posté le 21-02-2014 à 12:45:30

1500 commerçants chinois vivent au Sénégal : les 2/3 sont à Dakar

Vente saly

par Xibaaru le 20 Feb 2014 • 09:00

Entre 1000 et 1500 Chinois vivent au Sénégal. Les deux tiers sont des commerçants, installés près de l’allée du Centenaire à Dakar. Ils vendent des biens de consommation comme des chaussures ou des vêtements. Mais les commerçants sénégalais supportent mal cette concurrence qu’ils estiment déloyale. Il faut dire qu’ils vendent eux aussi des produits d’importation chinoise. Ibrahima Lo, secrétaire général de l’Unacois, l’Union nationale des commerçants et industriels sénégalais, s’indigne : « Quand nous achetons en Chine nous sommes obligés de passer par des intermédiaires. Les Chinois n’en ont pas besoin et ont donc accès à des produits beaucoup moins chers. En plus, ils ont ici des ateliers de montage. Quand nous achetons des produits prêts à l’emploi, eux ils importent des pièces détachées. Ils gagnent sur la quantité et sur la douane. »

En réalité, l’arrivée des commerçants chinois a surtout imposé une restructuration rapide du commerce sénégalais. Deux ans après le rétablissement des relations entre les deux pays, plus 5 500 Sénégalais ont obtenu des visas d’affaires pour aller commercer en Chine.

Sidy Niang/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 12:44:16

Le Consulat du Sénégal à Lyon traîné devant la justice française

par Xibaaru le 20 Feb 2014 • 16:02

Le consulat général du Sénégal à Lyon est convoqué devant le conseil des Prud’hommes le vendredi 07 mars 2014 pour rupture abusive d’un contrat de droit local français, dans l’affaire l’opposant à Sourakhé NDIAYE.

Le 25 septembre 2013, les juges du conseil des prud’hommes avaient condamné le Consulat à verser une provision sur le rappel de salaires et des congés dus, et ordonné de remettre les bulletins de salaires de la période de janvier à mai 2013. Depuis la notification de cette ordonnance, le Consul, Monsieur Alioune DIOP, n’a exécuté aucune de ces décisions, ni daigné répondre aux injonctions qui lui sont faites. Ce qui démontre la désinvolture du consul à l’égard de la justice du pays hôte et la méconnaissance des dispositions de la convention de Vienne sur les relations consulaires que le Sénégal a librement ratifiée.

Cette deuxième audience est convoqué pour traiter de l’affaire sur le fond, c’est-à-dire rupture abusive de contrat,  avec un enjeu très important pour le Consul et l’état du Sénégal qu’il représente.

Xibaaru reviendra plus largement sur le déroulement de l’affaire.

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 12:42:37

La Sonatel va rendre gratuit l’internet dans les écoles publiques

Vente saly

par Xibaaru le 20 Feb 2014 • 18:50

Le groupe Sonatel (Société nationale des télécommunications) du Sénégal va connecter gratuitement à l’internet les établissements scolaires publics du pays à travers un accord cadre de partenariat signé jeudi à Dakar avec le ministère de l’éducation nationale.

L’acte matérialisant ce partenariat a été signé par M. Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l’Education Nationale, et M. Alioune Ndiaye, Directeur Général de la Sonatel,
« Ce partenariat traduit la volonté de la Sonatel de rendre plus accessible l’outil internet dans les écoles », affirme M. Ndiaye, ajoutant que cette vision cadre parfaitement avec la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) de son groupe qui est un important acteur de la croissance économique du Sénégal.
Le DG de la Sonatel, a indiqué que la présence de l’opérateur téléphonique historique dans le secteur de l’éducation au Sénégal, s’est manifestée depuis plusieurs décennies.
C’est ainsi que la Fondation Sonatel a fait suite à plusieurs priorités du gouvernement comme le maintien des filles à l’école accompagné de subventions et d’opportunités de sources de revenus pour les mères de ces élèves.
« L’excellence est aussi un crédo de la Sonatel. C’est pourquoi elle apporte chaque année son soutien au concours général (qui récompense les meilleurs élèves des classes de première et terminale) », souligne Alioune Ndiaye.
Trois grand volets composent l’accord cadre de partenariat entre la Sonatel et le ministère de l’éducation. Nationale. Il s’agit de l’amélioration de la qualité de la pédagogie par les TIC (Technologies de l’information et de la communication), l’amélioration de la gouvernance du secteur de l’Education par les TIC et l’amélioration de l’environnement de la vie scolaire.
La Convention Internet scolaire pour un accès gratuit à l’internet des établissements d’enseignement publics est la première étape de la matérialisation de l’accord conclu entre le Ministère de l’Education Nationale (MEN) et le Groupe Sonatel.
Le Ministère de l’Education Nationale et Sonatel ont pensé, à travers cette convention, que l’amélioration de la qualité de la pédagogie dans les établissements d’enseignement publics des cycles primaire, moyen et secondaire du Sénégal par les TIC passe par, entre autres, la gratuité de l’accès à l’Internet pour tous les établissements publics d’enseignement.
A travers cette convention, la Sonatel offre aux établissements d’enseignement public des cycles primaire, moyen et secondaire l’accès Internet scolaire 1mega comprenant un accès internet haut débit 1 mégabits, le service «My Orange Office» pour chaque établissement avec un nom de domaine, 100 adresses mails et un espace d’hébergement de site web.

Liens
Site

Tags: #education
 


 
 
posté le 20-02-2014 à 13:37:54

L’AIBD enterre LSS : « Un wax waxete aéroportuaire » de Macky Sall peaufiné par Oumar Gueye

Vente saly

Par Dié Ba | Pressafrik.com |  Mercredi 19 février, 2014 18:49

L’affaire risque de faire grand bruit. Il est crée un Comité de transfert de l’ensemble des activités de l’Aéroport International Léopold Sédar SENGHOR (LSS) à l’Aéroport International Blaise DIAGNE (AIBD). Le Comité constitue un organe technique chargé de réfléchir sur les modalités pratiques de transfert des Activités de l’AILSS à L’AIBD et d’accompagner l’état dans ledit processus et a pour mission de faire des propositions concrètes à l’état sur les options, le planning et les actions à mener dans le cadre dudit transfert.

A ce titre, il est chargé : d’arrêter les différents schémas de transfert ; de fixer les modalités de transfert ; d’arrêter le chronogramme à mettre en place dans le cadre du transfert et de réfléchir sur le devenir du site de l’actuel AILSS. Présidé par le ministère du Tourisme et des Transports aériens aux côtés des représentants du ministère de l’Intérieur,  de l’Economie et des Finances et des Forces Armées, le Comité peut s’adjoindre toutes les personnes dont les compétences sont requises pour l’assister dans l’exécution de ses missions.

Le Secrétariat du comité est assuré par le Direction Générale de l’AIBD sa et le Comité de transfert note l’arrêté signé par le ministre du Tourisme et des Transports aériens, Oumar Gueye, se réunit une fois par mois sur convocation de son Président, et à chaque fois que de besoin, et veille à l’exécution des mesures arrêtées. C’est par procès-verbaux que les services du ministre Oumar Gueye seront saisis à l’issue des réunions. Ce, pour retracer les principales décisions retenues.

Une tournure qui sonne comme une reculade du chef de l’Etat, Macky Sall lui-même

Dans un entretien avec le quotidien national « le Soleil » du 03 février 2014, le Directeur Général de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIDB) de Ndiass affirmait qu’ « c’est clair ! Avec  l’ouverture de l’aéroport Blaise Diagne, il n’y aura plus de vols commerciaux à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor où la situation est déjà alambiquée ». Abdoulaye Mbodji expliquait aussi parlant des travaux du nouvel aéroport qu’il y aura sur place « la construction des bâtiments administratifs où toutes les sociétés de la plateforme de l’aéroport de Dakar devront déménager. »

Une inquiétude alors balayée d’un revers de main par le président du Conseil d’Orientation de l’Agence des Aéroports du Sénégal (ADS). « Le chef de l’Etat dit qu’il ne mettra jamais fin aux ADS et que l’aéroport de Dakar ne sera pas fermé »,  El Hadji Malick Sarr qui rapportait ces confidences aux agents lors de la fête organisée à l’honneur des retraités de l’Agence en demandant aux agents de relever les défis pour hisser le  système aéroportuaire du Sénégal à la hauteur des ambitions du président Macky Sall.

Pour l’heure Oumar Gueye semble déterminé puisque le Secrétaire général du Ministère du Tourisme et des Transports aériens est chargé de l’exécution du présent arrêté sonnant la mise en place du comité de transfert des activités qui sera publié partout ou besoin sera.

Les membres du comité de transfert des activités de LSS à l’AIBD :

-          Le représentant du Ministère du Tourisme et des Transports aériens ;
-          Le représentant du Ministère de l’intérieur ;
-          Le représentant du Ministère de l’économie et des finances ;
-          Le représentant du Ministère des Forces Armées ;
-          Le Directeur Général de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM) ou son représentant ;
-          Le Directeur Général de l’Agence des « Aéroports du Sénégal » (ADS) ou son représentant ;
-          Le Secrétaire Général de la Haute Autorité de l’Aéroport International Léopold Sédar SENGHOR (HAALSS) ou son représentant ;
-          Le Directeur Général de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) ou son représentant ;
-          Le Directeur Général de l’AIBD ou son représentant ;
-          Le Directeur Général de Sénégal AIRLINES  (SAL) ou son représentant ;
-          l’Union des Prestataires et Opérateurs de l’Aéroport Senghor (UPOAS) ou son représentant ;
-          Le Board of Airline representatives (BAR);
-          Le Syndicat Unique des Travailleurs du Transport Aérien et des Activités Annexes du Sénégal (SUTTAAAS).

Des responsables syndicaux qui soupçonnent le ministre Omar Gueye et d’autres personnes de la plateforme aéroportuaire d’être derrière ce transfert font face à la presse ce jeudi à 11heures à l’aéroport de Dakar.

Liens
Site

 


 
 
posté le 20-02-2014 à 13:36:02

Le magal du Père du Fondateur du Mouridisme célébré samedi

Vente saly

par Xibaaru le 19 Feb 2014 • 16:30

Le magal de feu Mame Mor Anta Saly Mbacké, père du fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, sera célébré le samedi 22 février prochain à Dékheulé, dans le département de Kébémer (nord), a-t-on appris des organisateurs.

Le magal de Dékheulé est organisé depuis 1961, dans cette localité de la région de Louga où repose le vénéré Serigne Mame Mor Anta Saly depuis 135 ans. Il vise à perpétuer la mémoire du défunt.

Des activités de sensibilisation ont été mises en œuvre pour exhorter les familles religieuses à une convergence de toute la communauté islamique vers ce lieu de grande dévotion religieuse, lit-on dans ce communiqué transmis à l’agence de presse sénégalaise.

“Nous avons toujours plaidé pour que cela soit un moment de partage pour tous les musulmans et cette année encore, nous lançons ce même appel à toutes les familles religieuses et tous les tarikha”, écrivent les organisateurs.

Serigne Mokhtar Mbacké Ibn Serigne Thierno Mbacké s’est félicité de la diligence des pouvoirs publics à toujours accompagner ce magal lors des éditions précédentes. Il a toutefois déploré l’enclavement de Dekheulé.

“Il est d’avis que cette année encore, avec l’avènement du président Macky Sall, les mêmes (actions) seront respectés. Dékheulé est distant de Touba de 50 kilomètres, il y a un manque de visibilité de la localité mais cependant, on n’a jamais été oublié par les régimes précédents”, lit-on dans le texte.

Un Comité régional de développement (CRD) a toujours pris en compte les besoins du magal, notamment en termes de couverture sanitaire, signalent les organisateurs qui disent espérer qu’il en sera de même cette année.

Liens
Site

Tags: #religion
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions