posté le 19-07-2013 à 12:09:45

Devenue rare, la caisse de poissons vendue entre 200 000 et 350 000 FCfa

Vente saly

Chez beaucoup de Sénégalais, après une journée de diète, la préférence va à la consommation d’un bon plat de riz au poisson. Cependant, il est devenu difficile d’exaucer ce souhait, car le poisson, obligatoire pour préparer le plat national, est de plus en plus cher.

Manger du riz avec de gros poissons après une journée de diète et de soif est quasiment devenu impossible dans ce pays. Et pour cause, il faut un véritable parcours de combattant pour trouver du poisson de qualité à un coût abordable sur le marché. Et ce ne sont pas les vendeurs et les mareyeurs du quai de pêche de Yarakh qui diront le contraire. Ce lieu est quasiment déserté à cause de la rareté de cet aliment obligatoire dans la préparation du plat national et d’autres plats. Seuls quelques vendeurs acceptent de s’y rendre en cette période d’été et de Ramadan.

 

Et les rares vendeurs trouvés sur place disent rencontrer tous les problèmes du monde pour écouler leurs marchandises. Assis pour la plupart d’entre eux devant une caisse de poissons, les vendeurs n’hésitent pas à interpeller toute personne qui met les pieds dans ce lieu, croyant qu’il s’agit d’un client. Un comportement qui se justifie par la rareté des clients qui est la conséquence de la cherté du poisson.

 

Ce calvaire Seydou Ndoye, mareyeur, le connaît. De teint noir, en Lebou pur souche, M. Ndoye n’y est pas allé par quatre chemins pour raconter les difficultés auxquelles il est confronté pour écouler la marchandise qu’il détient entre ses mains. Une situation qu’il explique par la rareté du poisson, surtout en cette période d’été. «Il n’y a presque plus de poissons dans les côtes sénégalaises. Nous sommes obligés de nous rendre dans les pays limitrophes pour au moins trouver quelque chose à vendre. Les mareyeurs sont vraiment fatigués actuellement», a-t-il déploré.

 

N’arrivant pas à cacher tout son désespoir face à la situation qu’il vit actuellement, il ajoute : «Il nous arrive de dépenser près de 2 millions pour aller en mer, mais nous revenons la plupart du temps avec très peu de poissons. Du coup, nous sommes obligés de vendre à perte, car les clients ne peuvent pas comprendre ce que nous endurons en ce moment». En effet, en été, les mareyeurs rencontrent tous les problèmes du monde pour trouver du poisson. En plus de cette rareté du poisson, souligne M. Ndoye, «il y a beaucoup de vent et il pleut beaucoup en mer. Des facteurs qui ne sont pas du tout favorables à la pêche».

 

Des difficultés qui font que la caisse de poissons coûte chère, soutiennent les mareyeurs. En effet, il est impossible de trouver une caisse à moins de 150 000 francs Cfa. «La caisse coûte entre 200 000 et 350 000 francs Cfa, selon la variété qu’on veut», confirme Seydou Ndoye qui précise, toutefois, que les moins chers sont les «Dorates qui sont vendus parfois à 60 000 franc Cfa».

 

Même ceux qui préfèrent acheter au jour le jour, pour certainement du poisson bien frais, sont obligés de décaisser au minimum 10 000 francs Cfa pour espérer avoir des poissons de qualité.

 

Les entreprises, de mauvais payeurs
S’il y a des personnes qui causent beaucoup de tort aux pêcheurs, c’est bien les entreprises qui s’activent dans le domaine de la pêche. Et pour cause, non seulement elles ramassent toute la marchandise pour la congeler et la vendre plus cher, mais elles ne payent pas comptant aux mareyeurs qui leur fournissent les produits. C’est du moins ce qu’indiquent les mareyeurs du marché aux poissons de Yaraakh. Ils relèvent aussi que les entreprises du secteur de la pêché ne payent que par période bien déterminée. Et persiste Ndoye, «le comptant ne fait pas partie de leur vocabulaire». Du coup, les pêcheurs sont obligés de rester des jours sans entrer en possession de leur argent. Ce qui n’est pas sans conséquences pour eux.

Écrit par  Jean Louis Verdier mercredi, 17 juillet 2013 18:41 – See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2219-a-cause-de-l-%C3%A9t%C3%A9,-le-poisson-se-fait-rare.html#sthash.z8NtXhys.dpuf

 

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-07-2013 à 12:08:00

Inondations : Macky Sall veut une mobilisation permanente des services compétents

Vente saly

Le président Macky Sall a invité jeudi le gouvernement à une “gestion préventive des inondations”, par une mobilisation permanente et effective de tous les services compétents de l’Etat.

“Le président de la République a évoqué la question de la protection civile et la gestion des inondations, en mettant l’accent sur la nouvelle perspective de rupture dans la gestion préventive des inondations”, annonce le communiqué publié par le gouvernement à l’issue du conseil des ministres.

“Dans sa communication, le chef de l’Etat a invité le gouvernement à engager une mobilisation permanente et effective de l’ensemble des services de l’Etat. Au niveau départemental et régional, les gouverneurs et préfets devront réactiver les centres de lutte contre les inondations en impliquant notamment les responsables des collectivités locales”, indique le communiqué.

Macky Sall a aussi invité le gouvernement à dérouler une campagne de communication sur le dispositif préventif mis en place, et à publier, pour un usage efficient, les prévisions météorologiques.

par Xibaaru le 18 Jul 2013 • 22:35

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-07-2013 à 12:06:42

Mort de 65 patients dans un centre de dialyse à Dakar: démenti formel du directeur

Le directeur général du Centre d’exploitation de diagnostic et de dialyse (CEDD)-ville de Dakar, Dennis P. P. Roquand, a démenti jeudi les accusations du président du Mouvement des insuffisants rénaux du Sénégal (MIRS) qui déclarait récemment que 65 patients dialysés seraient décédés dans ce centre en un peu plus de 6 mois.

“Americare [le CEDD] dément de manière véhémente ces assertions et accusations du président du MIRS, El Hadj Hamidou Diallo’’, a martelé M. Roquand lors d’un point de presse.

Depuis que le centre a commencé à fonctionner il y a un an, 10.000 branchements y ont été réalisés, avec un taux de 99% de patients satisfaits.

“Nous ne comprenons pas que l’on nous accuse d’être responsables de ce nombre élevé de patients décédés dans notre centre. Ce qu’on peut dire de manière effective, c’est que sur la liste qu’il a donnée, il y en a deux qui sont en ce moment dialysés au centre. Neuf autres sont soit à l’étranger ou prêts à témoigner pour montrer qu’ils sont vivants’’, a-t-il dit.

Parmi les patients cités par M. Diallo, le directeur général du CEDD soutient qu’il y en a quatre qui sont sur la liste. Et selon lui, seuls cinq sont décédés. Ils sont certes décédés pendant les séances de dialyse, mais ce sont des pathologies aiguës qui sont à l’origine de leur mort, a-t-il précisé.

“Il faut relever qu’on ne meurt pas de dialyse, mais de pathologies bien spécifiques. Un patient peut bien décéder pendant la dialyse, mais la dialyse ne fait pas mourir des patients’’, a-t-il confié, soulignant que pour les autres patients qui seront décédés dans le centre, ils sont soit inconnus, soit morts dans d’autres structures sanitaires.

D’après lui, la liste donnée par M. Diallo est tout simplement fallacieuse. Il assure que tous les équipements utilisés au centre Americare medical sont aux normes américaine et/ou européenne.

“Il faut relever que les équipements doivent juste avoir un certain nombre d’heures ou d’années avant de ne plus être utilisés. Mais, je peux vous garantir que tous les équipements neufs ou re-manufacturés qu’on a importés sont aux normes européennes, qui seront bientôt appliquées au Sénégal’’, a-t-il dit.

Il a ajouté que le centre ne refuse la dialyse à aucun patient. S’agissant de la restriction frappant le président du MIRS, elle s’explique, selon lui, par le fait que dernier a porté plainte au commissariat de police de Dieuppeul en arguant que sa vie était menacée.

“Il a dit qu’on voulait attenter à sa vie dans ce centre en l’agressant physiquement ou en le faisant mourir au niveau du branchement ou du débranchement. Ce qui est absolument faux, puisque notre but c’est d’aider les dialysés sénégalais’’, a expliqué Dennis P. P. Roquand.

Selon lui, Americare est au Sénégal pour aider les dialysés, mais pas pour se faire de l’argent. Raison pour laquelle il a fixé le coût de la dialyse à 10.000 FCFA pour les cas sociaux et 13.500 FCFA pour les autres patients.

Le partenariat entre Americare et la ville de Dakar a débuté en 2012, a-t-elle rappelé. Il a aussi signalé que sa structure a signé une convention de collaboration avec le ministère de la Santé et de l’Action sociale, laquelle lui permet d’appliquer les tarifs susmentionnés.

Jeudi dernier, le président du MIRS a organisé une conférence de presse au cours de laquelle il accusait la mairie de Dakar et le centre de dialyse Americare-Ville de Dakar de ‘’non-assistance à personne en danger’’. Il expliquait à cette occasion que l’accès de ce centre où il faisait ses séances de dialyses lui avait été interdit.

“Depuis lundi, je n’ai plus fait de dialyse et si les choses continuent ainsi, je suis mort dans 15 jours’’, avait-il prévenu.

Le CEDD est le fruit d’un partenariat entre la mairie de la capitale et Americare Medical dont il porte d’ailleurs le nom.

par Xibaaru le 18 Jul 2013 • 19:04

Liens
Site

 


 
 
posté le 19-07-2013 à 12:05:09

L’otage Philippe Verdon est » mort assassiné d’une balle dans la tête »

Vente saly

Au lendemain du rapatriement du corps de Philippe Verdon, le parquet de Paris a annoncé jeudi 18 juillet que l’ex-otage, enlevé en novembre 2011 par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est « mort assassiné d’une balle dans la tête ».
« Après rapatriement de la dépouille en France, l’autopsie pratiquée hier -17 juillet 2013- a été complétée aujourd’hui (jeudi) par un examen anthropologique toujours en cours qui permet dès à présent d’établir que PhilippeVerdon est mort assassiné d’une balle dans la tête », a précisé le parquet.
Réagissant à l’annonce de l’assassinat, le président du comité de soutien de Philippe Verdon, Pascal Lupart, a estimé que l’otage français « a certainement été exécuté parce qu’il était faible », rappelant qu’il semblait déjà très affaibli sur une vidéo diffusée l’été dernier dans laquelle il évoquait ses conditions de vie difficiles. Philippe Verdon souffrait, en partant pour le Mali, d’un ulcère et de tachycardie.
« Cet assassinat, qui ajoute de la peine pour une famille déjà endeuillée », prouve que ces « chiens sont capables de mettre leurs menaces à exécution et donc de tuer froidement », a déclaré Pascal Lupart à l’AFP.
Le corps a été retrouvé au début du mois dans le nord du Mali.

Philippe Verdon avait été enlevé avec un autre Français, Serge Lazarevic, dans la nuit du 24 novembre 2011 dans un hôtel à Hombori (nord-est du Mali). Le 19 mars, Aqmi avait annoncé que Philippe Verdon avait été exécuté, mais Paris n’avait Par Huffingtonpost.fr | Huffingtonpost.fr |  Jeudi 18 juillet, 2013 21:39

Liens
Site

 


 
 
posté le 18-07-2013 à 19:22:07

Mandela fête ses 95 ans à l’hôpital mais son état s’améliore

 

Vente saly

Johannesburg – Les voeux de « joyeux anniversaire » ont commencé à affluer pour Nelson Mandela qui fête jeudi ses 95 ans dans un lit d’hôpital à Pretoria, même si son état « s’améliore régulièrement » selon la présidence sud-africaine.
Le héros de la lutte contre l’apartheid et ancien président sud-africain est confiné depuis près d’un mois et demi dans cette clinique mais sa fille Zindzi a assuré mercredi à la chaîne Sky News que son père « faisait des progrès remarquables » et « regardait la télévision avec des écouteurs ».

 

 

« Ses médecins ont confirmé que sa santé s’améliorait régulièrement », a ajouté la présidence sud-africaine dans un communiqué qui, pour la première fois depuis le 23 juin, n’utilise pas le terme d’ »état critique ».

 

Une multitude d’actions caritatives ou symboliques doivent marquer cette journée du 18 juillet dont l’ONU a fait un « Mandela Day », durant lequel chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement 67 minutes au service des autres, en hommage aux 67 années de militantisme de Mandela.

 

Sur Twitter, les messages défilaient jeudi à une vitesse éclair.

 

« Exemple de courage et d’humilité »

« Joyeux 95e anniversaire à Nelson Mandela, un homme extraordinaire et infatigable champion des droits de l’homme », a lancé sur Twitter l’archevêque Desmond Tutu, lui-aussi connu dans le monde entier pour sa résistance à l’apartheid, le régime raciste qui a pris fin en 1994 avec les premières élections mutiraciales.

 

Le président américain Barack Obama a salué l’ »exemple extraordinaire de courage, de gentillesse et d’humilité » qu’a donné Mandela et le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a célébré un « homme qui a rendu au peuple sud-africain sa liberté et sa dignité ».

 

Les dernières – bonnes – nouvelles de l’état de santé de Mandela contrastent avec les craintes exprimées ces dernières semaines au sujet de cette énième hospitalisation pour une grave infection pulmonaire. Beaucoup, y compris au sein de sa famille, s’étaient préparés à un douloureux deuil national.

 

A présent, Mandela reconnaît ses visiteurs et semble aussi capable de communiquer. « Il réagit très bien (…) du regard et de la tête. Et il lève parfois la main comme s’il voulait nous serrer la main », a assuré sa fille Zindzi après l’avoir vu la veille. « Il y a eu un moment où nous étions tous extrêmement anxieux et inquiets et nous étions prêts au pire », a-t-elle reconnu. « Mais il continue de nous étonner tous les jours ».

 

L’épouse de Nelson Mandela depuis 1998, Graça Machel, qui le veille jour et nuit, s’était déjà dite vendredi « un peu moins anxieuse » qu’une semaine auparavant. Mandela l’avait épousée en troisièmes noces le jour de ses 80 ans et le couple fête ce jeudi ses quinze ans de mariage.

 

Le « Mandela Day » avait d’abord été célébré en Afrique du Sud en 2009: « Nous avons décidé de ce jour en l’honneur de Madiba (nom de clan de Mandela, ndlr), afin d’inspirer chacun de nous pour agir personnellement, et changer le monde pour le meilleur », a dit le président Jacob Zuma.

 

« Joyeux anniversaire » à l’unisson à 8 heures

L’année suivante, le 18 juillet 2010, l’ONU avait décrété à son tour un « Mandela Day ». Aujourd’hui, toutes nos pensées sont tournées vers le riche héritage qu’il nous a laissé, à nous Sud-Africains et au monde », a également déclaré M. Zuma, lançant même: « Faites de chaque jour un Mandela Day ».

 

En cette journée particulière, les enfants de tout le pays à l’unisson devaient chanter « joyeux anniversaire » à 08h00 pile (06h00 GMT), des volontaires repeindre des écoles et une association de motards nettoyer des rues.

 

Quant aux hommes ou femmes politiques, ils ne manqueront pas de se faire photographier les manches retroussées, prêtant la main à une oeuvre caritative.

 

Le président Zuma, au nom de la réconciliation entre les races voulue par Mandela, s’apprêtait ainsi à présider une remise de logements sociaux à des pauvres, dont des familles blanches.

 

Mandela, emprisonné pendant 27 ans par le régime ségrégationniste d’apartheid, était ressorti de prison sans un mot de vengeance.

 

Libéré en 1990, il a négocié avec le pouvoir en place une transition douce vers la démocratie. Une fois président, en 1994, il n’a jamais cherché à humilier ou à défavoriser la communauté blanche, prêchant au contraire en permanence la réconciliation.

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2233-mandela-day.html#sthash.7XDhiuUp.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye jeudi, 18 juillet 2013 11:29

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2233-mandela-day.html#sthash.7XDhiuUp.dpuf

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions