posté le 12-07-2013 à 15:08:40

L’Espace européen interdit à 280 transporteurs aériens de 22 pays, dont 16 pays africains

Vente saly

par Xibaaru le 12 Jul 2013 • 08:15

La Commission européenne a publié jeudi une liste noire dans laquelle 280 transporteurs aériens de 22 pays, dont 16 pays africains, font l’objet d’une interdiction d’exploitation ou de restrictions d’exploitation dans l’Union européenne (UE).

Il s’agit de la 21e édition de la liste de ce genre de la Commission européenne qui met en cause les transporteurs aériens pour leur insécurité. L’interdiction totale d’exploitation concerne 278 transporteurs aériens de 20 pays.

– Asie : Afghanistan, Indonésie (à l’exception de cinq transporteurs qui sont soumis à des conditions et à des restrictions d’exploitation), Kazakhstan (à l’exception d’un), Kirghizstan, Philippines (à l’exception d’un)

– Afrique : Angola, Bénin, Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa, Djibouti, Guinée équatoriale, Érythrée, Gabon (à l’exception de trois), Liberia, Mozambique, Sierra Leone, Sao Tomé-et-Principe, Soudan, Swaziland et Zambie.

La liste comporte également deux transporteurs isolés : Meridian Airways du Ghana et Blue Wing Airlines du Suriname, ce qui fait un total général de 280 transporteurs aériens.

La liste inclut par ailleurs dix transporteurs aériens faisant l’objet de restrictions d’exploitation et donc autorisés à exercer leurs activités à destination de l’UE sous certaines conditions strictes : Air Astana du Kazakhstan ; Afrijet, Gabon Airlines et SN2AG du Gabon ; Air Koryo de la République populaire démocratique de Corée ; Airlift International du Ghana ; Air Service Comores des Comores ; Iran Air d’Iran ; TAAG Angolan Airlines d’Angola ; et Air Madagascar de Madagascar.

En outre, la Commission européenne a décidé de rouvrir l’espace aérien de l’UE à Philippines Airlines des Philippines, à Conviasa du Venezuela suite aux progrès accomplis par ces deux compagnies aériennes.

En décembre 2012, la Mauritanie (photo) a été le premier pays à être entièrement retiré de la liste noire de la Commission européenne, sur laquelle elle figurait depuis 2010.

Penda Sow.xibaaru.com

Liens
site

 


 
 
posté le 12-07-2013 à 15:02:46

Rien ne va plus à l’Aéroport de Dakar

Vente saly

 

Le climat est délétère à l’Aéroport de Dakar. Hier, des affrontements ont opposés des travailleurs proches du directeur général des Aéroports du Sénégal à leurs  collègues membres du Syndicat des travailleurs des activités aéronautiques du Sénégal. Les syndicalistes dénonçaient la gestion du Directeur général des ADS et en sont venus aux mains avec les défenseurs du Directeur. Le pire a pu être évité grâce à la prompte intervention des éléments de la Gendarmerie qui ont ramené le calme en se déployant partout. D’après les syndicalistes, le DG Pape Maël Diop, refuse le dialogue pour sauver l’aéroport. Il réclame donc sa démission. Le DG fera d’ailleurs face à la presse ce jeudi. par Xibaaru le 11 Jul 2013 • 12:52

Liens
Site

 


 
 
posté le 12-07-2013 à 14:58:52

Holmarcom se lance au Sénégal en rachetant Peacok Investments

Vente saly

Le groupe marocain Holmarcom annonce une prise de participation majoritaire dans la société sénégalaise de promotion immobilière, Peacock Investments. À la clé, un projet de plusieurs milliers de logements près de Dakar.

Suivant en cela une liste de plus en plus importante de groupes marocains, Holmarcom franchit à son tour le Sahara. Le groupe marocain diversifié, présent dans l’agro-industrie, les assurances, la distribution spécialisée et le transport aérien, a choisi une autre de ses activités pour se déployer hors de ses frontières. Via une prise de participation majoritaire dans la société sénégalaise de promotion immobilière Peacock Investments, Holmarcom s’engage en effet dans un important projet de logement social au Sénégal.

 

Ces développements se feront « dans le cadre du programme de l’État sénégalais « une famille, un toit » qui vise la construction de 20 000 logements, dont 5 000 ont été confiés à la société Peacock Investments », souligne le groupe familial marocain dans un communiqué. Jusqu’à l’entrée d’Holmarcom, Peacock Investments était contrôlé par l’investisseur et financier sénégalais Magatte Diop.

 

Expérience immobilière

« La première partie de ce projet, qui a été inaugurée par l’ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade, porte sur la construction de 2 850 logements sur un terrain de 73 hectares à 30 kilomètres de Dakar. Il s’agit de maisons individuelles avec un petit jardin, d’une superficie totale de 150 m² », ajoute Holmarcom. Le projet prévoit aussi la construction d’équipements de service public et de zones commerciales.

 

Au Maroc, Holmarcom compte à son actif plusieurs projets immobiliers tels que Cap Tingis à Tanger et Manazil Développement à Casablanca, Rabat et Meknès. Deux autres promoteurs immobiliers importants, venus du royaume chérifien, ont déjà fait leurs premiers pas au sud du Sahara, Alliances et Addoha. Le dernier développe un projet à Abidjan, en Côte d’Ivoire, tandis que le second est déjà actif dans plusieurs pays de la zone CFA.

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2139-le-groupe-marocain-sp%C3%A9cialis%C3%A9-dans-l-immobilier-se-lance-au-s%C3%A9n%C3%A9gal.html#sthash.TR5hHMJr.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye vendredi, 12 juillet 2013 10:24

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-07-2013 à 10:59:07

L’Union européenne envoie une demande d’explication au Sénégal

Vente saly

NETTALI.NET – Le ministère de l’Economie et des Finances, Amadou Kane, a reçu une demande d’explications émanant de l’Union européenne afin qu’il s’explique sur les 26 décrets d’avance d’un montant de 100 milliards signés par le Président de la République, Macky Sall en 2012.

Mamadou Moustapha Bâ, Directeur de la coopération économique et financière (Dcef), a annoncé qu’une note d’information a été adressée aux partenaires afin de préciser que « tous les décrets d’avance proposés à ratification dans la Loi de finances rectificative (Lfr) 2013 sont pris en application stricte de cette disposition, notamment dans le respect scrupuleux de l’équilibre budgétaire préalablement défini par la Loi de finances initiale ».

En effet, durant l’année 2012, le président de la République, Macky Sall, a signé, pour une valeur d’environ 100 milliards de francs Cfa, 26 décrets d’avance. Ce que Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité (Bby), avait dénoncé le jour de l’adoption de la Loi de finances rectificative.

« On ne peut pas combattre une pratique sous Wade et l’accepter maintenant. Les décrets d’avance sont légaux, mais ils devraient être une exception. Lister des décrets d’avance sans justifier leurs motifs ni leur destination, ce n’est pas normal. On va passer au peigne fin ces décrets d’avance et au besoin ouvrir une commission d’enquête parlementaire à la moindre zone d’ombre », avait-il lancé.

Ce qui a sûrement poussé Mme Domi¬nique Dellicour, porte-parole de la Communauté des partenaires techniques et financiers du Sénégal, dans le cadre de l’Arrangement cadre pour l’appui budgétaire (Acab), à interpeller le ministre de l’Economie et des finances, Amadou Kane, par correspondance.

Les partenaires se seraient rendu compte que certaines dispositions introduites dans la Loi de finances rectificative 2013, différaient de la version de projet de loi qui leur avait été présentée au préalable. Reste au Sénégal de convaincre les bailleurs.

Vente saly

Liens
Site

 


 
 
posté le 11-07-2013 à 10:57:39

Macky Sall au cœur d’un scandale foncier

Vente saly

Un scandale foncier secoue la communauté rurale de Toubacouta ou le Président de la communauté rurale Pape Seydou Dianko a fait voter, le 28 juin dernier, une délibération illégale attribuant 25 hectares de terre de la zone rizicole au Président de la République, Macky Sall. L’acte entériné sous le numéro 2013-006/TR, viole les lois de la décentralisation et suscite le débat dans la contrée.

Le président de la communauté, Pape Seydou Dianko a attriibué 25 hectares de la zone rizicole à Son président de la République. De vives protestations ont fusé lors de la délibération. Des sources dignes de foi indiquent que des élus locaux se sont farouchement opposés à la décision. Pour toute justification de la mesure prise devant le sous-Préfet, Dianko a fait croire à ses collègues élus locaux que les terres sont données pour servir de champs de maïs au Chef de l’Etat. Si les différents élus locaux contactés ont confirmé le deal et évoqué la complicité de certains chefs de village. Pape Seydou Dianko qui se trouve au cœur du Scandale a refusé de répondre pour livrer sa version des faits.

Source la Tribune

par Xibaaru le 10 Jul 2013 • 16:38

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions