posté le 24-05-2013 à 11:38:40

Visa pour le Sénégal : la mesure sera effective le 1er juillet 2013

 

 

Vente saly

 

   Par Au-Senegal.com | Au-senegal.com |  Jeudi 23 mai, 2013 

C’est officiel. Le gouvernement du Sénégal a décidé d’instaurer, à compter du premier juillet 2013, la délivrance du visa biométrique pour les étrangers. 

Les représentations diplomatiques et consulaires accréditées au Sénégal ont reçu hier 22 mai un courrier du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur les informant de la décision du gouvernement d’instaurer la délivrance du visa biométrique. 

Il sera délivré, à compter du 1er juillet 2013, au niveau des postes diplomatiques et consulaires dans les treize pays suivants : France, Espagne, Belgique, Etats-Unis, Italie, Chine, Cameroun, Inde, Allemagne, Mauritanie, Afrique du Sud, Russie, Gambie. 

Les frais de visa sont fixés à 50 euros, hors de frais de traitement, pour un séjour de moins de 90 jours. Les détails de la procédure ne sont pas encore connus, mais il est prévu que la formulation des demandes puisse être réalisée en ligne et que des bornes d’enrôlement et de délivrance soient installés dans les aéroports du Sénégal et aux postes frontières. 

La délivrance des visas serait gérée par la société SNEDAI (Société nationale d’édition de documents administratifs et d’identification, qui opère déjà en Côte d’Ivoire), dans le cadre d’une convention de concession de cinq ans renouvelables. En Côte d’Ivoire, les frais de traitement de dossier sont de 10 euros. A suivre...

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 22-05-2013 à 14:09:58

Collection Martine

Vente saly

Liens
Site

 


 
 
posté le 21-05-2013 à 12:04:34

Première grande tournée africaine d'Obama fin juin

Vente saly

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 20 mai 2013 21:23

Le président américain, Barack Obama, va effectuer du 26 juin au 3 juillet sa première grande tournée africaine depuis son arrivée au pouvoir, en se rendant au Sénégal, en Afrique du Sud et en Tanzanie, mais en évitant la terre natale de son père, le Kenya. "Le président insistera sur l'importance que les Etats-Unis accordent à nos liens en plein développement avec les pays d'Afrique subsaharienne", lors de ce voyage où il sera accompagné par son épouse Michelle, a indiqué la présidence américaine dans un communiqué.


La Maison Blanche a évoqué la nécessité d'"étendre la croissance économique, l'investissement et le commerce, de renforcer les institutions démocratiques, et d'investir dans une nouvelle génération de dirigeants africains". Sans donner de programme précis dans l'immédiat, la présidence a affirmé que M. Obama rencontrerait lors de son voyage "de nombreux dirigeants gouvernementaux, d'entreprises et de la société civile, dont des jeunes, pour discuter de nos partenariats".

 

PAS DE VISITE AU KENYA

M. Obama, né aux Etats-Unis d'une mère américaine et d'un père kényan, ne s'est jusqu'ici rendu, en tant que président, que dans un seul pays d'Afrique noire, le Ghana, pour une courte visite en juillet 2009. Mme Obama, quant à elle, avait effectué une tournée en Afrique australe en juin 2011, lors de laquelle elle avait rencontré l'ancien président et héros nonagénaire de la lutte contre l'apartheid, Nelson Mandela, en Afrique du Sud.

 

Si M. Obama s'était rendu en 2006 au Kenya, terre natale de son père et où vivent encore des membres de sa famille étendue, après son élection au Sénat de Washington, l'absence de ce pays de la tournée annoncée lundi est aussi notable que peu surprenante. Le nouveau président du pays, Uhuru Kenyatta, est en effet poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI), tout comme son vice-président, William Ruto, pour leur responsabilité présumée dans les terribles violences qui avaient suivi la précédente présidentielle, fin 2007.

 

"L'AVENIR DE L'AFRIQUE APPARTIENT AUX AFRICAINS"

Fin mars, M. Obama avait reçu son nouvel homologue sénégalais Macky Sall et trois autres dirigeants africains élus, en saluant dans leurs pays des "démocraties solides et émergentes". Tout au long de sa présidence, il a promis que les Etats-Unis resteraient des "partenaires inconditionnels" des pays africains démocratiques.

 

En juin 2012, M. Obama avait en outre dévoilé sa stratégie en faveur du développement de l'Afrique, avec l'objectif de renforcer la sécurité et la démocratie dans un continent qui fait face à la menace d'Al-Qaïda et à une offensive économique chinoise. Ce plan vise à encourager le potentiel économique "sensationnel" du continent en matière de croissance afin de tirer des millions d'Africains de la pauvreté en insistant sur quatre points : renforcer les institutions démocratiques, stimuler la croissance et les investissements, donner la priorité à la paix et la sécurité et promouvoir le développement.

 

L'administration a souligné les progrès qui ont été enregistrés en Afrique sous le mandat de M. Obama, par exemple en accompagnant la naissance du Soudan du Sud, ou en envoyant des forces spéciales pour aider les troupes africaines à mettre la main sur le rebelle ougandais Joseph Kony. Dans son discours devant le parlement du Ghana en juillet 2009, Barack Obama avait proclamé que si le continent a besoin de dons et d'un soutien international, "l'avenir de l'Afrique appartient aux Africains".

 

Avec LeMonde

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-05-2013 à 13:49:48

Le délit d’offense au chef de l’Etat supprimé en France

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 17 mai 2013 07:54

Les députés français ont adopté mercredi un amendement abrogeant le délit d’offense au chef de l’Etat deux mois après la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour violation de la liberté d’expression.Les élus du palais Bourbon ont également adopté un amendement créant un crime d’esclavage et de servitude puni de 15 à 20 ans de prison.

Ces amendements ont été votés dans le cadre d’un projet de loi adaptant la législation pénale française à sept textes de l’Union européenne et à diverses mesures de droit international.

Le premier amendement, déposé par la socialiste Marietta Karamanli et adopté à l’unanimité par la commission des lois, abroge le délit d’offense en supprimant un article d’une loi de 1881 sur la liberté de la presse.

« Si le président de la République mérite évidemment le respect de ses concitoyens, une telle disposition dérogatoire au droit commun n’apparaÂŒt plus justifiée dans une démocratie moderne », est-il expliqué dans le l’exposé des motifs de l’amendement.

Marietta Karamanli juge « parfaitement contreproductive » cette disposition « dans la mesure où l’utilisation de la répression pénale (45.000 euros d’amende) est loin d’être le moyen le plus adéquat pour gagner le respect des citoyens ».

La députée PS rappelle que le chef de l’Etat pourra toujours défendre son honneur s’il s’estime insulté « en ayant recours aux incriminations de droit commun telles que l’insulte publique punie d’une amende de 12.000 euros ».

Le 14 mars dernier, la CEDH a condamné la France pour « violation de la liberté d’expression » pour avoir condamné Hervé Eon qui avait brandi un écriteau sur lequel on pouvait lire « Casse-toi pov’con » lors d’une visite en août 2008 à Laval (Mayenne) de Nicolas Sarkozy, alors chef de l’Etat.

Cette petite phrase avait été adressée par Nicolas Sarkozy lui-même à un inconnu lors d’une visite le 28 février 2008 au Salon de l’agriculture à Paris.

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 17-05-2013 à 11:49:29

Il se réveille pendant son enterrement

Vente saly

 

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 17 mai 2013 08:30

Ils ont eu la peur de leur vie. L’assemblée présente lors de l’enterrement d’un trentenaire au Zimbabwé a eu un énorme coup de frayeur en voyant le défunt bouger dans son cercueil selon une information recueillie par le tabloïd anglais The Mirror.

Un témoin raconte : « J’ai remarqué que sa jambe bougeait lorsque j’étais dans la file pour présenter mes derniers hommages ». Au début, je ne pouvais pas en croire mes yeux. » L’assemblée a d’abord cru que Brighton Dama Zanthe, 34 ans, revenait d’entre les morts pour les hanter. Tout le monde pensait qu’il avait succombé des suites d’une longue maladie. Que nenni !

 

Hospitalisé quelques jours

Une fois remis de leur émotion, ses proches ont transporté l’homme à l’hôpital de la province de Gweru. Mis sous assistance respiratoire pendant deux jours, il a recouvré sa santé et est retourné chez lui. « Je me sens bien à présent. Je ne sais pas ce qui s’est passé, je me souviens seulement du brancard. On m’a donné une autre chance », a déclaré le revenant.

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions