posté le 14-06-2013 à 11:26:25

Le vrai prix des avions d’Airbus et de Boeing

Vente saly

 

Comme d’habitude, il y aura des contrats à foison, des poignées de main chaleureuses, des flashs dans des salles bondées. Comme d’habitude, il y aura des sourires Ultra Brite, des communiqués triomphants d’Airbus et de Boeing sur des ventes de dizaines d’avions, pour un montant de plusieurs milliards de dollars… « au prix catalogue ».

Le scénario est écrit d’avance: au grand barnum du Salon du Bourget (la 50e édition se déroule du 17 au 23 juin), les deux champions mondiaux gonfleront encore, avec force contrats géants, leurs énormes carnets de commandes –554 milliards de dollars pour l’Européen, 324 milliards pour l’Américain.

Personne ne paie le prix figurant dans le catalogue

Oui, vraiment, le film s’annonce parfait. A une nuance près: les chiffres communiqués ne valent pas un kopeck. « Jamais un client n’a acheté un avion au prix catalogue communiqué par les avionneurs », rigole Richard Aboulafia, vice-président du cabinet américain Teal Group. Un A 320 NEO à « 100,2 millions de dollars » ? Poudre aux yeux. Le nouveau long-courrier 787 Dreamliner de Boeing à « 206,8 millions » ? Légende savamment entretenue, tout comme le gros-porteur A 380 à « 403,9 millions ».

« Le prix catalogue, c’est un écran de fumée, reconnaît un ancien dirigeant d’Airbus. Il sert d’artifice de communication, pour aboutir à des montants de commandes énormes. Et comme les avionneurs l’augmentent chaque année, il permet une gesticulation commerciale pour mieux négocier avec les compagnies. »

Les meilleurs négociateurs obtiennent 60% de rabais

Quels sont les vrais prix de marché ? C’est le secret le mieux gardé de l’industrie. Même le volubile Tony Fernandes, patron de la compagnie low cost malaisienne AirAsia (475 A 320 commandés), se rembrunit à l’évocation du sujet. « Confidentiel, je ne peux pas en parler. » D’ailleurs, un ancien dirigeant d’EADS avoue: « Je n’ai jamais vraiment su les vrais discounts pratiqués. » Les prix de marché estimés par le cabinet spécialisé Ascend pour Challenges (voir graphique ci-dessus) donnent une idée précise: la comparaison entre prix de marché et prix catalogue met en évidence des rabais qui frôlent ou dépassent les 50 % sur tous les types d’appareils. « Les grosses compagnies atteignent parfois 60% de remise, les plus petites commandes se contentent de 35-40 % », estime Scott Hamilton, consultant au cabinet américain Leeham.

A ce jeu de poker, chacun joue sa propre carte. « Les clients de lancement obtiennent de bons prix, car les premiers avions sont souvent plus lourds que prévu, souligne Les Weal, chef de la division de valorisation des appareils à Ascend. Les loueurs sont favorisés, car ils sont de gros clients ; les compagnies comme Singapore Airlines ou Cathay Pacific parce que leur seul nom donne une crédibilité à un programme. »

Aux petits soins avec les low cost qui n’achètent qu’un modèle d’avion

Les meilleures conditions sont néanmoins réservées aux clients historiques: « Des compagnies comme American, Delta ou Southwest, du fait de leurs rapports anciens avec Boeing, disposent d’une “most-favoured-customer clause” qui leur garantit qu’aucun autre client n’aura de prix plus bas », pointe Scott Hamilton. Selon Wells Fargo, la low cost américaine Southwest, plus gros client du 737 de Boeing avec 577 appareils, a ainsi obtenu un prix unitaire de 34,7 millions de dollars pour sa commande de 150 737 MAX en décembre 2011. Soit un rabais de 64 %! Ryanair avait obtenu 53 % sur ses 737 en septembre 2001, et assure avoir obtenu au moins autant sur sa dernière commande de 175 appareils.

Airbus sait aussi faire des efforts pour ses clients les plus stratégiques. Un discret paragraphe du contentieux Airbus-Boeing devant l’OMC évoque un prix unitaire de 19,4 millions de dollars pour les 120 A 319 commandés en 2002 par easyJet, soit « une remise de 56% par rapport au prix catalogue » de l’époque (44 millions de dollars). Plusieurs sources interrogées par Challenges évoquent un rabais comparable pour la commande de 234 A320 signée par l’indonésien Lion Air le 18 mars à l’Elysée.

Le rabais dépend aussi du type d’appareil acheté

Dans son dernier rapport annuel, Air France évoque un A380 acheté « au prix de 149 millions d’euros », soit 195 millions de dollars, loin des 403,9 millions du prix catalogue actuel. Pour un client plus modeste, comme Doric Nimrod Air, qui loue à Emirates un A380, le prix est supérieur: 234 millions de dollars l’appareil, selon un communiqué financier d’octobre 2011, soit tout de même 38% de rabais.

L’effort financier de l’avionneur dépend de la situation concurrentielle de ses appareils. « Avec son 777-300ER, Boeing a longtemps été en monopole sur le segment des biréacteurs long-courriers à forte capacité, pointe Richard Aboulafia. Il a pu limiter ses remises, mais l’avantage s’estompe avec l’arrivée de l’A350-1 000 d’Airbus sur le segment. » A l’inverse, les discounts sont massifs sur l’A320 classique et le 737 NG, auxquels les clients préfèrent les versions en développement (A320 NEO et 737 MAX), plus sobres en carburant de 15%, ce qui oblige les deux géants à casser les prix.

Quelle est la marge de manoeuvre des commerciaux?

Airbus et Boeing laisseraient-ils leur chemise dans leurs négociations avec les compagnies ? Voire. Les garde-fous existent chez les deux avionneurs : « Chaque contrat intègre un taux d’actualisation (escalation rate) annuel pour couvrir la hausse des coûts salariaux et des matières premières, explique un ancien cadre dirigeant d’Airbus. Dans les faits, l’augmentation du prix va au-delà de celle des coûts. » A Airbus, le prix final sur les grandes campagnes commerciales est validé par un comité rassemblant le PDG Fabrice Brégier, le directeur commercial John Leahy, le directeur des programmes Tom Williams et le directeur financier Harald Wilhelm. « En dernier ressort, c’est moi qui ai le final cut », expliquait en mars Brégier

La négociation va bien au-delà du seul prix de vente de l’appareil. « Le prix d’achat, pour une compagnie, ne représente que 15% du coût total de possession d’un avion sur vingt ans », rappelle un familier d’Airbus. Les discussions portent aussi sur la date du créneau de livraison, des ga-ranties sur la consommation de carburant des avions, des prestations de maintenance et de formation, et des aides au financement. Dans les coulisses du Salon du Bourget, le duel commercial entre Airbus et Boeing ne se résumera pas qu’à une guerre des prix.

Avec Challenges

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/1690-salon-du-bourget.html#sthash.kHqAuFH3.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier vendredi, 14 juin 2013 07:20

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-06-2013 à 12:07:43

LES BIENFAITS DU CASSIS

Vente saly

 

Valeurs nutritionnelles / 100 g

Protéines : 1 g.

Lipides : 0.2 g.

Glucides : 10 g.

Calories : 50 kcal.

À l’exception de la B12, toutes les vitamines B sont présentes dans le cassis. Favorable à la bonne croissance du fœtus, il est recommandé aux femmes enceintes au cours de leur premier trimestre.

Le cassis est le fruit le plus riche en vitamine C contenant de 150 à 200mg/100g. Il a des propriétés anti-allergiques et anti-oxydantes.

Ses pigments et ses tanins agissent radicalement sur votre organisme en protégeant vos yeux des rayons lumineux.

Gorgée d’eau (80%), le cassis renferme des fibres (7g/100g) et des minéraux à taux intéressant : ils favorisent la digestion, la tolérance glucidique tout en diminuant le mauvais cholestérol. Les risques de maladies cardio-vasculaires en sont donc réduits.

Le potassium (700mg/100g), le fer (1.3mg/100g) et le magnésium (15mg/100g) présents eux aussi dans le cassis diminuent la tension dans les épaules, les problèmes articulaires (rhumatisme, arthrite) et la fatigue musculaire. Elles aident à l’élimination rénale de l’eau et des déchets de l’organisme.

Contenant des vitamines P, le cassis est recommandé pour chasser les vers, pour les douleurs d’estomac, les régimes amaigrissants mais également contre le vieillissement de la peau.

Les remèdes de grand-mère

> Lutter contre les rhumatismes, phénomènes inflammatoires et troubles de la circulation :
Préparez une infusion de cassis en utilisant uniquement les feuilles. À boire bien chaud et régulièrement.

> Soulager les jambes lourdes :
Tous les trois mois, matin et soir, mangez 100g de cassis ou buvez un grand verre de jus de ces baies.

> Guérir les piqûres d’insectes :
Frottez l’endroit atteint avec des feuilles de cassis.

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-06-2013 à 12:02:06

Six femmes entrepreneurs opérant dans le numérique primées à Dakar

Vente saly

 

Six femmes entrepreneurs sénégalaises opérant dans le domaine du numérique ont été primées mercredi à Dakar à l’issue d’un concours initié par l’Association des femmes chefs d’entreprise de Monaco (France) et les Fondations Sonatel et Sococim Industries basées au Sénégal.
« Le concours a été lancé en novembre 2012 par la Chambre de commerce de Dakar, le Réseau africain de soutien à l’entrepreneuriat féminin (RASEF) et l’Association des femmes chefs d’entreprise de Monaco (AFCEM)», déclare Mme Hilde Haneuse vice-présidente de l’AFCEM.

Selon elle, le but visé était de sensibiliser les femmes à la démarche entrepreneuriale et de leur donner les meilleures chances de succès tout en mettant en valeur les filières du monde numérique.

Selon les organisateurs du concours, parmi les 70 candidates inscrites, 21 dossiers avaient été retenus et seize candidates nominées. C’est à l’issue d’une soutenance devant un jury composé des partenaires du concours que six parmi elles ont été primées.

Les projets sélectionnés, sur la base de leur pertinence, leur qualité et la motivation de leur porteuses, ont trait notamment à la création de société d’archivage électronique à Dakar, de cybercafé, à la vente en ligne de fruits et légumes, de e-maintenance et de formation.

Les lauréates se sont vues récompensées d’un prix d’une valeur de 1,950 million FCFA (environ 2.972 euros) pour la catégorie « création d’entreprises » et 6,500 millions FCFA (environ 6.799 euros) pour la catégorie « complément d’activités liées au numérique » sous forme de dotation de matériels, équipement, logiciels, formations.

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/1673-femmes-entrepreneurs-%C3%A0-dakar.html#sthash.jumcPsyG.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier jeudi, 13 juin 2013 06:53 -

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-06-2013 à 12:00:19

La capitale sénégalaise mérite d’avoir un grand meeting

Vente saly

 

Lamine Diack, président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), a salué, mercredi, la bonne organisation technique du meeting de Dakar, estimant que la capitale sénégalaise mérite d’avoir une grande manifestation dans la première discipline olympique.‘’Ce soir, je suis heureux d’avoir participé à ce meeting de reprise où on a noté une belle organisation sur le plan technique’’, a déclaré le président de l’IAAF à la presse.

Lamine Diack qui fêtait ses 80 ans, a estimé que la capitale sénégalaise méritait d’avoir un grand plateau puisque ‘’tous les athlètes veulent venir’’ dans ce pays.

‘’Pour cela, il faut des moyens et je suis assis au côté des autorités et j’espère qu’elles ont accédé à la demande de ce public enthousiaste qui a fait le déplacement’’, a-t-il dit, rappelant que la particularité de cette manifestation est qu elle a l’habitude d’attirer beaucoup de monde

 »La date de l’édition 2014 est déjà connue (samedi 14 juin) et il faut travailler avec les autorités et les sponsors pour présenter un beau plateau », a-t-il dit, heureux d’avoir vu beaucoup de monde venir assister à l’édition 2013 du meeting de Dakar qui a eu lieu ce mercredi.

Pour l’édition 2014, il attend une bien meilleure organisation pour célébrer avec ses compatriotes son avant dernière année à la présidence l’IAAF.

Les athlètes regroupés autour de l’Américaine Lauryn Williams ont déployé une grande banderole où on pouvait lire en anglais ‘’bon anniversaire au président et Dieu vous garde’’.
SD/AD

- See more at: http://dakar-echo.com/sport/item/1674-lamine-diack.html#sthash.Q0Cb0Frp.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier Publié dans Sport jeudi, 13 juin 2013 06:58

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 13-06-2013 à 11:55:15

Paris va aider Dakar à lutter contre l’accaparement des terres agricoles

Vente saly

 

La France va aider le Sénégal à prendre des dispositions juridiques pour lutter contre l’accaparement des terres agricoles par de gros investisseurs au détriment des paysans locaux, a annoncé mercredi à Paris le ministre français au Développement, Pascal Canfin.« Nous allons signer ce week-end à Londres, en marge du G8, avec le Sénégal un contrat pour transférer dans (son) Droit des garanties pour lutter contre l’accaparement des terres qui aggrave la malnutrition », a déclaré le ministre devant les députés français.

 

Interrogé sur la lutte contre la sous-nutrition dans le monde, le ministre a également évoqué le vote récent de la loi bancaire française. « La loi bancaire française est la première loi au monde qui va interdire aux banques françaises de spéculer sur les prix des matières premières agricoles », a-t-il dit. Cette loi a été votée le 5 juin par les députés et doit repasser devant le Sénat.

 

Pascal Canfin a également rappelé que la France allait consacrer une partie du produit de sa nouvelle taxe sur les transactions financières, soit 30 millions d’euros, à l’amélioration de l’accès aux soins pour les enfants du Sahel et que deux millions d’enfants pourraient bénéficier de ce dispositif.

Dernier de Jean Louis Verdier

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/1671-accaparement-des-terres-agricoles.html#sthash.YyWKXQTy.dpuf

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions