posté le 08-03-2014 à 10:14:57

L’Oréal envisage de s’implanter en Afrique de l’Ouest

 

Vente saly

Le leader mondial des cosmétiques L’Oréal a annoncé, le 4 mars, qu’il ambitionne devenir «le premier groupe de beauté en Afrique subsaharienne», une région où ses ventes ont connu une croissance de plus de 50% en 2013.

 

 

«Notre ambition est de faire de l’Oréal le premier groupe de beauté en Afrique subsaharienne», a déclaré Geoff Skingsley, directeur général de l’Oréal pour la région Afrique Moyen-Orient, estimant que «l’Afrique est un continent à fort potentiel».

 

«Le marché africain aujourd’hui, est peut-être de 3% du marché mondial, mais il croît deux fois plus vite, et à terme, ce marché va devenir très important», a-t-il ajouté.

 

M. Skingsley, qui s’exprimait à l’occasion de la présentation de la nouvelle stratégie du groupe à la presse, a noté que l’Oréal s’appuie sur des implantations locales pour conquérir le marché africain des cosmétiques.

 

L’Oréal a renforcé ces dernières années sa présence en Afrique subsaharienne et compte désormais trois plateformes commerciales, au Kenya pour l’Afrique de l’Est, au Nigeria pour l’Afrique de l’Ouest et en Afrique du Sud.

 

« Le groupe compte aussi deux sites de production, au Kenya et en Afrique du Sud, et étudie une troisième implantation industrielle, en Afrique de l’Ouest, qui pourrait être opérationnelle en 2015», a révélé M. Skingsley.

 

En 2013, l’Oréal a vendu près de 120 millions de produits cosmétiques en Afrique subsaharienne, soit une augmentation de 52% par rapport à 2012.

 

Fin novembre 2013, le PDG de l’Oréal, Jean-Paul Agon, avait indiqué que le groupe envisage de créer un centre de recherche en Afrique dans le cadre de sa stratégie de création de produits grand public adaptés aux différents marchés.

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/5572-l%E2%80%99or%C3%A9al-envisage-de-s-implanter-en-afrique-de-l-ouest.html#sthash.aVD6M8VS.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 07 mars 2014 11:46

Liens
Site

 


 
 
posté le 07-03-2014 à 10:32:54

Gestion des bourses des étudiants sénégalais de l’étranger: Un serveur lancé pour fournir des renseignements à temps réel

Vente saly

Par Le soleil | Le Soleil |  Vendredi 07 mars, 2014 08:27

La rengaine est parfois tenace. Elle traverse les frontières et pire qu’une rumeur elle se diffuse au gré des vents tourbillonnants. Dans le cadre du Service de gestion des étudiants (sénégalais) à l’étranger, la rumeur avait, toutefois, un fond de vérité sur la difficile accessibilité du service. En effet, les étudiants sénégalais en France et ailleurs dans le monde en ont fait, à un moment donné de leur cursus, l’amer expérience. Un serveur vocal interactif (SVI) vient d’être mis en place pour remédier aux appels sans réponse.

 

De notre correspondant permanent à Paris, Moussa DIOP (Le Soleil)

 

PARIS « Depuis le 26 février, le Service des étudiants (sénégalais) à l’étranger dispose d’un Serveur vocal interactif », informe Moise Sarr lors d’une sobre cérémonie de lancement. Nouveau chef du SGEE depuis juillet 2013, Moise Sarr mise sur la technologie pour améliorer la qualité du service offert et palier le manque d’effectif. « Le SGEE gère entre 3000 et 4000 boursiers répartis dans une trentaine de pays. Le serveur vocal interactif va résoudre les difficultés auxquelles nous sommes confrontées comme les flux d’appels, les décalages horaires avec certains pays (Etats-Unis, Canada ou encore Chine, ndlr) ». Au sein des nouveaux locaux plus adapté et confortable du SGEE, Moise Sarr en a « remercié le président », situés dans un immeuble appartenant à l’Etat sénégalais dans le 16è arrondissement de Paris, un test a été effectué sur le serveur vocal interactif dont le numéro d’appel est(00 33) 1 71 25 00 61. Sur les éléments techniques, le serveur vocal interactif propose plusieurs choix à l’étudiant sénégalais résidant à l’étranger qui souhaite recueillir une information sur son statut de boursier ou de bénéficiaires d’aides ministérielles ou municipales.

 

Modalités du serveur

 

Ainsi on se rend compte très rapidement que c’est un service qui fait la promesse d’une forme de rupture en précisant que son ambition est « encore de mieux vous (les étudiants, ndlr) servir ». Et ceci en donnant des informations concernant « les statuts sur les demandes de renouvellement, le dernier paiement, le statut sur les demandes de billets de retour, 24h/24 et 7jours/7 ». Une fois en contact avec le serveur, l’appelant doit disposer de son numéro d’étudiant et de sa date de naissance. Ainsi il est invité à suivre les indications au nombre de 5. Le serveur demande de taper 1 si c’est pour avoir des informations sur « le statut de renouvellement de bourse, si vous (l’étudiant, ndlr) avez déjà été allocataire ou si c’est pour consulter le paiement ou la demande de billet de retour définitif au Sénégal ». Le deuxième choix concerne les étudiants désireux d’avoir « toutes les informations sur les documents à fournir pour les nouveaux allocataires (bourses ou aides, ndlr) ». Le troisième choix est pour acquérir « toutes les informations sur une nouvelle demande d’allocation ». Pour les nouveaux étudiants boursiers, afin de connaitre les pièces à fournir pour le paiement ainsi que l’adresse et les coordonnées du SGEE, il leur est demandé de taper 4. Si la personne qui appelle n’arrive pas à être satisfaite par ces différentes propositions, elle peut être mise en relation avec un agent du SGEE pour le choix 5. « C’est un choix en dernier recours, commente l’inspecteur du trésor Mamadou Moussa Sow qui est le régisseur du SGEE. Les quatre premiers choix se justifient car étant les cas les plus récurrents ». Pour Moise Sarr, l’objectif est que « tout étudiant qui appelle puisse avoir une réponse à sa préoccupation ».

 

Test concluant

 

« Cela s’inscrit dans la réforme que nous sommes en train de mettre en place », commente le Professeur Aminata Sall Diallo, conseillère technique du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mme Diallo précise que les 3 autres axes de la réforme mise en place par Mary Tew Niane porte sur une réorientation de l’enseignement vers les disciplines scientifiques, la mise en place de la réussite des étudiants avec la réforme des bourses dont celle d’excellence et une formation articulée aux réalités économiques du Sénégal. « C’est une initiative qui porte sur le deuxième axe de la réforme » note t-elle encore. Le serveur vocal interactif du SGEE va certainement participer à un gain de temps des étudiants. Présente à la cérémonie de lancement du SVI, Aïssatou Badiane, étudiante en cursus d’ingénieur en télécommunications et représentante de la Fédération des étudiants et stagiaires sénégalais en France, a participé à la phase test et avait soumis des observations (comme la touche dièse pour raccourcir le message d’accueil) qui « ont été intégrées », selon Moise Sarr.

 

Cependant l’initiative a été saluée comme étant « un projet ambitieux pour la modernisation du SGEE avec l’apport des NTIC » par Mamadou Lamine Sané, attaché administratif du SGEE. Ibrahima Mbodji, vice consul du Sénégal à Lyon parle d’un « dispositif révolutionnaire », alors que Tamsir Faye, consul général du Sénégal à Marseille, préfère mettre l’accent sur « l’interactivité et l’accessibilité avec les étudiants sénégalais à l’étranger ». Une interactivité que A. Naoussad, l’accompagnateur du projet, de la société Nastech espère durable car « c’est le fruit de 5 mois de travail ».

Liens
Site

Tags: #diaspora
 


 
 
posté le 07-03-2014 à 10:30:44

Si l’Aéroport Léopold Sedar Senghor saute, surtout pas de béton. On veut un parc naturel a la place (par Mister Aw)

Vente saly

Par Mister Aw | Seneweb.com |  Jeudi 06 mars, 2014 23:43
La récente volonté de nos autorités de réfléchir sur le devenir de l’aéroport Léopold Sedar Senghor après le lancement de DIASS doit interpeller tout Dakarois aujourd’hui soucieux de l’avenir de sa ville. Ce Mardi 3 Mars 2014, le ministre du Tourisme et des Transports aériens Oumar Guèye entouré des directeurs des structures de la plateforme aéroportuaire de Dakar a fait part de sa décision de mettre en place un comité de transfert pour décider du devenir de l’Aéroport international Léopold Sedar Senghor après l’ouverture du nouvel Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD) prévue en juin 2015.
k
En clair, la question pour nos gouvernants est de savoir que faire de LSS après l’ouverture de l’AIBD.
Pour moi et pour ceux qui s’inquiètent du sort de cette partie de la capitale encore restée ouverte, nous en avons vraiment assez du béton qui est partout. En plus, ce n’est pas parce qu’un aéroport flambant neuf vient d’être construit à Diass que l’on devrait fermer Dakar Yoff quand même. Pourquoi ne pas garder les deux pour au moins faciliter le déplacement des populations habitant l’intérieur du pays, mais aussi les touristes qui ne désirent pas passer par Dakar. Ne parlons même pas des Dakarois qui n’ont aucune envie de débarquer à Diass en pleine nuit, pour prétendre regagner ensuite Dakar.. comment ?
Ce dont on a peur, c’est que la boulimie foncière de nos gouvernants ne passe encore une fois par la. Et que bientôt, on verra apparaître cités et immeubles dans le seul espace nous permettant encore de respirer. Faisant courir a 3 millions de Dakarois un grand risque écologique du fait des inondations qui risquent de s’accroître dans cette partie de la capitale, ensuite Dakar qui risque d’être complètement ceinturée par des immeubles et des cités.
Réagissons bien avant qu’une décision de ce comité ne nous tombe dessus sans qu’on ne puisse y avoir notre mot a dire. En clair soyons pro-actif, et non réactif en montrant d’emblée notre désapprobation contre une cité d’affaires, des habitations, immeubles ou quoi que ce soit de cette nature sur le site de l’aéroport Dakar Yoff.
Une page facebook a été crée pour faciliter la mobilisation, mais également dans le souci d’engager un débat inclusif avec les Sénégalais de tout bord. Qu’ils habitent Dakar ou l’intérieur du pays peu importe, car la capitale est celle de Tous.
A la place du béton, nous proposons un grand parc naturel qui participera a faire de Dakar non seulement une grande métropole, mais aussi une ville ou on peut aisément respirer. L’espace s’y prêterait a merveille sans compter qu’il pourra attirer beaucoup de touristes.
Mister Aw, Éditeur du BoytownMagazine
Liens
Site

 


 
 
posté le 07-03-2014 à 10:29:17

Diaspora : 400 émigrés sénégalais dans les prisons espagnoles (consul)

Vente saly

Par Aps | APS |  Jeudi 06 mars, 2014 17:50

Au moins 400 ressortissants sénégalais sont actuellement détenus dans des prisons espagnoles, a révélé le consul général du Sénégal à Madrid, Mouctar Belal Ba, dans un entretien paru dans le quotidien dakarois Enquête.

 

« Ils sont environ 400 Sénégalais dans les lieux de détention, mais il est difficile d’avoir un nombre exact car, avec les remises de peine par des expulsions, les chiffres varient d’un trimestre à un autre », a-t-il indiqué.

 

M. Ba a confié qu’il effectuait « des visites périodiques » dans les différentes prisons du pays d’accueil, « sur demande des services sociaux pénitentiaires ou sur demande des détenus ».

 

« Nous avons établi des canaux de communication périodique avec les administrations pénitentiaires pour une question d’efficience. L’Espagne est très vaste », a-t-il souligné.

 

Le consul général a en outre signalé la présence « officiellement plus de 60.000 Sénégalais », des compatriotes qui disposent d’un titre de séjour et de travail en Espagne. S’y ajoutent quelque 20.000 « sans-papiers », des migrants clandestins.

 

« La majorité (d’entre eux) vit en Catalogne, en Andalousie et dans les régions de Madrid et Valence. Néanmoins, on retrouve les Sénégalais dans toutes les provinces du Royaume d’Espagne », a précisé le responsable consulaire.

 

Il a par ailleurs fait cas de la crise économique qui « touche de plein fouet nos compatriotes ». « Ils sont fatigués. Il faut l’avouer », a-t-il ajouté, parlant notamment du chômage de masse dont souffre l’Espagne.

 

« Entre 2000 et 2008, avec un boom immobilier et un secteur agricole en pleine extension, la demande de main d’œuvre était si importante que trouver un travail en Espagne était un jeu d’enfant », a rappelé Mouctar Belal Ba.

 

« Nos compatriotes commencent à s’intéresser au retour en s’adressant au nouveau service d’appui au retour et à la réinsertion du Consulat (du Sénégal à Madrid) », a-t-il noté.

 

Selon le consul général, ce service d’appui informe les demandeurs sur les possibilités de réinsertion au Sénégal, et il travaille en étroite collaboration avec le Fonds d’appui à l’insertion des Sénégalais de l’extérieur (FAISE).

 

L’Organisation internationale des migrations (OIM) a mis en place un fonds d’appui au retour volontaire de 2.500 à 3.000 euros pour accompagner des porteurs de projets au Sénégal après une courte formation en entrepreneuriat.

 

« Cet outil est positivement accueilli par nos compatriotes », a poursuivi M. Ba qui a assuré également que « le consulat travaillera en synergie avec la Délégation des Sénégalais de l’extérieur pour un suivi sur place », au pays.

 

« D’autres mécanismes de réinsertion avec les entreprises espagnoles désirant s’installer au Sénégal sont à l’étude », a-t-il soutenu.

Liens
Site

Tags: #diaspora
 


 
 
posté le 07-03-2014 à 10:26:56

Enfin le ministre de l’Intérieur se rend à Tamba après une série de meurtres

Vente saly

par Xibaaru le 6 Mar 2014 • 17:15

On peut dire un ouf de soulagement même si cela ne peut régler le problème. Après une série de meurtres dont le dernier a eu lieu très tôt ce jeudi aux aurores, le ministre de l’Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, se rend vendredi à Tambacounda où il va présider une réunion de sécurité. Six malades mentaux ont été sauvagement assassinés en l’espace de quelques mois sans qu’on puisse mettre la main sur les meurtriers qui prenaient un malin plaisir à prélever quelques organes des victimes. Trafics illicites d’organes humains ou un meurtrier en série ? Le ministre devra répondre à ces questions et adapter des mesures de sécurité qui vont rassurer les populations de Tamba.

Penda Sow/Dakar.xibaaru.com

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions