posté le 09-05-2013 à 10:58:40

Youssou NDOUR récompensé en Suède par le Polar Music Prize

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 08 mai 2013 20:29

Le Sénégalais Youssou N’Dour a été récompensé en Suède mardi par le Polar Music Prize 2013, en compagnie d’une compositrice finlandaise, Kaija Saariaho.

« Le griot d’Afrique occidentale n’est pas qu’un simple chanteur; il est aussi conteur, poète, chanteur de louanges, artiste de divertissement et dépositaire de la tradition orale », a affirmé le jury dans ses motivations.

« Youssou N’Dour perpétue l’héritage griot et démontre qu’on peut s’en servir pour raconter non seulement l’Afrique mais le monde tout entier », a-t-il poursuivi.

Selon le jury, « sa voix contient l’histoire, la passion, les espoirs et l’énergie de tout un continent ».

 

Le chanteur, auteur-compositeur et musicien dakarois de 53 ans a connu un succès mondial avec une musique éclectique, nourrie de ses racines modestes mais aussi d’un engagement politique. Il est ministre depuis un an au Sénégal, aujourd’hui chargé du Tourisme.

 

Décerné pour la première fois en 1992 avec des fonds réunis par l’ex-manager du groupe suédois ABBA, Stig Anderson, le Polar Music Prize récompense remarquable des contributions à la musique mondiale dans tous les genres.

 

Il a déjà récompensé aussi bien Bob Dylan, Ray Charles, Pink Floyd ou Led Zeppelin que la soprano Renée Fleming, le violoniste Isaac Stern ou encore le compositeur Pierre Boulez.

 

L’autre lauréate cette année, Kaija Saariaho, « occupe une place singulière parmi les compositeurs et remet en question la notion même de musique », a expliqué le jury.

 

Cette compositrice de 60 ans, formée à Paris à l’Ircam (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique), a eu une production variée et avant-gardiste dans la musique de chambre, les oeuvres pour orchestre et l’opéra.

AFP

 

Liens
Site

 


Commentaires

 

1. marc84  le 05-07-2013 à 12:37:22

Bonjour

Je suis un Français qui avait décidé de construire une maison au Sénegale car j aime l Afrique et m y installer ...Et voila ce qui m est arrivé .Merci de votre aide et soutien.Je précise que j ai tous les papiers officiels

Un blog pour récupérer le terrain et la maison que nous avions construit et que la mairie nous a volé pour la revendre à un autre !!.Le terrain avait été acheté a la Mairie de Joal au Maire Paul Ndong et Taffa Diouf son bras droit.Nous souhaitons qu un membre de la Mairie nous contacte.Merci
lundi 1 juillet 2013
Joal Fadiouth Sénègal .L Arnaque de la mairie et du maire Paul Ndong!
Bonjour

Nous sommes le 1 er Juillet 2013 et nous continuons nos procédures pour récupérer notre maison et notre terrain à Joal Fadiouth Sénègal:

Consultez notre 1 er blog ICI: Tous les documents officiels sont ci dessous:

http://joalfadiouthsenegalarnaque.blogspot.fr/

http://joalfadiouthsenegal.blogspot.fr/

Nous souhaitons un arrangement à l amiable avec la Mairie de Joal Fadiouth.

Pour tout contact voici un email :

ciorandelacastel@yahoo.fr

Merci

A vous tous pour vos informations et de votre aide!Et que la justice Sénégalaise ne soit pas un vain mot!!

 
 
 
posté le 08-05-2013 à 15:26:45

Le bilan africain de François Hollande

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier mardi, 07 mai 2013 20:24

Un an après l’accession au pouvoir du président français, plusieurs médias du continent livrent leur bilan de son action en Afrique. Des bilans plutôt contrastés. Pour L’Observateur Paalga au Burkina, l’Afrique a représenté pour François Hollande, « un rayon de soleil dans un ciel trop sombre. » En effet, précise le quotidien ouagalais, « si la morosité est perceptible en ce qui concerne les affaires domestiques (notamment les difficultés économiques), il y a au moins une partie du monde où François Hollande a eu rendez-vous avec la réussite où, du moins, il s’est senti à l’aise : l’Afrique. Et pourtant rien n’était donné d’avance, puisque les rapports entre Paris et le continent ont toujours été parasités par la fameuse ‘Françafrique’. »

 

L’Observateur rappelle « le discours de Dakar, du 12 octobre dernier, une sorte de contre-discours de celui de son prédécesseur prononcé en 2007, (…) le réquisitoire de Kinshasa lors du dernier Sommet de la Francophonie le 13 octobre contre le président congolais, Joseph Kabila. »

 

Et puis aussi et surtout le Mali : « C’est au pays de Soundiata Kéita que le capitaine à la peine effectua ses hauts faits, relate L’Observateur : le 11 janvier, l’armée française prend pied à Tombouctou, à Kidal et à Gao pour desserrer l’étau djihadiste qui étreignait ces villes. L’opération Serval venait de commencer. Et le 1er février, voilà Hollande fait ’334e saint’ de Tombouctou, à l’occasion d’une visite dans cette ville mythique. »
Et L’Observateur de conclure : « Concernant le continent noir, particulièrement le Mali, Hollande a gagné la bataille, et même si la guerre asymétrique se poursuit, il est sur un nuage africain. »

 

Rien n’a changé ?

Beaucoup moins laudatif le site d’information Guinée Conakry Infos ! « Au bout d’un an d’exercice de pouvoir, le bilan du chef de l’Etat français dans son rapport avec le continent africain est plutôt mitigé, affirme le site guinéen. C’est ainsi que sur le thème de la rupture avec un certain passé, il a posé quelques actes à la fois courageux et symboliques. Tandis que d’un autre point de vue, il se sera révélé incapable de se mettre au-dessus de certains intérêts stratégiques de son pays. Mais au-delà de tout, par sa personnalité et dans son discours, François Hollande se montre plus courtois avec l’Afrique que ne l’était Nicolas Sarkozy », estime Guinée Conakry Infos.

 

Guinée Conakry Infos qui reconnaît que « sans conteste, c’est sur le dossier malien que la diplomatie africaine de la France se sera le plus mise en évidence, durant cette première année de l’exercice de François Hollande. A la différence de Nicolas Sarkozy en Côte d’Ivoire et en Libye, l’intervention des troupes françaises au Mali était unanimement requise par les instances africaines. Même si la France n’y a favorablement répondu que quand elle a réalisé que les menaces sur certains de ses intérêts étaient des plus réelles. »

 

Et puis, beaucoup plus critique : La Nouvelle Tribune au Bénin qui estime que « rien n’a vraiment changé ! (…) ‘Le temps de la Françafrique est révolu’, avait annoncé le président français. » Or, poursuit le quotidien béninois, « en dehors de quelques actions d’éclat, comme la suppression de la Cellule Afrique de l’Elysée ou la tonalité de son discours de Dakar, aucun changement radical n’est pour le moment perceptible dans la Françafrique. (…) L’image d’une France donneuse de leçon en matière de démocratie et de droits de l’homme, gendarme de l’Afrique, et tutrice du continent dans le concert des Nations, n’a pas encore disparu. On en a pour preuve, relève La Nouvelle Tribune, le ballet de certains chefs d’Etat du « pré carré français », à l’Elysée, pour faire allégeance à Hollande, l’intervention militaire française en Afrique, le discours d’Hollande au Maroc début avril et toute la gymnastique, sur fond de ‘caprices’ et de ‘chantages’, qui a précédé sa participation au sommet de la Francophonie en RDC. »

 

En action trois mois durant !

Rien à voir avec ce qui précède : une fois n’est pas coutume, nous allons nous attarder sur le chapitre des faits divers sexuels, souvent rapportés par les différents médias du continent…

Avec tout d’abord ce « gang de violeuses qui terrorise le Zimbabwe ». C’est un article du Daily News à Harare, signalé par le site d’informations Slate Afrique . « Quatre femmes accusées d’avoir enlevé puis violé pendant 5 jours un soldat de l’armée nationale, en le menaçant avec son arme. » Réalité ou fantasme ? On ne sait pas…

 

Et puis le terrible calvaire de cet homme en Côte d’Ivoire, rapporté par le site Koaci.com : Y.K, ce sont ses initiales, est en perpétuelle érection, depuis maintenant trois mois… Il aurait été ainsi été puni par son rival, jaloux qu’il ait couché avec sa dulcinée… Le rival aurait donc « fétiché » le sexe de la jeune femme. Et depuis, écrit Koaci, « son pénis n’a pas baissé la garde. (…) L’individu traine son mal dans une gloire jamais souhaitée et sans répit. Car il est dans une condition qu’adorent bien des femmes mais aussi dans une souffrance et une certaine humiliation où l’état de son pénis attire toutes les curiosités et commentaires. On apprend aussi, relève encore Koaci, que même les guérisseurs n’ont rien pu faire et lui ont conseillé à la fin de présenter ses excuses à son rival. Ce qu’il refuse toujours. »

Par Frédéric Couteau RFI

 

Liens
Site

 


Commentaires

 

1. marc84  le 05-07-2013 à 12:37:36

Bonjour

Je suis un Français qui avait décidé de construire une maison au Sénegale car j aime l Afrique et m y installer ...Et voila ce qui m est arrivé .Merci de votre aide et soutien.Je précise que j ai tous les papiers officiels

Un blog pour récupérer le terrain et la maison que nous avions construit et que la mairie nous a volé pour la revendre à un autre !!.Le terrain avait été acheté a la Mairie de Joal au Maire Paul Ndong et Taffa Diouf son bras droit.Nous souhaitons qu un membre de la Mairie nous contacte.Merci
lundi 1 juillet 2013
Joal Fadiouth Sénègal .L Arnaque de la mairie et du maire Paul Ndong!
Bonjour

Nous sommes le 1 er Juillet 2013 et nous continuons nos procédures pour récupérer notre maison et notre terrain à Joal Fadiouth Sénègal:

Consultez notre 1 er blog ICI: Tous les documents officiels sont ci dessous:

http://joalfadiouthsenegalarnaque.blogspot.fr/

http://joalfadiouthsenegal.blogspot.fr/

Nous souhaitons un arrangement à l amiable avec la Mairie de Joal Fadiouth.

Pour tout contact voici un email :

ciorandelacastel@yahoo.fr

Merci

A vous tous pour vos informations et de votre aide!Et que la justice Sénégalaise ne soit pas un vain mot!!

 
 
 
posté le 07-05-2013 à 11:15:09

Relookez-vous au Sénégal avec Look Voyages

Vente saly

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 06 mai 2013 19:47

Jamais un voyagiste n’aura aussi bien porté son nom ! Look Voyages inaugure cette semaine une semaine thématique Look’n ligne au Club Lookéa Royal Boa Vista au Cap Vert, avant de la proposer le 22 juin au Club Lookéa Royal Baobab au Sénégal. Objectif : se relooker et se remettre en forme. Nous avons testé en avant-première ce concept très séduisant au Sénégal.

Notre vol Corsair Orly-Dakar vient de se poser à l’aéroport Léopold Sédar Senghor. Avec un trafic qui a augmenté de 30% depuis le lancement de la liaison Paris-Dakar par la compagnie aérienne régulière française du groupe TUI à l’automne dernier (avec une fréquence quotidienne depuis février), le vieil aéroport de la capitale sénégalaise est saturé. Tout le monde attend son remplaçant, en construction depuis 2007, mais sa mise en service est sans cesse repoussée. Heureusement Demba, l’homme passe-partout de Look Voyages, nous facilite le passage. Et après deux heures de route nous voici arrivés à la Somone, petite station balnéaire de la Petite-Côte, à 80km au sud de Dakar.

 

Rénové il y a peu pour 5 millions d’euros, le majestueux Club Lookéa Royal Baobab, qui appartient à la chaîne colombienne Decameron, s’étend sur 7 hectares au bord de l’Océan Atlantique. Labélisé « premium » (la catégorie haut de gamme du tour opérateur), il est décoré avec goût dans un style africano-contemporain au milieu de jardins luxuriants. On nous avait promis un bungalow les pieds dans l’eau (avec supplément) et la promesse a été tenue, comme en témoigne à gauche la vue depuis la porte-fenêtre de ma chambre !

 

On découvre la colorimétrie

Dès le lendemain matin on rentre dans le vif du sujet de cette semaine Look’n ligne comprise dans le prix de la formule tout-inclus sur réservation. J’aborde le premier atelier colorimétrie, organisé en groupe sur la terrasse, avec un peu de fébrilité : j’ai peur d’être scrutée et jugée par les autres participants et j’appréhende d’entendre de la part de la relookeuse une liste de règles à respecter à tout prix. Mais Hélène Bourguignon, fondatrice de la société Relooking sur mesure, qui se définit comme « une conseillère en image et non comme une relookeuse », nous met tout de suite à l’aise. D’abord parce que cette jolie et frêle jeune femme n’est pas surmaquillée, ni bling bling, encore moins bimbo. Et surtout sa douceur et ses mots sont rassurants :

 

Je suis d’abord là pour vous donner les bases de la colorimétrie et vous expliquer les couleurs. Après dans les ateliers individuels nous essaierons de déterminer ensemble les couleurs qui vous mettent le plus en valeur ». Avec son tableau et avec ses feutres de couleur elle nous explique alors les 3 couleurs primaires, les 3 couleurs secondaires et les 6 couleurs tertiaires, puis la roue chromatique qui fait apparaître les dégradés camaïeux et monochromes, c’est à dire les nuances et les teintes. Ce premier atelier convivial se termine par quelques règles accompagnées d’une explication : porter un maximum de 3 teintes différentes, ne pas associer 2 teintes sombres (l’oeil ne les différencie pas), 2 teintes claires (pas assez de contraste) ou 2 teintes de rouge (trop de longueur d’onde) ou encore préférer les teintes foncées en bas (parce que c’est la terre) et les teintes claires en haut (parce c’est le ciel). Et alors qu’une rebelle demande « mais qui décide de ces règles ? », Hélène répond malicieusement « Le Dieu de la couleur »…

 

Le lendemain on passe l’épreuve du draping : des bouts de tissus de couleurs sont posés près de notre visage pour voir les couleurs qui nous vont le mieux au teint. Dans la glace, c’est fou comme certaines teintes me rendent plus radieuse alors que d’autres accentuent mes cernes ou mes rides ! Parfois, en revanche, je n’arrive pas à voir la température ou la saturation du tissu, obsédée que je suis par l’horrible jaune verdâtre ou l’affreux jaune orangé que l’on me met autour du cou. J’espère bien que la conseillère ne va pas me dire que le jaune me va bien parce que cela me poserait un vrai problème ! Heureusement son oeil bienveillant est là et je découvre que je suis plutôt tons froids (et non chauds qui tirent vers le… jaune), plutôt tons lumineux, ceux qui sont riches en pigments (et non mats) et plutôt tons foncés (et non clairs). Ouf de soulagement : ce que je porte naturellement correspond à ce qui me va le mieux… Je rentre dans mon bungalow avec la fiche de « mes » couleurs que je pourrai emmener dans les magasins pour mes futures journées shopping. Ou laisser traîner sur la table pour que mon homme soit bien inspiré pour un cadeau…

 

Et les jours suivants on se dévoile encore plus lors des ateliers morpho-visage ou morpho-silhouette. Hélène nous demande nos habitudes en matière de maquillage et de vêtements, ce qu’on aime ou déteste chez nous, et il faut bien lui parler de nos petits et grands complexes… Et ça tombe bien parce qu’elle nous donne des astuces, non seulement pour mettre l’accent sur nos atouts (un regard pénétrant, une bouche pulpeuse, une belle poitrine, une taille marquée), mais aussi pour cacher nos points faibles (relever des yeux tombants, agrandir des lèvres trop fines, affiner une silhouette, mettre du volume là où il n’y en n’a pas assez).

 

On bouge

Qui dit Look’n ligne, dit aussi remise en forme bien entendu. En l’absence de Jessica Mellet, ancienne championne de France de fitness, pendant notre séjour au Club Lookéa Royal Baobab le mois dernier, c’est Meryem Karaoglan, diplômée de l’Institut des métiers de la forme et formatrice professionnelle de Zumba®, qui nous a fait bouger. D’abord doucement en début de matinée pour un réveil musculaire parfait face à la mer sublimé par la brise de l’Océan. Puis de manière rafraîchissante pour des cours d’aquagym sous le chaud soleil africain.

 

Douloureusement aussi lors des séances d’abdos fessiers (ok, ok c’est pour avoir « des bras en béton et des fesses de rêve », mais ça tire vraiment, et ce n’est pas avec quelques séances que je vais ressembler à la sculpturale Meryem…). Et enfin très, très énergétiquement, à l’ombre sur la scène du club Lookéa, pour la zumba, une activité qui mêle des mouvements d’aérobic sur des musiques latines (cumbia, salsa, merengue, reggaeton, samba). Le rythme est endiablé, c’est sensuel à souhait et idéal pour brûler les calories, mais pas toujours facile de suivre le rythme. « Pas grave » me rassure la très dynamique Meryem « l’essentiel c’est de bouger, de transpirer et de se faire plaisir » Contrat rempli donc ! Et si vous avez encore de l’énergie à revendre et du temps, vous pouvez également participer aux nombreuses autres activités sportives comprises dans votre formule tout-inclus.

 

On mange mieux

Qui dit Look’n ligne, dit enfin se préoccuper de son hygiène alimentaire. Après le déjeuner dans l’excellent buffet du club, qui bénéficie d’ailleurs pendant ces semaines thématiques d’un « corner équilibre », place à l’atelier nutrition animé par le Docteur Claude Diaz. Habitué à animer des conférences grand public depuis 14 ans, ce spécialiste en médecine physique et en nutrition se veut ni moralisateur, ni père fouettard. Tant mieux car on est quand même en vacances et là pour se faire plaisir ! « L’idée est de donner des conseils afin de bien manger pour mieux vieillir » explique t-il. Ainsi, au fil des jours, il nous apprend à lire les étiquettes, à réduire les produits transformés trop riches en matières grasses, en sucre et en sel, à favoriser les aliments qui apportent des vitamines et des minéraux, à diminuer le nombre de calories et à bien choisir ses huiles pour rééquilibrer le ratio Oméga 3/Oméga 6.

Bilan de cette semaine Look’n ligne de Look Voyages ? On se sent reposée, détendue, en forme, plus légère et plus en accord avec soi-même. Pas mal pour une semaine de vacances au soleil, dans un décor de rêve, sans supplément !

 

Les prix

A partir de 1 169€ TTC par personne, 8 jours/ 7 nuits en formule tout-inclus, au Club Lookéa Royal Boa Vista 4*, au Cap-Vert, le 9 mai avec Hélène Bourguignon, Jessica Mellet et Claude Diaz.

A partir de 1 099€ TTC par personne, 8 jours/7 nuits en formule tout-inclus, au Club Lookéa Royal Baobab 4*, au Sénégal, le 22 juin avec une conseillère en image, Jessica Mellet et Claude Diaz.

Les excursions

Look Voyages proposent plusieurs excursions au départ de chaque Club Lookéa, elles ne seront peut-être pas toutes comptatibles avec votre emploi du temps, mais si vous en savez la possibilité, essayez au Sénégal de découvrir la bouillante Dakar, la charmante l’île de Gorée (certes très touristique mais la visite de la maison des esclaves est particulièrement émouvante) ou la surprenante île aux coquillages de Joal Fadiouth. A moins que vous ne préfériez la virée en brousse pour connaître le difficile quotidien des villageois ou la balade en pirogue dans le très sauvage delta du Saloum. Et si vous avez la chance d’avoir comme guide le sémillant Semou, insistez pour qu’il vous chante la chanson 7 seconds de Youssou N’Dour et Neneh Cherry : frissons garantis…

 

Liens
Site

 


Commentaires

 

1. antonin  le 07-07-2013 à 10:21:15

Bonjour

Je suis un Français qui avait décidé de construire une maison au Sénegal car j aime l Afrique et m y installer ...Et voila ce qui m est arrivé .Merci de votre aide et soutien.Je précise que j ai tous les papiers officiels

Un blog pour récupérer le terrain et la maison que nous avions construit et que la mairie nous a volé pour la revendre à un autre !!.Le terrain avait été acheté a la Mairie de Joal au Maire Paul Ndong et Taffa Diouf son bras droit.Nous souhaitons qu un membre de la Mairie nous contacte.Merci
lundi 1 juillet 2013
Joal Fadiouth Sénègal .L Arnaque de la mairie et du maire Paul Ndong!
Bonjour

Nous sommes le 1 er Juillet 2013 et nous continuons nos procédures pour récupérer notre maison et notre terrain à Joal Fadiouth Sénègal:

Consultez notre 1 er blog ICI: Tous les documents officiels sont ci dessous:

http://joalfadiouthsenegalarnaque.blogspot.fr/

http://joalfadiouthsenegal.blogspot.fr/

Nous souhaitons un arrangement à l amiable avec la Mairie de Joal Fadiouth.

Pour tout contact voici un email :

ciorandelacastel@yahoo.fr

Merci

A vous tous pour vos informations et de votre aide!Et que la justice Sénégalaise ne soit pas un vain mot!!
Monsieur Pierre Dioh et André Dioh Adjoint au Maire de Joal que je connais !Vous pouvez aussi m aider!!!

 
 
 
posté le 06-05-2013 à 12:04:30

L’espoir de l’écotourisme

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 06 mai 2013 09:09

Doudou Gnagna Diop, le responsable de l’Organisation national pour le tourisme intégré au Sénégal (Onits), a passé au peigne fin et diagnostiqué les difficultés du secteur dans le cadre du développement durable. C’était vendredi dernier, au cours d’une conférence publique à Joal Fadiout. Le débat a été polarisé sur l’écotourisme. Un observatoire du tourisme permettrait selon des observateurs une meilleure radioscopie des maux entravant cette mamelle de l’économie nationale et de jeter les bases d’une politique durable dans le secteur.

L’activité touristique qui bat de l’aile a été pour le responsable de l’Onits, de rappeler des principes fondamentaux à respecter pour la préservation de l’environnement naturel, le patrimoine socio-économique et culturel. La voie tracée pour le terroir semble être l’écotourisme à travers un essaimage de petites structures organisées et soumises à une orientation bien pensée. En plus, ses propositions de Doudou Gnagna Diop vont au développement de centres touristiques un peu partout dans le pays pour favoriser la clientèle. Dans son propos, il n’a pas négligé la part des apports exogènes qui, selon lui, ont fait leur temps.

Plusieurs interrogations ont fusé sur la première option de la politique touristique de plus d’une quarantaine d’années. La principale a tourné autour de la nature des recettes des réceptifs hôteliers et leur impact et incidence sur les autres segments de l’économie.

Selon M. Diop, « Il est temps de repenser le tourisme et les orientations devraient aller vers l’implication des collectivités locales avec un regard souverain sur l’espace patrimonial. L’objectif devant être de créer des ressources pour les habitants des terroirs accueillant les installations hôtelières en plus de la création d’emplois.

Le responsable de l’Onits estime par ailleurs que l’écotourisme s’implante dans notre pays à travers des auberges, des maisons d’hôtes et des campements. Du reste, il a prêché pour une organisation de ces structures, leur réglementation et un appui pour la définition d’une politique touristique adaptée à leur épanouissement.
Sur un autre registre, monsieur Diop s’est attaqué à la «main mise» du secteur touristique sous la coupe d’investisseurs étrangers, «Une poignée de gens aux intérêts exogènes », a-t-il dénoncé.

En dehors des attitudes de « frustration et de découragement », il a invité à une organisation de la « résistance » pour la préservation du potentiel naturel, culturel et économique. Selon lui, les générations futures ont leur part et il faut le leur assurer.
La chute du tourisme et de ses retombées dans la ville de Joal-Fadiouth, la cité du président poète Léopold Sédar Senghor, serait ainsi liée à des facteurs illustratifs. Cela irait d’un manque de considération à une absence de préservation d’un produit attractif sur le plan culturel, social et économique.

Les solutions à envisager restent, à l’en croire, la revalorisation des réalités physiques, naturelles et humaines de la ville ceinturée par Mama Guedj. Ensuite, son invitation est directement allée au combat, à la lutte contre les fossoyeurs de la nature pour une mise en valeur de Joal-Fadiouth.
Avec Sud

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 04-05-2013 à 10:48:46

Gorée: Regards sur cours fête son 10ème anniversaire, le 24 mai

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 03 mai 2013 22:34

L’île de Gorée accueille, à partir du 24 mai une manifestation artistique dénommée ‘’Gorée Regards sur cours’’ qui marquera ainsi son dixième anniversaire, donnant l »’occasion unique » aux visiteurs de découvrir le riche patrimoine architectural de l’île, selon un communiqué transmis vendredi à l’APS.L’ouverture officielle de cette manifestation aura lieu sur l’esplanade de Gorée, à 17 heures 30, précise la même source.

‘’Durant trois jours », les espaces de l’île « se transformeront en galeries d’artistes, à ciel ouvert » où « chez l’habitant ».

S’y côtoieront « peintres, sculpteurs, photographes, designers et autres artisans d’art qui s’expriment au travers de techniques très personnelles’’, souligne le texte.

Cette formule originale et attractive à l’initiative d’un collectif d’habitants de Gorée a fait ses preuves depuis 10 ans, puisqu’elle accueille chaque année plus de 2500 visiteurs, signale la source.

Son organisation ‘’repose sur une association composée essentiellement de résidents de l’île de Gorée, convaincus par la nécessité de sauvegarder le patrimoine goréen en péril tout en participant à la création artistique ‘’.

Parrainé cette année, par le ministère de la Culture et le ministère du Tourisme et des Loisirs, ce 10ème anniversaire prendra les allures de fête avec des animations surprises, des spectacles vivants et des concerts au détour des ruelles et dans les restaurants goréens.

MF/ASG

Vente saly

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions