posté le 22-02-2014 à 13:31:38

VILLA AVEC PISCINE EN VENTE NGUERIGNE SENEGAL

Vente saly

VILLA AVEC PISCINE EN VENTE NGUERIGNE SENEGAL HORS RESIDENCE

Excellent rapport qualité/prix
A 1 km de toutes les commodités.
Villa de 2014.Sur 600 m² de terrain arboré
Villa de 120 m².
Dalle béton/ toit paille. Système de ventilation.
Piscine 8×4,5. Plage en coquillé. Douche extérieure
Local gardien ( reconvertible en chambre supp.)
Entrée véhicule. Rangement.
Autonomie en eau (puits)

Au RDC : Cuisine américaine, salon,salle à manger,2 chambres et leurs salles d’eau, wc séparés.
Nombreux rangements
Au 1er : mezzanine et cellier
Meublée, équipée et climatisée
Grande terrasse
Chassis PVC
75 000 000 Fcfa (≈114 329 €)

Référence 76

www.immocap-senegal.com

immocapsenegal@gmail.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 13:04:02

Les maux qui plombe le tourisme au Parc National du Niokolo-Koba

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 21 février 2014 09:58

Premier grand parc national du Sénégal, classé au patrimoine mondial de l’Humanité par l’Unesco depuis 1981, le Niokolo-Koba souffre de manque de publicité et d’hôtels dignes de ce nom.

 

Et l’état de dégradation avancée des pistes qui y mènent n’encouragent pas les touristes, témoigne un guide du parc.
« Le parc Niokolo-Koba est le parc le plus riche du pays. Mais malheureusement, il souffre du manque de publicité au niveau national comme international », déclare Ousmane Baté, membre du groupement d’intérêt économique (GIE) des guides du Niokolo-Koba.

 

Pourtant ce parc qui s’étend sur 913 mille hectares à l’extrême sud-est du pays, à 650 km de Dakar, entre les frontières de la Gambie, de la Guinée-Bissau, de la Guinée-Conakry et du Mali, est réputé par la richesse de sa faune avec un éventail d’animaux (éléphant, lion, panthère, lycaon, chimpanzé, babouin, hippopotame, chacal), d’oiseaux et de sa flore.

 

« Les touristes qui veulent voir des animaux en liberté, choisissent le Niokolo-Koba », confie Ousmane Baté. Seulement voilà, « les pistes du parc que l’on emprunte pour aller voir les animaux sont défectueux. Et le seul hôtel de la localité s’est dégradé. Or, certains touristes viennent pour visiter et en même temps pour se reposer.

 

Ils veulent du luxe. Mais vu l’état de l’hôtel, la plupart d’entre eux préfèrent aller loger à Kédougou » (à 130 km du parc), explique le guide.

 

Ces manquements sont constatés par les touristes eux-mêmes. Ainsi, David, un jeune touriste français estime qu’il y a des efforts à faire au niveau des infrastructures. « C’est une région isolée où il n’y a pas d’eau potable, pas d’électricité dans certains villages » et « il y a très peu de campements et ceux qui existent sont en mauvais état.

 

Il faut également des pistes qui soient optimisés pour faciliter le travail des guides », déplore-t-il. Il regrette d’autant plus cette situation que la région de Tambacounda (où se trouve le parc Niokolo-Koba) est belle et que les populations sont accueillantes.

 

Même constat chez Marc, un autre touriste français : « Il y a encore des choses à améliorer, comme l’hôtel qui mérite d’être rénové. Le site est magnifique et le parc est très authentique ».

 

En attendant les travaux d’aménagement, les guides de la région se sont organisés en GIE pour faciliter l’accès du parc aux touristes et leur faire découvrir d’autres richesses de la région, en dehors du parc Niokolo-Koba.

 

Par exemple, explique Ousmane Baté, « nous organisons des voyages d’écotourisme et des randonnées pédestres dans les pays Bassari et Bédik, le long des chutes de Dindéfélo hautes de 110 mètres et des jolies falaises en marbre blanc sur le site d’anciennes carrières à Ibel ».

 

Ce GIE, qui regroupe une trentaine de guides, s’investit également de manière bénévole dans différentes activités d’intérêt public. Il s’agit entre autres de la sensibilisation pour la lutte contre le braconnage, les feux de brousses, la déforestation…

 

Le GIE des guides de Niokolo-Koba est en partenariat avec plusieurs structures actives dans le tourisme, notamment, une agence de voyage avec laquelle il organise conjointement des voyages d’écotourisme et de randonnées pédestres et une association qui l’appuie dans la formation en informatique.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/5266-les-maux-qui-plombe-le-tourisme-au-parc-national-du-niokolo-koba.html#sthash.BUhvAPC5.dpuf

Vente saly

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 12:50:10

Le DG de la SENELEC annonce d’importants investissements dans les régions de Diourbel et Thiès

Vente saly

 

Par APS | APS |  Jeudi 20 février, 2014 21:47

Le directeur général de la SENELEC, Pape Dieng, a insisté, jeudi à Diourbel, sur l’ambition du président de la République de porter la production de l’entreprise à 1.000 mégawatts en 2017, soulignant à ce propos l’importance des projets qui seront réalisés dans la délégation couvrant les régions de Thiès et Diourbel.

 »Je suis venu en visite au niveau des régions de Thiès et de Diourbel pour parler d’abord aux travailleurs et rendre visite aux autorités administratives pour les sensibiliser sur la nécessité de nous apporter leur soutien pour la réalisation des projets qui sont quand même nombreux au niveau de ces deux régions », a-t-il notamment dit, au terme d’une rencontre avec le gouverneur de la région de Diourbel, Mouhamadou Moustapha Ndao.

Selon lui, des investissements importants sont prévus dans la délégation Thiès-Diourbel où seront construites les centrales de Taiba Ndiaye (appelée Tobène Power), de Mboro, de Malicounda.

La zone de Taiba Ndiaye devra aussi abriter une centrale éolienne. Il est également prévu la construction de centrale solaire à Santhiou Mékhé, à Touba et à Mérina Ndakhar.

 » L’ambition du président de la République est qu’on puisse avoir 1.000 mégawatts en 2017. Cela veut dire qu’en cinq ans il a l’ambition de faire autant sinon plus que ce qu’on a réalisé de 1960 à 2012 », a estimé M. Dieng.

Ainsi, il a rappelé qu’à l’arrivée au pouvoir du président Macky Sall en 2012, la pointe de la SENELEC tournait autour de 450 mégawatts dont les 150 étaient en location.

Mettant l’accent sur l’option du mixte énergétique dans la mise œuvre des investissements prévus, M. Dieng a indiqué que  »tout ce mixte là devrait nous mener en 2017 à un kilowatt/heure au coût de production de 67 francs ».

Selon lui, les locations coûtaient à l’état 160 francs le kilowatts/heure en 2012. D’ailleurs, l’état avait déboursé 123 milliards de francs pour permettre ainsi à la SENELEC d’équilibrer son bilan.

 »En 2017, l’ambition du président de la République est de dire que l’Etat ne va plus mettre un franc et on devrait aller vers une baisse des tarifs », a ajouté Pape Dieng.

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 12:48:51

L’ambassade des Etats-Unis enseigne l’anglais à près de 200 élèves sénégalais

Vente saly

Par APS | APS |  Jeudi 20 février, 2014 20:36

Le bureau régional des programmes d’anglais de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal a remis mercredi des certificats à « près de 200 élèves » ayant bénéficié d’un programme dénommé « English Access Microscholarship Program », a-t-on appris de bonne source.

La cérémonie de remise des certificats s’est déroulée au collège d’enseignement moyen de l’Unité 19 des Parcelles assainies (banlieue de Dakar), selon un communiqué de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal.

Lors de la cérémonie, « le public a pu apprécier les bonnes aptitudes en anglais, ainsi que le talent artistique des bénéficiaires du programme », indique le texte.

« Cela est le fruit d’un travail acharné de 360 heures de cours intensifs en anglais, étalés sur deux années académiques, et l’initiation à des activités sur le leadership et la culture américaine », ajoute-t-on de même source.

Etaient présents à la cérémonie, selon le communiqué, Kristin Kane, conseillère aux affaires publiques de l’ambassade, venue représenter l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Lewis Lukens, et Joseph Pierre Ndiaye, directeur de cabinet du ministre sénégalais de l’Education nationale.

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-02-2014 à 12:47:34

Saïd Fakhri s’est éteint, à l’âge de 77ans, à Dakar

Vente saly

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans Sport jeudi, 20 février 2014 14:01
 Le propriétaire de l’AS Cannes et ancien présdient de la Fédération Sénégalaise de Football de 2003 à 2005 : Saïd Fakhri s’est éteint, à l’âge de 77ans, à Dakar
L’AS Cannes et la Fédération Sénégalaise de Football sont en deuil. Le propriétaire de l’AS CANNES, Saïd Fakhri s’est éteint, à l’âge de 77ans, à Dakar. Il était père de deux enfants, Riad et Ziad.

 

L’AS Cannes a été vendue, en 2009, à l’homme d’affaires franco-libanais Saïd Fakhri après de longs mois de négociations avec Michel Scotto, le président en place et actionnaire majoritaire.
Ce ne fut pas toujours un long fleuve tranquille pour Saïd Fakhri qui a « injecté » moult espèces sonnantes et trébuchantes pour sauver le club, condamné, selon toute vraisemblance, à disparaître.

 

Entre relégations et bisbilles avec la municipalité, il fallait faire preuve de constance et aimer ce club pour le maintenir hors de l’eau.
Au moment où l’AS Cannes va disputer un 1/4 de finale historique contre Guingamp, Saïd Fakhri ne sera pas dans les tribunes de Coubertin. Il a tiré sa révérence à Dakar, autre ville de son coeur.

- See more at: http://dakar-echo.com/sport/item/5260-propri%C3%A9taire-de-l-as-cannes.html#sthash.xiFXlveX.dpuf

 

Liens
Site

Tags: #sapco
 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions