posté le 12-06-2013 à 11:49:53

Aéroport LSS 21e en Afrique, 4e de la CEDEAO, 1er de l’UEMOA

Vente saly

 

Dakar a accusé cependant en 2012 un repli de moins 6% par rapport à l’année précédente, soit 1 732 687 passagers contre 1842 389 en 2011.La capitale sénégalaise est devancée par Lagos (Mutala Muhammed International Airport – LOS) premier aéroport de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et 4e du continent avec 7 186 595 passagers en 2012 contre 6 764 076 l’année précédente, soit une augmentation de 6% ; Abuja (Nnamdi Azikiwe International Airport – ABV) 12e aéroport africain et 2e de la CEDEAO.

 

Abuja a accusé par contre repli de moins 16,3% passant de 4 211 560 passagers en 2011 à 3 523 393 en 2012.

Arrive en 15e position pour l’Afrique et 3e pour la zone économique ouest africaine Accra (Kotoka International Airport – ACC). La capitale ghanéenne a enregistré une forte hausse de trafic de 25,6% en 2012, passant de 1 930 436 passagers en 2011 à 2 424 153 en 2012.

 

Abidjan (ABJ) suit loin derrière, à la 29e place africaine et 6e de la CEDEAO derrière Port Harcourt du géant nigérian. La capitale ivoirienne est en progression toutefois. Contrairement à Dakar qui a fléchi de 6% en 2012, Abidjan a connue la plus forte hausse de trafic avec 48,6% passant de 646 942 passagers en 2011 à 961 643 en 2012.

 

Cette hausse importante du trafic en Côte d’Ivoire s’explique par le retour de la confiance des touristes et milieux d’affaires africains et internationaux envers Abidjan, mais aussi par leadership déployé par le Président Ouattara auprès de la Communauté internationale.

 

Quant à Dakar, la communication catastrophique du gouvernement concernant l’état des lieux financiers et économiques du Sénégal au début de la deuxième alternance et les sorties guerrières du président Wade et de son parti (PDS) après la défaite du 25 mars 2012 ont contribué à la croissance de la méfiance des touristes et milieux d’affaires vis-à-vis de Dakar.

 

La lente mise en place de l’administration Macky Sall a également contribué au découragement de nombreux investisseurs dont bon nombres sont repartis sceptiques.

 

L’une des raisons les plus importantes reste cependant la cherté de l’aéroport Léopold Sédar Senghor qui est cité parmi les les plus chers (trop de taxes) et aussi les plus lents du monde (retard lié aux longues files d’attente dans la salle de débarquement ; attentes interminables aux bagages avec des vols de plus en plus fréquents).

 

Au titre des facteurs défavorables est cité également la nouvelle décision de l’administration Macky Sall d’appliquer la réciprocité des visas à partir du 1er juillet 2013. A suivre de près.

 

Les 10 premiers aéroports africains

Sur le continent, Johannesburg (Afrique du Sud) conserve sa première palce, avec 18,8 millions de passagers en 2012, malgré un petit tassement de 1,1% pendant l’année. En deuxième position se place Le Caire avec 14,8 millions de passagers : une progression de 14% qui permet à la capitale égyptienne de retrouver son niveau d’avant la révolution. En troisième sur le podium est Le Cap avec 8,5 millions de passagers.

 

Les aéroports d’Afrique du Nord redécollent progressivement, note Jeune Afrique. En Tunisie, le tarmac d’Enfidha-Hammamet, a franchi cette année la barre des 2 millions de passagers, après une hausse record de 62,9% de son trafic passager.

 

Mais les destinations qui dépendent davantage du tourisme sont toujours fragiles. Marrakech au Maroc a accueilli 1% de touristes en moins qu’en 2011. Sharm El Sheik et Hurghada en Egypte ont bien progressé, mais leurs performances restent en deçà de ce qu’ils réalisaient avant la crise politique égyptienne.

 

Les aéroports de l’Afrique de l’est continuent de progresser : Nairobi, le hub de Kenya Airways, reste stable, avec 6,3 millions de passagers en 2012, mais c’est tout de même 1,3 millions de passagers en plus qu’en 2009. Et Dar es Salam s’offre le luxe d’une progression de 14,2%.

 

A signaler que les aéroports du Cameroun, ni ceux de l’Ethiopie ne figurent dans le classement, car ils n’ont pas fait parvenir leurs statistiques à l’IAC.

 

1. Johannesburg, Afrique du Sud ; OR Tambo, 18,8 (millions) 2. Le Caire, Égypte ; Cairo International, 14,8 3. Le Cap, Afrique du Sud ; Cape Town International, 8,5 4. Lagos, Nigeria ; Murtala Muhammed, 7,2 5. Casablanca, Maroc ; Mohammed V, 7,2 6. Hurghada, Égypte ; Hurghada International, 7,1 7. Sharm El Sheikh Égypte ; Sharm El Sheikh International, 6,6 8. Nairobi, Kenya ; Jomo Kenyatta, 6,3 9. Alger, Algérie ; Houari Boumédiène, 5,4 10. Tunis, Tunisie ; Tunis Carthage, 5,2

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/1665-a%C3%A9roport-de-dakar.html#sthash.cimMJmeI.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier mardi, 11 juin 2013 18:34 -

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 12-06-2013 à 11:47:21

Les recettes tirées du visa biométrique seront affectées à l’emploi des jeunes, selon un officiel

Vente saly

 

Les recettes tirées du visa biométrique seront affectées à l’emploi des jeunes, selon un officiel

2013-06-11 21:14:25 GMT

Dakar, 11 juin (APS) – Les redevances sur les visas biométriques devant entrer en vigueur le 1er juillet prochain seront affectées au financement de l’emploi des jeunes, a indiqué mardi à Dakar le commissaire Ibrahima Diallo du ministère de l’Intérieur. « L’Etat a décidé, avec la partie des fonds qui lui revient, de financer l’emploi des jeunes. C’est la décision du gouvernement », a dit, dans un entretien avec l’APS, le commissaire Diallo, secrétaire exécutif du comité de pilotage chargé de ce nouveau visa.

Le gouvernement a signé un partenariat avec l’opérateur privé Snedai, qui est chargé d’équiper les services consulaires, l’aéroport de Dakar et les postes-frontières appelés à délivrer des visas biométriques.

« Tous les investissements nécessaires du projet sont supportés par le partenaire privé (Snedai). C’est pourquoi l’Etat a accepté de lui céder la moitié de la redevance récupérée de chaque demandeur de visa biométrique. Le visa coûtant 50 euros (32.500 francs CFA), l’Etat cède les 25 euros (16.250 francs) à ce partenaire qui a » payé les équipements, a indiqué M. Diallo, également directeur de l’automatisation des fichiers, au ministère de l’Intérieur.

La gestion des fonds tirés des visas biométriques est assurée par le partenaire financier de Snedai, à savoir la banque Ecobank, a-t-il annoncé, précisant que la concession liant l’Etat du Sénégal à l’opérateur privé est d’une durée de cinq ans renouvelable une fois.

« A la fin de la journée, on connaîtra la somme d’argent récoltée [de la vente des visas]. Cet argent est automatiquement envoyé à notre partenaire financier, Ecobank, qui a la responsabilité de le gérer », a indiqué Oumar Abdoul Wane, directeur général adjoint de Snedai.

Pour capter les recettes tirées de la vente des visas biométriques, « deux comptes seront ouverts, un pour l’Etat et un autre pour le concessionnaire », a expliqué M. Wane, parlant d’un contrôle « en temps réel » de ces redevances.

Cette innovation est aussi « un acte de souveraineté que l’Etat a posé », a ajouté le commissaire Diallo.

A partir du 1er juillet, le Sénégal exigera un visa biométrique à toutes les personnes désireuses d’entrer dans son territoire, si elles ne sont pas des nationaux des 14 autres pays avec lesquels il constitue la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cette mesure ne sera pas appliquée aux ressortissants marocains et mauritaniens, Dakar ayant signé des accords bilatéraux de libre circulation des personnes avec Rabat et Nouakchott, a expliqué M. Diallo.

ESF/AD

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-06-2013 à 11:17:43

Informations concernant les visas biométriques au Sénégal

Vente saly

 

Le ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur informe les ressortissants français désirant se rendre au Sénégal pour un séjour de moins de 90 jours qu’ils devront être munis d’un visa biométrique à partir du 1er juillet.Pour remplir sa demande en ligne et effectuer le paiement de son visa, le requérant est invité à consulter le site de la SNEDAI http://www.snedai.sn/fr/ ou, en cas de difficulté ou d’information complémentaire, à contacter leurs services à Dakar : Tel : (00221) 33 889 89 30 – Infoline : (00221) 77 386 71 82 / 77 094 09 02 (24H/24H) – Courriel : contact@snedai.sn.

 

Il peut effectuer son enrôlement par une demande en ligne ou au consulat général du Sénégal le plus proche (Paris, Bordeaux, Lyon ou Marseille), afin de recevoir ou non un document de confirmation de délivrance de visa comportant un code barres et toutes indications utiles.

 

Il est ensuite invité à retirer son visa, après un délai de traitement de 48 heures, auprès d’un des consulats généraux ou à l’aéroport de Dakar (pour ce dernier, il faut savoir que le temps d’attente pourrait être long), muni de son reçu d’enrôlement.

 

Points spécifiques :
- l’enrôlement (prise d’empreintes et photo) est obligatoire pour chaque demande de visa, même si le requérant a déjà obtenu plusieurs visas.
- il est possible d’envoyer une personne pour récupérer le visa sur présentation de la copie originale du reçu d’enrôlement, une procuration signée par le requérant et la photocopie de sa pièce d’identité

 

Concernant les ressortissants français au Sénégal, qui ne devraient pas être soumis à ce visa, il peut être signalé que nous sommes en attente d’informations complémentaires relatives à la procédure attestant leur statut de résident et les exonérant de ce fait de visa.

 

http://www.ambafrance-sn.org/IMG/pdf/PROCEDURE_DEMANDE_DE_VISA_SN.pdf

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 10 juin 2013 22:26

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-06-2013 à 11:15:53

Un mari infidèle humilié sur Facebook

Vente saly

 

Un Américain s’est fait vu humilié publiquement sur Facebook pour s’être vanté trop fort de ses multiples histoires extra-conjugales à bord d’un train.

«Si c’est votre mari, sachez que j’ai supporté durant un trajet en train de 2 heures depuis Philadelphie, ce loser et ses amis qui se vantaient de leurs histoires extraconjugales et tapaient sur leurs épouses, qu’ils jugeaient trop stupides pour comprendre ce qu’il se passe.
.. Oh, s’il vous plaît, rediffusez ce message …» C’est en substance ce qu’a posté mercredi dernier une utilisatrice de Facebook, avec à l’appui, la photo du fameux mari ou compagnon infidèle, prise discrètement à l’aide de son téléphone portable.
Cette photo et son commentaire se sont répandus telle une traînée de poudre sur le réseau social. Juste après sa publication, la photo avait déjà été partagée 86 000 fois… selon le site américain du Huffington Post. Et les commentaires l’accompagnant étaient forts peu élogieux pour le volage vantard.

 

Une nouvelle manière de faire respecter la morale ? Ou une dérive des réseaux sociaux ? En tout cas, désormais mieux vaut savoir tenir sa langue ou éviter de parler trop fort dans un espace public, au risque de se faire avoir, comme cet usager des transports.

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 10 juin 2013 22:36

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-06-2013 à 11:13:56

Il s’assoupit sur son ordinateur et vire des millions d’euros

Vente saly

 

Un employé de banque s’endort un instant sur la touche « 2″ de son ordinateur, transformant un virement de 62 euros en un virement de 222 millions, et sa collègue est licenciée pour ne pas l’avoir vu, ce qu’un tribunal allemand a jugé abusif lundi.La plaignante, âgée de 48 ans, employée par la même banque depuis 1986 et chargée de surveiller les ordres de virement bancaire, un mode de paiement très prisé en Allemagne, a contesté en justice son licenciement pour faute.

Son employeur lui reprochait de ne pas avoir vu qu’au lieu d’entrer dans l’ordinateur un virement de 62,40 euros, son collègue avait tapé un montant de 222.222.222,22 euros.
« Le collègue, qui n’était pas responsable de la vérification du montant des ordres de virement, s’est endormi un instant en restant appuyé sur la touche 2 du clavier », ont raconté les Prud’hommes de l’Etat régional de Hessen, dans un communiqué.
Mais le retraité qui avait fait ce virement n’a finalement pas eu de mauvaise surprise, l’erreur ayant été découverte par la banque assez tôt.
Le tribunal a ordonné la réintégration de l’employée abusivement licenciée.

 

AFP

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 10 juin 2013 16:49

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions