posté le 24-07-2013 à 11:32:25

Papis Demba Cissé : gros scandale il a été surpris dans un casino !

 

Vente saly

L’attaquant sénégalais qui est sous contrat jusqu’en 2017 avec Newcastle est bien décidé à partir.

 

Il  a quitté le stage des Magpies au Portugal la semaine dernière, refusant de porter le logo du sponsor de Newcastle, un organisme de prêts financiers.
Du coup, il est en contact avec le Rubin Kazan, mais aussi plusieurs clubs russes dont Zénith et Anzhi.
La piste allemande n’est pas à écarter non plus. Des contacts sont liés avec le Borussia Dortmund.
Mais ce soir, il est au centre d’une vive polémique. L’attaquant international sénégalais des Magpies a été surpris dans un casinovient de révéler la BBC. L’ancien joueur de Metz a été pris en photo à une table de jeu.
Cette pratique est formellement interdite par la religion musulmane.
Son agent a aussitôt tenté de désamorcer le scandale en précisant qu’il n’était pas un joueur ni un parieur !
Ca devient de plus en plus chaud pour lui !

- See more at: http://dakar-echo.com/sport/item/2330-p-ciss%C3%A9-gros-scandale-le-s%C3%A9n%C3%A9galais-surpris-dans-un-casino.html#sthash.qG5lR2Ba.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye Publié dans Sport mardi, 23 juillet 2013 23:46 – See more at: http://dakar-echo.com/sport/item/2330-p-ciss%C3%A9-gros-scandale-le-s%C3%A9n%C3%A9galais-surpris-dans-un-casino.html#sthash.qG5lR2Ba.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 24-07-2013 à 11:30:51

Macky Sall appelle à repenser l’aide au développement

 

Vente saly

Le président de la République Macky Sall a pris part mardi à Brazzaville (Congo) au Forum Forbes Africa 2013 au cours duquel il a appelé à repenser l’aide publique au développement.Outre le président Sall, invité d’honneur de l’édition 2013, cet espace de dialogue a aussi réuni les chefs d’Etat du Congo Denis Sassou Ngesso, de l’Afrique du Sud Jacob Zuma, du Ghana John Dramani Mahama et du Burkina Faso Blaise Compaoré.

 

 

Etaient aussi présents d’éminents universitaires, des hommes de culture et de média ainsi que l’ancien secrétaire général de l’ONU, Koffi Annan.

 

Le thème de l’édition 2013 porte sur l’émergence des classes moyennes avec comme sous-thème : ‘’Financement des infrastructures : nouveau mode de consommation’’.

 

Ces thèmes sont au cœur des enjeux de développement du continent, selon nombre de participants.

 

Premier à intervenir, le président Macky Sall a appelé à dépasser la conception actuelle en matière de développement ainsi qu’à un changement de paradigmes sur ce plan.

 

Il estime que  »la baisse de l’aide au développement ne favorise pas l’effort de développement du continent ».  »Il faut repenser cette aide au développement pour qu’elle soit conforme aux réalités nouvelles », a-t-il plaidé, insistant sur la nécessité d’un financement de l’Afrique, qui a besoin d’un plan Marshall à l’image de l’Europe, après la seconde Guerre mondiale.

 

Macky Sall a dit qu’il n’était pas favorable à la baisse de l’aide publique au développement, soulignant la nécessité de développer de nouveaux partenariats en faveur de l’Afrique.

 

 »Dans un contexte de mondialisation, a affirmé le président Sall, l’Afrique doit partir avec des chances égales avec le reste de la communauté internationale pour avoir subi beaucoup d’injustices dans son histoire et dans son évolution ».

 

Il s’est ensuite dit  »soucieux de la stabilité politique en Afrique », estimant que la croissance économique et le développement durable ne peuvent se réaliser que dans un environnement de paix et de stabilité.
TBF/ASG/AD

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2332-forum-forbes-africa-2013.html#sthash.05mrpnnX.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye mardi, 23 juillet 2013 23:57 – See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2332-forum-forbes-africa-2013.html#sthash.05mrpnnX.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 24-07-2013 à 11:29:25

Les promoteurs du tourisme remontés contre Youssou Ndour

 

Vente saly

Porteurs d’une vision touristique panafricaine, conquérante et tournée vers les États-Unis d’Amérique, le Directeur de « Afrique Production », Mamadou Tall et son staff ont étalé, ce samedi 20 juillet 2013, leur amertume face à la presse. Entre lenteurs, blocage, flou entretenu et même des réponses peu encourageantes livrées aux potentiels participants, la Cellule de promotion du tourisme ne semble pas jouer franc-jeu, selon eux… L’organisation du Salon international du tourisme et de l’artisanat des pays ouest africains aux États-Unis qui en est à son troisième report, en prend un coup.

 

Le Salon International du Tourisme et de l’Artisanat des pays ouest africains aux Etats-Unis (SITAF), prévu pour ce 26 juillet 2013, sera finalement reporté au mois de septembre de cette même année. Pour son troisième report, les initiateurs de cette rencontre, par la voix de Mamadou Tall, même s’ils ont évité de charger le Ministre du Tourisme, Youssou Ndour, n’en ont pas moins indexé sa cellule de Promotion. Leur initiative née en 2012 sous le ministre Thierno Lô, après plusieurs initiatives, ils avaient finalement été reçus par le ministre Youssou Ndour.

 

Ce dernier leur avait affirmé son « soutien à 200% », avec à la clé une promesse de défendre cette idée partout où besoin serait. Mais vu le court délai, il leur a été demandé de reporter la date fixée, de février à juillet, ils (le ministère et son staff) ont même assuré en assumer la pleine responsabilité. Pourtant après cette réaction positive du ministre, ce fut pendant des mois, comme un retour à la case départ avec une quasi-impossibilité de rencontrer à nouveau le ministre ou sa cellule de promotion du tourisme.

 

A cela, selon eux, s’ajoutent des réponses refroidissantes adressées aux « futurs » participants, ce qui fait qu’au niveau national comme international, ces réactions ont timoré plus d’un acteur intéressé par cette opportunité. Pourtant, toujours selon M. Tall, de l’Etat, ils n’attendent qu’un appui institutionnel, car l’aspect financier (estimé à 10 millions FCFA ) n’est que minime et serait une prise en charge des participants étatiques.

 

Entre autres, ces faits notés les poussent à réagir, afin d’informer l’opinion sur les réelles raisons de ces reports du salon, mais aussi rendre compte aux futurs participants et à ceux qui croient en leur initiative et qui les soutiennent. Allant plus loin, Mme Ndèye Ndiaye Atlanta de demander quant à elle : « Est-ce qu’on a l’homme qu’il faut, à la place qu’il faut ? »
Interpellé sur ces accusations, Bamba Mbow, le responsable de cette Cellule de promotion, a recadré le débat, demandant aux promoteurs dans certains détails, de revoir leur copie.

 

Une lettre a été adressée en fin de semaine dernière au ministre Youssou Ndour, a aussi expliqué M. Tall, mais selon lui, avec ou sans le ministère, le salon est prévu pour se tenir en septembre, car des pays ont déjà confirmé leurs participations, de même que certains acteurs du secteur privé.

 

Avec 70 Millions de touristes parcourant annuellement le monde, les USA engendrent une masse financière de 74 milliards de dollars USA en recettes pour les pays visités, soit 14 fois le budget du Sénégal.

 

L’Afrique n’en capte que 300 000 visiteurs avec une préférence pour des pays comme le Maroc, la Tunisie ou l’Afrique du Sud. L’objectif du Salon d’Atlanta, selon les promoteurs, est la création dans un marché émetteur, les Etats-Unis, d’un cadre multisectoriel de rencontres et d’échanges commun à la sous région Ouest africaine, pour la promotion et le développement du tourisme de l’artisanat et de la culture.

 

Il vise aussi à offrir aux américains une vitrine annuelle de toute l’offre touristique africaine, à créer des liens de coopération entre les villes Africaines et Américaines, mais aussi à familiariser le public américain à nos cultures pour une image positive de l’Afrique.

Interpellé sur ces accusations, Bamba Mbow, le responsable de cette Cellule de promotion a plutôt recadré le débat, demandant même aux promoteurs, dans certains détails, de revoir leur copie.

 

Concernant le premier report, il a mis en exergue le mauvais choix du promoteur avec une date (Novembre) qui se situe en plein hiver et coïncidant presque avec le Thanksgiving, une période sacrée pour les familles américaines, (Ndlr : Aux États-Unis, la fête est célébrée le quatrième jeudi de novembre, mais historiquement, le Thanksgiving est un jour de fête chrétienne durant lequel, ils remercient Dieu par des prières et des réjouissances. Les administrations et la plupart des entreprises sont fermées ce jour-là). Le promoteur, selon lui, leur avait même souligné qu’ils ont eu la même réaction que le consul américain.

 

En plus, ajoute-t-il, aucune volonté de blocage, aucune lenteur ne peut leur être imputée, car ils ont eu au moins 8 réunions de travail avec eux.

 

« Malgré la dissolution de l’ANPT (Agence nationale de Promotion du Tourisme), nous avons accepté moyennant des garanties, l’accompagnement financier déjà établi à hauteur de 10 millions FCfa, nous avons aussi confirmé notre appui institutionnel, la preuve, des lettres adressées à tous les ministères et aux pays de la sous région.

 

Des pays comme le Mali et la Guinée ont directement appelé le ministère pour des assurances sur cette initiative, nous les avons rassurés, les informant de notre soutien à 100% de cette rencontre. Mais nous avons aussi demandé aux organisateurs de faire les choses de façon professionnelle, et même de toujours chercher un plan B, car un pays comme la Gambie, choisi pour être le parrain, ne donne plus signe de vie », a expliqué Bamba Mbow.

 

Ce dernier cependant, n’a pas exclu la possibilité de convier la presse à une rencontre entre la cellule de promotion touristique et le promoteur, pour lever les équivoques et les malentendus.

Fara Michel DIEYE

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2339-des-promoteurs-tr%C3%A8s-remont%C3%A9s.html#sthash.WUiroDp9.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 24-07-2013 à 11:27:38

Sénégal : vers une stratégie nationale de gestion durable des eaux de ruissellement

Vente saly

Le Sénégal sera bientôt doté d’une stratégie nationale de gestion durable des eaux de ruissellement et de lutte contre la salinisation des terres, a-t-on appris mardi à Dakar, auprès de la Direction des bassins de rétention et des lacs artificiels (DBRLA).
”Cette stratégie prendra en compte la mobilisation des infrastructures de capture des eaux de ruissellement, la valorisation du réseau d’irrigation et de distribution”, a expliqué le colonel Youssou Lô, en marge d’un atelier de partage et de validation de cette stratégie.

Selon lui, l’aspect de la stratégie portant sur la lutte contre la salinisation des terres consistera à protéger les zones sensibles ou menacées. ‘’La lutte portera aussi sur la récupération de terres déjà conquises par le sel par la réalisation d’infrastructures techniques de dessalement”, a ajouté le colonel Lô.

Au Sénégal, la part des superficies irriguées sur les superficies totales cultivées se situe autour de 4%, alors que pour une agriculture performante, le minimum requis est de 30%. Malgré les efforts d’investissements dans les bassins du fleuve Sénégal, de l’Anambé et de la Gambie pour le développement de la grande irrigation, les superficies potentiellement aménageables restent importantes.

‘’C’est pourquoi, l’Etat est à pied d’œuvre pour la mise en œuvre de cette stratégie de gestion durable des eaux de ruissellement afin de pouvoir stocker une grande partie des plus de 3000 milliards m3 reçus annuellement. Pour ce faire, 5000 sites constitués de vallées, de marres et de bas-fonds aménageables ont déjà été identifiés”, a dit Abdoulaye Baldé, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

A ce jour, environ 220 bassins de rétention et/ou lacs artificiels, une soixantaine de mares pastorales, quatre grands ouvrages de franchissement et de retenue d’eau et deux grands lacs artificiels ont été construits au Sénégal.

par Xibaaru le 24 Jul 2013 • 07:50

Liens
Site

 


 
 
posté le 24-07-2013 à 11:25:53

L’amnésie de Jérôme Cahuzac choque la commission d’enquête

Vente saly

Jérôme Cahuzac a déclaré mardi ne pas se souvenir de la tenue d’une réunion à l’Elysée le 16 janvier dernier sur son compte caché en Suisse, une amnésie qui a choqué des membres de tous bords de la commission d’enquête parlementaire.Des députés UMP ont donc proposé soit d’entendre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en dépit d’un récent vote négatif sur ce point, soit de reconvoquer ensemble l’ex-ministre du Budget et le ministre de l’Economie Pierre Moscovici. »Jérôme Cahuzac a raté son deuxième rendez-vous avec la commission, il avait l’occasion de faire toute la lumière sur cette affaire. Malheureusement, il a fait le choix d’une autre stratégie, celle des trous de mémoire », a déclaré à l’issue de l’audition le député UMP Daniel Fasquelle. »Il paraît nécessaire de procéder à d’auditions, et en particulier à celle du Premier ministre. »Le rapporteur socialiste, Alain Claeys, a répondu qu’il s’agissait d’une « vraie question » et qu’il ferait des propositions lors d’une réunion mercredi. « Il faut que la commission prenne le temps de réfléchir pour savoir ce que nous allons faire », a-t-il dit aux journalistes.L’enjeu de la seconde audition de Jérôme Cahuzac était de savoir s’il avait été associé à une demande d’entraide fiscale controversée avec la Suisse -ce qui laisserait supposer une entente au sommet de l’Etat- ou simplement informé.Cet échange à l’issue d’un Conseil des ministres, en présence de l’ancien ministre du Budget, de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, a été confirmé devant la commission par Pierre Moscovici. »La seule chose qui est claire, c’est que Pierre Moscovici, quand il a parle devant la commission d’enquête, a dit la vérité et toute la vérité », avait déclaré l’entourage de Jean-Marc Ayrault avant l’audition de Jérôme Cahuzac.Or, l’ancien ministre, qui s’était retranché derrière le secret de l’instruction lors de sa première audition, a cette fois opposé une mémoire défaillante aux députés. »Je n’ai pas le souvenir de l’échange décrit par Pierre Moscovici à l’issue du Conseil des ministres », a-t-il déclaré. »MURAILLE DE CHINE »De même, Jérôme Cahuzac a dit n’avoir aucun souvenir d’une rencontre dans le bureau même du chef de l’Etat, une autre version citée dans le livre de la journaliste Charlotte Chaffanjon « Jérôme Cahuzac, les yeux dans les yeux ». »Dès lors que je n’ai aucun souvenir dans le bureau présidentiel, pour moi, cette réunion n’a pas eu lieu », a-t-il ajouté.Jérôme Cahuzac a assuré que, quelle que soit la bonne version, « à aucun moment il n’y a eu prise en défaut de la ‘muraille de Chine’ » que Pierre Moscovici dit avoir dressée pour le tenir à l’écart des investigations sur son compte caché.Le député UMP Georges Fenech, lui faisant remarquer qu’il risquait de faire un faux témoignage sous serment, Jérôme Cahuzac n’a pas fléchi: « Ni l’ironie, ni la menace ne me feront dire des choses dont je n’ai aucun souvenir ».Interrogé sur les démarches qu’il avait lancées parallèlement pour tenter d’avoir une attestation négative de la banque UBS, l’ancien ministre a dit ne pas croire que ce soit le président de la République « qui m’a suggéré cette procédure ».Pierre Moscovici a expliqué avoir informé lors de la réunion du 16 janvier François Hollande et le Premier ministre de la possibilité d’interroger la Suisse sur l’existence ou non d’un compte dissimulé à la banque UBS.Pour les députés de l’opposition, la présence même de l’ancien ministre à cette réunion montre que la « muraille de Chine » invoquée par Bercy était fictive ou bien fissurée. Le président UDI de la commission, Charles de Courson, y a vu la confirmation que François Hollande était « le mieux informé » de la situation de son ancien ministre, ce qui avait entraîné la semaine dernière une vive passe d’armes avec les ténors socialistes.Jérôme Cahuzac, qui avait démissionné le 19 mars, a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.
Gérard Bon, avec Elizabeth Pineau et Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Par Reuters | Reuters |  Mercredi 24 juillet, 2013 07:26

Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions