posté le 13-02-2014 à 14:50:51

13 milliards FCFA de l’ UE pour l’assainissement et la restructuration urbaine de deux localités du Sénégal

Vente saly

Par Apanews | Apanews |  Mercredi 12 février, 2014 19:08

La Commission de l’Union européenne (UE) a mis à la disposition du gouvernement sénégalais, mercredi, un financement de 13 milliards FCFA (environ 19,534 millions d’euros), a constaté APA dans la capitale sénégalaise.

 

La convention matérialisant ce financement a été signée par M. Andris Piebalgs, Commissaire européen en charge du développement, et M. Amadou Bâ ministre sénégalais de l’économie et des finances.

 

« Cette convention de financement est relative au projet d’assainissement et de restructuration urbaine de Hann village (quartier périphérique de Dakar) et Petit Mbao (banlieue dakaroise) », avance M. Amadou Bâ.

 

Selon lui, le projet vise spécifiquement la rationalisation du tissu urbain de ces localités, la rationalisation de l’insalubrité ainsi qu’un accès facilité de toutes les catégories de populations aux services publics de base. Ce qui permettra, fait-on remarquer, de stimuler l’économie locale.

 

La part incombant au Sénégal dans le financement du projet se situe à 1,4 milliard FCFA.

 

« Le projet qui nous réunit aujourd’hui a été élaboré sur la base de l’expérience acquise lors de la mise en œuvre, il y a quelques années, d’un projet similaire dans les quartiers spontanés de Saint-Louis (Nord) et de Richard –Toll (Nord) », affirme pour sa part, M. Piebalgs.

 

De l’avis du Commissaire européen, les réalisations physiques attendues portent sur la réhabilitation de la voierie en pavés, de nouveaux tracés compatibles avec le développement urbain harmonieux ainsi que la construction ou l’extension des infrastructures de services publics qui amélioreront considérablement la vie des populations bénéficiaires.

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-02-2014 à 14:49:28

Accident de la circulation : lancement en mars d’un système de constat à l’amiable gratuit

Vente saly

Par APS | APS |  Mercredi 12 février, 2014

Un système gratuit de constat à l’amiable des accidents de la circulation, dénommé « Taxawu Leen », sera lancé le 1er mars prochain à l’initiative de la Fédération sénégalaise des sociétés d’assurance (FSSA) dans le but de « faciliter la mobilité et la fluidité de la circulation ».

‘’Dans l’agglomération de la ville de Dakar, quiqonque aura un accident à conséquence matérielle pourra bénéficier d’un constat rapide, gratuit et accessible à tous dans les quinze minutes grâce à des équipes mobiles’’, a annoncé Mamadou Moustapha Noba, coordonnateur du projet et membre du Bureau de la FSSA.

Il s’exprimait mercredi en marge d’une rencontre d’information et de partage organisé à Dakar avec les acteurs impliqués.

‘’Le mécanisme qui sera mise en place sera porté à la connaissance du public pour que l’agent, qui va faire le constat, puisse se présenter pour aider les victimes à avoir un constat rapide’’, a-t-il expliqué.

Il a signalé que la Fédération a eu vent des complaintes des assurés sur l’énorme perte de temps pour que l’assureur ait connaissance de la nature de l’accident à travers le constat.

C’est pourquoi ‘’il fallait analyser de manière itérative tout ce qui impactait de manière négative sur la gestion de ces sinistres pour permettre aux victimes de la circulation d’avoir un constat rapide et d’aider les automobilistes à vaquer à leurs occupations’’, a expliqué Mamadou Moustapha Noda, qui gère le projet de mise en place d’un système de constat rapide des accidents de la circulation à dommages matériels

‘’Du moment où le constat est rapide, chacun part, et cela permet d’assurer le fluidité de la circulation’’, a-t-il vanté.

Aujourd’hui, le parc automobile est devenu plus important avec la mesure prise sur l’augmentation de l’âge des voitures importées de 5 à 8 ans, a-t-il fait observer. Ainsi, sur 500 000 voitures immatriculées, 400 000 circulent à Dakar.

‘’A chaque fois qu’il y a un accident de voiture, cela impacte négativement sur la mobilité urbaine, du fait des embouteillages monstres avec l’immobilisation des voitures endommagées en attendant les constats d’usage’’, a-t-il relevé.

Il a salué le rôle important joué par les forces de l’ordre dans la gestion des accidents de la circulation. En mettant en service ce projet, la FSSA les appuie pour leur permettre d’être au service des populations dans d’autres secteurs.

‘’Le projet est important, parce que c’est un service public. C’est pourquoi la Ville de Dakar est disposée à accompagner l’initiative, surtout pour insérer harmonieusement les modèles de kiosques qui seront mis en place dans l’espace urbain’’, a souligné Sidy Sall, chef de la Division de la voie publique et du stationnement à la mairie de Dakar .

Il s’agit ‘’d’identifier les sites qui seront définis sur les différents axes de la ville pour faire le constat à l’amiable rapidement, dégager la circulation et faciliter la mobilité des usagers de la route’’, a expliqué M. Sall. En effet, les accidents de la circulation réduisent considérablement la mobilité, et avec ce projet, il y aura un système efficace pour dégager rapidement les véhicules accidentés.

‘’L’accompagnement de la ville, c’est la facilitation par rapport à l’identification des sites, la délivrance des autorisations d’implantation des kiosques pour les équipes mobiles en collaboration avec le préfet de Dakar et l’Ageroute’’, a-t-il précisé.

Il a suggéré à la FSSA d’utiliser, en plus des jeunes qui seront recrutés, les volontaires de la ville de Dakar qui travaillent sur les axes routiers pour la géo- localisation des accidents à partir du centre d’appel qui sera mis en place.

Pour le projet ‘’Constat à l’amiable’’, des jeunes seront recrutés et formés par des anciens policiers, pour animer ces unités mobiles qui feront les constats. La ville de Dakar sera découpée en zones avec la mise en place d’un système de radio avec un numéro dédié au public.

Le constat à l’amiable, en cours dans d’autres pays comme le Mali, ne concerne que les conséquences matérielles des accidents, la Police et la Gendarmerie étant toujours compétentes pour gérer les accidents à conséquences corporelles.

Liens
Site

Tags: #transport
 


 
 
posté le 12-02-2014 à 15:05:51

Les écoliers de Dakar seront dotés de tablettes pédagogiques et d’accès à Internet (maire)

Par APS | APS |  Mardi 11 février, 2014 22:34

Les élèves des 143 écoles primaires de la ville de Dakar seront dotés de tablettes pédagogiques et d’accès à Internet à travers le wifi dans leurs établissements, dans le cadre du projet ‘’Internet à l’école’’ dont la première phase a été lancée mardi à l’école El hadji Demba Ndoye de Yoff-Aéroport.

‘’D’ici la fin de l’année, nous voulons que tous les élèves de Dakar soient dotés de tablettes et de wifi dans leurs écoles pour mettre l’école de Dakar au niveau de l’enseignement mondial, en dotant chaque école d’une classe numérique’’, a annoncé le maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall, lors de la cérémonie de réception symbolique des 600 premières positions informatiques installées dans 44 écoles de la ville de Dakar.

La mairie de Dakar a doté 44 écoles primaires de la ville de salles informatiques avec accès à Internet gratuit, dans le cadre de la mise en œuvre de la première phase du projet ‘’Internet à l’école’’, en partenariat avec la filiale du Groupe Sonatel, Orange Business Services.

‘’Quand nous voyons ce que la ville de Dakar et les parents d’élèves dépensent en termes de matériels didactiques et pédagogiques, à travers l’achat de 100 000 tablettes pour les élèves, nous réglons définitivement cette question’’, a soutenu Khalifa Sall.

 »Depuis quatre mois, a-t-il expliqué, la mairie de Dakar travaille avec différents partenaires, avec les inspecteurs de l’éducation et de la formation pour les études de faisabilité ».

‘’Nous sommes dans la phase terminale de l’étude et la formulation des offres qui sont en train d’être réceptionnées pour ouvrir la compétition’’, a-t-il précisé devant les inspecteurs de l’éducation et de la formation des Almadies et de Grand Dakar, des élèves, du corps professoral et de parents d’élèves.

‘’On a des offres et nous envisageons d’envoyer une délégation d’inspecteurs de l’éducation et de la formation à Paris, Bordeaux, Montpellier, Toulouse où l’expérience est en cours et discuter avec ceux qui ont déjà fait des offres’’, a ajouté Khalifa Sall.

‘’La ville de Dakar compte offrir le meilleur aux élèves de Dakar. Ce sont nos enfants et l’avenir de Dakar. Nous voulons installer le Wifi à l’école et dans certaines places publiques de la ville pour qu’elle soit au même niveau que toutes les grandes villes du monde’’, a-t-il soutenu.

Sur le démarrage effectif de ce projet, il a déclaré : ‘’je ne maîtrise pas toute la procédure, mais avec les IEF nous nous sommes fixés comme objectifs de rendre le projet effectif avant la fin de l’année scolaire’’.

‘’On prendra le temps d’étudier la mise en place de ces tablettes, parce qu’il y aura le Wifi à l’école. Mais on ne pourra pas garantir qu’il y aura le Wifi à la maison. Dire qu’on va supprimer tous les supports didactiques, c’est prétentieux. Il est évident que ce que nous recherchons c’est qu’à l’école, l’enfant soit désormais dans de meilleures conditions d’étude’’, a expliqué le maire de Dakar.

Il a précisé que la tablette sera un support uniquement réservé à l’école, parce qu’il sera difficile de garantir son entretien à la maison.

Pour la ville de Dakar,  »l’enseignement élémentaire est essentiel, si on veut avoir des ressources humaines de qualité. C’est pourquoi après les différents programmes mis en place, il s’agissait de lancer le dernier +l’Information à l’école+ qui comporte deux volets : d’abord les classes informatiques qui vont être créées dans les 143 écoles publiques de Dakar et ensuite le Wifi et les tablettes pédagogiques », a dit le maire.

Liens
Site

Tags: #education
 


 
 
posté le 12-02-2014 à 15:04:20

INAUGURATION du CENTRE DE PESAGE ROSSO : extrait du discours de Macky Sall

 

Vente saly

Par SenewebNews | Seneweb.com |  Mardi 11 février, 2014 21:21

« Le contrôle du poids et de la charge à l’essieu des véhicules lourds de transport, édicté par le règlement No 14  du 16 décembre 2005 de l’UEMOA, est avant tout une nécessité pour la préservation de notre patrimoine routier ».

« L’objectif principal est d’atteindre un taux inférieur ou égal à 5% de surcharge et son maintien au moins jusqu’à l’horizon 2032 ».

« Le contrôle de la charge à l’essieu va y contribuer par la création d’emplois rémunérateurs et stables pour les jeunes sur l’ensemble du territoire national où des postes de pesage vont être implantés. Trois cents cinquante emplois directs seront créés à travers le programme de contrôle de la charge à l’essieu ».

« Nous avons entamé le programme pilote de renouvellement du parc  de gros porteurs qui concerne 800 unités sur un programme global de 3000. Le renouvellement de gros porteurs figure parmi les 15 projets prioritaires inscrits dans le cadre de la coopération internationale ».

« A cet égard, il importe de noter que la vétusté de notre parc a des effets directs et immédiats sur l’insécurité routière. A ce propos, je voudrais mettre en exergue, pour m’en féliciter, que dans le cadre de la réhabilitation  de la route Saint-Louis Rosso, notre pays a bénéficié d’un financement d’un millions d’Euros de l’Union européenne destiné à l’élaboration du plan national de sécurité routière ».

« In fine, l’Etat veut, par le biais du contrôle de la charge à l’essieu et du renouvellement du parc des véhicules de poids lourds, accompagner la restructuration et la relance du sous-secteur des transports routiers en général, et des transports de marchandises en particulier, avec la modernisation des gares routières, à laquelle participe la mise en service prochaine de la Gare des Baux maraîchers de Dakar ».

Liens
Site

 


 
 
posté le 12-02-2014 à 15:01:09

Baisse des loyers : plus 1873 plaintes de locataires enregistrées sur le numéro vert

Vente saly

par Xibaaru le 11 Feb 2014 • 17:00

Le service régional du commerce de Dakar a enregistré 2068 appels de locataires et bailleurs dont 627 réclamations portant sur la baisse du loyer, devenue effective depuis la fin du mois du janvier, à la faveur d’une loi adoptée par l’Assemblée nationale, a indiqué mardi son directeur, Oumar Diallo.

‘’Les appels reçus du numéro vert sont au total 2068 dont 1873 proviennent des locataires et 198 du côté des bailleurs’’, a-t-il relevé

Il a précisé que parmi les 2068 appels reçus par le service régional du commerce, les 627 sont des réclamations.

Selon lui, la plupart des réclamations se font de bouche à oreille. ‘’Un locataire peut venir se renseigner et aussitôt il va informer un autre et ce dernier un autre. C’est ainsi que nous recevons autant d’appels par jour’’, a expliqué Oumar Diallo. A ce jour, sur les 627 réclamations, seules 17 n’ont pas encore trouvé une satisfaction, a-t-il fait remarquer.

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions