posté le 18-06-2013 à 11:47:16

Visas : extrait du communiqué du Ministère du Tourisme et des Loisirs

Vente saly

Dakar, le 14 Juin 2013 :

Sur instruction du Chef de l’Etat, le Président de la République, Monsieur Macky Sall, le Gouvernement du Sénégal a pris la décision d’exonérer provisoirement pour l’année 2013-2014 les tours opérateurs du paiement du visa d’entrée des touristes. ….. Le visa d’entrée au Sénégal reste une obligation à laquelle doit souscrire tout autre étranger désirant se rendre au Sénégal, et n’entrant pas dans les critères d’exclusion définis par l’Etat du Sénégal.

publié le 17.06.2013

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-06-2013 à 11:45:20

Macky invite les cadres de la diaspora sénégalaise à revenir investir dans leur pays

Vente saly

 

Le président de la République, Macky Sall, a appelé lundi à Londres (Royaume-Uni) les cadres sénégalais de la diaspora à venir investir au Sénégal, en vue du développement du pays, rapporte le service de presse de la présidence de la République.

 

« Nous ne pouvons pas, en tant qu’Etat, donner de l’emploi à tout le monde. Mais nous pouvons, comme nous le faisons déjà, créer les conditions de l’emploi au Sénégal, en attirant notamment les investisseurs, par les investissements directs étrangers », a déclaré le président Sall à Londres, en rencontrant les Sénégalais établis au Royaume-Uni.

 

« Il y a plusieurs façons de contribuer au développent de son pays », a estimé le chef de l’Etat sénégalais, demandant aux ministères et aux services compétents dans ce domaine de « bien traiter les gens qui arrivent chez nous pour investir ». « Cela commence par la mise à leur disposition des informations nécessaires », a-t-il souligné dans le communiqué.

 

Le président de la République affirme que « pour certains types de formation, le plein l’emploi existe au Sénégal ».

 

Il a cité « ceux qui travaillent dans le secteur des mines et des nouvelles technologies de l’information » et « donné l’exemple d’un groupe de jeunes de la diaspora, qui ont été d’un grand apport pendant la campagne électorale et aident le Sénégal dans la définition d’un plan de développement futuriste, en collaboration avec des cabinets internationaux ».

 

« Je vous lance un appel depuis Londres : il faut venir travailler pour le développement du pays. Le Sénégal est un pays stable, le retour sur investissement est garanti et nous sommes la porte du continent africain », rapporte le communiqué citant le chef de l’Etat.

 

Le président Sall se rend mardi au sommet du G8 à Lough Earne, en Irlande, au titre de président du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et de porte-parole de l’Afrique.

ASG/ESF

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/1758-s%C3%A9n%C3%A9gal-d%C3%A9veloppement.html#sthash.pPjtL46C.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 17 juin 2013 22:01

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-06-2013 à 11:43:41

Arnaque a l’africaine

Vente saly

 

Ali, escroc africain aux billets noircis, a vendu sa camelote à Michel, musicien savoyard, aujourd’hui furieux de sa jobardise. Début avril, en banlieue parisienne, «Ali le black» lui propose de multiplier sa fortune par trois. Il fait une «démonstration parfaite» sous les yeux de Michel, qui raconte : «Il avait des «plaques noires» qui venaient de la Banque centrale européenne, du papier comme du buvard, des billets soi-disant noircis par la BCE parce qu’ils portaient juste les numéros et les puces magnétiques, mais qu’il manquait la couleur.

 

Mais il avait trouvé un système pour les laver. Je lui apporte alors un billet original de 50 euros pour un essai. Ali place une plaque en dessous, et une dessus, comme un sandwich. Il passe le tout dans une poudre blanche, comme on roule un poisson dans de la farine avant de le cuire. Il injecte un produit comme du Mercurochrome. À ce stade, les trois billets sortent noirs. Alors, il verse un liquide incolore pour les laver, et trois coupures de 50 euros sortent impeccables. J’ai vraiment cru dupliquer deux billets.»

 

L’arnaque consiste à faire croire que les couleurs du vrai billet ont teinté les noircis. Persuadé de tenir la chance de sa vie, Michel rentre en Savoie, rassemble ses économies, 15 000 euros, puis remonte à Paris. Rendez-vous le 10 avril à l’Etap Hôtel d’Aubervilliers.
«Tu t’assois dessus»
Dans la chambre d’hôtel, Ali intercale des plaques noires entre ses billets de 50, «comme un gros mille-feuille», l’entoure d’aluminium, «injecte avec une seringue son produit Mercurochrome» et ordonne : «Tu t’assois dessus pendant deux heures, et je reviens les laver avec toi.»Telle la poule aux oeufs d’or, le Savoyard a couvé. Longtemps. Jusqu’au coup de fil d’Ali à minuit et demie qui, trop lessivé, repousse le blanchissage au lendemain.
À 9 heures, c’est un autre qui téléphone «de Suisse», paraît-il, un certain Sonny. Simulant l’affolement, le comparse d’Ali apprend à Michel qu’«il faut se barrer tout de suite de l’hôtel», car Ali se trouve au commissariat, attrapé par la police avec les plaques et les produits.«J’ai paniqué», raconte Michel. Sonny prétend quitter la Suisse pour le tirer d’affaire, et arriver à Paris à 12 h 30. Il donne rendez-vous à Michel à l’Ibis de la place de Montreuil. Sonny débarque à l’heure dite, sapé «comme un ambassadeur».
Sonny prend les choses en main : «Il faut de la poudre pour laver tes billets, mais ce produit se trouve en Suisse. Un ami pilote peut le rapporter, mais tu dois donner 500 euros.» Michel refuse : «Je commence à avoir des doutes.» Sonny repart, et revient à 20 h 30 avec un sac à dos. À l’intérieur, «une bouteille de Perrier enveloppée de bandelettes de plâtre». Sonny propose de «faire un échantillon». «Il ouvre mon paquet d’alu, tous les billets étaient noirs. Il en prend un peu. Je ne l’ai pas quitté des yeux. Dans la salle de bains, j’ai fait son assistant. Il verse dans le lavabo du liquide de la bouteille plâtrée, incolore, et le noir s’éclipse. Il a bien choisi deux billets à moi, j’avais noté à l’avance tous leurs numéros.» Le hic, c’est que «il reste une tache de Mercurochrome au milieu des billets lavés».
Poudre magique
Sonny pousse encore le bouchon : «Pour avoir la poudre qui rend les billets tout neufs, ça coûte 9 000 euros.» Michel tergiverse, mais, s’il refuse, tout son fric part en fumée. Le 11 avril, il chez lui pour chercher de l’argent.
Le 12 avril, il reprend le TGV pour Paris et tombe sur un article deLibération à propos de «la ricine de la gare de Lyon qui s’est transformée en farine». Le lecteur se rend compte que les produits entreposés dans la consigne -enveloppés dans des bandelettes de plâtre-, qui ont abusé le ministère de l’Intérieur, ressemblent au «matos» qu’on tente de lui vendre.
«T’es un escroc !»
Arrivé au Novotel de la gare de Lyon à Paris, Michel exige de Sonny un lessivage gratis : «Ton histoire a été soulevée par les journaux, et ta poudre à 9 000 euros, là, c’est de la cocaïne à ce prix-là ou quoi ? Tu me laves mon argent, et c’est marre. T’es un escroc, alors essaie de rattraper le truc.» À la recherche de la poudre magique, Sonny l’embarque dans un périple qui s’achève à l’hôtel Concorde-Lafayette, porte Maillot, d’où il s’éclipse par une autre issue. Michel se retrouve seul. Mais, comme Sonny avait insisté, en vain, pour récupérer le paquet d’argent noirci, Michel pense toujours détenir ses 15 000 euros noirs.
Il ne sait pas que, dans ce genre d’arnaque, les autres gogos n’ont retrouvé que du vulgaire papier noirci. «Ils ont pas tiré un seul bénéfice de mon pognon, assure Michel encore convaincu, j’ai toujours eu mon paquet de billets dans la vision. J’ai essayé de les laver avec l’acétone et l’éthanol indiqués dans « Libé », et puis, avec du révélateur photo, ça marche pas. Vous avez pas un produit à m’indiquer ?»

 

Lu pour vous dans Libération.fr

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/1759-roul%C3%A9-dans-la-farine-par-des-billets-noircis.html#sthash.toEy1BsQ.dpuf

Écrit par  Jean Louis Verdier lundi, 17 juin 2013 23:29

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-06-2013 à 11:41:37

La Chine construit le superordinateur le plus rapide du monde

Vente saly

 

La Chine a annoncé lundi avoir de nouveau développé le superordinateur le plus rapide du monde. Ce dernier est doté d’une capacité de calcul de 33,86 péta-flops, détrônant le superordinateur américain Titan. Tianhe-2 dispose d’une puissance maximale de calcul de 54,9 péta-flops, a précisé son fabricant, l’Université des technologies de la défense nationale de Chine. Son prédécesseur, Tianhe-1A, avait occupé de novembre 2010 à juin 2011 la première place du classement mondial des superordinateurs, dépassant son rival japonais K.

- See more at: http://dakar-echo.com/component/k2/item/1761-la-chine-construit-le-superordinateur-le-plus-rapide-du-monde.html#sthash.RkGZY7px.dpuf

Écrit par  Aliou S Fall mardi, 18 juin 2013 00:15 -

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-06-2013 à 11:39:45

Le Brésil en proie aux plus grandes manifestations des 20 dernières années

Vente saly

 

Le Brésil a été secoué lundi par les manifestations sociales les plus importantes depuis 21 ans, qui ont duré plus de sept heures dans plusieurs villes, notamment à Rio qui a connu des scènes de guérilla urbaine.Il s’agit des plus grosses mobilisations depuis celles dirigées en 1992 contre la corruption du gouvernement de l’ex-président Fernando Collor de Mello, qui avait démissionné durant son procès politique devant le sénat.

La manifestation de Rio, la plus importante du pays, a réuni lundi 100.000 personnes, d’abord pacifiquement, contre l’augmentation des tarifs des transports publics et les dépenses somptuaires engagées pour préparer le Mondial-2014 de football, avant de dégénérer dans la violence à la nuit tombée.

Un groupe de quelques dizaines de manifestants a pris d’assaut le parlement de l’Etat de Rio. Les policiers anti-émeutes les ont finalement dispersés dans la nuit.

Des hommes du bataillon de choc de la police militaire, arrivés sur place à bord de véhicules blindés, ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc contre ce groupe de manifestants et procédé à plusieurs arrestations.

Ces manifestants avaient tiré des cocktails molotov et des pierres contre le bâtiment. Certains avaient même essayé de s’y introduire par des fenêtres.

Auparavant, ils avaient incendié une voiture, mis le feu à des poubelles, cassé les vitrines de banques et un distributeur et pillé des commerces, pendant que d’autres manifestants leur criaient: « Voleurs! Pas de vandalisme! ».

Dans les échauffourées, 20 policiers et sept manifestants ont été blessés, dont deux par armes à feu. Mais on ignore par qui ces balles ont été tirées.

Les protestataires s’étaient donné rendez-vous sur les réseaux sociaux et ont rassemblé plus de 200.000 personnes dans tout le pays. Il s’agit en majorité de jeunes « qui ont perdu confiance dans les partis politiques », selon des analystes entendus à la chaîne de TV en continu Globo news.

A Brasilia, cinq mille manifestants ont protesté dans le quartier des ministères, symbole du pouvoir. Quelque 200 d’entre eux ont réussi à grimper sur le toit du parlement où ils ont entonné l’hymne brésilien avant d’en redescendre spontanément.

« Nous sommes arrivés dans la maison du peuple. C’est le premier pas pour montrer que nous ne sommes pas morts; ils pensaient que l’on s’arrêterait pour voir le football mais le Brésil n’est pas seulement ça », a déclaré à l’AFP Bruno Pastrana, un étudiant de 24 ans, assis sur le toit du Congrès National.

A Sao Paulo, où 65.000 manifestants ont défilé sur l’avenue Paulista, un groupe a essayé d’envahir le parlement local mais a été arrêté par les gaz lacrymogènes de la police.

Des scènes similaires se sont répétées à Porto Alegre, Curitiba, Belo Horizonte notamment, en pleine Coupe des Confédérations de football, répétition générale en miniature du Mondial dans un an.

« Nous ne permettrons pas que des manifestations perturbent les événements que nous nous sommes engagés à réaliser », avait averti quelques heures plus tôt le ministre des Sports, Aldo Rebelo.

Dans une apparente volonté d’apaisement, la présidente Dilma Rousseff a rectifié le tir quelques heures plus tard, affirmant que « les manifestations pacifiques sont légitimes et propres à la démocratie ».

« C’est le propre de la jeunesse de manifester », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Cette fronde se développe alors que le Brésil, après des années de vigoureux développement économique et social, traverse une passe délicate marquée par une croissance en berne et une poussée de l’inflation notamment sur le prix des denrées alimentaires.

La popularité du gouvernement a chuté de huit points en juin, pour la première fois depuis l’élection à la présidence en 2011 de Dilma Rousseff, qui reste largement favorite pour le scrutin de fin 2014.

Le gouvernement a d’abord été pris de court par l’éclosion soudaine de ce mouvement apolitique la semaine dernière, après l’annonce de l’augmentation des tarifs des transports publics.

Il semble à présent débordé par sa nouvelle dimension en grande partie attisée par l’indignation suscitée par les violences policières de la semaine dernière.

« Viens, viens, viens dans la rue, viens! », scandaient à Rio les manifestants en milieu d’après-midi, tandis que du haut des tours de bureaux du centre-ville, des employés jetaient une pluie de morceaux de papier blanc en geste de soutien.

<cite>Par Pierre AUSSEILL | AFP – <abbr>il y a 4 heures</abbr></cite>

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions