posté le 25-07-2013 à 11:14:30

Karim Wade fait juger le magistrat qui l’a inculpé

 

Vente saly

Le procureur spécial de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Alioune Ndao, sera jugé devant la Cour suprême le 1er août prochain. Ce, suite à une plainte déposée contre lui et X par l’ex-ministre d’Etat, Karim Wade et Cie, pour forfaiture. Le dossier qui a été enrôlé lors des audiences du 20 juin, 04 juillet et 18 juillet, n’avait pas enregistré la présence du procureur spécial.

 

 

La Chambre criminelle de la Cour suprême n’a pas mis de temps pour enrôler l’audience contre le procureur spécial de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), Alioune Ndao, poursuivi pour forfaiture par Karim Wade et Cie. A preuve, c’est le 20 juin que l’audience a été enrôlée pour la première fois, ensuite le 04 juillet et puis le 18 juillet.

 

Des audiences au cours desquelles le procureur spécial a brillé par son absence. Alors qu’à l’audience du 04 juillet 2013, le président Mamadou Badio Camara avait appelé l’affaire en présence des conseillers, Souleymane Kane, Adama Ndiaye, Habibatou Babou Wade et Jean Aloïse Ndiaye, sans oublier la greffière, Awa Diaw. Les conseils de Karim Wade et Cie, à savoir, Mes Mohamed Seydou Diagne, El Hadji Amadou Sall, Ciré Clédor Ly et Demba Ciré Bathily, étaient aussi sur les lieux. Finalement, l’affaire a été renvoyée au 1er août prochain.

 

«Le procureur spécial ne peut pas défier éternellement la Cour suprême, il viendra répondre devant la Cour», confient des sources judiciaires avant de convoquer l’article 14 du Code pénal : «En cas de poursuite contre un magistrat, les fonctions dévolues au procureur général près la Cour d’Appel et au premier président de cette Cour par les articles 661 et 662 du Code de procédure pénale sont respectivement exercées par le procureur général près la Cour de cassation, ou par leurs délégués, choisis parmi les membres de la Cour de Cassation».

 

Dans la requête déposée sur le bureau de la Cour suprême, les avocats de Karim Wade et Cie visent également X dans leur procédure. Surtout qu’ils ont cité dans la plainte les articles 106, 107 et 112.

 

En clair, l’article 106 du Code pénal dit : «Lorsqu’un fonctionnaire public, un agent, un préposé ou un membre du gouvernement, aura ordonné ou fait quelque acte arbitraire, ou attentatoire, soit à la liberté individuelle, soit aux droits civiques, soit à la Constitution, il sera condamné à la peine de la dégradation civique.

 

Si néanmoins il justifie qu’il a agi par ordre de ses supérieurs pour des objets du ressort de ceux-ci, sur lesquels il leur était dû l’obéissance hiérarchique, il sera exempt de la peine, laquelle sera, dans ce cas, appliquée seulement aux supérieurs qui auront donné l’ordre». Et dans la procédure visée contre le procureur spécial et X, les conseils de Karim Wade ont fait mention de l’arrêt du 22 février de la Cour de justice de la Cedeao, qui juge illégale la mesure d’interdiction de sortie du territoire.

 

Mieux, dans le délibéré du 19 juillet, la Cour de la Cedeao dit que «l’exécution des décisions de la Cour n’est pas une faculté, mais une obligation pour les Etats membres et les institutions de la Cedeao, conformément à l’article 6. 4 du traité révisé».

- See more at: http://dakar-echo.com/politique/item/2347-plainte-de-karim-wade-contre-le-procureur-ndao-pour-forfaiture.html#sthash.OzDbjBtp.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-07-2013 à 11:12:51

Plus de 90% des voitures au Sénégal sont bonnes pour la fourrière

 

Vente saly

Si le gouvernement appliquait les normes internationales,  »plus de 90% » du parc automobile du Sénégal iraient en fourrière, a fait savoir hier le ministre des Infrastructures et des Transports. Pour Thierno Alassane Sall, il est tant que le pays adopte le nouveau code de la route pour y remédier.
 »Bons pour la casse » ! C’est la mention qui serait attribuée à  »plus de 90% » du parc automobile du Sénégal si le gouvernement applique les normes internationales en l’espèce. C’est ce qu’a souligné le ministre des Infrastructures et des Transports, Thierno Alassane Sall, hier lors de sa visite des chantiers de la gare routière interurbaine des Baux maraîchers de Pikine, dans la banlieue de Dakar.

 

 

Il a rappelé que 25% des véhicules passant au Centre de contrôle technique des véhicules automobiles (CCTVA) font l’objet d’un rejet à la première visite et doivent subir une contre-visite.  »Ainsi, au titre de ces rejets, 22 256 cas concerneraient le freinage, 17 729 cas de (problèmes de) direction et 10 424 cas de l’éclairage : Soit 42% de freinage, 28% de défaillances et 30% de l’éclairage.

 

Dire que les systèmes de contrôles agissent dans le laxisme ne correspond pas à l’exacte vérité », a informé le ministre. D’après lui, il faudra procéder à  »des améliorations ».  »Nous savons tous que la corruption est partout, avec les permis (de conduire), les visites techniques. Mais nous ne sommes pas en train de dire que nous sommes dans un monde idéal », a poursuivi M. Sall.
Il a déploré l’état des voitures et noté que face aux risques d’accidents qui y sont liés, son département a dû en appeler à la responsabilité des conducteurs.  »C’est pour cela que nous avons lancé une campagne de sensibilisation sur les effets de la vitesse. Il faudra qu’on arrive à une modification du code de la route en vue de rendre un peu plus sévères les sanctions prévues pour les accidents qui surviennent, où l’irresponsabilité ou encore la négligence est manifestement la cause », a déclaré M. Sall.

 

 »En tant que ministre des Infrastructures et de Transport, j’ai une responsabilité à la fois morale, systémique et transversale sur tout ce qui se passe dans le système des transports car je dois y apporter des réponses. Je ne dois pas me contenter de dire que c’est un accident de trop ou c’est la faute à X ou à Y. Il est intéressant de rappeler que lors de cet accident (NDLR : survenu sur la route de Mbour dans la nuit 21 juillet faisant 5 morts et une quarantaine de blessés), le véhicule en question avait subi une visite technique le 2 mai 2013 au centre technique des véhicules automobiles (CCTVA).

 

Une visite qui avait révélée un degré de conformité du système de freinage de 65%, toutefois, il a été constaté des défauts mineurs sur la pneumatique », a-t-il révélé. Avant d’ajouter :  »Il a été recommandé au propriétaire de l’autocar de corriger lesdits défauts. Cependant, il n’est pas établi que les pneus vérifiés à l’occasion dudit contrôle sont ceux qui étaient sur le véhicule lors de l’accident. Il y avait aussi de la vitesse excessive, endormissement et une pluie abondante. »

- See more at: http://dakar-echo.com/societe/item/2346-v%C3%A9tust%C3%A9-du-parc-automobile-s%C3%A9n%C3%A9galais.html#sthash.au4CoCx3.dpuf

Écrit par  Moussa Ndiaye mercredi, 24 juillet 2013 23:45

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-07-2013 à 11:11:11

Environ 10.000 touristes enregistrés à Ziguinchor en 2013

Vente saly

Les arrivées de touristes à l’aéroport de Cap-Skirring, une station balnéaire du département d’Oussouye (sud-ouest), ont connu une légère hausse pendant la saison touristique 2012-2013, atteignant 9.994 contre 9.800 en 2011-2012, a révélé le directeur régional du tourisme de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, Tékhé Faye.Comparativement à la saison précédente, cet aéroport a ainsi vu arriver 194 touristes de plus durant la saison qui vient de s’achever, a-t-il précisé dans un entretien à l’APS.

 

‘’La campagne s’est déroulée calmement. C’est vrai, on n’a pas connu un rush comme les années précédentes. Mais elle a été meilleure que la campagne 2011-2012, où on avait [dénombré] 9.800 touristes au niveau de l’aéroport du Cap-Skirring. Pour cette année, on a [enregistré] 9.994 arrivées. Donc, c’est un léger mieux’’, a-t-il indiqué.

 

Selon lui, les contreperformances enregistrées en 2012 découlent du contexte électoral très tendu au Sénégal. Concernant l’année 2013, le directeur régional du tourisme explique la baisse de la fréquentation de la destination Casamance, par la crise économique mondiale.

 

La réhabilitation de la piste d’atterrissage de l’aéroport du Cap-Skirring pour accueillir de gros-porteurs a beaucoup contribué à l’augmentation du nombre d’arrivées de touristes, a révélé Tékhé Faye.

 

Cela est d’autant plus vrai qu’à une semaine de l’ouverture de la saison touristique, l’incertitude était le sentiment le mieux partagé parmi les acteurs du secteur, a-t-il rappelé.
Toutefois, il a indiqué qu’il reste encore des aménagements à terminer à l’aéroport du Cap-Skirring, avant d’entamer les travaux de réhabilitation de celui de Ziguinchor.

 

Le directeur régional du tourisme de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou a rappelé que les établissements d’hébergement n’ont pas été classés depuis quelques années. Et la crise en Casamance a aussi beaucoup contribué à leur délabrement, a-t-il noté.

 

‘’Ils n’ont peut-être pas le standing qu’ils avaient à leur début. Mais dans la région, on a beaucoup d’hôtels surtout au niveau de Cap-Skirring, qui peuvent répondre au standing trois étoiles’’, a-t-il assuré.

 

Selon lui, la direction du tourisme des régions méridionales a répertorié cette année 122 établissements en Casamance, dont 38 hôtels, 74 campements et auberges et 10 campements villageois.

 

Les régions de Kolda et de Sédhiou, considérées comme des zones de chasse, ont accueilli durant l’année entre 700 et 800 touristes, a-t-il renseigné.

 

La grande saison touristique démarre en octobre pour prendre fin en avril. La basse saison, elle, est comprise entre le 1er mai et le 31 octobre, a expliqué le directeur régional du tourisme de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda.

 

Michelle Ndiaye, agent de comptoir à l’agence ‘’Casamance voyage tourisme’’, fait état d’une nette amélioration par rapport à l’année précédente, et cela, en dépit des nombreuses contraintes auxquelles le secteur touristique est confronté dans la région méridionale.

 

Les principales difficultés relèvent des perturbations notées dans les rotations aériennes de la liaison Dakar-Ziguinchor, avec de nombreuses réclamations financières des clients, a-t-elle déploré.

 

Une situation qui, selon elle, porte un grand préjudice aux agences, avec à la clé une baise des revenus. La cherté des taxes aéroportuaires sur les vols internationaux fait que certains touristes préfèrent descendre à l’aéroport de Banjul, en Gambie plutôt qu’à Dakar, pour remonter ensuite sur Ziguinchor.

 

‘’On espérait un peu que ça bouge du bon côté. C’est vrai par rapport aux autres années, ça été très difficile. Il y avait quand même quelque touristes’’, a pour sa part déclaré Augustin Diatta, directeur de l’agence de voyage ‘’Diatta tour’’, et membre du Syndicat d’initiative des hôteliers et agences de voyage en Casamance.
ASB/ASG

- See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2345-9-994-touristes-enregistr%C3%A9s-%C3%A0-l-a%C3%A9roport-du-cap-en-2013.html#sthash.C5DDDCzi.dpuf

Écrit par  Penda Diop mercredi, 24 juillet 2013 09:32 – See more at: http://dakar-echo.com/economie/item/2345-9-994-touristes-enregistr%C3%A9s-%C3%A0-l-a%C3%A9roport-du-cap-en-2013.html#sthash.C5DDDCzi.dpuf

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-07-2013 à 11:09:12

Il devient millionnaire grâce à un petit gâteau

Vente saly

Un petit gâteau dévoré à la fin d’un repas asiatique peut littéralement changer une vie. Un Américain peut en témoigner puisqu’il est devenu millionnaire après avoir lu le message que contenait l’un d’entre eux.

En ouvrant son “fortune cookie”, du nom de ces petits gâteaux chinois qui contiennent un message, William Johnson, qui réside dans le Massachusetts aux Etats-Unis, avait pu lire ceci: “Vous allez bientôt recevoir une grande quantité d’or”. Une prédiction que celui-ci a prise très au sérieux.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il s’est donc rendu dans une librairie située non loin de chez lui pour y acheter un billet de loterie à gratter qui lui a coûté la somme de 10 dollars soit un peu plus de 7 euros. Un investissement qu’il ne regrettera pas puisqu’il lui a rapporté la coquette somme d’un million de dollars (environ 750.000 euros).

Le gâteau avait vu juste. Le couple affirme qu’il ne sait toujours pas ce qu’il va faire de tout cet argent. Un autre petit message glissé dans une de ces fameuses sucreries asiatiques pourrait peut-être les guider.

par Xibaaru le 24 Jul 2013 • 19:55

Liens
Site

 


 
 
posté le 25-07-2013 à 11:07:40

Le Maroc et le Sénégal renforcent leur partenariat stratégique

Vente saly

RABAT — La visite officielle qu’effectue au Maroc le président sénégalais, M. Macky Sall, du 25 au 27 juillet courant, intervient cinq mois après le séjour qu’avait passé le roi du Maroc Mohammed VI, du 15 au 19 mars dernier à Dakar, dans le cadre d’une tournée qui l’avait conduite également en Côte d’Ivoire et au Gabon. Les deux chefs d’Etat avaient alors présidé une cérémonie de signature de deux accords bilatéraux. Le premier relatif au transport routier international de voyageurs et de marchandises et le second accord, un protocole d’accord de coopération dans les domaines des mines, des hydrocarbures, de l’électricité et des énergies renouvelables. Dans un entretien accordé au quotidien marocain francophone « Le Matin», l’ambassadeur du Sénégal au Maroc, Amadou Sow, a déclaré que “cet instrument juridique capital pour booster le flux des marchandises entre les deux pays, contribuera certainement au renforcement des relations économiques. Et avec la réalisation du pont sur le fleuve Sénégal, un des objectifs du volet infrastructures du NEPAD, si cher au président Macky Sall, sera atteint”. Lors de son périple africain, le souverain marocain avait souligné que “la coopération maroco-sénégalaise constitue un partenariat stratégique, multiforme et volontariste, grâce notamment à l’échange régulier de visites entre hauts responsables, à l’instauration de consultations permanentes entre les deux pays, ainsi qu’au soutien politique réciproque et systématique”. Après avoir rappelé que les échanges économiques et commerciaux entre les deux pays enregistrent une croissance régulière, renforcée par le dynamisme des dessertes aériennes liant les deux « hubs » régionaux de Casablanca et Dakar, ainsi que par les perspectives déjà ouvertes par l’axe routier reliant le Maroc au Sénégal, à travers le territoire de la République sœur de Mauritanie, le roi du Maroc avait relevé qu’il s’agit désormais “de compléter ce dispositif par l’amélioration de nos connexions maritimes”. A noter que les deux pays avaient exprimé leur volonté d’imprimer une nouvelle dynamique à leur coopération économique bilatérale, en décidant la tenue de la 14e Session de la Grande Commission mixte de coopération maroco-sénégalaise. Cette coopération, qui tend à se diversifier pour englober les domaines économique, commercial, technique et politique, ne manquera pas de connaître un bond évolutif après la conclusion en 2008 de l’accord commercial et d’investissement entre le Maroc et les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Dans ce cadre, le Maroc est engagé à faire de Dakar sa porte d’entrée vers les pays de l’Afrique de l’Ouest, sur la base d’un partenariat avec les opérateurs économiques sénégalais. Au fait, le Maroc est lié au Sénégal par plus d’une soixantaine d’accords bilatéraux couvrant plusieurs domaines de coopération. Dakar est d’ailleurs l’un des premiers pays avec lesquels le Maroc a signé des accords au lendemain de son indépendance. Aujourd’hui, le royaume est partenaire du Sénégal au niveau des grands projets comme celui des campagnes sociales et de développement rural. La coopération maroco-sénégalaise intéresse tous les secteurs d’activité dont les domaines de l’hydraulique, des pêches maritimes, de l’agriculture, de l’industrie, de la microfinance, de l’assistance technique, de la formation des cadres, de la culture, de l’agroalimentaire, des BTP, des mines, de l’assainissement, de la pharmacie, de l’énergie… Dans le domaine de l’équipement, grâce à la contribution marocaine, une autoroute de 40 km est construite au Sénégal, ainsi qu’un terminal à conteneurs au port de Dakar. Par ailleurs, la Société maritime de l’Atlantique (SOMAT), une joint-venture qui assure la gestion de la desserte Dakar-Ziguinchor (sud), assure aussi la gestion de la ligne maritime Tanger-Nouakchott-Dakar.par Xibaaru le 25 Jul 2013 • 07:14
Liens
Site

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article
 
 
Conseils pratiques expatriation- Agence immobiliere - Locations de Villas - Tourisme - Hôtellerie - Vacances - Excursions