posté le 17-05-2013 à 11:46:19

Les députés français votent la suppression du mot «race» de la législation

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 17 mai 2013 08:24

Les députés ont adopté jeudi soir, par un vote à main levée, une proposition de loi du groupe Front de gauche, qui supprime le mot «race» de la législation française. La majorité PS s’est ralliée à cette proposition, soulignant qu’il s’agissait d’ «une première étape». François Hollande s’était, en effet, engagé pendant la campagne présidentielle à supprimer le mot «race» de la Constitution.
Le texte, débattu dans le cadre d’une «niche» réservée aux propositions du Front de gauche, se propose donc de supprimer ce mot du Code pénal, du Code de procédure pénale et de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Le rapporteur de la proposition, Alfred Marie-Jeanne, a fait valoir que le mot «race», «ce concept aberrant, ayant servi de fondement aux pires idéologies, n’a pas sa place dans notre ordre juridique».

Pour ne pas risquer de faire tomber l’incrimination de racisme, les députés socialistes ont fait adopter un amendement affirmant explicitement, dans l’article premier, que «la République combat le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Elle ne reconnaît l’existence d’aucune prétendue race». Pour les députés PS, Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois, la suppression du mot dans la législation «n’est qu’une première étape».

Une promesse de campagne de Hollande

A l’Elysée, on a récemment assuré que la promesse de François Hollande n’était «pas enterrée» mais qu’elle ne pouvait être insérée dans la première révision constitutionnelle prévue pour le 22 juillet. Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, a salué «un acte nécessaire, noble, fort, dans une période où l’on voit une résurgence, une désinhibition du rejet de l’autre». Et de conclure: «Le message est bienvenu».

 

Jean-Frédéric Poisson (UMP), avant d’annoncer que «personnellement», il s’abstiendrait, a pour sa part jugé : «Evidemment, votre proposition a du sens (…) mais supprimer ce mot dans la législation sans l’éliminer dans le bloc constitutionnel pose un problème juridique». Il a aussi soulevé la question sémantique du remplacement du mot. «Vous proposez origine ou ethnie, mais je ne suis pas sûr que ce soit satisfaisant».

Lionel Tardy (UMP), qui s’est prononcé contre, a pour sa part stigmatisé «une démarche qui aboutit aux idéologies totalitaires». «On ouvre une boîte de Pandore (…) les juges ont assez de travail comme ça !». «On ne change pas la réalité en changeant les mots», a-t-il ajouté avant de lancer : «Vous gaspillez beaucoup de temps et d’énergie pour des chimères».

Philippe Gomes (UDI) a voté le texte même s’il a émis des doutes : «Pensez-vous que supprimer un mot fera s’envoler la peste brune de la haine ordinaire ?» D’autres députés UDI se sont abstenus, jugeant que le texte risquait affaiblir l’appareil juridique existant pour lutter contre le racisme.

Comme ses collègues de la majorité, l’écologiste Sergio Coronado a salué «une première étape». «Il faut débarrasser notre législation de ce terme», a-t-il dit.

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 16-05-2013 à 12:01:42

Noah réclame 50.000 euros à Marine Le Pen pour propos diffamatoires

Vente saly

 

Écrit par Jean Louis Verdier mercredi, 15 mai 2013 22:43

Le chanteur et ex-star de Roland Garros s’estime diffamée par la présidente du Front national et réclame 50.000 euros de dommages et intérêts.

La cour de la 17e chambre du tribunal de Grande instance de Paris s’est penchée mardi 14 mai sur la plainte de Yannick Noah à l’encontre de Marine Le Pen. Le chanteur reproche à la présidente du Front national d’avoir tenu des propos extrêmement diffamatoires lors de l’émission « Le Grand Journal » sur Canal+ du 9 mars 2012, en l’accusant notamment d’être « un exilé fiscal » qui a « planqué son argent à l’étranger » .

La candidate du front national à la présidentielle reprochait alors, à celui qui s’était affiché à un meeting du candidat Hollande, de faire des leçons de morale et de charité tout en étant, selon elle, loin d’être exemplaire.

Noah et Le Pen absents des prétoires

Les principaux intéressés n’étaient pas présents au palais de justice ce mardi. La joute verbale n’en était pas moins relevée entre leurs conseils respectifs. L’avocat William Bourdon a ouvert le bal de manière tonitruante. Il a évoqué des « images accablantes », tout en accusant Marine Le Pen d’avoir profité de cette tribune télévisuelle pour « balancé son venin » sur l’ex numéro un du tennis français, avec « gourmandise », « plaisir » et « jouissance », en ne trahissant pas son corpus originelle via un lexique allant crescendo dans la diffamation publique. L’avocat de Yannick Noah reproche tout simplement à l’ex-candidate du FN à la présidentielle de faire croire aux Français qu’il « planque son argent » pour se soustraire à l’administration fiscale. Et de rappeler que, si le retraité des cours de tennis s’est bien installé en Suisse en 1992-1993, l’ex-chouchou des Français paie bien ses impôts en France. Auditionné devant le sénat en juin 2012, Yannick Noah a fait d’ailleurs état d’un contentieux avec le fisc portant sur cette période.

L’avocat de Marine Le Pen, Me Wallerand de Saint-Just a dénoncé quant à lui la provocation du journaliste qui a interviewé la présidente du FN sur le plateau de Canal+ et cette « expèce de paranoïa » dont il a fait preuve en l’attaquant sur le terrain de l’immigration. Selon lui, dire de Yannick Noah qu’il est un exilé fiscal n’est pas en soi diffamatoire. Et de rappeler qu’à aucun moment Marine Le Pen a évoqué une quelconque fraude durant cette émission. Pour sa défense, elle ne fait que pointer la contradiction de l’attitude de Yannick Noah.

Lors de l’audience, la procureure a de son côté considéré que « dire l’argent est planqué sous-entend que l’on fraude le fisc ». A noter que la cour n’avait pas encore visionné les images de l’émission…

La décision a été mise en délibéré et sera rendue le 5 juin prochain. L’avocat de Yannick Noah réclame 50.000 euros de dommages et intérêts et la publication de la condamnation dans quatre titres de presse.

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 15-05-2013 à 11:50:58

L’esclavage des Africains revu par un universitaire sénégalais

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier mardi, 14 mai 2013 08:01

L’esclavage des Noirs, c’est l’Occident ! Il n’y a pas que les banlieues pour l’affirmer, les médias répercutent abondamment ce raccourci politiquement correct. Madame Taubira y a rajouté sa touche personnelle…

Le volet volontairement occulté de l’esclavagisme arabo-musulman, de Mahomet à nos jours

Mais voici que le travail de M. Tidiane N’Diaye, anthropologue musulman et spécialiste des civilisations africaines, est venu sérieusement remettre en cause ce dogme de la pensée unique.

Il a publié il y a quelques années « Le génocide voilé » une réflexion inédite – à lire absolument – sur le volet volontairement occulté de l’esclavagisme arabo-musulman, de Mahomet à nos jours.

Si la traite négrière perpétrée par les Occidentaux durant deux siècles et demi a été une atteinte à la dignité humaine dénoncée à juste titre, il était utile que soit démontrée historiquement l’origine islamique de la traite. Et qu’on ne perde pas de vue le fait que la mise en esclavage des Noirs remonte à 10 siècles auparavant, dès l’arrivée des conquérants d’Allah en Afrique.

 

Ainsi, en 652, le chef de guerre Abdallah ben Saïd imposait aux Soudanais un accord de livraison permanente d’esclaves qui s’est amplifiée au cours des siècles.

 

De ce fait, M. N’Diaye estime dans son étude très documentée que l’ensemble du commerce négrier mené par les Arabes en Afrique (une vingtaine de millions de victimes), ceci avec la complicité active des souverains locaux, a constitué une hémorragie humaine infiniment plus dévastatrice que les méfaits esclavagistes des seuls Occidentaux.

Il souligne entre autres le fait que les Arabo-musulmans ont systématiquement émasculé leurs esclaves pour ne laisser aucune mémoire possible de ce génocide lucratif s’étendant sur plus d’un millénaire. Alors que les descendants des noirs déportés par les Occidentaux à travers le commerce triangulaire durant deux siècles et demi en Amérique sont aujourd’hui 70 millions.

Une contribution essentielle à l’encontre du déni habituel de l’esclavage lié au jihad
Cet ouvrage est une contribution essentielle à l’encontre du déni habituel de l’esclavage lié au jihad, et cette étude exhaustive signée d’un chercheur musulman offre le complément d’information indispensable pour battre en brèche la condamnation toujours focalisée sur la seule traite négrière occidentale.

Il est tout de même intéressant de se souvenir à ce propos que ce sont les Occidentaux qui par leur présence et leur référence à l’humanisme ont mis fin au 19ème siècle à l’esclavage en Afrique.

Abbé Alain René Arbez pour www.Dreuz.info

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 14-05-2013 à 11:51:38

Escroquerie foncière sur 5 ha à Saly : Le Maire Ousmane Gueye dans de sales draps

Vente saly

 

Son départ du Ps pour Serigne Djamil Sy lui porte poisse. Activement recherché par la gendarmerie, Ousmane Gueye, soupçonné d’être un complice dans une affaire d’escroquerie foncière et dont le coupable a écopé d’une peine de six mois, court toujours.

Voilà une histoire qui refait surface et qui pourrait perdre le maire de Benno Siggil Sénégal, Ousmane Gueye. Djibril Kandji avait fait main basse sur 5 ha représentant l’héritage foncier d’Astou Cissé sur son défunt père. Un terrain situé entre Mballing et Warang sur lequel Djibril Kandji avait, avec joie, vendu avec de faux titres d’occupation. Sur ces faits, la dame saisit le procureur et en audience du 22 mars 2011, l’escroc est condamné à une peine de six mois d’emprisonnement et frappé d’une amende de 3 5OO OOO frs à payer à la victime. Non sans un sermon salé du Président de la cour qui l’a bien savonné. La dame Astou Cissé pensait pousser un ouf de soulagement mais, c’était sans compter avec les raccourcis que l’escroc a utilisés, avec des appuis en haut lieu pour narguer la justice et la plaignante. A qui veut l’entendre, Djibril Kandji avance qu’il a vendu des terrains appartenant au domaine national et qu’il a obtenus légalement. Contre toute attente, il interjette appel, le temps de chercher des papiers par le biais du Maire de Saly qui, imprudent, a signé des permis d’occuper avec délibération du conseil municipal. Avec quels conseillers municipaux ? C’est la question que la famille Cissé se pose toujours. De même que la gendarmerie qui a reçu une seconde plainte de la famille Cissé, suite à la poursuite des travaux sur le site. Les héritiers de Blaise Cissé, suite à l’appel interjeté par Djibril Kandji, ont encore eu raison. L’affaire jugée une seconde fois, le 11 avril 2013, sur la base du réquisitoire du procureur, pourrait leur faire espérer un dénouement définitif. Le délibéré est prévu le 5 mars prochain. Pour l’heure, les langues commencent à se délier et, fusent comme des champignons, sur la table de la gendarmerie, de fausses délibérations. Signées par le conseil municipal ?

Par Pape Amadou Gaye
REWMI QUOTIDIEN

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 10-05-2013 à 12:44:31

La SENELEC se lie à des privés étrangers

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 08 mai 2013 15:51

La Société nationale d’électricité du Sénégal (SENELEC) a récemment signé des accords avec des investisseurs privés, dans le but de doter le pays de centrales solaires capables de combler le déficit de la production d’énergie, a annoncé mercredi l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, sur son site Internet.

 

Selon Jeune Afrique, la SENELEC a signé jeudi dernier un « protocole d’achat d’énergie solaire avec les Belges de Sol Invest, au prix de 65 francs CFA le kilowatt-heure, pour alimenter en électricité la région de Ziguinchor (Sud) ».

 

Sol Invest a injecté, dans ce projet de construction d’une centrale solaire, cinq millions d’euros, soit environ 3,2 milliards de francs CFA, selon le site Internet du journal visité mercredi à l’APS.

 

Il annonce que la SENELEC a aussi signé un accord avec Wind Solar Sénégal, une filiale de Wind Solar Italia.

 

Wind Solar Sénégal est en train de construire une centrale photovoltaïque de six mégawatts à Kothiary, dans la région de Tambacounda (Est), selon la même source.

 

Elle rappelle que la SENELEC, qui détient le monopole de la distribution de l’électricité au Sénégal, est confrontée, ces dernières années, à des difficultés de production.

BHC/ESF

 

Liens
Site

 


Commentaires

 

1. antonin  le 07-07-2013 à 10:19:33

Bonjour

Je suis un Français qui avait décidé de construire une maison au Sénegal car j aime l Afrique et m y installer ...Et voila ce qui m est arrivé .Merci de votre aide et soutien.Je précise que j ai tous les papiers officiels

Un blog pour récupérer le terrain et la maison que nous avions construit et que la mairie nous a volé pour la revendre à un autre !!.Le terrain avait été acheté a la Mairie de Joal au Maire Paul Ndong et Taffa Diouf son bras droit.Nous souhaitons qu un membre de la Mairie nous contacte.Merci
lundi 1 juillet 2013
Joal Fadiouth Sénègal .L Arnaque de la mairie et du maire Paul Ndong!
Bonjour

Nous sommes le 1 er Juillet 2013 et nous continuons nos procédures pour récupérer notre maison et notre terrain à Joal Fadiouth Sénègal:

Consultez notre 1 er blog ICI: Tous les documents officiels sont ci dessous:

http://joalfadiouthsenegalarnaque.blogspot.fr/

http://joalfadiouthsenegal.blogspot.fr/

Nous souhaitons un arrangement à l amiable avec la Mairie de Joal Fadiouth.

Pour tout contact voici un email :

ciorandelacastel@yahoo.fr

Merci

A vous tous pour vos informations et de votre aide!Et que la justice Sénégalaise ne soit pas un vain mot!!
Monsieur Pierre Dioh et André Dioh Adjoint au Maire de Joal que je connais !Vous pouvez aussi m aider!!!

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions