posté le 27-02-2014 à 12:40:57

Une grève fait perdre aux Impôts et Domaines près de 10 milliards CFA

Vente saly

par Xibaaru le 27 Feb 2014 • 09:00

Le mouvement d’humeur de 48 heures décrété hier par le syndicat national des agents des impôts et domaines a occasionné une perte de recette avoisinant les 10 milliards CFA. La grève déclenchée hier, a été fortement suivie dans toutes les régions du Sénégal. Les services fiscaux étaient en état de quasi-paralysie. Waly Diouf Bodian, secrétaire général du syndicat des agents des Impôts et Domaines indique : «On a arrêté le système, 90 à 95% des agents ne travaillent pas». Il ajoute que le mouvement a été largement suivi à Saint-Louis, à Kaolack, à Ziguinchor, à Tambacounda et à Kédougou. Et les estimations de pertes sont évaluées à près de 10 milliards CFA.

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com
Liens
Site

Tags: #economie
 


 
 
posté le 27-02-2014 à 12:38:57

Les sénégalais de Milan interpellent Macky Sall: le consul nous crée des problèmes

Vente saly

par Xibaaru le 26 Feb 2014 • 22:48

(Photo Consul du Sénégal à Milan)

Excellence, Monsieur le Président de la République;

Suite aux difficultés liées au vécu quotidien des sénégalais d’Italie, nous avons choisi de vous adresser une lettre ouverte afin d’attirer votre haute bienveillante attention sur la complainte de nos compatriotes relative aux nombreuses tractations administratives dont ils font face quotidiennement au niveau du consulat général du Sénégal à Milan.

Nous ne nous lasserons jamais de vous le rappeler, Monsieur le Président de la République. Cet état de fait, si décrié sous toutes les formes tant individuellement que collectivement par les associations d’immigrés, se traduit par des difficultés récurrentes à accéder aux droits les plus élémentaires pour un ressortissant d’un pays qui se veut émergeant , à savoir: - se faire délivrer la carte d’identité nationale numérisée; – avoir un passeport ordinaire ou simplement demander son renouvellement; – avoir un numéro d’immatriculation pour les enfants nés en Italie, en somme autant d’actes administratifs nécessaires à la régularité de notre séjour en terre italienne, dont l’absence ou le retard dans la délivrance aurait à coup sur, des conséquences néfastes sur notre statut de citoyen extra-communautaire régulièrement établi en Europe.

Complainte sur complainte, toujours complainte. Cette situation latente découle d’une défaillance voire d’une carence notoire de l’administration qui tarde à assurer pleinement son rôle de service public de développement au sein de cet espace communautaire européen smart auquel la vision clairement définit du futur ainsi que la vitesse dans le traitement et la satisfaction des préoccupations de leurs citoyens restent les maitres-mots.

Nous avons toujours consommé de beaux discours et promesses alléchantes allant dans le sens d’améliorer les conditions d’existence de nos compatriotes vivant à l’extérieur. Malgré cela, nos préoccupations administratives basiques tardent à être prises en compte convenablement à cause d’une administration consulaire qui, loin de jouer son rôle d’appareil performant de proximité accompagnant l’immigré solitaire dans sa quête  perpétuelle d’assistance, de protection et de promotion, traine encore les tares d’un service public obsolète qui peine à trouver ses marques de noblesse. L’administration consulaire c’est aussi un personnel administratif et technique compétent doté d’une conscience professionnelle capable de concevoir et développer une communication sociale en adéquation avec le niveau de conscience des ressortissants établis dans le ressort de sa juridiction, mais également faire montre de dévouement afin de combler ce qui est communément appeler “l’insuffisance de moyens”.

En vérité, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper qu’il nous manque de tout pour faire une belle administration consulaire à l’instar des autres communautés étrangères vivant avec nous en Italie.

Pire, à la revendication légitime pour une prise en charge correcte et à bref délai de nos préoccupations, l’administration consulaire a choisi une réponse impertinente et inopportune en brandissant l’arme de la dissuasion par l’installation de vidéo surveillance un peu partout dans les locaux du poste consulaire.

De quoi a-t-on peur ? N’est- il pas un signe manifeste d’avouer leur impuissance face à la demande pressante des administrés ; d’étaler au grand jour, leur sens du mépris à l’endroit des immigrés ou disons simplement un usage abusive des pouvoirs exorbitants de la puissance publique ?

Heureusement pour nous, l’autorité italienne ne cesse de décerner aux immigrés sénégalais, partout où besoin est, la palme de la communauté la plus travailleuse, pacifique et intégrée.

N’est-il pas plus pertinent et moins couteux, en lieu et place des télés caméras de surveillance d’opter pour une boite à idées qui permettrait de recueillir les avis et suggestions des usagers en vue d’orienter dans le bon sens, le management de l’action gouvernementale en général et celle du consulat en particulier ?

N’est-il pas plus judicieux de privilégier la satisfaction de la demande des citoyens sénégalais par la mise en place d’un dispositif fixe ou itinérant de confection de la carte nationale d’identité numérisée en lieu et place du centre de production de visa biométrique pour les étrangers désirant se rendre au Sénégal?

En plus de l’exiguïté des locaux, l’incohérence des choix dans le management et l’absence d’un dispositif anté-organisationnel du type info line-accueil-orientation font du poste consulaire de Milan, un terreau fertile de contestation.

C’est pourquoi, face aux nombreuses récriminations de nos concitoyens à l’encontre du consulat, nous avons opté de monter au créneau, pour aviser au grand jour, non seulement Son Excellence Monsieur le président de la république, mais surtout ses proches collaborateurs sur la lancinante question tantôt soulevée afin que des mesures fortes, urgentes et durables soient prises pour nous alléger de ce fardeau bureaucratique.

Aussi, le plan Sénégal Emergeant(PSE) ou l’itinéraire du développement devait même intégrer l’aspect simplification administrative car trop de bureaucratie plombe l’investissement et ralentit par la même occasion la croissance économique.

A cet effet, l’expérience vécue nous vient du gouvernement italien qui, perdant chaque année 2% de son PIB, a jugé utile de créer spécialement un département ministériel chargé des réformes et de la simplification administrative pour lutter contre cette pesanteur bureaucratique à l’investissement.

Me Abdou Fatou NDIAYE, Guirista, Opinionista

maitrendiaye@live.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 27-02-2014 à 12:37:12

VILLA EN VENTE SALY CARREFOUR

Vente saly

2 chambres

• 90 m² habitable

• 500 m² de terrain

• VILLA EN VENTE SALY CARREFOUR
A 2 pas du goudron. Maison de plain pied. Possibilité de piscine. Fondation prévue pour 1 étage. Entrée véhicule, puits, local gardien, paillote

Cuisine ouverte sur salon/ salle à manger. 2 chambres. 1 salle d’eau.
Acquisition idéale pour retraités.
49 000 000 Fcfa (≈74 695 €)

• Référence de l’annonce : 128

www.immocap-senegal.com

immocapsenegal@gmail.com

Liens
Site

 


 
 
posté le 26-02-2014 à 13:49:45

Mbour : lancement d’un projet de gestion améliorée et de valorisation agricole des déchets

Vente saly

SENEGAL-ENVIRONNEMENT-COLLECTIVITES

Mbour : lancement d’un projet de gestion améliorée et de valorisation agricole des déchets

2014-02-25 22:42:54 GMT

Mbour, 25 fév (APS) – Le Projet de gestion améliorée et de valorisation agricole des déchets (GAVAD) de Joal-Fadiouth et de Mbour (ouest), d’un coût global de plus de 131 millions de francs CFA a été lancé mardi à Mbour, et ce, pour une durée de deux ans, a constaté l’APS.

Ce projet est mis en œuvre en partenariat avec l’Association pêche-tourisme-environnement(APTD), sur financement de l’Union européenne, dans le cadre de son Programme d’appui aux autorités locales.

Selon Mme Sokhna Dié Kâ, chargée de programme « Assainissement-Eau’’ à l’APTE, ce projet, qui promeut ‘’une meilleure gestion des déchets’’ dans les communes de Mbour et de Joal-Fadiouth, vise le développement de l’intercommunalité, à travers le renforcement des capacités des deux communes en vue d’améliorer le cadre et les conditions de vie des populations locales.

‘’La gestion des ordures reste approximative. Le projet GAVAD, qui est une continuité du projet GIVAD (mise en œuvre par APTE à Joal), propose des solutions durables en mettant l’accent sur l’appropriation des bonnes pratiques par les populations’’, a-t-elle expliqué.

C’est pour faire face à l’insuffisance de leurs moyens, que la commune de Joal-Fadiouth, en partenariat avec la commune de Mbour et leurs partenaires, l’ont développé.

Il vise à accompagner et soutenir le processus de décentralisation par le renforcement des capacités des acteurs locaux, tout en contribuant à la mise en place d’une gestion améliorée des déchets dans l’optique de booster les efforts nationaux pour l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

‘’Par ses activités, le projet va doter les acteurs locaux et leurs partenaires de capacités techniques et de moyens leur permettant de mettre en œuvre, de matière autonome et responsable, leurs compétences transférées dans le domaine de la gestion des déchets, notamment avec la réduction des nuisances et pollutions, tout en encourageant la participation des populations locales’’, a dit Sokhna Dié Kâ.

Toutefois, elle relève que ces populations sont confrontées à ‘’un véritable manque d’information’’ sur les aspects relatifs à la gestion des déchets.

L’objectif global du projet est le développement de l’intercommunalité à travers le renforcement des capacités des deux communes en vue d’améliorer le cadre et les conditions de vie des populations locales.

Spécifiquement, le projet va mettre en place un système de gestion des déchets.

Les représentants des maires de Mbour et de Joal-Fadiouth, Tidiane Mané et Pierre Diokh, ont magnifié la mise en place de ce projet et son ‘’approche participative et inclusive’’.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable était représenté à cette cérémonie de lancement par son conseiller technique n°1, Waly Guèye, alors que l’adjoint au préfet du département de Mbour y a représenté le chef de l’exécutif départemental.

ADE/ASG

Liens
Site

 


 
 
posté le 26-02-2014 à 13:47:39

MIKE SYLLA ou le triomphe du cuir

 

Vente saly

Mike Sylla, styliste designer sénégalais est le premier designer africain à inscrire son nom dans le palmarès de la “Miami International Fashion Week“

 

Il vit et travaille à Paris. Il est revenu au Sénégal présenter son prix « Designers choice Award » remporté à Miami international Fashion Week le 23 mars 2013.

 

L’univers de Mike Sylla tel qu’il le décline dans sa note de présentation s’affirme comme un rêve qui se conjugue à tous les temps parce que l’art est multiple, mouvant qu’il est un « vecteur indissociable d’un univers en pleine évolution, en pleine mutation que le créateur adapte, pour notre plus grand plaisir ».

 

Mike trouve son inspiration dans les divers compartiments de l’art. Le styliste designer enregistre à son actif, vingt ans d’expérience dans la mode et de nombreux défilés sur toute l’Europe, l’Afrique et à travers le monde.

 

Il signe ses créations Baïfall Dream et fédère un collectif d’artistes Baïfall Dream & The Human Tribe autour de la marque réalisée en atelier. Il est aussi initiateur d’une tendance néo-culture Afro-Pop-Art où il développe ses assemblages de couleurs à l’atmosphère Street-Art en mouvement.

 

Sur sa tablette est inscrite une liste de personnalités qui ont porté ses vêtements : Yannick Noah, MC Solaar, Coumba Gawlo etc.. On dit aussi qu’il a inspiré Francesco Smalto, Lee Cooper, Chevignon.

 

En conférence de presse hier, lundi 24 février 2014 à la Maison de la Culture Douta Seck, lle concepteur de la marque Baifall Dream a annoncé l’ouverture d’un comptoir des arts du Sénégal et de l’Afrique à Dakar.

 

Un institut qui accueillera de jeunes designers, stylistes et autres professionnels de la filière mode pour rendre plus performant leur travail et faire rayonner leur création. La mode est une industrie qui doit favoriser le partenariat entre des stylistes ou des apprentis stylisme. C’est la raison qu’il avance pour souligner la pertinence de son projet.

 

Et comme pour donner un avant goût de son désir de mener jusqu’au bout sont entreprise, il a convié ses compatriotes à un défilé où une partie de sa collection sera présentée le mercredi prochain. Des séances de travail ont été initiées avec les artistes de son quartier. « Je suis de la Médina. Nous avons tenu un shooting avec des artistes de mon quartier, pour préparer les différentes manifestations qui entrent dans le cadre de notre programme.»

 

Pour Mike Sylla, « Baifall Dream » est le rêve des couleurs. Il ne travaille que sur du cuir et du daim. Des matières qu’il façonne pour leur donner la touche finale, authentique et unique qui va séduire l’acheteur.

 

Ceux qui affectionnent sa collection disent que « le charme de son travail repose sur un travail appliqué réalisé en atelier, mais également sur sa capacité à conjuguer son approche au passé de la belle époque de la femme des années 60-70 et à l’accorder aux exigences de la mode moderne ».

- See more at: http://dakar-echo.com/people/item/5345-le-vainqueur-de-designers-choice-award-%C3%A0-dakar.html#sthash.aNwO7EwJ.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans People mardi, 25 février 2014 11:29

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions