posté le 05-07-2013 à 11:36:00

Le DG de l’Agence de l’informatique de l’Etat engage la bataille de la qualité des services

Vente saly

L’Agence de l’informatique de l’Etat (AIDE) a engagé la bataille de la qualité des services et de la performance, a indiqué jeudi son directeur général, Khassoum Wone, à l’occasion du lancement officiel à Saly-Portudal des travaux d’un séminaire de concertation, de coordination et de mutualisation de la politique d’informatisation de l’Etat.

L’objet de cette rencontre de deux jours peut, selon M. Wone, se résumer en ces termes : ’’Ensemble pour réfléchir, concevoir et mettre en œuvre un système d’information cohérent, performant et évolutif’’.

En somme, il s’agit de réunir d’éminentes personnalités de façon à transformer ce séminaire en ’’un cerveau collectif’’, pour faire un brainstorming constructif.

 

C’est l’occasion pour les participants de réfléchir et concevoir ensemble une politique d’informatisation de l’Etat, qui soit en parfaite adéquation avec leurs attentes respectives dans le respect du cœur de métier de chaque structure, a indiqué le Directeur général l’AIDE.

 

‘’Il s’agit d’une nouvelle démarche stratégique qui favorise +l’écoute client+ car, désormais, l’AIDE considèrera les différentes entités administratives comme des clients devant nous indiquer quelle politique d’informatisation devons nous mener pour l’Etat du Sénégal’’, a indiqué Khassoum Wone.

 

‘’L’informatique est aujourd’hui incontournable dans tous les plans de l’administration, voire de la vie. Et l’AIDE a pour vocation principale l’introduction de l’informatique dans le quotidien de l’administration et des citoyens, par l’instauration d’une e-administration efficace au service du e-citoyen, conformément à son slogan’’, a souligné M. Wone.

 

Il a invité ’’solennellement’’ les uns et les autres à la concertation, à la coordination et à la mutualisation, afin de ’’rationaliser les ressources de l’Etat’’ et, partant, de faire de la gestion orthodoxe non plus un slogan, mais ‘’une réalité palpable’’.

 

’’Notre rencontre devra essentiellement permettre l’instauration d’un cadre de concertation, en vue d’assurer une coordination efficiente et inclusive des projets et programmes, et une meilleure structuration de la politique d’investissement de l’Etat pour son informatisation’’, espère Khassoum Wone.

 

Aussi les participants devront-ils, au terme du séminaire, identifier les grandes lignes du plan stratégique d’informatisation de l’Etat pour la période 2014-2017 et du contrat de performance de l’AIDE.

Xibaaru le 4 Jul 2013 • 18:31

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 05-07-2013 à 11:34:33

Côte d’Ivoire: La France finance une ONG pour protéger les Homos

Vente saly

 

par Xibaaru le 4 Jul 2013 • 16:14

L’ONG Ivoirienne “Alternative Côte d’Ivoire ” a récemment reçu une subvention de 30 millions de frs CFA (45 mille euros) de la part de l’Etat Français après avoir signé en juin dernier un protocole de financement portant sur la mise en œuvre du projet de lutte pour les droits des homosexuels du pays, une situation à l’origine d’une polémique sans fondement sur la position des autorités Ivoiriennes face à l’homosexualité, Abidjan, à l’évidence préoccupée à d’autres priorités, ne s’étant jamais exprimé officiellement sur le sujet.

Le 25 juin dernier, au cours d’une cérémonie au siège de l’ONG Alternative Côte-d’Ivoire sis à Cocody-Angré, une convention a été signée entre l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire et le Directeur de l’ONG Alternative Côte d’Ivoire portant sur le protocole de financement d’un projet pour lutter pour les droits des homosexuels en Côte d’Ivoire.

Notons par ailleurs que cette subvention du Fonds Social de Développement (FSD) de l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire d’un montant de 30 millions de Francs CFA sera donc octroyée pour la promotion et la vulgarisation des droits auprès des minorités sexuelles dans le district d’Abidjan.

Notons pour finir que Georges Serre, ambassadeur de France en Côte-d’Ivoire et le président de l’ONG, M. Touré Claver ont par ailleurs en présence du consul de l’ambassade des États-Unis et un représentant de l’ambassade d’Allemagne en Côte-d’Ivoire, lancé le projet “WETEMINAN” pour la Promotion des droits humains et lutte contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle.

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 05-07-2013 à 11:32:44

Louga est la deuxième région la moins pauvre du pays derrière Dakar (ANSD)

Vente saly

 

Une étude de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD) classe Louga ( nord) au deuxième rang des régions les moins pauvres du Sénégal, derrière Dakar (ouest) avec un taux de pauvreté des ménages estimé à 21, 7 %.

Il ressort de cette enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal (ESPS) menée en 2011, que la région de Dakar a le plus bas taux de pauvreté des ménages avec 17, 1 % , tandis que Kolda (sud) est la plus pauvres, avec 64, 1 %.

L’enquête classe ainsi Saint-Louis (nord) au troisième rang des régions les moins pauvres du pays avec un taux de 28, 7 %. Arrivent ensuite dans l’ordre Thiès (31, 5 %), Matam (33, 5 %), Diourbel (37, 2 %), Kaffrine (52, 1 %), Kaolack (53, 5 %) et Tambacounda (55 %).

Suivent toujours dans l’ordre, Ziguinchor (56 %), Fatick (57, 1 %), Sédhiou (58, 4 %), et Kédougou (64, 1 %). Le taux national de pauvreté des ménages est de l’ordre de 35, 5 %, indique l’étude dont l’APS a reçu copie mercredi à l’occasion d’un comité régional de développement (CRD).

La rencontre était consacrée au Programme national de bourses de sécurité familiales (PNBSF) dans la région de Louga.

Cette enquête a notamment servi de référence à la Délégation nationale de la protection sociale et de la solidarité nationale dans sa méthodologie de ciblage des bénéficiaires de ce programme qui vise à doter d’une bourse 250 000 ménages du Sénégal dans les trois années à venir.

La première phase de ce programme doit démarrer en septembre avec le versement d’une somme de 25.000 francs par trimestre, aux 50.000 premiers bénéficiaires recensés à travers le pays.

La pérennité de cette allocation qui se fera par trimestre est assujettie à plusieurs conditions portant entre autres sur le maintien à l’école des enfants des ménages bénéficiaires.

par Xibaaru le 4 Jul 2013 • 14:35

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 05-07-2013 à 11:31:29

Urgent/ Le PM Abdoul Mbaye élimine le Sénégal : Notre pays viré du CIO

Vente saly

 

La nouvelle est tombée comme un couperet : La candidature du Sénégal a été rejetée  ce jour du 04 juillet, par la commission exécutive du CIO (Comité international olympique) pour avoir deux candidats. Et les règles sont claires : selon la Chartre Olympique, lorsqu’un pays présente deux candidatures, les deux sont automatiquement rejetées.

Le Sénégal avait un candidat légitime : Diagna Ndiaye le président du Comité national olympique sportif sénégalais. Le président de la République en avait fait son choix et toutes les fédérations sportives du Pays l’avaient pris comme la candidature unique du Sénégal.

L’autre candidat sénégalais : il n’était pas une candidature sénégalaise mais un candidat sénégalais ; le candidat libre ! C’est Abdoul Mbaye, le fils de Kéba Mbaye, le frère de Tidiane Mbaye ! C’est l’actuel premier ministre du Sénégal qui contre vents et marées a présenté sa candidature au nom des siens : les « Mbaye ibn Kéba ».

Le CIO a tranché ce jour du 04 juillet : le Sénégal est OUT

La commission des candidatures du CIO a annoncé que neuf nouvelles candidatures sont parvenues au président du CIO et que toutes ont été approuvées par la CE en vue d’être soumises à la 125e Session du CIO. Les neuf candidats proposés sont : Octavian Morariu de Roumanie, Bernard Rajzman du Brésil, Mikaela Maria Antonia Cojuangco-Jaworski des Philippines, Alexander Zhukov de la Fédération de Russie, Paul Kibii Tergat du Kenya, Lawrence Probst III des États-Unis, Dagmawit Girmay Berhane d’Éthiopie, Camiel Eurlings des Pays-Bas et Stefan Holm de Suède.

Tous les pays en gras ont été retenus et le Sénégal n’est pas en gras ce jour du 04 juillet à cause d’un unique personnage impliqué dans toutes drames financiers et sportif… : Le premier ministre du Sénégal, Abdoul Mbaye. Il a tué l’athlétisme sénégalais avec un énorme trou financier béant. Lors du championnat d’Afrique d’athlétisme de 1998, l’homme qui était le président de la fédération d’athlétisme s’était fait loger à l’hôtel avec une grosse berline à sa disposition aux frais du comité d’organisation. Toutes ses dépenses ont précipité l’athlétisme sénégalais dans une profonde et longue agonie.

Aujourd’hui, c’est le comité olympique sénégalais qu’il vient d’assassiner.

Après Lamine Diack, Kéba Mbaye, Youssoupha Ndiaye, plus personne…Et c’est la faute à quelqu’un qui pense qu’il n’existe que sa famille au Sénégal. Il est premier ministre et voulait le CIO. Son frère avait la Sonatel et il a eu la Senelec par une simple déclaration de Karim Wade sur le parvis de la présidence. Un fils à papa en adoube un autre fils à papa. Après Karim Ibn Wade qui a eu sa révolution du 23 juin, voici la dynastie Abdoul Ibn Kéba qui a tué notre comité olympique…Sénégalais debout !

Doudou Andy NGOM.xibaaru.com

par Xibaaru le 4 Jul 2013 • 18:20

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 05-07-2013 à 11:29:28

Les querelles de la famille de Nelson Mandela ont atteint jeudi un nouveau degré d’ignominie

Vente saly

 

Les querelles de la famille de Nelson Mandela ont atteint jeudi un nouveau degré d’ignominie avec la révélation publique de secrets d’alcôve, alors que l’icône mondiale reste toujours hospitalisée dans “un état critique mais stable” à Pretoria.

Les corps de trois enfants de l’ancien président sud-africain, exhumés la veille sur décision de justice, ont été remis en terre dans le village de son enfance, Qunu, où il a répété à plusieurs reprises vouloir être enterré.

L’aîné de ses petits-fils, Mandla Mandela, qui s’opposait à ce transfert, a organisé une conférence de presse, rediffusée en direct dans tout le pays, pour régler ses comptes avec plusieurs membres de la famille.

Mandla, qui avait décidé unilatéralement en 2011 de déplacer les corps de son père, sa tante et son oncle vers le village natal de son grand-père, Mvezo, dont il est le chef traditionnel, n’a pas apprécié que quinze membres de sa famille aient saisi la justice pour le forcer à ramener ces dépouilles à Qunu.

“Je me suis retrouvé attaqué par des individus qui cherchent une minute de gloire et d’attention médiatique à mes dépens”, a-t-il déclaré. Tout en se défendant de vouloir “laver son linge sale en public”, il s’en est pris nommément à plusieurs d’entre eux.

Sa tante Makaziwe: “Au lieu d’être une force d’unité, elle n’a fait que semer la division dans la famille.”

Son demi-frère Ndaba: “Il sait que mon père a mis enceinte une femme mariée et qu’il est le résultat de cet acte.”

Son autre frère Mbuzo: “Il a fécondé ma propre femme” (la Réunionnaise Anaïs Grimaud, repartie depuis sur son île).

A en juger par les premières réactions sur Twitter, les Sud-Africains ont peu goûté ce déballage en public: “Heureusement que le legs politique de Mandela est trop fort pour être détruit”, “on ne choisit pas sa famille”, “Un Mandela peut-être mais un Nelson, je ne crois pas…”, pouvait-on lire sur le site de microblogging.

“Sous assistance respiratoire”

A un millier de kilomètres, le premier président noir du pays, qui a gagné le coeur de la minorité blanche en prônant le pardon et la réconciliation, se trouvait toujours entre la vie et la mort dans un hôpital de Pretoria.

“L’ancien président reste dans un état critique mais stable”, a indiqué la présidence sud-africaine après une visite du chef de l’Etat Jacob Zuma à son illustre prédécesseur.

“Cela fait maintenant environ 25 jours que nous sommes à l’hôpital. Même si Madiba n’a pas toujours été bien, il n’a que très rarement souffert”, a de son côté souligné son épouse Graça Machel, qui passe de longues heures à son chevet.

Nelson Mandela a été hospitalisé le 8 juin après une récidive de l’infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi. Son état s’est brusquement détérioré il y a une dizaine de jours avant de se stabiliser.

Les quinze membres de la famille qui ont saisi la justice contre Mandla ont toutefois révélé dans leur plainte s’attendre à “une mort prochaine” du grand homme. “Il est placé sous assistance respiratoire”, ont-ils précisé dans des documents transmis à la cour.

Vendredi, ils avaient saisi le tribunal de Mthatha (sud) pour obtenir le retour des enfants décédés de Nelson Mandela dans le carré familial de Qunu.

Deux juges leur ont donné raison mercredi, et les restes des trois enfants ont été immédiatement exhumés sous le contrôle d’un huissier de justice, qui a dû forcer le portail de la résidence de Mandla pour atteindre le lieu des sépultures.

Les restes de Makaziwe, morte bébé en 1948, Thembekile tué dans un accident de voiture en 1969 et de Magkatho, décédé du sida en 2005, ont ensuite été transférés à Mthatha, où ils ont subi jeudi matin un examen médico-légal.

par Xibaaru le 4 Jul 2013 • 15:30

 

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions