.
Cette rencontre entre leurs Excellences Mankeur Ndiaye et  Rui Machete qui s’est tenue en marge du Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements de l’Union Africaine, a porté   sur les questions d’intérêt bilatéral commun et sur la situation en Afrique et dans le monde.
En vue de faire le point sur l’état et les perspectives de la coopération bilatérale déjà excellente, les deux  Ministre des Affaires Etrangères sénégalais et portugais, ont retenu de tenir la Session de la Commission Mixte à Lisbonne durant le 1er Semestre 2014 et d’organiser en marge, un forum économique d’affaires.
Rappelons que la dernière Session  de la Commission mixte sénégalo- portugaise s’est tenue à Dakar le 25 Janvier 2011.

                              La Cellule de Communication et de Documentation

Liens
Site

 


 
 
posté le 01-02-2014 à 15:02:22

10.000 emplois seront créés au profit de l’ADL dans plusieurs domaines

Vente saly

par Xibaaru le 31 Jan 2014 • 21:36

Le groupe indien Lesded Springboard, veut aider les élus locaux du Sénégal à créer des emplois

L’Agence de développement locale (ADL) a signé, vendredi, à Dakar une convention de partenariat avec un groupe indien, Lesded Springboard, dont la finalité sera de créer 10 000 emplois au Sénégal.
Cet accord de partenariat conclu entre ADL et le groupe indien a notamment pour objectif de consolider le transfert de technologie dans les domaines aussi importants que variés, relevant du champ d’intervention des élus locaux.
Ces secteurs portent entre autres sur les technologies de l’information et de la communication, le recyclage et la gestion des déchets et ordures, l’orientation professionnelle et la promotion de l’employabilité des jeunes, l’agriculture, la pêche, la transformation des fruits et légumes.

Au Ghana, le groupe indien, nouveau partenaire des élus locaux sénégalais, a réussi à créer 200 000 emplois sur trois ans, dans les mêmes domaines ciblés.
Le groupe indien Lesded Springboard,est aussi présent dans autres pays (Gambie, Somalie, Burkina Faso, Zimbabwe)

Le Président de l’Union des élus locaux du Sénégal, Alé Lo, s’est félicité de ‘’cette belle initiative” qui, selon lui, favorise ‘’un partage d’expériences dans les domaines prioritaires tels que les technologies, l’agriculture, la pêche… ‘’

Il ajoute ‘’qu’il s’agit là de réponses à des préoccupations au niveau de l’Etat, mais également au niveau de la gouvernance locale”.

Le Directeur général de l’entreprise privée indienne, l’indocorp, Kirit Sobti, quant à lui a soutenu que ‘’l’objectif de son entreprise est d’établir la base d’une collaboration fructueuse et ainsi promouvoir la technologie indienne au détriment de celle offerte d’habitude à l’Afrique et qui n’est pas adaptée aux besoins du continent”.

Le Directeur General de l’ADL Malal Camara, a soutenu que ‘’l’accord devra permettre au groupe Lesded Springboard de diversifier davantage son offre de formation, intégrant des thématiques nouvelles en lien avec le mandat de l’ADL, et de se fixer de nouveaux horizons de coopération”.

Liens
Site

Tags: #economie
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions